Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Projets de rencontres 2004-2005

Haymon d’Auxerre (fl. 840-860)

Centre d’études médiévales d’Auxerre, 25 et 26 avril 2005
Sumi Shimahara

Texte intégral

1Depuis le colloque sur l’École d’Auxerre en 19891, les études sur Haymon se sont développées : on connaît mieux les manuscrits transmettant ses textes, des éditions critiques de ses œuvres sont en cours, ses traités exégétiques ont fait l’objet d’études historiques variées et sa biographie a récemment été rediscutée. La tenue d’un atelier réunissant les chercheurs qui travaillent actuellement sur Haymon ou sur des sujets proches favorisera échanges et discussions et permettra de mieux cerner la figure du maître auxerrois, contribuant à l’histoire de l’exégèse et, plus largement, à celle de la culture carolingienne.

2L’atelier débutera par des études consacrées à la transmission des textes d’Haymon dont on sait qu’elle pose de nombreux problèmes : Haymon est un maître d’école dont les ouvrages ont été remaniés au moins par Remi d’Auxerre, ce qui rend difficile leur attribution et leur édition critique, préalables pourtant nécessaires à l’étude de son œuvre. Les modes de diffusion de cette dernière peuvent éclairer le contexte dans lequel travaillait Haymon et les objectifs qu’il poursuivait. La communication de Marie-Hélène Jullien exposera la tradition d’un des commentaires d’Haymon. Burton Van Name Edwards détaillera ensuite la transmission textuelle du Commentaire sur le Cantique des Cantiques, pour lequel on dispose également d’un grand nombre de témoins répartis en trois recensions, apparues très tôt, et dont la diffusion semble être liée à la réforme clunisienne.

3La deuxième partie de l’atelier sera consacrée à l’exégèse d’Haymon, en particulier à ses sources et à ses méthodes, afin de caractériser son travail et sa pensée. Ces études s’appuieront toutes sur des travaux critiques effectués à partir de la tradition manuscrite, de façon à se fonder sur des textes sûrs. Chaque communication traitera cependant d’un thème plus particulier du texte analysé. Ann Matter présentera ainsi le Commentaire sur le Cantique des Cantiques dans le cadre des traditions scolaires carolingiennes, Johannes Heil traitera des aspects théologiques du Commentaire sur les Épîtres pauliniennes et Sumi Shimahara des particularités de l’exégèse prophétique, à partir du Commentaire sur Daniel.

4Le troisième volet de l’atelier mettra en perspective Haymon en le situant par rapport aux savants carolingiens, de façon à mieux cerner les liens qu’il entretint avec eux. Veronika von Büren, en exposant ses interrogations au sujet de l’importance d’Auxerre en tant que lieu de production de manuscrits. importance qu’elle souhaite relativiser. permettra d’appréhender d’un point de vue matériel le milieu où Haymon travaillait : il s’agira de voir où ont pu être produites ses sources et comment a pu être diffusée son œuvre au tout début. Des aspects plus méthodologiques seront ensuite abordés, d’abord par Silvia Cantelli Berarducci qui fera une communication sur la spécificité de la technique exégétique d’Haymon par rapport à celle de ses contemporains, puis par Pierre Boucaud qui présentera le Commentaire sur I Corinthiens de Claude de Turin et les indices de son utilisation par Haymon pour l’exposition qu’il fit du même texte. Enfin, l’exposé de Caroline Chevalier sur la présence de la révision biblique de Théodulfe dans l’exégèse carolingienne devrait donner aux éditeurs de textes d’Haymon des indices voire une méthode pour repérer, dans son exégèse, les traces éventuelles d’utilisation d’une Bible théodulfienne.

5Tout au long de l’atelier, les discussions seront enrichies par les interventions de participants spécialistes de la culture carolingienne en général (Michel Sot), de l’étude de la Bible à cette époque (Celia Chazelle, Mayke de Jong), d’Haymon (John J. Contreni) d’Auxerre (Noëlle Deflou-Leca) et de son école (Louis Holtz, Guy Lobrichon).

