Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA http://cem.revues.org Le Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (CEM), créé en 1999, a pour objectif de faire le point des activités de recherche de l’UMR 5594 « Archéologie, cultures et sociétés », regroupées dans le cadre de l’Association « Centre d’études médiévales Saint-Germain ». Il présente le résultat des dernières campagnes de fouilles, des comptes rendus de rencontres, la programmation des réunions à venir, des résumés de thèses et d’habilitations, les bilans intermédiaires et les nouveaux projets de recherche. Il publie également toute contribution s’intéressant à la Bourgogne médiévale et aux axes de recherche de l’équipe : l’archéologie du bâti, le milieu urbain, l’Église et la société, l’iconographie et l’historiographie. D’imagier à ymaginero : la présence de sculpteurs septentrionaux en Espagne aux xve-xvie siècles L’arrivée d’un grand nombre de sculpteurs en Espagne tout au long du xvie siècle est bien connue. Pour la majorité d’entre eux, il s’agit de Français qui déménagent afin de se développer professionnellement et qui s’installent surtout en Castille. Même si cette tendance démarre au Moyen Âge, ces tailleurs sont beaucoup plus nombreux pendant le second tiers du xvie siècle. Ils ne se limitent pas seulement à introduire des ornements italianisants dans la sculpture de l’époque : ces maîtres établissent des ateliers, où ils montrent leurs techniques et savoirs aux jeunes apprentis.

]]>
María Teresa Rodríguez Bote http://cem.revues.org/14535 2017-03-06
La verrière de sainte Anne à Saint-Eusèbe d’Auxerre : les donateurs et leurs armoiries révélés L’église Saint-Eusèbe, de très ancienne fondation (viie siècle), a connu de nombreuses vicissitudes, sans jamais abandonner son vocable initial. Pour se rapprocher de l’époque qui va nous intéresser, signalons que l’ancien chevet, reconstruit après l’incendie de 1216, s’est effondré en 1523. Le nouveau chœur, mis en chantier en 1530, reçut des vitraux dont la plupart furent à leur tour détruits pendant l’occupation de la ville par les Huguenots en 1567-1568. Les nouveaux vitraux, offerts par les paroissiens dans le cadre de la restauration, ont été bien maltraités au cours du temps. Finalement une importante reprise eut lieu en 1967, avec des compléments apportés par l’atelier du peintre verrier parisien, Pierre Gaudin. Ceux-ci sont bien visibles dans les verrières du déambulatoire du chœur, qui datent du dernier quart du xvie siècle et du premier quart du xviie siècle.

C’est le cas de l’avant-dernière baie à deux lancettes au nord-est, fermée par une verrière montrant, dans son état...

]]>
Danielle Velde Françoise Perrot http://cem.revues.org/14552 2017-03-06
Les rencontres entre communautés dans l’Acre latine du xiiie siècle : l’exemple de Saliba, marchand et bourgeois En 1264, un certain Saliba, identifié à la fois comme Syrien et comme bourgeois d’Acre, fait son testament. Celui-ci révèle, à travers les prénoms des membres de sa famille ou ses legs à diverses institutions religieuses, le parcours d’un natif d’Orient qui a su se rapprocher des Latins, allant probablement jusqu’à se convertir au catholicisme. Saliba sait dans le même temps rester proche de marchands orientaux – juifs, Arméniens, Damascains, Mongols, etc. – avec qui il s’engage dans le commerce méditerranéen ; son testament révèle enfin qu’il entretient des contacts étroits avec les communes italiennes, en particulier avec les Génois. Saliba est dès lors un bon exemple pour observer les rencontres entre communautés confessionnelles et ethniques dans l’Orient latin du xiiie siècle, qui permettent l’émergence d’identités individuelles et collectives qui ne sont que partiellement basées sur la religion.

