Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS

L’équipe des Médiévistes de l’umr 5594

Rapport d’activités (2002-2004)
Daniel Russo

Texte intégral

1L’équipe des Médiévistes de l’umr est composée d’enseignants-chercheurs, de chercheurs, Université, cnrs, inrap, dont les études sont regroupées en cinq grands axes spécialisés en archéologie, histoire, histoire de l’art, à partir de sources documentaires, de matériaux et d’objets portant sur la Bourgogne, mais aussi sur d’autres aires régionales. Nous présentons la synthèse des activités du groupe durant les deux premières années, 2002-2004, du contrat quadriennal en cours.

2Dans le premier axe de recherches, sur l’histoire urbaine de la Bourgogne, Alain Saint-Denis a poursuivi son travail sur les archives de la période capétienne de l’histoire du duché, puis sur le réseau urbain, enfin sur l’assistance en Bourgogne, des origines jusqu’au XVIe. Suivant la même direction de travail, Alain Rauwel s’est intéressé à l’histoire des ordres mendiants en relation avec l’histoire des villes, d’abord dans une étude sur les couvents du Dijon médiéval, ensuite dans un travail sur les Minimes, et prépare une synthèse sur les Carmes en Bourgogne. Martine Clouzot a, pour sa part, continué son travail sur les musiciens à la cour de Bourgogne et dans les villes du duché : outre la publication de sa thèse, elle a organisé l’exposition Moyen Âge, entre ordre et désordre, à la Cité de la Musique (26 mars-27 juin 2004), ainsi que coordonné avec Isabelle Marchesin le catalogue, véritable recueil d’essais sur la question. Elle a organisé sur le même thème d’étude un colloque, toujours à la Cité de la Musique, fin mars 2004, et une journée d’étude le 5 avril, qui a réuni plusieurs chercheurs de l’équipe ou de l’Université de Bourgogne. Elle a enfin mis au point tout un projet de travail sur “Musique et société”, avec Hervé Mouillebouche, qui a permis la constitution d’une nouvelle équipe de travail. Pour sa part, Hervé Mouillebouche a publié Les maisons fortes en Bourgogne du nord du XIIIe au XVIe siècle (Dijon, eud, 2002) et entrepris d’élargir son enquête au sud de la région. De leur côté, Christian Sapin et Denis Cailleaux ont étudié le site de La Cordelle à Vézelay et son église franciscaine.

3Henri Gaillard de Semainville a mené des recherches sur le peuplement au cours du haut Moyen Âge (bilan archéologique sur l’implantation des Burgondes, 2003, et participation aux journées internationales de Saint-Marin, 2003), ainsi que sur l’époque mérovingienne (achèvement, en collaboration avec Germaine Depierre de l’étude sur la nécropole de Crotenay dans le Jura, pour 2005, et participation à l’exposition organisée en 2003 par le Musée de Lons-le-Saunier, ainsi qu’au catalogue et au colloque qui l’accompagnèrent). Il développa des recherches complémentaires qui donnèrent lieu à une étude sur l’Apocalypse et le millénarisme dans l’art mérovingien, parue dans la Revue archéologique de l’Est 52, avec une contribution de Martine Joly, et à une synthèse, avec David Billoin (inrap) sur la diffusion de la pierre ollaire dans l’est de la France.

