Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2007-2008

Dans les coulisses d’une cathédrale. Étude de la zone nord-ouest du quartier épiscopal de Salona près de Split (Croatie), 2002-2007

Pascale Chevalier, Jagoda Mardesic et Morana Čaušević-Bully

Entrées d’index

Index de mots-clés :

cathédrale, quartier épiscopal

Index géographique :

Croatie/Salona
Haut de page

Texte intégral

1Cette opération représentait le volet archéologique d’une étude pluridisciplinaire de la transformation du paysage urbain de Salona, la capitale de la province romaine de Dalmatie, sous l’influence de la christianisation, dans le cadre d’une mission menée sous l’égide du ministère des Affaires étrangères, du musée Archéologique de Split (ministère de la Culture croate) et du Laboratoire Jean-Charles Picard de l’université Paris-12/Créteil 1.

Présentation du site

2Le site de Salona – qui appartient au territoire de la petite ville moderne de Solin – se trouve à quelques kilomètres au nord de la métropole dalmate actuelle, Split, dont le berceau est le palais de l’empereur Dioclétien (284-305). Dans l’Antiquité tardive, ce rapport d’importance urbaine était inversé : Salona était la capitale provinciale et un grand port cosmopolite. Sa position privilégiée, sur la rive de la baie des Kaštela protégée par la presqu’île de Split, sa plaine côtière limitée au nord par les massifs du Kozjak et du Mosor, coupés par un col donnant accès à l’arrière-pays, et la présence de l’estuaire du petit fleuve côtier Salon/Jadro ont favorisé, dès la protohistoire illyrienne, un habitat de la tribu des Delmati, puis l’installation d’un emporion hellénistique à l’interface entre l’Adriatique et les Alpes dinariques. La civitas, appelée par César conventus civium Romanorum, obtient de ce dernier le statut de colonie à l’issue des guerres civiles césaro-pompéiennes : la Colonia Martia Iulia Salonae. Aux Ier-IIe siècles, la ville se développe depuis son noyau ancien fortifié (l’urbs vetus) vers l’est (urbs orientalis) et vers l’ouest (urbs occidentalis). Classiquement l’urbs vetus était entourée sur trois côtés par des nécropoles. L’ensemble ainsi constitué est ceint par un rempart sous Marc-Aurèle en 170 ; la muraille subit ensuite des restaurations qui la hérissent progressivement de 88 tours, aux IIIe-IVe siècles, puis sous Théodose II, au début du Ve siècle ; Constantianos la répare enfin au VIe siècle pour résister à l’attaque des Ostrogoths. La capitale administrative provinciale dalmate devient naturellement une métropole ecclésiastique au IVe siècle, siège d’un évêché devenant archevêché au VIe siècle. Les invasions avaro-slaves ont raison de la continuité urbaine ; la population fuit, semble-t-il dans les années 625-640, vers les îles du littoral et l’ancien palais impérial de la baie de Split, avant l’expédition de l’abbé Martin que le pape Jean IV (640-642) envoie récupérer des reliques en Istrie et en Dalmatie. L’archéologie démontre que la ville est abandonnée par ses habitants et non détruite par la violence des envahisseurs barbares, contrairement à ce que laissaient penser Constantin Porphyrogénète au Xe siècle et les chroniqueurs médiévaux.

Enjeux et problématique

3Un quartier test a été choisi afin d’analyser et de mesurer à petite échelle la « christianisation » matérielle de l’espace urbain : le secteur annexe, situé au nord-ouest du groupe épiscopal (fig. 1), proche du cimetière devenu chrétien de Manastirine 2. Sa situation géographique, aux marges du groupe cathédral, le désignait comme une des zones les plus touchées par l’expansion et l’impact du christianisme et il se prêtait bien à des travaux de faible ampleur, limités dans le temps. Ce secteur de la ville antique, étendue vers l’est dans le dernier tiers du IIe siècle, semble avoir évolué bien avant la construction du complexe cathédral, dont le chantier n’est pas à Salona antérieur au IVe siècle. L’ecclesia salonitaine est pourtant très vivante dès la fin du IIIe siècle et d’aucuns ont voulu placer dans cet îlot secondaire le premier « oratorium » chrétien de la ville, installé dans des bains privés, avant même la paix de l’Église et l’édification de la cathédrale et des autres églises intra et extra muros.

