Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Etudes & travaux

Couleur de temps, fragments d’histoires, XIIe-XXe s. : peintures murales en Bourgogne et d’ailleurs

Dijon, Ancien Palais universitaire, 15-16-17 septembre 2003
Daniel Russo

Entrées d’index

Index de mots-clés :

peinture murale

Index géographique :

France/Bourgogne
Haut de page

Texte intégral

1Avec la présentation de l’exposition sur les peintures murales en Bourgogne, depuis le XIIe siècle jusqu’aux dernières années du XXe siècle, il nous a paru nécessaire de faire le point sur les recherches actuellement menées. Loin des manifestations commémoratives et des réunions convenues sur des sujets attendus, nous avons regroupé et fait se rencontrer historiens de l’art, archéologues et historiens qui, tous, prennent en compte les observations directes effectuées sur les différents sites étudiés.

2Quatre demi journées de travail ont été consacrées à ces recherches, après l’introduction de Sylvie Le Clech, sur le travail de l’Inventaire en région Bourgogne, et de Daniel Russo, sur les travaux universitaires entrepris dans le cadre régional sur ce thème, mémoires de maîtrise, de DEA et thèse de Doctorat en cours. Sous la coordination de Christian Sapin, la première demi-journée porta sur les rapports qui relient la peinture à son support, le mur et, par extension, le bâtiment. Furent successivement envisagées les questions des fonds et des surfaces, celles des enduits, des mortiers et des couleurs (B. Palazzo-Bertholon), celles enfin de l’ornemental défini dans ses relations au mur (M.-G. Caffin). Au cours de la deuxième demi-journée ont été abordés les environnements liturgiques et leurs situations dans les édifices de culte. Sous la responsabilité d’Éric Palazzo et après la définition d’une grille d’analyse aussi précise que possible, compte tenu de l’état lacunaire des sources textuelles, différents exemples furent passés en revue, qui constituaient autant d’études de cas spécifiques sur les pratiques et les usages des décors peints, aux diverses époques considérées : l’abbaye de Farfa et les peintures dans la tour nord (J. Enckell) ; le baptistère de Parme et tous les agencements topographiques et iconographiques projetés, puis réalisés, au cours du XIIIe siècle (V. Mouilleron-Rouchon) ; les passages opérés des supports transitoires et éphémères, que sont les peintures murales, aux images de dévotion en contexte privatif, au cours des XVe et XVIe siècles, à Metz, dans l’ancien hôpital Saint-Nicolas, dans la chapelle des Templiers, dans l’église Saint-Nectaire et dans la cathédrale (I. Hans-Collas). Autour des exemples en Bourgogne, sous la coordination de Daniel Russo, après une synthèse sur la demande de ces peintures et sur les milieux sociaux qui s’y intéressèrent jusqu’au XXe siècle, furent examinés les choix iconographiques seigneuriaux réalisés dans l’église paroissiale Saint-Pierre de Brancion, en relation avec la châtellenie locale (A. Pétré), puis ceux mis en œuvre dans l’église de la commanderie Sainte-Catherine de Montbellet (H. Cortot), ainsi que les peintures et les couleurs employées dans la mouvance clunisienne, à partir de l’exemple de Berzé-la-Ville, (J. Rollier-Hanselmann) et sur le site plus tardif de Cuisery, dans l’église Notre-Dame, chapelle Caron (J.-R. Brigand). En comparaison fut analysé le très bel exemple des peintures sur rochers de certains lieux de cultes disséminés entre Latium et Campanie méridionale au cours des XIIe-XIIIe siècles, en pleine période de réforme de l’Église (S. Piazza). Dans la quatrième et dernière demi-journée, sous la responsabilité de Martine Clouzot, furent posées les questions de l’inventaire des données, de la sauvegarde des restes de peintures, et de la nécessité de ces tâches en vue de leur étude objective et globale. Tour à tour, ces questions furent traitées à partir d’exemples choisis dans les Pays de la Loire, à l’époque romane, (Ch. Davy), dans l’Anjou et le Maine, aux XVe et XVIe siècles, (Ch. Leduc), en Normandie pour les XIVe-XVIe siècles, (V. Juhel). Pour chacune des régions ainsi parcourues, la collaboration s’est imposée, très étroite, entre les conservateurs restaurateurs et les chercheurs, de l’Inventaire comme de l’Université. C’est sur cette touche d’optimisme et, espérons-le, d’avenir, que Françoise Perrot conclut ces deux journées de travail dense et fécond.

3Suivit une journée, le 17 septembre, de visites sur des sites en Bourgogne méridionale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Russo, « Couleur de temps, fragments d’histoires, XIIe-XXe s. : peintures murales en Bourgogne et d’ailleurs », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 8 | 2004, mis en ligne le 20 décembre 2006, consulté le 27 avril 2017. URL : http://cem.revues.org/917 ; DOI : 10.4000/cem.917

Haut de page

Auteur

Daniel Russo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org