4Dans le second axe de recherche sur les modes d’intervention des fidèles dans l’organisation de la vie ecclésiale, Vincent Tabbagh s’est intéressé aux deux collégiales de Grancey-le-Château (diocèse de Langres) et de Vergy (diocèse d’Autun), et a dirigé un ouvrage collectif, à paraître, sous l’intitulé Les saints et les morts dans la Bourgogne médiévale, réunissant différents travaux de chercheurs de l’équipe (Eliana Magnani) et de plusieurs doctorants de l’Université de Bourgogne. Il est intervenu sur le thème de l’organisation et de la disposition des chœurs dans les collégiales, lors d’une rencontre prévue à Lyon. Il mène des recherches sur le développement des communautés de prêtres, collèges ou méparts, mais aussi de groupes de chapelains au service de la prière pour les morts, en vue d’un colloque organisé par la Société d’Histoire religieuse de la France à l’automne 2005. Dans le cadre d’une journée d’études organisée par les Annales de Bourgogne, il a présenté une enquête sur les livres des bourgeois dijonnais vers 1400, d’après les inventaires après décès. Après sa thèse de doctorat soutenue en octobre 2002 à l’Université de Bourgogne et intitulée Expositio missae : essai sur le commentaire du Canon de la Messe dans la tradition monastique et scolastique (dir. Vincent Tabbagh), Alain Rauwel a coordonné la deuxième journée du groupe de recherche « Archéologie et symbolique de l’autel chrétien médiéval » au Musée archéologique de Dijon en mai 2003, en attendant une troisième et dernière journée prévue le 6 octobre 2005, avant une publication de synthèse. Il a présenté, lors de la journée d’études des Annales de Bourgogne, une intervention sur les usages de la lecture dans les monastères bourguignons, du IXe au XIIIe siècle. Il a aussi traité de la notion de Chrétienté à travers Lacordaire, Barthélemy Hauréau, l’albigéisme, la catégorie du massacre dans l’historiographie du catharisme, et a revisité l’idée bourguignonne à partir des Bretenières, de Maurice Chaume, d’André Deléage, ou encore d’Henri Vincenot. Approfondissant son travail sur les formes du don et, plus généralement, des échanges dans la société du haut Moyen Âge, Eliana Magnani a articulé ses recherches autour de l'analyse de la constitution de l'Église comme centre ordonnateur du système d'échanges, dégageant les principales étapes de ce phénomène et les représentations très plastiques sur lesquelles il s’appuie. Elle a organisé deux colloques internationaux sur “Le Moyen Âge vu d’ailleurs”, l’un à Auxerre (28 octobre-2 novembre 2002), l’autre à São Paulo (27-31 octobre 2003), qui ont permis de très larges discussions sur les objets, les méthodes d’approches et les problématiques d’études, entre les historiens et les historiens de l’art réunis pour l’occasion. Elle prépare actuellement, outre différentes collaborations qu’elle a en cours, une troisième session sur le même thème qui doit se réunir à Madrid, à la Casa de Velásquez, en juin 2005. En plus de ses grandes compétences et de sa disponibilité très appréciée des Médiévistes, Eliana Magnani coordonne le travail d’une ACI sur les Chartes de la Bourgogne, numérisées pour constituer une banque de données accessibles à tous les chercheurs. Elle poursuit ce travail, portant sur quelques cinq mille chartes, avec Marie-José Gasse-Grandjean.

