Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2007-2008

Byllis (Albanie), campagne 2007 : le quartier épiscopal, la basilique E et les carrières

Pascale Chevalier, Skënder Muçaj, Nicolas Beaudry, Tony Kozelj et Manuela Wurch-Kozelj

Entrées d’index

Index de mots-clés :

basilique, carrière, quartier épiscopal

Index géographique :

Albanie/Byllis
Haut de page

Texte intégral

1La mission franco-albanaise à Byllis est subventionnée à parité par l’École française d’Athènes et le ministère des Affaires étrangères. L’année 2007 représentait la neuvième campagne sur le site ; elle a duré quatre semaines, du 8 mai au 2 juin 1. La mission de 2007 avait pour principal objectif la poursuite de la fouille du quartier épiscopal, sous la direction de N. Beaudry. On a également poursuivi l’étude du matériel découvert (céramique et métaux). L’étude d’une carrière de la ville a été brièvement approfondie. M. P. Raynaud et P. Chevalier ont aussi épaulé pendant quinze jours l’équipe de S. Muçaj dans la fouille de la Basilique E, dont il achevait le dégagement amorcé en 2004. Hors du complexe épiscopal, les travaux se sont limités à des opérations de nettoyage, de relevé et de reconnaissance, destinées à compléter le plan de la ville à la faveur des travaux de restauration menés par l’Institut des monuments culturels de Tirana.

La ville de Byllis aux Ve et VIe siècles

2Fondée vers le milieu du IVe siècle av. J.-C., la ville de Byllis occupe le sommet de la colline de « Gradishta e Hekalit » (la forteresse d’Hekali), 524 m, qui domine la rive droite de la Vjosa (Aôos), dans la région de Mallakastra, en Albanie méridionale actuelle. Le site se trouve à 1,5 km au-dessus du petit village d’Hekali, à 8 km de Ballshi et 31 km de Fieri.

3Siège épiscopal depuis le Ve siècle, Byllis, qui était au siècle suivant une cité majeure de la Nouvelle Épire, semble avoir été presque totalement désertée à la fin du VIe siècle devant la pression des invasions avaro-slaves. Cette ville fantôme de l’Antiquité, jamais réurbanisée à cause du manque d’eau et oubliée jusqu’aux fouilles non exhaustives du XXe siècle, se présente aux archéologues du XXIe siècle comme un site privilégié, où les structures de la ville protobyzantine ont été pratiquement figées en place, si l’on fait exception des dégâts mineurs occasionnés par des labours récents et des récupérations de matériaux de construction. Les vestiges dégagés couvrent environ 15 % des 30 ha de surface totale du site intra muros.

4La ville de l’Antiquité tardive compte au moins cinq églises et diverses constructions publiques et privées, inscrites dans l’enceinte restaurée au début du Ve siècle. Les églisess’implantent à partir du Ve siècle en respectant l’orientation préétablie par le tissu urbain 2, les anciens bâtiments arasés servant autant de fondations que de carrières de matériaux. Sous le règne de Justinien, un rempart réduit la superficie protégée de la ville à un triangle de 11 ha, suivant le tracé et une partie de l’emprise de ce qui était le cardo majeur. La rue subsiste à ses pieds et dessert la partie haute de la ville restreinte. Ces vestiges remarquables permettent d’appréhender le paysage monumental urbain tardo-antique et protobyzantin, les évolutions de la ville hellénistico-romaine, christianisée par l’implantation des églises, celle de la voirie, des installations hydrauliques essentielles, etc. On observe enfin des secteurs où la rétractation de l’habitat autorise l’introduction des morts au sein de la cité des vivants, alors même que deux églises – dont la Basilique E, cf. infra – semblent desservir des quartiers encore habités, extra muros de la ville réduite au VIe siècle, mais à l’intérieur de l’enceinte antique.

Le secteur sud-est du quartier épiscopal

5La topographie du quartier qui s’étend au sud-est de la cathédrale (fig. 1) est apparue après l’enlèvement des pierriers, le débroussaillage et un nettoyage extensif en 2002 3. Dans son dernier état bâti, il est traversé par deux axes perpendiculaires. Le premier (espaces 12, 26, M14) est le passage ouest-est qui borde le groupe cathédral et dessert ses annexes liturgiques ; on y reconnaît un decumanus hérité du cadastre hellénistique et annexé par le quartier épiscopal. Il rejoint le cardo qui suit la crête de la colline et sur l’emprise duquel a été établi le rempart de Viktôrinos au milieu du VIe siècle. Le second axe est un passage nord-sud (espaces N6-P2), qui court en contrebas du cardo du rempart et rencontre le decumanus dans une grande cour (L), aménagée par l’arasement de structures antérieures 4. L’accès oriental au quartier épiscopal est commandé par un porche ou un portail déterminé par quatre piédroits maçonnés (espace M14), suivi d’un vestibule déterminé par le mur de fond d’une pièce (N7), qui empiète largement sur l’emprise du decumanus.