4

5Le petit complexe des bâtiments, blottis dans l’angle que forme à cet emplacement la muraille de Marc-Aurèle, a été interprété comme une domus classique du IIe siècle, comportant des petits bains – palestre, vestiaire, tepidarium, caldarium –, donnant sur une cour dallée à l’ouest, et des pièces d’habitation situées en terrasse un étage plus haut au nord. Ces « petits thermes du Haut-Empire », dégagés jadis par don Frane Bulić et publiés sous le nom de « Nordtherme » par l’Autrichien William Gerber, juste avant la première guerre mondiale, dans le premier volume des Forschungen in Salona 3, étaient supposés avoir été transformés à la fin du IIIe ou au tout début du IVe siècle : l’ancienne palestre thermale aménagée, dotée d’une banquette maçonnée occidentée, serait devenue un « christliches Oratorium » 4. L’architecte danois Ejnar Dyggve 5 a donné une publicité assez grande à ce fameux « oratoire A » pour qu’il soit regardé, depuis les années 1950, comme le plus ancien de la Salona chrétienne 6, mais aussi comme l’un des premiers bâtiments cultuels chrétiens d’Occident. C’est sous cette appellation et avec cette datation très précoce qu’on le trouvera d’ailleurs dans les manuels d’histoire de l’architecture, y compris les plus récents. Alors que l’édifice n’avait jamais été examiné que partiellement, l’interprétation de Gerber, publiée en 1917, reprise par Dyggve pour sa publication de 1951, puis par Gabričević aux Disputationes Salonitanae de 1977, a été entérinée par la communauté scientifique, sans être remise réellement en question depuis.

6Vérifier cette hypothèse impliquait un réexamen complet de la zone, qui, fort heureusement, n’avait pas été totalement excavée lors des précédentes fouilles 7. C’est, de ce fait, aussi le seul endroit du site où la stratigraphie tardive n’a pas été soit emportée par les cultures, soit sacrifiée à la découverte de structures antiques importantes, et où les murs sont conservés sur plusieurs mètres en élévation. Ils ont en effet été protégés jusqu’en 1905 par un gigantesque pierrier haut de 4,50 m.

7Au terme de cinq campagnes de fouille et d’étude du bâti 8, nous sommes en mesure de proposer une séquence chronologique affinée et de nouvelles hypothèses. Elles seront éventuellement amendées par les résultats des analyses de mortier que Stéphane Büttner effectuera en 2008.

Premiers éléments

8Quelques éléments d’occupation précoce du site sont apparus sous la forme de 6 trous de poteaux, un trou de piquet, deux fosses rondes et deux drains sous ce que nous appelons la grande salle (voir ci-dessous). Ils sont creusés, en partie, dans les niveaux antiques sous-jacents les plus anciens et, pour le reste, dans le substrat de calcaire marneux ou de tuf blanchâtre, en plusieurs « épisodes » – un des drains recoupe une des fosses, etc. Aucune trace de sépulture n’a été découverte même s’il est peut-être possible d’attribuer le nombre relativement élevé de fragments de lampes en terre cuite, recueillis dans tous les sondages, à des dépôts funéraires provenant d’éventuelles tombes dans cet espace.

9Le ministère croate de la Culture a financé une prospection géophysique sur le site en octobre 2006. Réalisée par Goran Skelac de l’entreprise « Georadar » (Zagreb) dans les secteurs que nous n’étions pas en mesure d’explorer ou pas entièrement, cette opération vient en complément du reste de nos observations du sous-sol et des élévations. Les espaces et secteurs concernés (1 060 m2) étaient : le secteur V, situé entre l’annexe nord du bâtiment à contreforts et la muraille au nord, où la stratigraphie en place a plus de 4 m de puissance potentielle ; le secteur IX, s’étendant à l’ouest du bâtiment à contreforts et la muraille, interprété autrefois comme le hortus d’une villa urbaine devenant le jardin du quartier épiscopal ; enfin, juste à l’ouest de ce secteur IX, le couloir courant à l’ouest du bâtiment à contreforts, sous lequel affleurent des structures antérieures.

