Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS

Croisements

Eliana Magnani

Texte intégral

1Comme chaque année, la publication du Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, Études et travaux, est l’occasion pour l’équipe de médiévistes bourguignons de faire le point sur les activités et travaux réalisés, de donner les premiers résultats des recherches en cours et de présenter les projets et les collaborations à venir. Ce volume témoigne encore une fois de la dynamique qui s’est installée depuis plus de dix ans autour du pôle auxerrois et dijonnais, où archéologues, historiens et historiens de l’art croisent leurs perspectives en vue d’une compréhension à la fois plus minutieuse et plus ample du Moyen Âge en Occident. C’est dans ce sens que l’intégration institutionnalisée des archéologues de l’inrap (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) à l’umr 5594 a été envisagée et doit se concrétiser prochainement. D’ores et déjà, la coopération a été discutée sur la base de projets de recherche, dont on trouvera ici, pour commencer, des propositions concernant l’habitat haut médiéval (D. Billoin, P. Chopelain) et la systématisation des informations relatives aux matériaux lithiques (D. Lamotte).

2Pour ce qui est du bilan des dernières opérations archéologiques menées par le cem et ses collaborateurs, elles ont permis d’apporter des éclairages considérables, en attente de futures synthèses, sur des thèmes développés par le groupe. Ainsi, la question de la topographie et de l’articulation des espaces monastiques et ecclésiastiques est au centre des interventions qui ont concerné des cryptes, cloîtres et avant-nefs. Aussi bien dans le cadre du suivi de l’important projet de restauration de la cathédrale Saint-Étienne d’Auxerre (C. Sapin), que des études relatives à la rotonde de Saint-Bénigne de Dijon (C. Sapin, C. Malone), à l’église Notre-Dame-sous-Terre au Mont-Saint-Michel (C. Sapin), ou encore à Saint-Aignan d’Orléans (C. Arnaud, P. Martin), il a été question, entre autres, de mieux déceler la place des cryptes, leurs transformations et leur connexion avec les origines et les autres composantes de ces monuments. Les campagnes de 2001 et 2003 de la fouille programmée du prieuré de Saint-Sauveur de Melun ont ainsi mis au jour un état de l’église et de la crypte datant de la fin du Xesiècle, préfigurant les structures du XIe siècle (F. Henrion).

3Dans l’ancienne abbatiale de Gigny, des prospections radar et électrostatiques réalisées sur le parvis ont attesté la présence de massifs maçonnés qui pourraient confirmer, après étude, l’hypothèse de l’existence d’une avant-nef ou d’une galilée disparue (C. Sapin). Alors que les vingt années d’investigations de terrain à Autun ont touché à leur fin, la dernière campagne de fouille dans le cloître canonial de Saint-Nazaire a révélé des structures qui peuvent bien être celles d’une domus ecclesiae des IIIe-IVe siècles et du cloître carolingien (S. Balcon, W. Berry). Une occupation aussi ancienne du site de l’église Saint-Pierre à Saint-Père, près de Vézelay, en rapport avec la présence d’un sarcophage mérovingien, a pu être confirmée lors de la dernière intervention de terrain (C. Sapin). Les sarcophages de pierre du nord de la Bourgogne, leurs centres de production et les formes de leur diffusion au haut Moyen Âge, sont par ailleurs l’objet du mémoire de DEA de Fabrice Henrion.

4Les matériaux du bâti, du bois à la pierre, en passant par les enduits et la terre cuite, sont l’autre axe des activités archéologiques. Les témoins de bois recueillis dans la charpente de la cathédrale Saint-Étienne d’Auxerre ont permis de constituer un corpus considérable ­­– encore unique par son nombre – soumis aux analyses dendrochronologiques (S. Aumard). Dans la perspective de renseigner l’archéologue, souvent confronté à l’urgence de la conservation, une journée d’information a été organisée autour des techniques de prélèvement et d’échantillonnage dendrochronologique (S. Aumard, C. Lavier). La cathédrale d’Auxerre a fourni également un grand nombre de tuiles, sur lesquelles ont été réalisées une classification typologique et des analyses archéomagnétiques. Ce matériel sera parmi les objets d’étude du programme en cours consacré aux terres cuites architecturales de l’Yonne (S. Aumard). Une étape importante de cette enquête concerne la recension des centres producteurs. Il s’agit de la démarche qui est également au départ du doctorat de Michel Maerten sur les ateliers de potiers en Bourgogne du sud, de l’Antiquité au XIXe siècle. Placée sur la longue durée, cette thèse permet de réfléchir non seulement sur le statut des objets et le contexte économique et social de leur élaboration, mais aussi sur leur place dans la recherche archéologique.

