Navigation – Plan du site
12

Diversité

Eliana Magnani

Texte intégral

1Cette douzième livraison du Bulletin du CEM reflète la diversité et l’intensité de l’activité scientifique développée par l’équipe des médiévistes de l’ARTeHIS (UMR 5594) autour du Centre d’études médiévales d’Auxerre ainsi que ses collaborations élargies.

2L’année écoulée a été marquée par le colloque international consacré à la cathédrale Saint-Étienne d’Auxerre, où ont été présentés les résultats significatifs des travaux pluridisciplinaires réalisés ces dernières années, alors que s’y poursuivent toujours des enquêtes archéologiques dans la crypte (C. Sapin) et des restaurations (S. Aumard). De multiples recherches archéologiques sur des bâtiments et des sites ecclésiastiques sont en cours en Bourgogne – avec, entre autres, la découverte de l’autel de Cluny II (A. Baud et C. Sapin) –, en France – avec, par exemple, l’attestation désormais assurée de l’occupation du site de la collégiale de Saint-Quentin dans l’Aisne depuis le IVe siècle (C. Sapin) et une thèse remarquée sur le palais abbatial de Saint-Claude dans le Jura (S. Bully) –, et plus largement en Europe – avec les fouilles à Saint-Gérard de Brogne en Belgique (C. Sapin), à Billys en Albanie (P. Chevalier, S. Muçaj, N. Beaudry, T. Kozelj et M. Wurch-Kozelj), et en Croatie, à Salona près de Split (P. Chevalier, J. Mardešić et M. Čaušević-Bully) et à Osor dans l’île de Cres (S. Bully, I. Maric, M. Čaušević-Bully et M. Jurković). À ces fouilles vient s’ajouter le projet CARE, Corpus Architecturae Religiosae Europeae, retenu en 2007 par l’Agence nationale de la recherche (ANR ; P. Chevalier et C. Sapin). S’intéressant aux édifices religieux antérieurs à l’an Mil, ce nouveau programme qui insère la France dans une démarche européenne, est un complément significatif à d’autres projets collectifs nationaux et internationaux (GDRE, PCR…). Ces projets touchent aux méthodes de datation aussi bien à partir des matériaux que des techniques de construction, dont les terres cuites (C. Sapin) et les toitures historiques, sujet, notamment, d’un atelier européen qui se réunira à Auxerre en octobre 2008 (S. Aumard) et d’une thèse doctorale dédiée aux toitures polychromes en Bourgogne entre le XIVe et le XXe siècle (C. Baradel-Vallet).

3Le développement des corpus et des référentiels pour alimenter la base de données Archéomatériaux (terres cuites, mortiers, pierres…) ont été au centre de la recherche postdoctorale de Stéphane Büttner (CNRS), et le thème des premiers travaux universitaires de jeunes chercheuses (M. Foucher et L. Subtil). Les matériaux sont également envisagés dans le contexte funéraire, que ce soit le grès utilisé dans les sarcophages du Massif central (F. Henrion) ou le bois comme élément de l’aménagement des tombes, dont les approches possibles ont été discutées lors d’une journée d’études préparatoire d’une table ronde qui se tiendra à Auxerre en octobre 2009 (F. Carré et F. Henrion).

4Ce sont les fouilles des sépultures mérovingiennes qui ont livré des plaques-boucles de ceinture à motifs chrétiens, thème d’une thèse récente sur les témoins de l’est de la Gaule (R. Poulain) et de recherches sur leur typologie (H. Gaillard de Sémainville). Les plaques-boucles ou bien les sarcophages, parmi d’autres, ont été des dossiers traités dans le cadre d’un nouveau projet collectif de recherches de l’équipe des médiévistes d’ARTeHIS UMR 5594, qui a pris l’objet comme élément pouvant articuler différentes disciplines, en faisant intervenir un large spectre de sources, pour contribuer au projet commun sur les rapports entre « nature et culture », depuis le Néolithique jusqu’au Moyen Âge (E. Magnani et D. Russo). La question de l’objet sera traitée lors de la table ronde qui se tiendra à Auxerre en octobre 2008, consacrée aux thésaurisations à l’époque carolingienne et leurs implications mémoriales (M. Besseyre et Ph. Cordez). Elle est aussi l’un des axes empruntés par le colloque organisé dans l’ancien hôtel-Dieu de Tonnerre en septembre 2008, sur les établissements hospitaliers du Moyen Âge au XXsiècle, à l’occasion du 700e anniversaire de la mort de la fondatrice, Marguerite de Bourgogne (S. Le Clech).

