Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2007-2008

Saint-Lupicin (Jura), église Notre-Dame de la Nativité. Sondage archéologique à la croisée du transept

Sébastien Bully et Morana Čaušević-Bully

Entrées d’index

Index de mots-clés :

église, Notre-Dame de Saint-Lupicin

Index géographique :

France/Saint-Lupicin
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre d’un programme de recherches intitulé « Monastères du premier millénaire en Franche-Comté », l’église de Saint-Lupicin a fait l’objet d’un sondage archéologique à partir du 22 janvier 2007. Initialement programmée pour une durée de deux semaines, la complexité des vestiges et l’intérêt des découvertes ont entraîné un prolongement de l’intervention jusqu’au 16 février.

2Le sondage (± 3 x 2,50 m) a été ouvert au contact de la pile sud à la croisée du transept. Le choix de cet emplacement était motivé par comparatisme avec des fouilles de même nature sur d’autres sites (Romainmôtier par exemple) et la prise en compte d’un léger décalage dans l’alignement des piles de la croisée du transept pouvant résulter de contraintes imposées par des substructures antérieures. L’objectif de cette intervention était de s’assurer de la présence de vestiges antérieurs à l’église du XIe siècle et de valider ainsi l’hypothèse d’une localisation du monastère primitif à cet emplacement, tout en évaluant le potentiel archéologique du sous-sol.

3La dépose du dallage a rapidement révélé des inhumations modernes en cercueil que l’on peut dater pour certaines du XVIIIe siècle grâce au monnayage. À la limite sud du sondage sont apparus des cercueils d’enfants en bas âge. Ils témoignent d’un espace funéraire qui semble leur être réservé à la période moderne, placé sous la protection de la Vierge dont la chapelle est située dans l’absidiole sud.

4Dès les premières couches supportant le dallage actuel sont apparus des fragments de parois argileuses rubéfiées, des charbons de bois et des scories de bronze trahissant une activité de saintiers à proximité. Ce sont en effet deux fosses de moules à cloche avec leurs noyaux qui occupent une partie de la croisée du transept, à l’aplomb, grosso modo, du clocher. Les deux cloches ont été coulées successivement, mais dans un laps de temps assez court d’après la stratigraphie. Une poutre en sapin appartenant vraisemblablement à un dispositif de levage de la plus récente des deux cloches est datée en dendrochronologie peu après 1476 1. Le dernier moule est installé dans une fosse délimitée par une maçonnerie parementée de plan semi-circulaire ; en revanche, le plus ancien moule prend place dans une fosse réutilisant partiellement une tombe monumentale qui constitue la découverte majeure de ce sondage.

5Le tombeau se présente comme une structure orientée est ouest, légèrement décalée par rapport à l’axe de l’église romane, de dimensions importantes : 3,40 m de longueur (reconnue) en œuvre, par 1,40 m de largeur et ± 1 m/1,20 m de hauteur. Il s’agit d’une construction extrêmement soignée, formée de murets coffrés d’une trentaine de centimètres d’épaisseur, parementés intérieurement et extérieurement. Certaines assises sont disposées en opus spicatum. Le monument funéraire repose sur la dalle rocheuse ou sur une fine couche de terre végétale couvrant le rocher ; la stratigraphie ne permet pas de savoir si la construction hors-sol a été maintenue comme telle dans le contexte de sa présentation, et par conséquent quel était le niveau de circulation connexe au caveau. La présence de petits fragments d’enduits peints (rouge, blanc et jaune) dans un comblement postérieur indique l’existence d’une surface décorée, mais dont on ne peut pas déterminer avec assurance l’emplacement sur la tombe. Le couvercle primitif était assuré par une couche de mortier compact et lissé, d’une épaisseur inégale comprise entre 2,5 et 6 cm, mais surtout, d’une facture remarquable par l’aspect « ciré » jaune-orangé de sa surface. La maçonnerie enchâssait un coffre de bois constitué d’épais madriers de chêne (de 9/10 cm d’épaisseur) boisant les quatre faces du caveau. L’extrémité est du caveau, en partie épargnée par l’aménagement du moule à cloche tardif, conservait encore des pièces de bois très dégradées. Le flanc sud de la structure est bordé par deux sépultures en tronc d’arbre évidé et un coffre de pierre (reliquaire ou tombe) est installé à son angle nord-est. En chronologie relative, les sépultures monoxyles sont postérieures au monument funéraire, mais antérieures à la fondation de la pile du transept de l’église romane qui les a, en partie, détruites. On observe dans une seconde phase un rehaussement du couvercle du monument funéraire, désormais constitué d’épaisses dalles calcaires irrégulières, contemporain de la construction du XIe siècle en stratigraphie. Le rehaussement du couvercle est ensuite recouvert par un petit muret à l’est, dans lequel on observe deux phases, et qui devait supporter une barrière marquant l’emplacement de la tombe.