6

7Les travaux ont duré du 8 mai au 2 juin, avec pour objectifs de poursuivre l’exploration du bâtiment K-P qui borde au sud la cour L, d’entreprendre l’exploration d’un groupe de pièces qui la borde au nord et prolonge vers l’est le groupe cathédral (ensemble N1-N5) et de poursuivre l’étude des structures et du mobilier archéologique mis au jour dans le secteur depuis 2000.

8Le plan du bâtiment à étage K-P comprend cinq longues pièces K1 à K5 en façade septentrionale, dont quatre ouvrent sur la cour L dans son dernier état. La façade méridionale comprend deux pièces angulaires P3 et P4, de plan plus ou moins carré et dont la largeur correspond à celle des pièces K1 et K5 ; elles flanquent un espace fermé barlong P1 dans lequel un escalier menait peut-être à l’étage. La fouille de P1 et P3 a commencé respectivement en 2002 et 2004 et s’est poursuivie en 2005. La fouille des couches de destruction de K2 et K4 a été entreprise en 2005 ; la fouille de K2 a été poursuivie en 2006, atteignant un niveau de sol couvert d’une couche noire riche en restes fauniques qui couvrait partiellement un trapetum de pressoir à huile appuyé contre le mur sud de la pièce. La pièce P3 comprenait une cave semi-excavée et la salle P1 offre une succession de foyers domestiques parallèles, maintes fois remaniés, dont le premier état a été atteint en 2007.

9La pièce N2 comprenait une large banquette et les fonds de plusieurs pithoi de stockage bitumés. La pièce N5 contenait un fouloir rectangulaire, dont seule la moitié nord a été fouillée. Le fond est constitué d’un hérisson de tuileau et de mortier blanc ; un mortier rose relativement épais scelle le hérisson et les parois du bassin, qui était muni d’un exutoire du côté nord : il se vidait dans une baignoire de calcaire hellénistique remployée, trapézoïdale et munie dans sa partie étroite d’une cavité hémisphérique destinée à faciliter sa vidange 5 ; cette cavité devait être particulièrement utile pour décanter le produit du foulage. Au nord de la baignoire, se trouvent deux pithoi complets, in situ, alignés contre le mur oriental de la pièce ; la pièce pourrait en contenir d’autres au-delà de la limite du sondage.

10La découverte d’un fouloir confirme, s’il en était encore besoin, le caractère économique d’un quartier à l’opposé de la façade monumentale du quartier épiscopal. L’activité viticole s’ajoute à une activité oléicole documentée par le trapetum et des poids de presse ; il est possible que les fours de P1C aient servi à faire chauffer l’eau nécessaire à la production de l’huile – ce qui n’interdit pas d’autres usages, y compris des usages domestiques. Quand les activités économiques de ce quartier auront été documentées, il restera à comprendre les conditions de leur déclin.

La basilique E

11La cinquième basilique paléochrétienne de Byllis est située à l’est de la muraille justinienne (fig. 1), dans un quartier exclu de la ville fortifiée protobyzantine, mais toujours habité. Aucune sépulture ne semble lui être associée. Il s’agit d’une basilique orientée (L. 24,65 m), à trois nefs et abside semi-circulaire saillante (diam. 5,70 m), précédée par un narthex de la largeur des nefs (12 m), flanqué de deux annexes, et d’un exonarthex limité à la largeur du narthex et de son annexe nord. Elle mêle, d’une part, les dimensions et des dispositions planimétriques observées à la basilique C et, d’autre part, techniques et mode de construction de la basilique D – colonnades sur piliers séparant bas-côtés et nef centrale, parapets maçonnés formant banquettes à la base des entrecolonnements, absence de tribèlon d’accès à la nef centrale remplacé par un arc simple, etc. Elle daterait du VIe siècle – son dernier niveau d’utilisation a été daté par radiocarbone de la dernière décennie du siècle.

12Les travaux, menés par S. Muçaj et P. Chevalier, ont concerné en 2007 les espaces sud et ouest de la basilique, ainsi que l’étude des aménagements liturgiques (avec E. Hobdari) ; le relevé et la restauration de la mosaïque du vaisseau central ont été effectués respectivement par M. P. Raynaud et A. Islami.