5Dans le domaine de l’histoire de l’art, alors qu’on porte un éclairage sur les anciens décors ornementaux romans de l’église paroissiale de Saint-André-des-Eaux (Côtes d’Armor ; M. Dupuis) et que des polychromies ont été découvertes dans le portail de l’église Saint-Pierre-le-Moutier (Nièvre ; J. Rollier-Hanselmann), la datation des peintures murales de la cathédrale Saint-Cyr de Nevers, d’après leur analyse stylistique et iconographique, a été revue et placée dans la seconde moitié du XIsiècle par Barbara Franzé, dans le cadre de ses recherches postdoctorales (Région Bourgogne). D’un autre côté, le décor sculpté et peint des églises à l’époque romane et leur mise en relation avec les inscriptions épigraphiques sont au départ d’un projet de recherches novateur sur l’« épiconographie » dans deux régions-témoin, la Bourgogne et le Latium (S. Riccioni). Ces questions rejoignent les enquêtes récentes sur l’espace ecclésial, dont l’un des éléments, l’arc triomphal, sera traité sur la longue durée, lors d’une table ronde à Auxerre en septembre 2008 (C. Roux), alors que vient de paraître le recueil des communications de l’atelier auxerrois de juin 2005 sur la consécration d’églises, réunissant des historiens, des historiens de l’art et des archéologues (D. Méhu), ainsi que la traduction française de l’ouvrage sur la rotonde de Saint-Bénigne de Dijon (C. Malone). Les travaux récents sur la polychromie et les restaurations du célèbre Puits de Moïse de Claus Sluter († 1406) dans le cloître de la Chartreuse de Champmol, à Dijon, ont suscité de nombreux débats qui seront repris lors d’un colloque international qui se tiendra à Dijon en octobre 2008 (S. Jugie et D. Russo).

6Des études sont également menées sur des manuscrits enluminés dans une perspective de compréhension globale de l’objet-livre et de son contenu. Tandis que le manuscrit 1 de la bibliothèque de Semur-en-Auxois, provenant de l’abbaye de Saint-Jean de Réome (Moutiers-Saint-Jean), est depuis deux ans analysé dans le cadre d’un programme pédagogique de recherches en Master 2 à l’université de Bourgogne, à l’intersection des textes hagiographiques et liturgiques, des images et de la notation musicale (E. Magnani et D. Russo), les tables des canons de l’imposante Bible de Saint-Bénigne de Dijon (Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 2) sont reconsidérées dans leur intégralité (M. C. Pereira). La manière dont les dispositifs graphiques et iconographiques de toute sorte sont agencés sur des différents supports, pose la question de leur « présentation ». C’est cette notion, mise en valeur par les travaux de Jack Goody, qui a été au cœur des discussions entre anthropologues, historiens de l’art et historiens lors de la deuxième édition du séminaire « Histoire de l’art et anthropologie » (E. Magnani et D. Russo). La démarche qui fait intervenir les différentes disciplines des sciences sociales sur les concepts mis en œuvre dans la recherche actuelle, se retrouve aussi dans la publication en 2007 des actes la table ronde auxerroise de janvier 2006 sur le Don et sciences sociales (E. Magnani).

7Les recherches relatives à la musique et aux musiciens comme élément de connaissance de l’organisation sociale, de la création et des constructions intellectuelles ont inspiré l’enquête menée sur le motet 10 de Guillaume de Machaut (v. 1300-1377) par un groupe de jeunes étudiants (C. Mercier, A. Roux, V. Vermeulen et J. Verpiot). Alors que le livre de Martine Clouzot, Images de musiciens (1350-1500), vient de paraître, le deuxième atelier consacré aux Figures de musiciens aura lieu en juin 2009 et traitera des inventions de la musique au Moyen Âge (M. Clouzot et E. H Aubert). La musique est aussi l’un des éléments articulateurs du colloque organisé à Tours en juillet 2008, sur les Proportions (V. Zara).