6L’ensemble de ces données nous assure que nous sommes en présence d’un monument funéraire élaboré et soigné, en situation privilégiée. Il s’agit d’une construction assurément antérieure à l’église romane en chronologie relative et mettant en œuvre des pièces de bois qu’une datation C14 place entre 230 et 430 2. La monumentalité de la construction et son maintien dans l’église du XIe siècle, par le rehaussement du couvercle et le marquage dans l’espace, indiquent une sépulture importante et privilégiée. Dans ce contexte, nous proposons d’identifier ce tombeau à celui de saint Lupicin, second Père du Jura. Fondateur avec son frère Romain des monastères de Condat (Saint-Claude) et de Lauconne (Saint-Lupicin), c’est dans ce dernier établissement que Lupicin fut enterré vers 480 comme nous le rapporte son hagiographe 3.

7

8

9Cette découverte inattendue repose avec plus d’acuité encore la question de la translation des reliques des Pères du Jura et doit être mise en lien avec la découverte dans le chœur de l’église en juillet 1689 d’une fosse reliquaire contenant des ossements de l’abbé Lupicin. Les reliques furent identifiées par un endotaphe de plomb daté habituellement entre la fin du Ve siècle et le VIIIe siècle et portant l’inscription : Hic requiescit beatus Lupicinus abbas. On a parfois proposé que la lame de plomb provienne du sarcophage de Lupicin 4. Dès lors, pourrait-on envisager que le coffre de bois déjà contenu dans un tombeau maçonné accueillît à son tour un sarcophage de plomb 5 ? Seules des analyses chimiques du bois permettraient peut-être de répondre à cette question. Quoi qu’il en soit, et au-delà des compléments d’études qu’il restera à réaliser pour saisir parfaitement les dispositifs liés à cette tombe, les éléments déjà découverts et leur état de conservation remarquable laissent entrevoir un riche potentiel archéologique dans le sous-sol de l’église de Saint-Lupicin. À terme, une poursuite des fouilles permettrait de connaître le contexte dans lequel prit place le tombeau et de saisir pleinement l’évolution d’un environnement en lien avec la présence d’une tombe sainte 6.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 L’étude dendrochronologique a été réalisée par Christophe Perrault (CEDRE, Besançon).
2 Datation réalisée sur un morceau de madrier en chêne du coffre. Échantillon Z. 3972 (Us 1059-Str 0.115), datation Institut Ruder Boskovic (Zagreb).
3 Vie des Pères du Jura, éd. F. Martine, Paris, 1968, p. 361.
4 Y. Jeannin, « Des morts célèbres (et célébrés) : saint comtois d’avant l’an Mil », in La mort à travers l’archéologie franc-comtoise, Besançon, 1988, p. 101.
5 Nous remercions ici vivement Christian Sapin et Jean Terrier pour leurs hypothèses formulées lors de visites du chantier.
6 Dans l’attente, nous ne pouvons que saluer l’initiative de la commune de Saint-Lupicin qui, avec l’accord de la paroisse, a opté pour une présentation archéologique du tombeau avec l’installation d’un sol vitré au-dessus d’une partie du sondage.
Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Vue générale de la tombe depuis l’ouest. Le muret de la fosse du moule à cloche est au premier plan (cliché R. Le Pennec, 2007).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/6582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 2. Détail de l’intérieur de la tombe avec les vestiges du coffre de bois (cliché S. Bully, 2007).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/6582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Bully et Morana Čaušević-Bully, « Saint-Lupicin (Jura), église Notre-Dame de la Nativité. Sondage archéologique à la croisée du transept », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cem.revues.org/6582 ; DOI : 10.4000/cem.6582

Haut de page

Auteurs

Sébastien Bully

Articles du même auteur

Morana Čaušević-Bully

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org