Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Projets de recherche

Le manuscrit 1 de la Bibliothèque municipale de Semur-en-Auxois, provenant de l’abbaye de Saint-Jean de Réome (Moutiers-Saint-Jean) : programme pédagogique de recherche

Daniel Russo et Eliana Magnani

Texte intégral

1Depuis 2006, le manuscrit 1 de la Bibliothèque municipale de Semur-en-Auxois est l’objet d’un programme pédagogique de recherche collective, développé dans le cadre des séminaires de Master 2 de l’université de Bourgogne 1, avec le concours de la Bibliothèque de Semur-en-Auxois et de son conservateur, Jean-Claude Sosnowski 2.

2Ce manuscrit est un recueil composite, de 260 mm x 207 mm et 78 folios, provenant de l’abbaye de Saint-Jean de Réome (Moutiers-Saint-Jean), dont les différentes composantes ont été réalisées probablement entre le Xe et le XVe siècle 3. Un premier ensemble (fol. 0-69v) est constitué de plusieurs pièces du dossier hagiographique du fondateur et premier abbé du monastère (vers 470), Jean 4, organisé en lectures pour les fêtes de l’anniversaire (28 janvier) et de la translation (22 septembre 5) du saint, rythmé, en grande partie, par des initiales enluminées. Plusieurs pièces des offices des vêpres, des laudes et des matines, propres à l’anniversaire et à la translation de Jean de Réome, sont notées avec des neumes (fol. 45r-50r) et leur étude est en cours par Eduardo H. Aubert. Cet ensemble liturgique et hagiographique, réalisé peut-être entre la fin du Xe et le début du XIe siècle (?), au moment de la réforme clunisienne de l’abbaye de Réome, est suivi de deux diplômes royaux mérovingiens forgés qui ont fait la célébrité de ce manuscrit. Il s’agit des diplômes de Clovis Ier (498, 29 décembre, à Reims ; fol. 71v-72v) et celui de Clotaire Ier (516, 22 février, à Soissons ; fol. 73r), dont la confection est placée par le dernier éditeur de ces actes, Theo Kölzer, respectivement, aux alentours de l’an Mil et au milieu du XIe siècle 6. Ensuite un dernier ensemble, hétérogène, contient une liste des évêques de Langres (fol. 74r) et un catalogue des abbés de Réome (fol. 75v-76v) qui auraient été dressés au XIVsiècle, des listes des redevances (crux) dues à l’abbaye par ses églises dépendantes (fol. 71r) et des prébendes des différents officiers du monastère (fol. 74v) du XIIe ou du XIIIe siècle, une charte-partie originale de 1182 rapportant l’accord entre l’abbaye de Réome et Saint-Bernard « de Alpium jugis » (fol. 77), et des notes et armoiries du XVe siècle, dont la mention de la date « l’an mil quatre cents cinquante trois le jour de […] » et l’armoirie de l’abbé Jean II de Cussigny (1476-1491 ; f. 78).

3Dans une perspective de compréhension, il a semblé opportun de réunir plusieurs compétences sur un manuscrit à envisager comme un objet d’étude globale, à l’intersection de plusieurs champs disciplinaires : histoire et histoire des textes ; histoire de l’art et codicologie ; histoire de la musique et musicologie ; anthropologie et pratiques du livre dans les milieux monastiques. C’est à la croisée de ces approches que deux aspects principaux ont d’abord été retenus : l’histoire de l’enluminure du manuscrit, en relation avec la mise en texte, pour mieux situer la décoration des lettres initiales figurées, en les replaçant dans la création artistique du temps, et pouvoir affiner de la sorte les propositions de datation ; et l’histoire du texte manuscrit en rapport avec l’histoire de Saint-Jean de Réome, pour mieux cerner les phases de rédaction et de composition.

4En ce qui concerne l’histoire de l’art et de l’enluminure, l’étude se développe en trois moments distincts. D’abord, l’analyse des principales formes de décors choisis pour l’illustration du manuscrit, faisant alterner lettres en bandeaux colorés, sur les premiers feuillets, et lettres initiales figurées ou simplement colorées. L’inventaire de base permet de recouper ces choix avec l’ensemble des formes de décors adoptées sur des manuscrits mieux datés (IXe-Xe siècles ; XIe siècle). Ensuite, la mise en rapport avec le texte écrit et son architecture : les divisions des leçons ; les marquages internes servant à distinguer les parties du texte à souligner ; les rythmes liturgiques qu’on souhaite ainsi mettre en valeur. Enfin, à partir de ces observations précises sur le manuscrit et des repérages effectués dans la géographie des centres de production des IXe-XIe siècles, voire du XIIe siècle (?), la définition de constantes dans les pratiques de lecture et de vision des livres manuscrits peints au sein des communautés monastiques (fig. 1).

Fig. 1 – Semur-en-Auxois, Bibliothèque municipale, ms. 1, fol. 5v ; lettre initiale « R » (cliché E. H. Aubert).