]]>
Florian Besson http://cem.revues.org/14523 2017-03-06
La crypte de Saint-Léger à Saint-Maixent-l’École (Deux-Sèvres) : réexamen d’un édifice restauré au xixe siècle Fondé par Agapit au milieu du ve siècle dans la province d’Aquitaine seconde, dont la capitale était Bordeaux, Saint-Maixent tire son nom de l’un de ses abbés, Adjutor ou Maxentius, inhumé dans le premier édifice religieux de la communauté, Saint-Saturnin. Entre 651 et 657, l’évêque de Poitiers Didon plaça son neveu Léger, d’origine burgonde et austrasienne, à la tête du monastère. Élu évêque d’Autun en 662, ce dernier fut martyrisé et décapité dans une forêt d’Artois par le maire du palais Ebroïn, vers 678-679. Le nouvel évêque de Poitiers, Ansoald, demanda que ses restes soient transférés à Saint-Maixent. Une église fut construite pour abriter sa dépouille dès 681 et dédicacée le 30 octobre 684 sous l’abbatiat d’Audulfe.

C’est au cours de la destruction de l’église en 1875 que la crypte dite « de Saint-Léger » fut remise au jour par Alfred Richard, archiviste de la Vienne. Mise en vente, la crypte fut acquise le 29 avril 1877 par le curé M. de Béchillon qui la revendit à la fabriqu...

]]>
Quentin Woussen http://cem.revues.org/14586 2017-03-06
Vaincre l’enfer sur scène. Les diableries dans le Mystère des Actes des apôtres Ce mémoire de master s’intéresse aux personnages des diables dans les mystères, en se concentrant sur le rôle qu’ils jouent à la fois dans le salut individuel des différents protagonistes et dans celui des spectateurs qui assistent à ces représentations. Le point de vue adopté propose une analyse davantage doctrinale et historique que littéraire afin de mettre en avant la dimension pastorale de ces scènes visant à l’édification d’un public hétérogène et au contrôle de ses croyances. Le Mystère des Actes des apôtres de Simon Gréban a servi de base à cette étude. Divisée en neuf journées, il s’agit d’une œuvre monumentale composée de plus de 60 000 vers, soit le plus colossal à notre connaissance. Ce mystère est ici analysé dans sa version remaniée par Jean Chaponneau, docteur en théologie, en 1538, et qui correspond à sa mise en scène à Bourges en 1536.

L’enfer et les diables apparaissent d’abord visuellement aux spectateurs ; la scène comporte diverses mansions qui correspondent aux ...

]]>
Mathilde Cornu http://cem.revues.org/14575 2017-03-06
Saint-Denis. L’espace et la mémoire du xiie au début du xvie siècle La connaissance de l’abbatiale de Saint-Denis, objet surinvesti par l’historiographie médiévale, a connu des avancées remarquables ces trente dernières années grâce à la convergence de travaux portant sur deux domaines complémentaires : l’architecture des parties de l’église élevées dans le style gothique rayonnant entre 1231 et 1281 et la liturgie dont elle est le cadre. Les efforts concomitants d’historiens de l’architecture et de liturgistes ont montré de façon exemplaire l’intérêt de combiner toutes les informations disponibles. Même si certains problèmes liés à la chronologie du chantier et à l’identité des maîtres d’œuvre qui l’ont dirigé demeurent irrésolus, ces études ont livré une représentation circonstanciée et évolutive de la reconstruction de l’abbatiale, ainsi qu’une analyse approfondie des nouveaux espaces dans lesquels le cérémonial dionysien s’est redéployé. Une voie nouvelle s’est alors dessinée, propre à faire sentir la relation qui existe entre expansion spatiale...

]]>
Damien Berné http://cem.revues.org/14568 2017-03-06
Nouvelles données sur l’espace funéraire aux abords de l’ancienne l’église paroissiale Saint-Aventin à Verrières (Aube) La commune de Verrières est localisée au sud-est de l’agglomération de Troyes, dans le département de l’Aube (fig. 1).

Elle a été créée en 1795 par la réunification de trois paroisses : Saint-Martin, Saint-Pierre et Saint-Paul de Verrières et Saint-Aventin (fig. 2).

C’est dans le cadre d’une éventuelle vente des terrains par un particulier à un aménageur qu’un diagnostic a été réalisé en 2014, sur une surface de 2 500 m2, dans deux parcelles attenantes à la chapelle Saint-Aventin de Verrières.

