Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Etudes & travaux

Îles du Moyen Âge

Atelier de la revue Médiévales. Auxerre, 22 et 23 mai 2003
Nathalie Bouloux et Antoine Franzini

Entrées d’index

Index de mots-clés :

île
Haut de page

Texte intégral

1Peu de travaux (Danièle Lecoq, José Montesdeoca…) ont pour l’instant directement abordé ce sujet, plus souvent traité sur un mode transdisciplinaire (Anne Meistersheim) ou pour d’autres périodes (Sylvie Vilatte pour l’Antiquité grecque ; Frank Lestringant, Tarcisio Lancioni, pour le XVIe siècle et au-delà)1. L’atelier se proposait en fait de décliner d’une part un registre imaginaire et symbolique, organisé sur le thème de l’île comme bout du monde, et d’autre part un registre des réalités stratégiques ou économiques, organisé sur le thème de l’île située au carrefour, entre les mondes. En effet, bien que la pertinence d’une telle étude paraisse incertaine, l’île peut néanmoins apparaître comme un terrain favorable à l’étude historique, et la question insulaire être considérée comme un objet d’intérêt particulier pour l’historien médiéviste. Y a-t-il une question insulaire propre à la période médiévale, une fois reconnue la scansion opérée par les Grandes Découvertes ?

2Au cours de la première journée, Odile Redon et Nathalie Bouloux ont d’abord présenté leur traduction du De Canaria de Boccace, un texte rédigé par l’humaniste d’après des lettres de marchands florentins écrites en 1341. Imprégnées de la perspective du marin et de celle du marchand, ces lettres sont spécialement remarquables par l’intérêt qui y est porté aux gens. Elles sont un témoignage précieux sur le peuple des Ganches, bientôt exterminé, comme sur le regard des découvreurs. Nathalie Bouloux a ensuite exposé une synthèse à propos des îles dans les textes et les cartes du Moyen Âge. Elle a successivement interrogé la place des îles dans les descriptions, de la liste à l’insulaire ; leur nature, qui permet de penser l’altérité et les autres mondes ; leurs modalités de représentation, enfin. Frank Lestringant, qui reprenait quelques thèmes traités dans son Livre des îles, a ensuite spécialement abordé la place des îles dans la mise en place d’une structure modulaire au cours de la Renaissance. Mettant en rapport les isolarii avec les genres littéraires, articulant les relations entre îles et déluge, il a finalement mis en valeur le supplément esthétique apporté par la bigarrure et la diversité des îles. Enfin, Antoine Franzini a exposé comment, dans la seconde moitié du Quattrocento, on voit se transformer les discours tenus sur la Corse et les Corses, et précisément apparaître un discours sur la nature des peuples, autrement dit un discours sur le politique, tandis que s’effacent progressivement les discours sur les origines mythiques et l’évocation du merveilleux. Deux opinions dominantes semblent s’opposer à propos de la Corse dans quelques textes humanistes. Elles sont appuyées l’une et l’autre sur l’idée fondamentale que ces peuples n’ont pas encore reçu l’empreinte de la civilisation. Elles ne s’opposent pas seulement d’ailleurs sur la nature de ces peuples – leur sauvagerie, leur perversité, ou au contraire leur vertu. Elles s’opposent surtout sur la façon dont il convient de penser leur gouvernement.

3Au cours de la seconde journée, Guillaume Saint-Guillain a d’abord décrit les seigneuries miniatures des Cyclades, la part qu’y prenaient Grecs et Latins, en particulier les Vénitiens. Évoquant aussi bien la faiblesse démographique, les contraintes économiques, le morcellement juridique, que la persistance des liens de dépendance, il a questionné l’impact du système seigneurial sur la structuration de la société des Cyclades au temps de la domination latine (XIVe-XVe siècles). Mireille Séguy s’est ensuite intéressée au roman de L’Estoire del saint Graal (premier volet du grand cycle du Lancelot-Graal, composé vers 1230). Elle a tenté d’établir que l’espace insulaire s’y donne moins comme un espace référentiel que comme un espace symbolique et surtout poétique, où le récit romanesque trouve à se construire selon les contraintes particulières qui lui sont imposées par sa situation et sa fonction au sein du cycle. Elle a en particulier souligné combien le fantasme qui associe l’espace insulaire à un espace originel était mobilisé dans le cas des récits d’îles de l’Estoire. Enfin, Sébastien Douchet s’est penché sur la description de l’île de Ceylan dans le Devisement du Monde de Marco Polo (1298) et la Rihla d’Ibn Battûta (1355). Le récit des deux voyageurs s’articule autour d’un lieu pivot, centre de l’île, le pic d’Adam, où se trouve l’empreinte du pied d’Adam lorsqu’il fut chassé du Paradis. Le lieu clos de l’île célèbre et fait retour sur une histoire mythique qui se superpose au temps du voyage. Le regard du voyageur se tourne aussi vers les autochtones. L’île en tant que confins est aussi le lieu privilégié d’une interrogation sur l’altérité et sur les limites entre animalité et humanité.

Haut de page

Note de fin

1 D. Lecoq, “L'île aux confins des mondes dans les mappemondes médiévales”, dans Île des merveilles. Mirage, miroir, mythe, D. Reig et G. Chandes (éd.), Paris, 1997, puis “Îles du dedans, îles du dehors. Les îles médiévales entre le réel et l'imaginaire (VIIe-XIIIe siècle)”, dans Les îles, du mythe à la réalité, M. Pelletier, (éd.), Paris, 1998, p. 17-51 ; J. M. Montesdeoca Medina, “Del enciclopedismo grecolatino a los islarios humanitas. Breve historia de un género”, Revista de Filologia, 19, 2001, p. 229-253 ; A. Meistersheim, Territoire et insularité. Le cas de la Corse, Paris, 1991, puis Figures de l'île, Ajaccio, 2001 ; S. Vilatte, L'insularité dans la pensée grecque, Paris, 1991 ; T. Lancioni, Viaggio tra gli isolari, Milan, 1991 ; F. Lestringant, Le livre des îles : atlas et récits insulaires de la Genèse à Jules Verne, Genève, 2002.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Bouloux et Antoine Franzini, « Îles du Moyen Âge », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 8 | 2004, mis en ligne le 20 décembre 2006, consulté le 27 avril 2017. URL : http://cem.revues.org/909 ; DOI : 10.4000/cem.909

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org