Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Etudes & travaux

Les reliques de saints dans les pratiques sociales : espace, échanges et représentations (IXe-XIIe siècles)

Auxerre, 19 et 20 juin 2003
Edina Bozoky

Entrées d’index

Index de mots-clés :

relique, saint
Haut de page

Texte intégral

1L’atelier qui a eu lieu les 19 et 20 juin 2003 a réuni dix intervenants ainsi qu’un groupe de chercheurs et de doctorants autour du thème du lien entre reliques et espace à travers les pratiques sociales.

2Dans son rapport introductif, Edina Bozoky a rappelé que l’idée de cet atelier est née en 2000 ; c’est alors que Dominique Iogna-Prat a proposé de prolonger les ateliers d’Auxerre sur la spatialisation du sacré par une nouvelle thématique, axée sur la politique sociale en rapport avec les reliques. L’intérêt de cette approche apparut dans une série d’études menées les années précédentes, dont celle de D. Rollason consacrée aux reliques, instruments politiques en Angleterre anglo-saxonne, celle de R. Michalowski sur le don d’amitié, la synthèse de Snoeck sur l’usage comparé des reliques et l’Eucharistie, ou encore le travail de M. Mac Cormick sur les réseaux d’échanges économiques. Dernièrement, la thèse d’habilitation de H. Röckelein constitue un travail exemplaire et exhaustif sur les translations de reliques en Saxe au IXe siècle en relation avec l’histoire sociale et familiale.

3L’atelier s’est proposé d’analyser quelques dossiers significatifs, regroupés selon deux axes : reliques et formes de territorialisation d’une part, lieu sacramentel, échanges et pouvoir d’autre part. Anne-Marie Helvétius a présenté une interprétation tout à fait novatrice de l’utilisation des reliques dans les réformes monastiques (Reliques et réformes monastiques : récupération et réorganisation de cultes par les monastères, VIIIe-IXe siècle). Après avoir analysé l’organisation du culte des reliques dans un monastère “modèle”, à Agaune, elle a distingué trois types de discours dans les textes hagiographiques des VIIe-VIIIe siècles, reflétant la réorganisation des communautés monastiques jugées “déviantes” suite à l’intervention des Pippinides : les récits qui ont pour objectif la justification de l’appropriation d’un corps saint (exemple de la Passion de saint Sauve de Valenciennes) ; les discours des communautés “résistantes” qui réclament de garder leurs reliques (exemple : Vie de saint Goar), et enfin, les récits qui correspondent aux querelles internes au sein d’une communauté. Elle a tenté de décrypter les conflits qui se traduisent parfois par des allégories. La réécriture des textes (exemple : la Vie de saint Riquier réécrite par Alcuin), voire la destruction d’écritures anciennes, marque le triomphe de la réforme carolingienne. Anne Wagner a centré son attention sur le cas des reliques à Verdun au XIe siècle (Reliques et espace à Verdun au XIe siècle), où les abbayes et les collégiales rivalisèrent pour affirmer leur prestige par la possession des corps saints dans l’ambiance de la réforme monastique. La production hagiographique contemporaine tenta de démontrer l’ancienneté et le prestige des reliques. La présentation de Jacques Le Maho (Translations de reliques aux frontières du duché de Normandie, 2ème tiers du Xe siècle) a proposé une nouvelle lecture des sources narratives dont celle de Dudon de Saint-Quentin, confrontée aux résultats des fouilles archéologiques. Il étudia d’abord les itinéraires de la fuite des moines qui avaient emporté les reliques lors des invasions normandes, puis la reconstitution des monastères avec l’arrivée des reliques venant ou revenant de l’extérieur. On peut constater que plusieurs translations de reliques ont eu lieu à la périphérie du duché de Normandie, peut-être à l’invitation de Liégarde de Vermandois, épouse de Guillaume de Longue-Épée. Benoît-Michel Tock s’est attaché à analyser le récit de la Translation de sainte Monique, mère de saint Augustin, d’Ostie à Arrouaise en 1161-1162. Cet événement permit de confirmer la place de l’abbaye à la tête de l’ordre. Le récit présente également un intérêt particulier par son caractère autobiographique, que l’auteur, le chanoine d’Arrouaise, met en valeur. La première journée de l’atelier se termina par la communication de Philippe George, qui a brossé un panorama fort riche et complexe des Reliques en pays mosan (IXe-XIIe siècle) : de la sacralisation de l’espace à la thaumaturgie spécialisée.

4L’atelier du vendredi a commencé par la communication d’Eliana Magnani (Reliques et circulation des biens : la pratique du don au Moyen Âge), qui avait réalisé une enquête approfondie sur le don des reliques dans les chartes et d’autres actes de la pratique. Les dons de reliques sont plutôt rares ; on en offre en général en compagnie d’autres biens meubles et trésors. Hedwig Röckelein a analysé la translation des reliques de saint Justin d’Auxerre à Corvey et à Magdebourg à travers le contexte politique, en démontrant leur rôle dans le renouvellement des alliances entre les centres de pouvoir et les abbayes (Translations de reliques, mariages et pouvoir politique au haut Moyen Âge). Fondée essentiellement sur les récits de translation de reliques composées à Naples aux IXe et Xe siècles, la présentation de Thomas Granier a abordé les enjeux conflictuels des reliques pour le pouvoir (villes, princes et évêques) à Naples et à Bénévent (Trophimène et Athanase : conflits et compromis autour de deux transferts de reliques en Italie du sud au IXe siècle). Edina Bozoky a traité le thème de la stabilitas regni en rapport avec la possession des reliques (Reliques, paix et la stabilité du royaume). Dès le VIe siècle, la fonction royale de maintenir la paix, l’ordre social, se trouve en relation non seulement avec la prière des moines, mais aussi avec le pouvoir des reliques. Cette association connaît son apogée dans le mouvement de la Paix de Dieu, lorsque la présence des reliques substitue même la fonction pacificatrice du roi. Pour terminer, Dominique Iogna-Prat a exposé une synthèse sur le lieu de culte en Occident, de l’époque carolingienne au XIIIe siècle, en se concentrant avant tout sur les rituels, notices et récits de dédicace d’autels (Le lieu de culte dans l’Occident médiéval entre saints et Christ). L’articulation entre le dépôt de reliques et eucharistiques dans l’église reflète les changements survenus dans la définition des sacrements et dans la représentation de l’église-bâtiment, particulièrement perceptibles à partir du milieu du XIe siècle.

5Chaque présentation de dossier a été suivie de discussions et de remarques complémentaires. En guise de conclusion, Edina Bozoky a regroupé sous trois points les résultats de cette rencontre. Si les sources utilisées par les intervenants ont été avant tout les récits de translations de reliques, les vitae, les chartes et les inscriptions non pas été oubliées. Chacun s’est montré particulièrement attentif au vocabulaire des textes. En effet, la méthode suivie par tous les intervenants a été fondée sur une relecture approfondie des textes, parfois allant à une véritable dé-construction, pour dégager le sens de certains récits. Il est apparu que le rapport entre discours et “réalité” constitue la principale préoccupation des chercheurs. Malgré la variété des thèmes abordés, les présentations ont avant tout mis en valeur le rôle des reliques dans l’organisation de la géographie politique, à travers les enjeux et conflits entre les différents pôles du pouvoir religieux et laïque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edina Bozoky, « Les reliques de saints dans les pratiques sociales : espace, échanges et représentations (IXe-XIIe siècles) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 8 | 2004, mis en ligne le 14 mars 2007, consulté le 23 mai 2017. URL : http://cem.revues.org/913 ; DOI : 10.4000/cem.913

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org