Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2004-2005

Pontigny (Yonne), l’abbaye

Christian Sapin

Entrées d’index

Index géographique :

France/Pontigny
Haut de page

Texte intégral

1Dans la perspective d’un projet de fouilles des bâtiments claustraux disparus de l’abbaye cistercienne de Pontigny, a été réalisée lors du printemps 2004, une série de sondages diagnostic et une première approche du bâti. L’église abbatiale est relativement bien connue grâce aux travaux de Terryl Kinder, mais les bâtiments contemporains au nord restent peu étudiés et sont (en dehors de celui des convers conservé en élévation) soumis à toutes les hypothèses quant à leur restitution et à leur implantation. Les sondages au sol ont été placés en fonction des informations fournies par les plans anciens et selon la disposition du cloître et de ses galeries, c’est-à-dire au nord, à l’est et à l’ouest. Ils devaient permettre d’établir la présence d’un potentiel archéologique tant pour les structures, les sols intérieurs ou extérieurs, ou les sépultures. Ils devaient également offrir des pistes sur l’état d’occupation originelle du site avant la fondation de 1114, où la tradition imagine un ermitage.

2À l’est, comme au nord, les sondages ont révélé en dépit d’une forte récupération des structures maçonnées, des informations sur le système de fondation et sur la présence de sépultures devant la salle capitulaire. À l’ouest, le sondage prévu initialement pour établir la relation entre cloître, galerie des convers et bâtiment des convers, a du être reporté plus au sud, à l’extrémité de la galerie du cloître subsistante de la reconstruction du XVIIIe siècle, car plusieurs réseaux interdisaient une fouille à l’endroit envisagé. C’est ainsi qu’a pu être retrouvée une partie de maçonnerie du mur bahut du cloître médiéval et quelques faibles niveaux d’occupation.

3En élévation, une première étude des maçonneries du bâtiment des convers démontre qu’il comporte des indications précises sur sa relation originelle avec le cloître et que la brique était utilisée lors des phases du XIIe siècle. Une autre approche, avec relevé de la jonction de l’église avec la salle capitulaire, a pu nous convaincre qu’une grande partie des maçonneries formant l’angle du transept de l’abbatiale a été modifiée ou remplacée au XIXe siècle. Toute la relation structurelle avec les bâtiments claustraux doit être reconstituée. On peut espérer que lors de travaux de restauration dans ce secteur d’autres relevés et observations permettront de compléter ces indices et de mieux comprendre les passages entre les espaces aussi bien en partie basse qu’en partie haute. D’autres observations au-dessus de la voûte de la galerie moderne conservée du cloître ont contribué à mieux saisir le doublage qui s’est opéré pour les maçonneries du mur gouttereau de l’abbatiale et à comprendre le décalage peu visible depuis l’extérieur entre le rythme des supports du cloître XVIIIe siècle et celui des contreforts originaux de l’église.

Pontigny, abbaye. Vue générale (cliché CEM).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pontigny, abbaye. Vue générale (cliché CEM).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/655/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Sapin, « Pontigny (Yonne), l’abbaye », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 9 | 2005, mis en ligne le 13 octobre 2006, consulté le 20 août 2017. URL : http://cem.revues.org/655 ; DOI : 10.4000/cem.655

Haut de page

Auteur

Christian Sapin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org