Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2004-2005

Auxerre, la cathédrale Saint-Étienne

Christian Sapin

Entrées d’index

Index géographique :

France/Auxerre
Haut de page

Texte intégral

1Depuis trois ans, la crypte de la cathédrale qui, rappelons-le, constitue une des plus grandes cryptes romane de France construite dans la première moitié du XIe siècle, est l’objet de recherches archéologiques programmées de la part du Centre d’études médiévales. Il ne s’agit pas seulement de travaux au sol1 mais également d’études à partir des élévations. C’est ainsi qu’en 2004, l’examen méthodique des maçonneries (type de pierre, traces de taille, mortier) conservées dans l’angle sud-ouest de la grande salle a confirmé la cohérence du premier état initial roman, ainsi que les modifications d’ouverture et les transformations résultant des restaurations du XIXe siècle. Dans l’ouverture sud de la salle centrale, en démontant la maçonnerie en glacis créée au XIXe siècle, ont été plus précisément retrouvés, de la même façon qu’au nord, les traces des deux états initiaux. On peut désormais distinguer de ce côté la reprise de l’arcade murale en ouverture avec l’escalier ainsi que des modifications avec l’installation de portes. La connaissance des mortiers de scellement autorise à situer celles-ci dans la troisième phase d’aménagement que l’on peut placer au XIIe siècle, avant la construction des piliers gothiques. C’est aussi lors de cette période intermédiaire que l’on peut situer des traces d’encastrement visibles dans les piliers, transformant la première travée d’accès sud en sas, sans qu’on puisse dire si ces travaux sont dus à une volonté de modifier le circuit pour des raisons liturgiques ou en fonction de la préparation du chantier du chœur. En tout état de cause, ces informations renforcent les hypothèses quant à l’importance des accès et de leur évolution dans la compréhension générale de la crypte romane.

2D’autres indications sur l’occupation antérieure à l’époque romane ont été recueillies dans la fouille de l’ouverture sud après enlèvement du glacis. La stratigraphie montre plusieurs niveaux plus ou moins damés qui sont contemporains des niveaux d’occupation du haut Moyen Âge observés en 2003 tant dans l’ouverture au nord qu’au sud de la salle. Aucune structure nouvelle n’est apparue ; cela concorde avec le plan d’ouverture d’abside proposé l’an dernier dans la restitution2.

3Parallèlement, une partie de l’équipe du CEM en collaboration avec les collègues de l’université de Stuttgart ont précédé ou suivent de près les travaux de restauration (voir ci-après “Suivis de travaux aux abords et sur des édifices religieux de l’Yonne” par S. Aumard).

Auxerre, cathédrale Saint-Étienne. Crypte. Salle centrale. Mur ouest, ouverture sud, relevé de l’élévation nord montrant les traces de l’escalier arraché (CEM, 2004, G. Fèvre).

Haut de page

Note de fin

1 Voir Études & Travaux, 2003-2004, CEM 8, p. 15-16.
2 Id., p. 16.
Haut de page

Table des illustrations

Légende Auxerre, cathédrale Saint-Étienne. Crypte. Salle centrale. Mur ouest, ouverture sud, relevé de l’élévation nord montrant les traces de l’escalier arraché (CEM, 2004, G. Fèvre).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/644/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Sapin, « Auxerre, la cathédrale Saint-Étienne », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 9 | 2005, mis en ligne le 13 octobre 2006, consulté le 29 juin 2017. URL : http://cem.revues.org/644 ; DOI : 10.4000/cem.644

Haut de page

Auteur

Christian Sapin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org