10Les résultats principaux confirment, sans trop de surprises, des observations menées dans la 1re moitié du XXe siècle. C’est au contact et à l’est du bâtiment à contreforts que sont apparus, à 40, 60 et 80 cm de profondeur sous le sol actuel, des éléments inconnus et particulièrement intéressants. En effet, sous le couloir oriental et immédiatement en avant à l’est de celui-ci se dessinent très nettement les contours d’un grand bâtiment antérieur à notre édifice à contreforts, dont l’orientation oblique nord-est - sud-ouest diffère complètement tant des grandes directions habituelles de l’urbanisme salonitain que des alignements sans doute déterminés par la courbe du rempart du troisième quart du IIe siècle qu’adopte l’ensemble de « l’oratoire A ». L’orientation est assez proche de celle d’un mur, observé sur une longueur d’1,34 m en 2005, qui passe sous la grande salle et sur l’arasement duquel repose le sommet de l’hémicycle de la banquette-stibadium du VIe siècle (cf. infra), mais aussi à un des murs les plus anciens situé sous la cour ouest. Enfin, en février 2007, on a pu dégager, sur une longueur de 3,71 m au pied du mur nord du bâtiment principal, entre deux contreforts, l’assise supérieure d’un mur ancien, épais de 65 cm, écrêté à la cote 17,50 m lors de l’établissement du mur nord de « l’oratoire A ». Ces maçonneries « obliques », dont les angles potentiels, les épaisseurs et techniques de construction et les cotes altimétriques d’arasement semblent concorder, formeraient un grand bâtiment antérieur appartenant à un ensemble plus vaste, contourné ensuite par l’aqueduc et le rempart dans le dernier tiers du IIe siècle. Les assemblages céramiques associés vont jusqu’aux IIe-IIIe siècles. Le secteur oriental, nivelé, semble ensuite devenir un jardin.

L’édifice tardo-antique à contreforts

11La deuxième phase est celle d’un remaniement de la grande domus (?) et de l’édification d’un bâtiment rectangulaire (6,62 x 14,60 m) (fig. 2), voûté 9, aux murs épais de 1 m, épaulé sur trois côtés par treize contreforts, doté d’une annexe sud-est (3,54/3,71 x 5,78 m) et d’un corridor les desservant à l’est – qui forme un complexe remplaçant les structures anciennes arasées, dont les maçonneries ont partiellement servi de fondation ; ceci est sans doute à l’origine de la large fissure qui affecte le mur nord. L’angle sud-ouest du bâtiment à contreforts/« oratoire A » est construit, quant à lui, au-dessus d’une canalisation préexistante, ce qui a entraîné la fissuration de la partie occidentale du gouttereau sud. Afin d’assainir et de solidifier ce mur, l’espace compris entre les deux derniers contreforts du mur sud a été rempli d’un blocage de pierres liées par une assez grande quantité de mortier. Le parement sud de ce renfort est soigneusement construit en petit appareil régulier de moellons de calcaire bien assisés. C’est sans doute cette « façade » qui a conduit Gerber à y voir une petite pièce qu’il a interprété comme un praefurnium (cf. infra10. La grande salle possédait deux portes ouvrant vers le nord et vers l’ouest sur des espaces non couverts et une troisième ouverture au sud. Les seuls éléments de datation sont différents remplois, sculptés ou non, notamment un fragment de stèle funéraire – fin IIe ou plus probablement début IIIe siècle –, mais tous les indices convergent vers une datation de l’édifice à contreforts du IIIe ou du IVe siècle. Sa fonction (militaire, publique, religieuse ?) n’est pas évidente. Élevé à proximité immédiate de l’aqueduc et de la muraille, avec des murs très épais contre-butés par des contreforts, il offre une grande salle centrale voûtée, dépourvue de partition interne, et une annexe au sud-est, mais pas d’installation thermale.

