Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Projets de rencontres 2008-2009

Exégèse et prédication (IXe-XIIe siècle)

Auxerre, Centre d’études médiévales, 3 et 4 octobre 2008
Sumi Shimahara et João Gomes

Entrées d’index

Index de mots-clés :

exégèse, prédication
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. J. Soler, Vie et Mort dans la Bible, Paris, 2004 ; M. Douglas, L’anthropologue et la Bible. Le (...)
  • 2  Cf. J.-L. Bataillon, « Chronique de Doctrines Médiévales : exégèse, prédication et morale pratique (...)
  • 3  P. Descola, Par-delà Nature et Culture, Paris, 2005, p. 316-317 et 409-410 : « Grâce à un jeu de r (...)

1Étudier l’exégèse en tant que prédication, c’est s’intéresser à son statut social et à sa fonction spirituelle : les commentaires bibliques constituent une forme de prédication, savante, écrite, aux IXe-XIIe siècles, pour lesquels nous ne conservons que peu de traces de la prédication orale. On sait leur fonction monastique – une aide à la lectio diuina –, pastorale – les évêques en sont commanditaires ou auteurs – et scolaire. Cette dernière dimension, liée à l’origine aux deux premières, s’affirme de plus en plus au fil du temps. L’atelier cherchera à comprendre les fonctions du prédicateur et de la prédication en adoptant plusieurs lectures de textes bibliques qui émanent eux-mêmes de types du prédicateur médiéval : les prophètes et Paul. On cherchera, tout d’abord, à savoir si l’un de ces corpus est préféré à une époque, en un lieu, en un milieu social, voire par certains auteurs, à partir du panorama des commentaires de ces livres. Les contributions éclaireront ensuite, par une série d’études de cas sur des thèmes communs, la spécificité de chaque auteur. Il s’agira d’abord de déterminer s’il existe un lien entre le profil social de chaque auteur et sa vision de la prédication, selon une approche ecclésiologique : en explicitant les prescriptions bibliques, le commentateur actualise le Livre et parle de la société de son temps. Le questionnement anthropologique constituera une seconde approche. Cette dimension, difficile à cerner dans l’exégèse médiévale, n’a pas fait l’objet de développements approfondis, alors que la Bible – surtout l’Ancien Testament – a déjà été étudiée sous cet angle, en particulier pour ses multiples références au sacrifice et pour ses interdits alimentaires complexes 1. On pourrait alors aborder l’interprétation biblique médiévale en tant que prédication, en tant qu’accomplissement en acte de cette dimension 2. Les conditions de la pratique, l’insertion dans un rite, dans une cérémonie précise ou dans le cadre d’une occasion exceptionnelle, gagneraient à être mieux comprises. Les réflexions de Philippe Descola peuvent aider à penser ces deux « privilèges » de la prédication – de la parole et de la médiation – et de l’interprétation, également exercice de médiation 3.

Programme

2Gilbert Dahan, Introduction

  • Les grandes lignes de l’interprétation des livres en question à l’aube du IXe siècle – pour s’attacher aux inflexions de chaque auteur ;

  • Le panorama des lieux, où chaque livre est commenté entre le IXe et le XIIe siècle.

I. L’exégèse des prophètes

3A. Les prophètes conseillers du pouvoir

  • Caroline Chevalier-Royet, Les commentaires carolingiens sur les Rois (Claude, Raban, Angélome, le pseudo-Jérôme) ; passages ciblés sur les rapports entre les prophètes et les rois

  • Sumi Shimahara, Daniel, Joël, Amos, Abdias, IXe-XIe siècle

4B. Les prophètes opposés au pouvoir en place

  • Alfonso Hernandez, Osée, IXe-XIe siècle

  • João Gomes, Osée-Abdias dans l’exégèse monastique du XIIe siècle

II. L’exégèse paulinienne

  • Pierre Boucaud, L’exégèse carolingienne (jusqu’au Xe siècle)

  • Cédric Giraud, L’idéal du théologien/prédicateur dans la glose ordinaire

  • Maria-Valeria Ingegno, L’exégèse monastique du XIIe siècle

III. Le rapport entre exégèse et prédication au peuple/liturgie

5A. L’exégèse dans la pratique pastorale

  • Gerda Heydemann, Le cas de Théodulfe d’Orléans (confrontation entre exégèse et prédication de facto)

  • Marianne Pollheimer, Le cas de Raban Maur (confrontation exégèse et prédication de facto)

  • Mary et Richard Rouse, Le cas d’Haymon d’Auxerre (usage de l’homéliaire à l’office)

  • Guy Lobrichon, La dissociation entre exégèse savante et prédication publique dans les commentaires sur l’Apocalypse vers 1100

6B. La prédication théorisée

  • Florence Close, Prêcher la Trinité dans le royaume carolingien. Un facteur de cohésion de l’Imperium christianum ?

  • Alain Rauwel, Le Verbe et la glose : la Parole dans les expositiones missae du IXe siècle

  • Claire Angotti, Le prédicateur d’après les sermons de Pierre Lombard

  • Emmanuel Bain, Le rapport entre prédication et commentaire chez Matthieu et chez Pierre le Mangeur (aspects prophétiques et apostoliques du livre)

Conclusion

  • 4 Voir, pour commencer, M. Mauss et H. Hubert, « Essai sur la nature du sacrifice », in M. Mauss, Œuv (...)

7Existe-t-il une spécificité de l’exégèse prophétique et de celle de Paul ? Les commentaires de ces textes fondent-ils un « discours prophétique » ou un « discours apostolique », c’est-à-dire des discours qui sont porteurs à la fois d’un sens exégétique propre et, aussi, du rôle à jouer par l’interprète, le « médiateur » 4, dans la société ? Cela revient à poser la question de l’indépendance intellectuelle de l’exégèse, à faire la part lecture du texte biblique et exposé idéologique.

Haut de page

Notes

1  Cf. J. Soler, Vie et Mort dans la Bible, Paris, 2004 ; M. Douglas, L’anthropologue et la Bible. Lecture du Lévitique, Paris, 2004 [titre original : Leviticus as Literature].

2  Cf. J.-L. Bataillon, « Chronique de Doctrines Médiévales : exégèse, prédication et morale pratique », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 86 (2002), p. 145-158.

3  P. Descola, Par-delà Nature et Culture, Paris, 2005, p. 316-317 et 409-410 : « Grâce à un jeu de règles reposant sur l’analogie, l’inversion et le dédoublement, un univers émietté par des discontinuités multiples devient intelligible dans toutes ses connexités et, au prix d’une déférence sans faille aux obligations rituelles et aux prescriptions de l’étiquette, habitable par chacun sans confusion de lieu ni de statut » ; ou, encore : « Sans doute les humains peuvent-ils prétendre à une singularité moins indécise du fait qu’ils s’arrogent le privilège de l’interprétation en se prenant eux-mêmes comme gabarits d’ordonnancement dans leur travail d’accoucheurs de sens. »

4 Voir, pour commencer, M. Mauss et H. Hubert, « Essai sur la nature du sacrifice », in M. Mauss, Œuvres 1, Paris, 1969, p. 193-307 [éd. originale : Année sociologique, 2 (1899), p. 29-139].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sumi Shimahara et João Gomes, « Exégèse et prédication (IXe-XIIe siècle) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 09 avril 2009, consulté le 28 juin 2017. URL : http://cem.revues.org/7392 ; DOI : 10.4000/cem.7392

Haut de page

Auteurs

Sumi Shimahara

Articles du même auteur

João Gomes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org