Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Projets de recherche

Les tables de canons : la Bible de Saint-Bénigne.
Notes pour un projet de recherches en cours

Maria Cristina Pereira

Entrées d’index

Index géographique :

France/Dijon
Haut de page

Texte intégral

1Les tables des canons – ou, en d’autres termes, l’encadrement ornemental des canons eusébiens – n’ont jamais été un thème privilégié par les historiens de l’art, si l’on se réfère au nombre réduit de travaux à leur sujet. Cependant, elles nous semblent un objet d’étude fort intéressant, surtout quand on s’intéresse au travail ornemental ou aux rythmes des images.

  • 1  Notre recherche a pu bénéficier d’un séjour de trois mois à Dijon en tant que chercheur associée d (...)

2Le premier dossier examiné dans la recherche que nous venons de commencer sur les Tables des canons est celui de la Bible de Saint-Bénigne de Dijon (Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 2), datée du deuxième quart du XIIe siècle (Y. Zaluska) 1. Plus connue pour ses nombreuses initiales ornées, cette bible de grande dimension (502 folios de 518 x 360 mm) présente une série de sept tables (fol. 402v-405v) – une huitième ayant été arrachée avant la numérotation moderne des feuillets – d’une riche et complexe ornementation, avec des motifs architecturaux, végétaux et animaux, en plus de personnages humains et hybrides, assez souvent affrontés.

3Leur étude permet d’établir des comparaisons, de distinguer les similarités et les variations, d’approcher les rythmes des images. On ne voit jamais ni répétition ni régularité dans l’emploi des motifs ornementaux, lesquels ne sont pas non plus hasardeux. Au contraire, ils sont très recherchés, faisant preuve d’un travail soigné de création de symétries et d’asymétries qui sont propres à chaque table.

4Dans la Bible de Saint-Bénigne, il est question, avant tout, d’une puissante et remarquable présentation ornementale des canons – ou de l’ornemental mis au travail dans ses feuillets. On pourrait dire que c’est cet encadrement décoratif qui ordonne, structure et aussi apporte une série de significations aux listes de chiffres romains et même à l’ensemble des sept feuillets, tout en les ornant. Ce pouvoir, dont se trouvent investies les images, est aussi d’ordre monumental : parmi ses multiples fonctions, l’ornemental possède également celle de rapprocher la structure des tables de celle d’une église, avec ses colonnes, ses chapiteaux, ses arcades, ses tympans et ses tours. Plus spécifiquement, on pourrait établir le parallèle entre cette opération de construction d’un cadre monumental et architecturé, pour les tables des canons, et l’entreprise menée par Guillaume de Volpiano, abbé de Saint-Bénigne de Dijon, quand il fit construire la grande coupole afin d’y abriter les reliques du saint patron, leur fournissant alors une sorte de « sur-encadrement », projeté vers le haut.

5Les tables de canons mettent ainsi en valeur la construction intellectuelle qu’est la concordance des Évangiles, en la rapprochant du travail de construction et de maçonnerie. Toutefois, en même temps, ce « sur-encadrement » des tables ne fonctionne pas que dans le rapprochement des formes, mais aussi dans la différence : les thèmes iconographiques les plus fréquents sont des combats. La discordance ne fait ainsi que mieux ressortir la concordance.

6Ce sont ces voies de recherche que nous nous proposons de poursuivre afin de mieux comprendre l’intérêt du manuscrit, du double point de vue iconographique et historique, en accordant toute leur place aux notions de « décor » et d’« image », selon la perspective d’une étude globale.

Haut de page

Notes

1  Notre recherche a pu bénéficier d’un séjour de trois mois à Dijon en tant que chercheur associée du CNRS, au sein de l’UMR 5594 ARTeHIS, à l’Université de Bourgogne, dirigée par M. Daniel Russo, que nous remercions vivement. C’est, du reste, après en avoir discuté avec lui que nous avons commencé cette étude sur le manuscrit 2 de la Bibliothèque municipale de Dijon, dit Bible de Saint-Bénigne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Cristina Pereira, « Les tables de canons : la Bible de Saint-Bénigne.
Notes pour un projet de recherches en cours », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 09 avril 2009, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cem.revues.org/7172 ; DOI : 10.4000/cem.7172

Haut de page

Auteur

Maria Cristina Pereira

Universidade Federal do Espírito Santo, Brésil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org