12

Le petit balnéaire privé

13La première grande modification du bâtiment à contreforts (3e phase) intervient toujours dans l’Antiquité tardive, grosso modo fin IVe-courant Ve siècle. Un dispositif thermal privé est alors installé en partie en s’appuyant sur le bâtiment à contreforts et en partie à l’intérieur de celui-ci (fig. 2). Deux pièces, chauffées par un système d’hypocaustes et probablement pavées de mosaïque à grosses tesselles de briques, sont plaquées au sud-ouest et on perce un peu à l’ouest de la porte existant au sud une nouvelle ouverture, pour donner accès depuis le « tepidarium » à un bassin semi-circulaire – l’ancienne porte sud ouvre sur une piscine rectangulaire depuis le « caldarium » 11 ; le massif englobant ces deux bassins fait une saillie notable dans la grande salle voûtée. Le praefurnium est aménagé dans la petite pièce sud-est et on perce alors son mur ouest pour permettre à l’air chaud de circuler jusqu’aux pièces nouvellement édifiées. Un canal amène l’eau depuis l’aqueduc passant à l’ouest jusqu’aux deux petites piscines, dont le fond est fait d’une dalle de calcaire. L’introduction de petites installations balnéaires privées dans des maisons préexistantes est un phénomène caractéristique de l’Antiquité tardive, en partie imputable à l’influence de l’Église qui désapprouve les bains collectifs dans les thermes publics ; le nombre de ces bains privés tend à croître à partir du IVe siècle.

La salle à banquette occidentée et la cour à fontaine

14Les bains sont supprimés dans une quatrième phase. Les exèdres thermales sont rasées ; bassins, canaux et suspensurae sont remblayés. Les matériaux de construction sont rassemblés pour partie dans des fosses dépotoirs creusées dans/sous un bâtiment qui limite au sud la cour occidentale, pour partie au nord de l’édifice à contreforts – sa porte nord étant obturée –, en remblai surélevant le niveau d’utilisation et de circulation. Les deux anciennes pièces chauffées sont conservées comme annexes sud et une grande annexe est ajoutée au nord. On installe alors dans la grande salle, excavée et dotée d’un dallage de calcaire présentant un degré surélevé à l’ouest, la banquette maçonnée, semi-circulaire et occidentée, large de 4,20/4,36 m et profonde de 2,83 m (fig. 2), qui a conduit les chercheurs à voir dans cet espace un oratoire antérieur à la paix de l’Église. Le remblai sous-jacent au lit de pose du dallage a livré trois monnaies de bronze des années 370-390. L’assemblage céramique tiré de ce même remblai contenait beaucoup de vaisselle phocéenne et de lampes tardo-antiques, des amphores tardives orientales et des fragments de spatheia (Ve-VIIe siècle). On peut donc raisonnablement situer cette phase dans une fourchette fin Ve-VIe siècle. Le nettoyage des élévations autour de la porte ouest a livré un minimus de bronze d’Anastase (antérieur à 518), prisonnier du mortier au-dessus du montant nord de l’ouverture. Sa présence à cet endroit s’expliquerait par une réfection du linteau et/ou de l’arc de décharge au VIe siècle, lors de la campagne de refonte de la grande salle. Cette réparation peut toutefois lui être postérieure.

15En outre, l’installation, plus tardive que nos prédécesseurs ne le pensaient, nous semble plutôt être celle d’une salle à manger. La structure semi-circulaire maçonnée dont une seule assise du contour est conservée, supportait peut-être un stibadium, pour sept convives, avec une table à la corde 12, selon un système que l’on connaît à une époque similaire dans le palais épiscopal d’Histria, en Roumanie, avec une table en sigma. On peut envisager aussi une salle de réunion (secretarium/salutatorium secondaire), sans que l’interprétation traditionnelle – celle d’une chapelle avec synthronon (non plus d’un oratoire crypto-chrétien) – soit à écarter complètement, à condition de lui attribuer une datation des Ve-VIe siècles.