5Dans le troisième axe de recherche, Dominique Iogna-Prat a présidé la session de mai 2003 du Medieval Congress, Kalamazoo (USA), autour de la traduction de son livre Order and Exclusion, puis poursuivi sa recherche sur la formation d’une doctrine du lieu de culte entre les IVe-XIIIe siècles en Occident, montrant comment l’institution ecclésiale en est venue, peu à peu, à se définir à partir de l’église-monument comme un point de passage obligé et comme une structure nécessaire pour penser, et articuler, les différentes catégories permettant à la communauté chrétienne de se rassembler. Préparant une synthèse sur le sujet, très neuf compte tenu des problématiques adoptées, il a séjourné en février-mars 2004 à la John Hopkins University, Baltimore (USA), en tant que “Louis Marin Visiting Professor”, où il a pu avancer la rédaction de quelques chapitres. Il s’est intéressé, successivement, à l’exégèse du lieu de culte dès l’époque carolingienne, à l’image du souverain bâtisseur en contexte impérial, de Constantin aux Ottoniens, aux consécrations papales et à la formation d’un espace ecclésial à l’âge de la réforme de l’Église, à l’émergence d’un nouveau type de texte, le De Consecratione, et à l’émergence de la notion de persona Ecclesiae et de persona fidelis, à l’apport de la réflexion sacramentelle des XIe-XIIe siècles. Il avait organisé à Auxerre, les 19-21 septembre 2002, un atelier d’étude sur Les Carolingiens et les origines chrétiennes. Temps et lieux, ouvrant un certain nombre de pistes en ce sens. Il a coordonné un ouvrage sur L’individu. Individuation et individualisation au Moyen Âge, avec Brigitte Bedos-Rezak (Flammarion, 2005), auquel ont participé des membres de l’équipe (Daniel Russo). En suivant cette orientation et revenant sur certaines des questions naguère ouvertes par Walter Cahn et Herbert L. Kessler, en France par Piotr Skubiszewski, Daniel Russo a continué son étude sur l’iconographie de l’église-monument dans la Chrétienté médiévale, en se concentrant sur trois moments principaux : l’église ottonienne ; le moment romain de l’église des XIe-XIIe siècles ; le moment des résurgences dans l’Église, vers 1200 – vers 1300, avec des prolongements jusqu’en plein XVe siècle. Du point de vue historiographique, il a repris son étude sur l’idée de Christianitas, sa formation et son développement au cours des XIXe et XXe siècles en Europe occidentale. Du point de vue de l’histoire de l’art, il est également revenu sur des aspects de la périodisation dans l’étude de l’architecture et des arts figurés. Du point de vue iconographique, enfin, il s’est intéressé aux nouvelles thématiques formulées entre la fin du Xe et le XIIe siècle, afin d’analyser le moment clef de la Réforme de l’Église dans ses rapports aux arts figurés.

6Membres associées de l’umr, Josiane Barbier et Geneviève Bührer-Thierry ont développé leurs programmes de recherches, respectivement l’une sur “Le roi et les cités. Pouvoir central, pouvoirs locaux et société au nord de la Loire, VIe-VIIIe siècles”, l’autre sur la transmission des patrimoines et des stratégies sociales au sein des familles qui composaient l’aristocratie du monde carolingien, entre VIIe et Xe siècles, à partir des rôles qu’y tenaient les filles et les femmes. Josiane Barbier a préparé, en outre, la publication d’un livre, issu de sa thèse de Doctorat, La fortune du prince. Dictionnaire du fisc et des palais entre Loire et Meuse, VIe-Xe siècles (Institut historique allemand, Paris) et approfondi ses recherches notamment en Bourgogne, sur les gesta municipalia d’Autun (début du VIIIe siècle) et sur plusieurs chartes, dont le “testament de Widerad (722)”, dans un dossier plus large, puisqu’il comprend aussi les gisements documentaires de Sens et de Flavigny. Geneviève Bührer-Thierry a soutenu son Habilitation à diriger des recherches (novembre 2004) et prépare une journée d’étude, en rapport avec les équipes de Pré- et de Protohistoire de l’umr, sur les rôles des femmes dans le contrôle de l’espace et la gestion des biens, pour l’automne 2005.

7En archéologie, dans le quatrième axe d’études, Christian Sapin et l’équipe du cem d’Auxerre (Sylvain Aumard, Stéphane Büttner, Fabrice Henrion), ainsi que Chantal Arnaud, Denis Cailleaux, ont poursuivi leurs travaux de fouilles et avancé leurs recherches sur plusieurs sites. Ainsi à Auxerre, tout d’abord, avec la cathédrale Saint-Étienne, dans le cadre d’un vaste projet de restauration de l’édifice, à l’intérieur comme sur les toitures de la nef, sur la façade ouest et dans les combles ; à Saint-Père (Yonne), l’église Saint-Pierre ; à Autun et Perrecy-les-Forges (Saône-et-Loire) ; à Saint-Claude (Jura), dans l’ancien palais abbatial ; à Cergy-Pontoise (Val-d’Oise), l’église Saint-Christophe ; au Mont-Saint-Michel, dans la crypte. À ces travaux, s’ajoutent un projet sur les approches de terres cuites architecturales icaunaises, du Ve au XIXe siècle, un autre sur les matériaux, techniques de construction et datation entre Loire et Saône, autour de l’An Mil (avec le Service régional de l’Archéologie, Centre). Christian  Sapin est à l’origine, avec B. Bertholon-Palazzo et le Musée Sainte-Croix de Poitiers, de l’exposition sur Stucs et décors, de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge, Ve-XIIe siècle (Somogy, 2004), ainsi que du colloque tenu à Poitiers les 16-19 septembre 2004.