5Parallèlement, il s’agit de prendre en compte le manuscrit dans ses aspects internes et externes et les mettre en perspective avec l’histoire monastique et la production scripturaire, en l’occurrence liturgique, hagiographique, diplomatique, historiographique et administrative. Il s’agit aussi de revisiter la tradition historiographique autour du manuscrit 1. Il a, en effet, été l’une des sources principales du premier historien moderne de l’abbaye de Réome, Pierre Rouvier (1637) et premier éditeur de la vie de Jean de Réome 7, sur lequel se sont fondées les éditions de Mabillon (1668) et, en moindre mesure, celles des Bollandistes 8. Le manuscrit 1 de Semur-en-Auxois est, en effet, le plus ancien connu réunissant la vie de Jean de Réome (ou l’une de ses versions) écrite par Jonas de Bobbio (v. 659), ses miracles et ses translations. Il a servi de modèle au manuscrit réalisé à Saint-Germain d’Auxerre, vraisemblablement au XIe siècle (Città del Vaticano, Biblioteca Vaticana, Reginensis latinus 493, fol. 105-135v), dont l’étude s’avère fondamentale, non seulement pour combler les lacunes du manuscrit 1 (entre les fol. 5 et 6, 17 et 18, et la fin amputée), mais aussi pour comprendre les procédés liés à la « copie » et à la « recomposition ». Ces deux manuscrits invitent par ailleurs à reconsidérer les choix de Bruno Krusch à la fin du XIXe siècle, dans son établissement d’une vita prima de Jean de Réome par Jonas de Bobbio, sur la base d’un manuscrit du XIVe siècle (Paris, BnF, lat. 5306, fol. 65-67) 9.

Haut de page

Notes

1 Le manuscrit 1 a été également étudié dans le cadre de séminaires tenus à l’Universidade de São Paulo (Brésil), en novembre 2007. Nous remercions tous les étudiants, bourguignons et brésiliens, pour leur participation active à ce projet.
2 Nous remercions Jean-Claude Sosnowski pour son accueil bienveillant et sa collaboration à ce projet, et Eduardo H. Aubert pour sa participation enthousiaste à ces recherches qu’il aide grandement à faire avancer – étude des anciens catalogues de la bibliothèque de Semur ; transcription des textes des feuillets 0-69v, entre autres. Notre reconnaissance va également à Claude Coupry, pour son intervention sur les pigments utilisés dans les manuscrits médiévaux, et à Vasco Zara sur l’histoire de la musique médiévale.
3 Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, t. 6 (Auxerre, Tonnerre, Avallon, Joigny, Sens, Palais de Fontainebleau, Nemours, Bourg, Nantua, Trévoux, Pont-de-Vaux, Châtillon-sur-Seine, Beaune, Montbard, Semur, Auxonne, Autun, Charolles, Cluny, Mâcon, Châlons-sur-Marne, Tournus, Gray, Vesoul, Baume-les-Dames), 1887, p. 296-298 (notice d’A. Molinier). La reliure en carton actuelle date de 1834. On peut lire dans la deuxième de couverture « Volume de 78 feuillets plus le feuillet A en moins 70, 11 août 1834 ». Le catalogue manuscrit de la Bibliothèque de Semur, de 1834, note « Ce manuscrit est en mauvais état et doit être incessamment relié ». D’après ce même catalogue, le folio 70, aujourd’hui disparu, était une « garde tirée d’un vieux rituel ».
4 Bibliotheca hagiographica latina antiquae et mediae aetatis, 1898-1901 (reprint 1992), et Novum Supplementum, 1986 : BHL 4425, 4426, 4428, 4428a, 4428b, 4429, 4430.
5 Il s’agit de la première translation des trois mentionnées par ce manuscrit. Cette première translation, le 22 septembre, a lieu le jour de la fête de la passion de saint Maurice martyr et ses compagnons dont l’une des versions est également transcrite dans le manuscrit (fol. 20r-27v ; BHL 5741).
6 T. Kölzer, Die Urkunden der Merowinger, t. 1, Hanovre, 2001 (MGH, Diplomata Regum francorum e stirpe merovingica I, 2001), n° 3, p. 7-10 ; n° 15 p. 47-49).
7 P. Rouvier (S.J., Le P.), Reomaus, seu Historia monasterii S. Joannis Reomaensis, in tractu Lingonensi, primariae inter gallica coenobia antiquitatis, ab anno Christi 425… Paris, 1637, p. 1-23 et 70-71 (BHL 4426) ; p. 28-30 (diplôme de Clovis Ier, 498) ; p. 71-72 (diplôme de Clotaire Ier, 516) ; p. 40-47 et extrait c. 73-74 (BHL 4429) ; p. 47-57 (BHL 4430) ; p. 57-58 (BHL 4431), p. 217-218 (acte de 1182) ; p. 437-439 (liste d’abbés).
8 J. Mabillon, Acta Sanctorum ordinis S. Benedicti in Saeculorum Classes distributa. Saeculum I., Paris, 1668, p. 632-639 (BHL 4425) et p. 639-642 (BHL 4429) ; Société des Bollandistes, Acta Sanctorum, Ianuarii II, Anvers, 1643, p. 856-862 (BHL 4427), p. 863-865 (BHL 4429), p. 865-868 (BHL 4430) et p. 856, n. 14 et 15 (BHL 4431).
9 B. Krusch (éd.), « Vita Ihoannis abbatis Reomaensis autore Iona », in MGH, Scriptores rerum merovingicarum, III, Hanovre, 1896, p. 505-517 et Id., MGH, SS rer. Germ. in usum scholarum, 1905, p. 321-344 (BHL 4424).
Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Semur-en-Auxois, Bibliothèque municipale, ms. 1, fol. 5v ; lettre initiale « R » (cliché E. H. Aubert).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/7212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Russo et Eliana Magnani, « Le manuscrit 1 de la Bibliothèque municipale de Semur-en-Auxois, provenant de l’abbaye de Saint-Jean de Réome (Moutiers-Saint-Jean) : programme pédagogique de recherche », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cem.revues.org/7212 ; DOI : 10.4000/cem.7212

Haut de page

Auteurs

Daniel Russo

Articles du même auteur

Eliana Magnani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org