16Au même moment, on aménage à l’arrière à l’ouest une élégante cour dallée, légèrement trapézoïdale, large en moyenne de 7 m, dotée en son centre, sur l’axe longitudinal de la grande salle, d’une fontaine alimentée par une noria 13, identifiée par B. Penđer en 2003. Posée à cheval sur le canal, la roue en bois (diam. restitué 2,40 m), sans doute à augets rectangulaires intégrés, puisait en effet l’eau dans l’aqueduc, dont les dalles de couverture avaient été retirées 14, pour la déverser dans une cuve de sarcophage remployée, d’où elle partait alimenter la fontaine (fig. 2). Le fait d’ouvrir la couverture du conduit et de prélever de l’eau de l’aqueduc public pose des problèmes juridiques, indiquant soit un non-respect des lois qui interdisaient le puisage et la dérivation de l’eau depuis le canal de l’aqueduc, avant le château d’eau – ius aquae ex castello – 15, soit l’obtention d’une autorisation nécessitant le paiement d’un droit. À cette date tardive, la première hypothèse est peut-être à privilégier, surtout dans ce secteur même périphérique du quartier épiscopal que gère l’Église, véritable responsable de l’entretien des infrastructures urbaines. La roue hydraulique était enfermée dans une pièce, qui étouffait les nuisances sonores – bruit de l’eau et grincements, etc. Si l’on accepte l’idée d’un triclinium, la porte de la grande salle, largement ouverte sur la cour, permettait aux convives – hauts dignitaires du clergé issus des classes aristocratiques ? – de profiter pleinement des plaisirs de la table et de la musique rafraîchissante de la fontaine, selon des principes qui sont encore pleinement ceux des banquets de l’Antiquité tardive.

17La fonction de l’édifice, qui limitait la cour au sud, nous demeure inconnue, en particulier dans les périodes précédant l’aménagement du dallage et la fontaine. Les niveaux de circulation sont perdus, d’anciens labours et fosses de plantation les ayant fait disparaître. Seule la dernière phase est quelque peu plus claire – avec un canal qui évacuait le trop-plein du sarcophage-réservoir de la noria, l’eau étant dérivée en direction du sud-est vers la salle de réception supposée du groupe épiscopal.

