Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Projets de recherche

Le groupe « HagHis » et les Vitae de saint Léger d’Autun

Bruno Dumézil, Stéphane Gioanni et Charles Mériaux

Entrées d’index

Index de mots-clés :

vita, Léger d’Autun (saint)

Index géographique :

France/Autun
Haut de page

Texte intégral

1Nous signalons la création d’un groupe de recherche sur l’hagiographie du haut Moyen Âge (HagHis), organisé par Bruno Dumézil, Stéphane Gioanni et Charles Mériaux, réunissant des philologues et des historiens. Les membres se réunissent plusieurs fois par an pour étudier le dossier hagiographique de saint Léger d’Autun et proposer une nouvelle traduction de la Passion. Nous avons commencé par traduire le fragment de la Vita de l’anonyme d’Autun – les seuls chapitres 23-37 de la Vita prima reconstituée par B. Krusch dans MGH SRM, t. V, p. 304-320 – avant d’aborder la Vita d’Ursin (ibid., p. 323-356). L’ensemble permet non seulement de travailler sur le personnage historique de Léger, mais aussi d’aborder, à partir d’un cas précis, les problèmes de la réécriture hagiographique, puisque les deux Vies ont été fondues ensemble dans le courant du VIIIe siècle. Ce travail devrait déboucher prochainement sur une publication. Les réunions se tiennent chaque trimestre en Sorbonne (salle Perroy).

2En complément, le groupe souhaite organiser des journées d’étude sur l’hagiographie du haut Moyen Âge, où seront conviés doctorants, chercheurs débutants et chevronnés, afin de confronter méthodes et problématiques de recherche. La première rencontre, le 27 janvier 2009, portera sur la Vie de saint Éloi. Ce document est capital pour notre connaissance de la royauté mérovingienne du VIIe siècle du fait de la personnalité de son sujet, monétaire de Clotaire II puis de Dagobert, devenu, à la mort du souverain (639), évêque de Noyon/Tournai. C’est également un texte essentiel pour l’histoire du genre hagiographique puisqu’il emprunte à un grand nombre de sources (bibliques et hagiographiques) et, en retour, servit de modèle à un très grand nombre de textes postérieurs. C’est enfin un document-clef pour l’histoire de la philologie : l’édition très partielle procurée par Bruno Krusch (1902), outre le fait qu’elle laisse de côté un manuscrit capital – Tours, Bibliothèque municipale, 1028, du Xe siècle –, repose sur des présupposés et des choix aujourd’hui contestés. Le but de cette première rencontre est ainsi de faire le point sur un ensemble de problèmes philologiques et linguistiques, débattus depuis près d’un siècle – auteur, remanieur, sources utilisées, réception de l’œuvre – à la lumière des progrès considérables réalisés désormais grâce à une meilleure connaissance de la tradition manuscrite des œuvres médio-latines, à l’utilisation des banques de données textuelles, etc. Mais, il s’agira également d’examiner les implications que ces observations peuvent avoir sur notre connaissance d’Éloi, de la royauté et de l’épiscopat mérovingien.

3Le calendrier et la présentation des travaux d’HagHis peuvent être consultés sur le site internet réalisé par Sylvie Joye : http://haghis.blogspot.com/​2008/​02/​traduction-des-vies-de-saint-lger.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Dumézil, Stéphane Gioanni et Charles Mériaux, « Le groupe « HagHis » et les Vitae de saint Léger d’Autun », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 02 juillet 2008, consulté le 22 août 2017. URL : http://cem.revues.org/7232 ; DOI : 10.4000/cem.7232

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org