Les carrières de calcaire

13L’étude des carrières entamée en 2004 par M. Wurch-Kozelj sur la falaise, à l’est de la ville, s’est poursuivie : un sondage dans la carrière I a permis de mieux comprendre les phases successives d’exploitation. Des traces d’extraction nouvellement repérées sur le site ont contribué à définir les types d’exploitation et à noter l’étendue de l’exploitation minière, y compris intra muros de la cité réduite du VIe siècle. Sur la première plate-forme de la carrière I, les traces d’extraction en surface sont nombreuses. La deuxième plate-forme de cette carrière jouxte au nord-est les secteurs déjà fouillés et nettoyés ; un sondage de 20 m2 a été mené jusqu’au rocher et a mis au jour les phases de comblement du secteur, puis sur le rocher, des canaux d’extraction, des négatifs de blocs, des traces d’emboîture et d’enfonçures. De nombreuses fissures ont perturbé l’extraction, d’où certaines surfaces fragmentées. L’état actuel de la carrière est le résultat de multiples phases d’extraction 6, dont les trois dernières phases sont bien distinctes et datent de l’Antiquité tardive puis de l’époque protobyzantine.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 L’équipe était composée de : Skënder Muçaj (Institut archéologique de Tirana), chef de mission ; Ylli Cerova, céramologue (IAT) ; Elio Hobdari, architecte (IAT) ; Skënder Bushi, archéologue (IAT) ; Meriglen Meshini, Lavdosh Jaupaj, Sonila Metaj, Ornela Durmishaj, Florian Mino et Admir Xhelaj, étudiants (université de Tirana, Elbasan, Shkodra et Gjirokastër) ; Agron Islami et Solinda Kamani, restaurateurs (Institut des monuments culturels de Tirana) ; Pascale Chevalier (université Blaise-Pascal/Clermont-Ferrand-2 et UMR 5594 – ARTeHIS, CNRS), chef de mission ; Nicolas Beaudry (université du Québec à Rimouski), responsable de la fouille du quartier épiscopal ; Michel Bonifay, céramologue (CNRS, UMR 6573 – MMSH) ; Tony Kozelj et Manuela Wurch-Kozelj, architectes de l’ÉfA ; Etleva Nallbani, étude des objets métalliques (EFR) ; Marie-Patricia Raynaud, étude des mosaïques (CNRS, UMR 7572) ; Béatrice Prat, palynologue (chercheur associé à l’UMR 6042, CNRS) ; Jean Cantuel, archéozoologue (chercheur associé à l’UMR 5140, CNRS) ; Amélie Berthon, Pierre Debowsky, Damien Martinez, Geneviève Gascuel et Catherine Dupont, étudiants (université de Clermont-Ferrand-2 et de Montréal).
2 P. Chevalier, M. P. Raynaud, C. Vanderheyde, M. Wurch-Kozelj, N. Beaudry, S. Muçaj et J.-P. Sodini, « Trois basiliques et un groupe épiscopal des Ve-VIe siècles réétudiés à Byllis (Albanie) », Hortus artium medievalium, 9 (2003), p. 155-165.
3 Cf. N. Beaudry, P. Blanc, Y. Cerova, P. Chevalier, M. Haxhimihali, E. Hobdari, A. Islami, T. Koželj, S. Muçaj, E. Nallbani, J.-P. Sodini, I. Tassignon, C. Vanderheyde et M. Wurch-Koželj, « Byllis (Albanie) », BCH, 127/2 (2003), p. 622-639. Une description générale de la configuration du quartier sera publiée dans le BCH 130/2 (2006).
4 Cf. BCH, 127 (2003). Ces structures antérieures ont été reconnues à l’occasion de quelques sondages en 2000 et 2001 : cf. N. Beaudry, P. Blanc, M. Bonifay, Y. Cerova, P. Chevalier, M. Haxhimihali, E. Hobdari, A. Islami, T. Koželj, S. Muçaj, E. Nallbani, M. Savard, J.-P. Sodini, I. Tassignon, C. Vanderheyde et M. Wurch-Koželj, « Byllis (Albanie) », BCH, 126/2 (2002), p. 659-684.
5 Ce type de baignoire, peu profond, ne permettait pas l’immersion partielle du baigneur ; la cavité permettait la vidange à la louche. Ces cuves individuelles sont communes dès l’époque hellénistique et se multiplient à partir du IVe siècle, souvent par la transformation de piscines collectives romaines : cf. R. Ginouvès, Balaneutikè. Recherches sur le bain dans l’antiquité grecque, Paris, 1962 ; Id., « Sur un aspect de l’évolution des bains en Grèce vers le IVe siècle de notre ère », BCH, 79 (1955), p. 135-152.
6 En effet, le niveau initial du secteur de cette carrière correspond, au moins, à celui de la plate-forme 1. Il pourrait même être supérieur puisque de nombreuses traces d’extraction sont visibles sur la plate-forme 1, dont seuls des fonds de canaux et des négatifs sont témoins. La hauteur ne peut être déterminée. Les différences de niveau sont 7,13 m au sud et 5,60 m au nord.
Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. Vue aérienne du quartier épiscopal de Byllis depuis le Sud-Est (cl. Alket Islami, 2007).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/6512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Chevalier, Skënder Muçaj, Nicolas Beaudry, Tony Kozelj et Manuela Wurch-Kozelj, « Byllis (Albanie), campagne 2007 : le quartier épiscopal, la basilique E et les carrières », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 15 juillet 2008, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cem.revues.org/6512 ; DOI : 10.4000/cem.6512

Haut de page

Auteurs

Pascale Chevalier

Articles du même auteur

Skënder Muçaj

Articles du même auteur

Nicolas Beaudry

Articles du même auteur

Tony Kozelj

Articles du même auteur

Manuela Wurch-Kozelj

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org