Derniers états

18À la fin du VIe et au VIIe siècle, alors que les autres structures sont toujours en usage, on note des remaniements des pièces en terrasse situées au niveau supérieur, dont l’une au moins doit exister dès la quatrième phase. Ces espaces sont accessibles depuis la cour à fontaine, mais aussi par un escalier interne installé alors au-dessus d’un important remblaiement dans la grande annexe au nord du bâtiment à contreforts remanié. Les espaces en terrasse disposent de deux puits nouvellement forés, permettant de puiser directement dans l’aqueduc sous-jacent. On note également la construction d’une citerne d’eau pluviale à l’extrémité nord du corridor au premier étage, etc. Hormis notre étude de l’annexe septentrionale, cette zone n’a pas été fouillée depuis les dégagements de 1905, mais les indices rassemblés suggèrent l’existence plausible d’un habitat tardif « fortifié » dans l’angle de la muraille.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 La mission à Salone a été fondée et dirigée de 1983-1999 par N. Duval et les directeurs successifs du musée Archéologique de Split, N. Cambi, B. Kirigin et E. Marin. F. Prévot en a repris la direction en 2000. L’École française de Rome prend en charge la publication des différentes études.
2 Cf. N. Duval et E. Marin (éd.), Salona III, Manastirine. Établissement préromain, nécropole et basilique paléochrétienne à Salone, Rome/Split, 2000.
3 W. Gerber, Forschungen in Salona I, Vienne, 1917, p. 122-129, fig. 229, pl. VIII ; d’autres détails, comme les installations hydrauliques, apparaissent sur le plan général, fig. 2 p. 13 ; cf. aussi les coupes fig. 12 p. 20 et 16 p. 21. Un résumé en italien de la description a été fourni par E. Ceci, I monumenti pagani di Salona, Milan, 1962, p. 135.
4 W. Gerber, Forschungen…, ibid., p. 126.
5 Voir E. Dyggve, History of Salonitan Christianity, Oslo, 1951, fig. II.7 (plan schématique) et II.8 (restitution interne), chap. II, p. 23-24 et n. 14 sur le « cantharos » ; Id., « Le baptistère de la basilica urbana à Salone d’après les fouilles de 1949 », in Actes du Ve Congrès international d’archéologie chrétienne, Aix-en-Provence, 1954, Cité du Vatican/Paris, 1957, fig. 1, p. 190 ; Id., « Nova Bazilika discoperta u Solinu », Peristil, 2 (1957), fig. 1 p. 58.
6 L’article de référence, consacrant cette hypothèse, est celui de B. Gabričević, « Le plus ancien oratoire chrétien de Salone », in Disputationes Salonitanae II = Vjesnik za Arheologiju i Historiju Dalmatinsku 77, Split, 1984, p. 161-174. Ce texte a aussi été publié en croate : Id., « Najstariji kršćanski oratorij u Saloni », in Studije i članci o religijama i kultovima antičkog svijeta, Split, 1987, p. 259-277.
7 En particulier dans l’annexe nord, la stratigraphie était intacte en 2001 sous un lit de béton, entourant une casemate aménagée en 1943 ; la terrasse nord le long du rempart était également « intacte ».
8 Des rapports préliminaires ont été publiés après chacune des campagnes annuelles de ces fouilles : cf. P. Chevalier, J. Mardešić, M. Čaušević, M. Gaultier, S. Gioanni, C. Goddard, É. Morvillez, B. Pender et M. Topić, « Mission archéologique franco-croate à Salone, Croatie : les fouilles du quartier annexe nord-ouest du groupe épiscopal (“petits thermes nord” et “oratoire A”), 2002-2003 », MEFRA [chronique des fouilles], 116 (2004), p. 668-684 ; P. Chevalier, J. Mardešić, M. Čaušević, M. Gaultier, S. Gioanni, S. Janniard, É. Morvillez, B. Pender, « Mission archéologique franco-croate à Salone, Croatie : les fouilles du quartier annexe nord-ouest du groupe épiscopal (“petits thermes nord” et “oratoire A”), 2002-2003 », MEFRA [chronique des fouilles], 117 (2005), p. 385-400.
9 Le dégagement des déblais dans la salle centrale et dans l’annexe nord au début du XXe siècle a permis de recueillir un très grand nombre de petits blocs de tuf.
10 W. Gerber, Forschungen…, op. cit., p. 122, fig. 229.
11 Cette dernière n’était pas connue par les fouilles anciennes.
12 É. Morvillez, « Sur les installations de lits de table en sigma dans l’architecture domestique du Haut et du Bas-Empire », Pallas, 44 (1996), p. 119-158.
13 É. Morvillez, P. Chevalier, J. Mardešić, Br. Pender, M. Topić et M. Čaušević, « La noria découverte à proximité de “l’oratoire A”, dans le quartier épiscopal de Salone (mission archéologique franco-croate de Salone) », in A. Bouet (dir.), « Aquam in altum exprimere », Les machines élévatrices d’eau dans l’Antiquité. Actes de la journée d’études du 13 mars 2003, Bordeaux, Bordeaux, 2004, p. 153-169.
14 Plusieurs de ces dalles de couvertures sont remployées dans l’escalier qui limite la cour au nord et donne accès aux pièces adossées en terrasse contre la muraille.
15 L’interdiction est manifeste et répétée maintes fois dans les codes Théodosien et Justinien.
Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Vue aérienne du complexe épiscopal de Salona. Le secteur étudié se situe en haut à droite (© DVD Salona, 2007).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/6452/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 2. Plan de la partie méridionale du site (Morana Čaušević-Bully).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/6452/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Chevalier, Jagoda Mardesic et Morana Čaušević-Bully, « Dans les coulisses d’une cathédrale. Étude de la zone nord-ouest du quartier épiscopal de Salona près de Split (Croatie), 2002-2007 », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 28 août 2008, consulté le 16 août 2017. URL : http://cem.revues.org/6452 ; DOI : 10.4000/cem.6452

Haut de page

Auteurs

Pascale Chevalier

Articles du même auteur

Jagoda Mardesic

Morana Čaušević-Bully

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org