5Les matériaux et les techniques ont été l’un des axes de réflexion du colloque, associée à une exposition, qui s’est tenu à Sens en janvier 2004, à l’initiative de Fabienne Ravoire et d’Anne Dietrich, sur la cuisine et la table en France à la fin du Moyen Âge. Marquées volontairement par une perspective interdisciplinaire, les différentes interventions ont dressé le bilan de la recherche sur le thème, en traitant, en plus des contenants, de la table à partir des sources historiques, iconographiques et archéologiques, de la préparation des repas et de la production alimentaire végétale et animale.

6Lieu de convergence pour l’archéologie, l’histoire de l’art et l’histoire, l’analyse du décor mural suppose, en aval, d’étudier de façon détaillée les fragments recoltés. À l’instar des travaux menés actuellement autour du matériel recueilli à Cergy, Souvigny et Soissons, cette analyse permet d’établir des repères chronologiques et de restituer les techniques employées ainsi que les motifs représentés voire un programme décoratif plus large (E. Boissard). En amont, les questions abordées lors du colloque qui s’est tenu à Dijon en septembre 2003 sur les peintures murales en Bourgogne et ailleurs, en parallèle avec l’exposition “Couleur de temps, fragments d’histoires, XIIe-XXe siècles”, sont bien représentatives de l’enjeu d’une approche conjuguée de ces décors. En vue d’une compréhension objective et globale, les intervenants ont discuté du rapport au support, du cadre liturgique, des usages, des choix iconographiques, des demandes et des milieux sociaux intéressés par ce type de décor, du problème de l’inventaire des données et de la conservation des restes de peintures (D. Russo). On retrouvera une partie de ces problèmes, mais déclinés en relation au stuc et aux décors sculptés, dans le colloque qui aura lieu à Poitiers en septembre 2004, accompagné d’une exposition. Vingt ans après les découvertes faites à Vouneuil (1984), près de Poitiers, ce sera l’occasion de discuter des nouvelles hypothèses concernant cet ensemble iconographique remarquable du VIe siècle, de la tradition et de la diversité en Europe du décor en stuc et de sa place dans les origines de la sculpture médiévale (C. Sapin).

7“La création artistique en France autour de 1400” sera le thème des XIXes Rencontres de l’École du Louvre qui se tiendront à Paris et à Dijon en juillet 2004. Elles se placent dans le cadre des nombreuses manifestations consacrées cette année en France aux arts autour des années 1400, et dont fait partie l’exposition “L’art à la cour de Bourgogne‑: le mécénat de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur (1360-1420)”, présentée au musée des Beaux-Arts de Dijon du 28 mai au 15 septembre 2004. Toutes ces manifestations, comme le fait remarquer Daniel Russo, reflètent un tournant significatif dans les repères historiographiques des arts visuels. Il s’agit de dépasser l’usage de notions non opérantes, et de dégager plutôt la chronologie précise d’un important phénomène de renouveau pictural, les années 1400, et des identifications basées dans les grands foyers artistiques, villes et cours princières. Les années 1400, mais en Italie, à Sienne, sont aussi le point d’aboutissement de la thèse d’Anne-Laure Imbert sur les “Problèmes de représentation de la nature et du paysage dans la peinture siennoise (1270-1480)”. Au-delà d’un style historique siennois, la construction du paysage est envisagée ici également selon des enjeux économiques, politiques, religieux et littéraires.

8Toujours dans le domaine des arts, les médiévistes de l’umr 5594 se sont réunis en avril 2004, au Musée de la Musique à Paris, autour de l’exposition “Moyen  Âge, entre ordre et désordre”.  Cette journée, organisée par Martine Clouzot, a permis de débattre de la musique médiévale à partir de points de vue divers‑: iconographique, artistique et théâtral.