8En histoire de l’art, cinquième et dernier axe de recherche au sein de l’équipe, à l’intérieur du projet “Arts et cultures en Bourgogne, XIIe-XVIe siècles”, défini avec Jean Rosen, et parallèlement à d’autres travaux, Daniel Russo a organisé, avec le Musée archéologique de Dijon et l’association pacob, l’exposition Couleur de temps, fragments d’histoires. Les peintures murales en Bourgogne, XIIe-XXe siècles (20 juin-2 novembre 2003), coordonné le catalogue, sous le même intitulé, ainsi que dirigé le colloque qui suivit, sur le même thème Peintures murales de Bourgogne et d’ailleurs, les 15-17 septembre 2003, dans l’ancien Palais universitaire de Dijon, rue Chabot-Charny. Il a préparé l’édition des actes. En 2004, associé au commissariat de l’exposition sur Les arts à la cour de Bourgogne. Le mécénat de Philippe le Hardi et de Jean sans peur (Musée des Beaux Arts de Dijon, 28 mai-15 septembre 2004), il a coordonné la journée d’études tenue à Dijon, dans l’ancien Palais universitaire, sur la création artistique autour des années 1400 et les questions iconographiques posées par les œuvres étudiées. Dans la suite de ses travaux sur le livre manuscrit et l’enluminure au Moyen Âge, il a étudié des manuscrits conservés dans les bibliothèques municipales de Bourgogne, parmi les plus significatifs des pratiques de mise en texte et de mise en images au cours des Xe-XIIe siècles : le manuscrit 1 conservé à Semur-en-Auxois (communication à la Bibliothèque municipale, mai 2003) ; les manuscrits de Cîteaux conservés à Dijon ; les manuscrits 1 et 2 de Chalon-sur-Saône.

9En 2004, ont été reçus comme membres de l’équipe Pascale Chevalier (Clermont-Ferrand II), pour ses travaux sur le site de Souvigny et Benoît Chauvin (cnrs), en raison de ses recherches sur Cîteaux et le monachisme cistercien. De même, ont été acceptés comme membres associés trois autres chercheurs, Sophie Jolivet (Dijon), Magali Orgeur (Dijon), Hubert Flammarion (Langres).

10Enfin, ont été soutenues à l’Université de Bourgogne les thèses de doctorat et les habilitations suivantes, de 2002 à 2004:

11Thèses de doctorat :

12Alain Rauwel, “Expositio missae” essai sur le commentaire du Canon de la Messe dans la tradition monastique et scolastique, dir. V. Tabbagh (octobre 2002)

13Michel Maerten, Contribution à l’étude des ateliers de potiers en Bourgogne du sud, dir. D. Russo (novembre 2003)

14Sophie Jolivet, Pour soi vêtir honnêtement à la cour de monseigneur le duc : costume et dispositif vestimentaire à la cour de Philippe le Bon, de 1430 à 1455, dir. V. Tabbagh (novembre 2003)

15Anne-Laure Imbert, Terres de Sienne. Problèmes de représentation de la nature et du paysage dans la peinture siennoise, 1270-1480, dir. D. Russo (décembre 2003)

16Magali Orgeur, Les carreaux de pavement des abbayes cisterciennes en Bourgogne, fin XIIe-fin XIVe siècles, dir. D. Russo (juin 2004).

17Thèse d’Habilitation à diriger des Recherches :

18Jean Rosen, Histoire des manufactures de céramique en Bourgogne et en Champagne-Ardenne, du XIVe à la fin du XIXe siècle, sous la conduite de D. Russo (juin 2003).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Russo, « L’équipe des Médiévistes de l’umr 5594 », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 9 | 2005, mis en ligne le 13 octobre 2006, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cem.revues.org/629

Haut de page

Auteur

Daniel Russo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org