8À la suite de la parution de la traduction des Gestes des évêques d’Auxerre (2002 et 2006), le colloque « Liber, gesta, histoire », qui s’est tenu à Auxerre en juin 2008, a été l’occasion d’envisager l’écriture de l’histoire des évêques et des papes sur la très longue durée, depuis l’Antiquité à nos jours (M. Sot). Dans ce sens de réévaluation des sources écrites, le dossier hagiographique du haut Moyen Âge de saint Léger, évêque d’Autun, a été repris par le groupe HagHis, qui a réalisé, entre autres, la traduction de la Passion du saint (S. Gioanni, B. Dumézil et C. Mériaux). L’hagiographie a été aussi l’un des axes articulateurs de la thèse de doctorat sur Les corps saints inhumés dans les sanctuaires du diocèse de Langres, VIe-XVIsiècle (L. Durnecker).

9Les études sur l’école carolingienne d’Auxerre continuent à se développer et, après la parution en 2007 du volume réunissant les contributions présentées lors de l’atelier de 2005 sur l’œuvre exégétique d’Haymon d’Auxerre (S. Shimahara), un autre atelier, en octobre 2008, se penchera sur la relation entre l’exégèse et la prédication, jusqu’au XIIe siècle (S. Shimahara et J. Gomes). L’intérêt pour les textes, et plus largement pour l’écrit médiéval, est, par ailleurs, le thème qui fédère le groupe européen de recherches doctorales Texts and Identities in the Early Middle Ages, dont la prochaine réunion se tiendra à Auxerre, en octobre 2008 (R. Le Jan). La dimension sociale de l’écrit est aussi au cœur des préoccupations du projet sur l’écrit diplomatique des CBMA (Chartae Burgundiae Medii Aevi), de ses journées d’études annuelles et du colloque prévu à Auxerre en septembre 2009 (M.-J. Gasse-Grandjean, E. Magnani et I. Rosé). La production diplomatique est, par ailleurs, discutée dans la thèse d’habilitation à diriger des recherches qui considère le pouvoir sur la terre et les hommes dans l’Autunois au haut Moyen Âge (O. Bruand), de même que dans la thèse doctorale sur le « Vieux Château » de Noyers-sur-Serein (Yonne ; F. Cayot), et dans le colloque « Nouveaux servages » et société en Europe (XIIIe-XXsiècle), qui s’est déroulé à Besançon en octobre 2007 (N. Carrier).

10Sur les communautés religieuses, on trouvera le bilan intermédiaire du programme de recherches sur les collégiales de Bourgogne au Moyen Âge (V. Tabbagh) et le projet de base de données relatif aux monastères français, dont l’objectif est de réunir de manière raisonnée les informations sur l’archéologie et l’histoire des établissements médiévaux (N. Deflou-Leca). Ce projet est soutenu par le CERCOR (Centre européen de recherche sur les congrégations et les ordres religieux), qui présente la 32e édition de son Bulletin (L. Viallet). C’est avec beaucoup d’émotion que nous rendons hommage ici à Hélène Morin, décédée le 4 juin. Nous nous souviendrons toujours de son accueil discret et attentionné dans les locaux de l’université Jean Monnet à Saint-Étienne et de son travail remarquable avec la base de données Le Monde cistercien.

11Enfin, pour ce qui est de l’historiographie et dans le prolongement des échanges noués avec les médiévistes latino-américains, deux articles se penchent sur la médiévistique brésilienne à partir d’une documentation renouvelée (N. B. Almeida, W. C. Asfora, E. H. Aubert et G. C. G. Castanho).

12Nous souhaitons que ce nouveau numéro du Bulletin du CEM apporte au lecteur de la matière pour la réflexion, les discussions et les échanges autour d’une recherche toujours plus intense et diverse sur le Moyen Âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eliana Magnani, « Diversité », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 12 | 2008, document 12, mis en ligne le 15 août 2008, consulté le 22 avril 2014. URL : http://cem.revues.org/7612 ; DOI : 10.4000/cem.7612

Haut de page

Auteur

Eliana Magnani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org