Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2007-2008

L’église Saint-Vorles de Marcenay (Côte-d’Or),

Sylvain Aumard

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Saint-Vorles de Marcenay

Index géographique :

France/Marcenay
Haut de page

Texte intégral

1L’église de Marcenay (Côte-d’Or) est réputée pour être le lieu où ont été découverts, puis conservés, les restes de saint Vorles, prêtre ayant vécu à la fin du VIe siècle, avant leur transfert dans l’église de Châtillon-sur-Seine. L’opération de drainage, qui s’inscrit dans le programme de restauration impulsé par la municipalité, a fait l’objet d’une prescription archéologique en raison de la sensibilité du site1. Les caractéristiques typologiques du sarcophage attribué à saint Vorles permettent, en effet, de l’attribuer à une production du haut Moyen Âge (fin VIe-début VIIe siècle). En outre, les élévations de l’édifice, jusqu’à présent peu restaurées, possèdent encore un potentiel historique considérable, avec notamment les traces d’un état des Xe-XIe siècles.

2La surveillance du terrassement a produit peu d’indices sur l’ensemble du mur gouttereau nord ; hormis quelques sépultures et la reprise des bas-côtés au XVIIIe siècle, un angle de maçonnerie a été mis en évidence, antérieur au chevet actuel (XIVe siècle ?), peut-être le contrefort d’une absidiole (XIe siècle ?). En revanche, au pied des façades sud et ouest, les données ont été particulièrement abondantes. On compte une dizaine de sarcophages, tous de la fin du VIe ou du début du VIIe siècle, qui ont parfois conservé leur couvercle. Leurs orientations multiples, nord-sud et est-ouest, sont source d’interrogations, mais des indices de constructions antérieures peuvent avoir généré d’éventuelles contraintes dans la gestion de l’espace funéraire. La principale découverte réside dans une absidiole débouchant sur le mur est du transept sud. Malgré l’arasement important des structures, on a pu reconnaître la fondation d’un autel associé à au moins deux niveaux de sol. Cet espace a été créé avant les reprises du transept attribuables au XIIIe siècle, puis préservé jusqu’à ce que la reconstruction tardive du mur est (XVIIe siècle ?) entraîne sa disparition. Cette absidiole pourrait fonctionner avec un état reconnu sous l’ensemble du mur gouttereau du bas-côté sud, état dont les dispositions architecturales semblent s’accorder avec les vestiges du XIe siècle conservés dans les élévations du vaisseau central de la nef – piliers ouvrant sur bas-côtés et fenêtres hautes.

3

4

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Opération archéologique gérée par le CEM/Auxerre.
Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Vue générale de l’église de Marcenay (cliché S. Aumard).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/5992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 2. Vestiges de l’abside romane découverte au sud du chevet (cliché S. Aumard).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/5992/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Aumard, « L’église Saint-Vorles de Marcenay (Côte-d’Or), », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 03 septembre 2008, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://cem.revues.org/5992 ; DOI : 10.4000/cem.5992

Haut de page

Auteur

Sylvain Aumard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org