6L’atelier se conclura par une table-ronde qui permettra d’approfondir les discussions, voire d’aborder des aspects qui ne l’auront pas été lors des communications. Burton Van Name Edwards et Marie-Hélène Jullien recensent actuellement les manuscrits des œuvres d’Haymon ; il serait donc possible de faire le point sur le matériel manuscrit dont on considère aujourd’hui qu’il transmet ses textes authentiques. D’autre part, de nouveaux éléments concernant la biographie d’Haymon ont été avancés dans des publications récentes et pourraient également faire l’objet d’une discussion.

7Programme provisoire

8Lundi 25 avril 2005

  • Dominique Iogna-Prat et Sumi Shimahara, Introduction.

9I. La transmission des textes d’Haymon

  • Marie-Hélène Jullien, Les différentes traditions textuelles et la postérité d’un des commentaires d’Haymon.

  • Burton Van Name Edwards, La transmission textuelle du commentaire sur le Cantique des Cantiques d’Haymon.

10II. Haymon exégète

  • Ann Matter, Le commentaire d’Haymon sur le Cantique des Cantiques et les traditions

  • scolaires carolingiennes.

  • Johannes Hei, L’exégèse du commentaire sur les Epîtres pauliniennes d’Haymon (sources, méthodes et aspects théologiques).

  • Sumi Shimahara, L’édition du commentaire sur Daniel d’Haymon : aspects de son exégèse

  • prophétique.

  • Visite de l’abbaye Saint-Germain et d’Auxerre.

11Mardi 26 avril 2005

12III. Haymon parmi les exégètes de son temps

  • Veronika von Büren, Auxerre, lieu de production de manuscrits ?

  • Silvia Cantelli Berarducci, La spécificité de la technique exégétique d’Haymon au sein de l'exégèse carolingienne.

  • Pierre Boucaud, Claude de Turin : les sources du commentaire de I Corinthiens et les indices de son influence dans l’exégèse d'Haymon.

  • Caroline Chevalier (doctorante à Paris IV Sorbonne), La révision biblique de Théodulfe et son utilisation dans l’exégèse carolingienne.

13Table-ronde. Conclusions

14Intervenants :

  • Pierre Boucaud, doctorant à Paris IV-Sorbonne

  • Veronika von Büren, irht, Paris

  • Silvia Cantelli Berarducci, Université de Florence

  • Caroline Chevalier, doctorante à Paris IV-Sorbonne

  • Johannes Heil, Université technique de Berlin / Université du Wisconsin Madison

  • Dominique Iogna-Prat, cnrs Auxerre/Dijon

  • Marie-Hélène Jullien, irht, Paris

  • Ann Matter, Université de Philadelphie

  • Sumi Shimahara, doctorante à Paris X-Nanterre

  • Burton Van Name Edwards, The John Carter Brown Library, Université de Brown

  • Participants invités :

  • Celia Chazelle (Collège du New Jersey), John J. Contreni (Université de Purdue), Louis Holtz (irht, Paris), Noëlle Deflou-Leca (Université de Greboble II), Mayke de Jong (Université d’Utrecht), Guy Lobrichon (Université d’Avignon), Michel Sot (Université de Paris IV-Sorbonne).

Haut de page

Notes

1L’École carolingienne d’Auxerre, de Muretach à Remi (830-908). Entretiens d’Auxerre 1989, publiés par D. Iogna-Prat, C. Jeudy et G. Lobrichon, Paris, Beauchesne, 1991.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sumi Shimahara, « Haymon d’Auxerre (fl. 840-860) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 8 | 2004, mis en ligne le 09 mars 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://cem.revues.org/974 ; DOI : 10.4000/cem.974

Haut de page

Auteur

Sumi Shimahara

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org