9Plusieurs activités et travaux historiques ont eu trait à la Bourgogne de la fin du Moyen Âge. Lors des séminaires de dea sous la direction de Vincent Tabbagh, des étudiants et des chercheurs ont présenté et discuté des travaux abordant la relation, à première vue paradoxale, entre la culture de cour et la vie religieuse, ainsi que des rapports possibles, mais très distendus, entre la liturgie et la pastorale. La riche documentation comptable bourguignonne de l’époque du duc Philippe le Bon est à la base de deux études qui offrent un bon exemple de la multiplicité d’approches possibles ouvertes par ces sources. D’une part, le médiéviste japonais Takemi Kanao a donné suite à ses recherches sur les finances et la fiscalité ducale en dépouillant plus de 130 registres de la série B des Archives départementales de la Côte-d’Or des années 1420, concernant cinq bailliages aux traditions fiscales très diverses. D’autre part, c’est sur des registres da la période 1430-1455 que s’est fondée la thèse de doctorat de Sophie Jolivet-Jacquet sur le costume et le dispositif vestimentaire à la cour de Philippe le Bon. Aussi bien les rapports entre habillement et pouvoir que le fonctionnement matériel de la cour sont parmi les prémices de ce travail.

10À l’autre extrême chronologique, le haut Moyen Âge, le colloque qui se tiendra en avril 2005 sur Haymon d’Auxerre à l’initiative de Sumi Shimahara et le mémoire de maîtrise de Marie-Laure Goût sur lieux sacrés dans les Miracula sancti Germani d’Heiric d’Auxerre et dans les Gesta des évêques d’Auxerre laissent présager la reprise, depuis longtemps souhaitée, des études sur la riche période carolingienne auxerroise par des jeunes chercheurs.

11Dans le cadre des développements, directs ou indirects, des ateliers de 1997 et 1998 lancés par Dominique Iogna-Prat sur la spatialisation du sacré dans l’Occident latin, on trouvera dans ce bulletin les comptes-rendus ou des projets de rencontres s’intéressant aux lieux et aux marqueurs de la sacralité : de l’autel (A. Rauwel, mai 2003), aux reliques des saints (E.‑Bozoki, juin 2003), en passant par les mises en scène et mémoires de consécration d’église (D. Méhu, juin 2005). Un autre espace, celui de l’île, dans ses acceptions imaginaires et symboliques ou dans ses implications stratégiques et économiques, a été l’objet de l’atelier auxerrois de la revue Médiévales en mai 2003 (N.‑Bouloux et A.‑Franzini).

12À Auxerre s’est tenu également la première d’une série de trois tables rondes organisées par Patrick Henriet portant sur les sacralités royales en Péninsule ibérique, en association avec le Séminaire interdisciplinaire de recherches sur l’Espagne médiévale (sirem, gdr 2378). Consacrées au haut Moyen Âge, les discussions ont souligné un modèle original de cléricalisation du pouvoir en Péninsule ibérique qui n’exclut cependant pas des rapprochements avec ce qui est connu dans l’aire franque et ottonienne. Les mécanismes du pouvoir dans le monde carolingien sont par ailleurs l’un des axes du projet de recherche de Geneviève Bührer-Thierry sur le rôle des femmes dans la transmission des patrimoines et dans les stratégies sociales de l’aristocratie franque.

13Enfin, dans le domaine de l’historiographie, le colloque sur André Déléage (1903-1944) organisé en septembre 2003 par Alain Guerreau, a été l’occasion de revenir sur la personnalité, l’œuvre et les méthodes de ce grand historien de la société bourguignonne médiévale. Du  deuxième atelier “Le Moyen Âge vu d’ailleurs” qui a réuni des médiévistes européens et latino-américains à São Paulo, en octobre 2003, on trouvera ici les conclusions générales (L. M. Mongelli), ainsi que les rapports historiographiques sur le politique au Moyen Âge au Portugal (J. Gonçalves de Freitas), sur les tendances et les traditions de la médiévistique en Espagne (P. Martínez Sopena), et sur les échanges récents entre médiévistes français et allemands (J.-C. Schmitt). Dans le troisième atelier prévu à Madrid en juin 2005, seront discutés, entre autres, les recherches archéologiques des vingt dernières années en Espagne, France et Portugal et les “héritages” médiévaux dans les systèmes coloniaux d’Amérique latine (E. Magnani).

14Nous espérons que le lecteur appréciera la diversité des approches, la richesse des informations et le croisement des perspectives réunis dans ce Bulletin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eliana Magnani, « Croisements », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 8 | 2004, mis en ligne le 13 décembre 2006, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cem.revues.org/827

Haut de page

Auteur

Eliana Magnani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org