La chapelle Saint-Aventin se situe aux marges de la plaine d’inondation de la Seine, dont les méandres courent à quelques centaines de mètres au sud et à l’ouest. L’édifice cultuel proprement dit, inscrit au titre des Monuments historiques par l’arrêté du 7 mai 1926, semble avoir connu de nombreux remaniements (fig. 3).

Fig. 1 – Localisation de l’opération

Image 1000000000000514000005698AD0DEA0.jpg

DAO A. Guicheteau

Fig. 2 – L’église Saint-Aventin figurée sur la carte de Cassini

Image 10000000000005DC0000036DADF7DEED.jpg

DAO A. Guicheteau

Fig. 3 – Vue vers le sud de la chapelle Saint-A...

]]>
Antoine Guicheteau Jocelyne Deborde http://cem.revues.org/14562 2017-03-06
L’archéologie médiévale au MuCEM aujourd’hui. Survivance insolite ou nouveaux chantiers ? Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) de Marseille, qui a ouvert ses portes au public en 2013, n’a plus guère de ressemblance à première vue avec son devancier, le Musée national des Arts et des Traditions Populaires (MNATP) : nouveau cadre, nouveau bâtiment, nouveau projet, ouvert désormais à un espace historique, géographique et culturel plus large : la Méditerranée. La transition fut houleuse, la fermeture du MNATP fit l’objet de vifs débats et les collections du MuCEM, largement héritées de celles des ATP, sont parfois en décalage avec le musée actuel. Parmi ces collections figure une des originalités de l’ancien musée à partir des années 1960 : les collections d’archéologie médiévale. Elles sont issues de l’implantation en son sein d’une unité de recherche de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), le Groupe d’archéologie médiévale (GAM), entre 1969 et 1993. Cette période a son importance pour le développement de l’archéologie médi...

]]>
Charles Viaut http://cem.revues.org/14547 2017-03-06
Moines et monastères en Italie à l’arrivée de Colomban : quelques données entre archéologie et histoire L’image de la destruction du Mont-Cassin, autour de 580, par le duc lombard de Bénévent Zotto, offerte par les sources et emblème du rapport conflictuel des implantations et des institutions tardo-romaines avec les Lombards dans la phase initiale de leur établissement dans la péninsule Italienne, a pesé dans le passé et pèse encore aujourd’hui sur la perception du monachisme en Italie dans l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, notamment au moment de la fondation de Bobbio par Colomban. Les mots avec lesquels Grégoire le Grand commente l’arrivée de la « effera Langobardorum gens » – « depopulatae urbes, eversa castra, concrematae ecclesiae, destructa sunt monasteria virorum atque feminarum » – se retrouvent dans ceux de 1987 de Giorgio Picasso :

Nel 568, pochi anni dopo la morte di san Benedetto, anche sul monachesimo italico, fiorente in varie regioni come dimostra la stessa opera del santo legislatore, si abbatté la violenza della conquista longobarda… I monasteri che non avevan...

]]>
Gisella Cantino Wataghin http://cem.revues.org/14521 2017-03-06
Dans la solitude des autres : pour une histoire sociale et politique du concept de solitudo au Moyen Âge Cet article étudie le rapport entre le mot solitudo et les sens qui lui sont attachés pendant le Moyen Âge. Notre enquête commence par l’étude du vocabulaire de la solitude afin de repérer la spécificité du champ sémantique de l’enquête. Cela permettra de constater que la solitude médiévale, à la différence de nos jours, est comprise, avant tout, comme un espace défini par des actions. L’étape suivante proposera une comparaison entre les sens employés dans différents genres de documents, ce qui révélera un processus de monopolisation et normalisation ecclésiale de l’isolement. À la fin, deux conclusions majeures s’imposeront : premièrement, la solitude médiévale vise à équilibrer, entre utopie et idéologie, les tensions anomiques autour du désir religieux d’abandon du monde ; deuxièmement, l’importance du concept de solitude pour l’histoire politique en soi.

]]>
Gabriel Castanho http://cem.revues.org/14514 2017-03-06