Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2007-2008

5 place Saint-Pierre, Auxerre (Yonne)

Fabrice Henrion

Entrées d’index

Index de mots-clés :

collégiale, Saint-Pierre d’Auxerre

Index géographique :

France/Auxerre
Haut de page

Texte intégral

1C’est dans le règlement liturgique de l’évêque Aunaire, à la fin du VIe siècle, qu’apparaît pour la première fois la Basilica sancti Petri Apostoli, située au sud du castrum du début du IVe siècle. On ne connaît ni la date ni les circonstances de sa fondation, mais il est possible qu’une occupation religieuse, et surtout funéraire, soit présente avant la mention d’Aunaire ; c’est en tout cas ce que suggéreraient les anciennes découvertes de sarcophages, dont le mobilier associé peut être daté du milieu du VIe siècle. Au milieu du VIIIe siècle, c’est une simple collégiale occupée par des chanoines. En 1107, l’évêque Humbaud installe des chanoines réguliers de l’ordre de saint Augustin et, lorsqu’au début du XIIIe siècle, le nouveau rempart de la ville est achevé, l’église Saint-Pierre devient paroissiale. C’est alors une des plus importantes paroisses de la ville avec son quartier fleurissant des vignerons. En 1277, l’épouse du comte d’Auxerre Jean de Châlon fait une importante donation pour contribuer à la reconstruction des bâtiments de l’abbaye, en partie ruinés par les guerres et un incendie. C’est sans doute à ce chantier qu’appartient la salle capitulaire encore visible aujourd’hui. Des observations menées en 1991, à l’occasion de travaux de restauration, ont confirmé qu’elle succédait à une construction, dont les joints beurrés et ferrés peuvent renvoyer à la fin du XIe ou au début du XIIe siècle, comme d’ailleurs le chapiteau trouvé en 1846 en remploi dans un mur de l’enclos. On ne sait rien de l’évolution du site aux XIVe et XVe siècles. Lors de la prise d’Auxerre par les huguenots, en 1567, l’établissement est incendié et en partie détruit. Il ne sera vraiment relevé qu’au XVIIe siècle. En 1635, l’évêque Dominique Séguier réforme la communauté en y établissant des chanoines réguliers de Sainte-Geneviève de Paris. Pendant la Révolution de 1789, les bâtiments canoniaux sont vendus au titre des Biens nationaux et certains sont même détruits. L’église, qui devait l’être également, est sauvée par sa transformation en atelier de salpêtre, puis on y rétablit le culte après le Concordat.

2Avec les ventes révolutionnaires, les abords de l’église vont peu à peu être transformés pour accueillir des établissements d’enseignement public. L’ensemble sera démoli en juillet 2007 pour permettre l’extension de la crèche municipale Kiehlmann, située plus au nord.

3En amont de ces travaux, une opération d’archéologie préventive a été menée sur les parcelles du 5 place Saint-Pierre entre les mois de novembre 2006 et mars 2007 1. Elle a permis d’apporter un certain nombre de réponses aux questions posées, en particulier sur la transition entre la ville ouverte du Haut-Empire et le castrum du Bas-Empire ou encore sur l’environnement de l’église Saint-Pierre, tout en ouvrant de nouvelles interrogations. Si l’idée d’une occupation antique de ce secteur de l’actuelle ville finissait par apparaître comme très probable, à partir de découvertes ponctuelles ou de réflexion sur la topographie, elle est aujourd’hui confirmée et illustrée, même si les vestiges sont relativement ténus. Il s’agit bien d’une zone d’habitat ponctuellement occupée dès les Ier-IIe siècles, mais se structurant à partir du IIIe siècle autour d’un réseau viaire secondaire cohérent avec le reste de la ville connue.

4Les questions liées aux relations entre la ville ouverte et le castrum se trouvent un peu mieux éclairées avec les résultats de cette fouille, qui permet de proposer une progression de l’habitat vers le nord, sur la pente, au moment où des secteurs entiers de l’occupation de la plaine sont abandonnés. Il faudrait encore pouvoir disposer de données issues de l’actuel hyper centre-ville pour mieux saisir cette évolution. Quant aux relations avec l’occupation religieuse, le site est trop éloigné de l’église Saint-Pierre, et surtout de la zone probable de la fondation primitive – aux abords de l’actuel chevet compte tenu des découvertes anciennes, de la topographie et d’une certaine logique de développement –, pour que l’on puisse mieux comprendre son origine. Mais un des acquis majeurs de cette campagne est de montrer la présence d’un habitat et d’une occupation précédant sa fondation.

5De même, les transformations de l’environnement de l’église, en parallèle à son probable développement, sont mieux perçues et alimentent dès à présent notre connaissance d’Auxerre, que ce soit pour ces périodes hautes ou pour le Moyen Âge et l’époque moderne. À l’ouest de la parcelle étudiée, 24 inhumations en pleine terre ou en coffrages de bois, datées des IXe-Xe siècles, ont été reconnues : il s’agit de l’extension maximale du cimetière se développant autour de l’église avant qu’il ne soit figé au sud, sans doute au XIIe siècle.

6C’est sur l’emplacement de cette zone funéraire que sera créée, vers les XIIe-XIIIe siècles, une rue orientée nord-sud, dans la continuité sud de l’actuelle impasse Kiehlmann – ancienne ruelle Bérault ou ruelle de l’Équerre –, reliant la rue Saint-Pèlerin à la place Saint-Pierre. Bordée d’habitats, cette portion sera supprimée à la fin du XVIe siècle et intégrée au domaine privé.

7Par ailleurs, on notera le maintien des orientations générales des structures depuis l’Antiquité (habitats) jusqu’à l’époque moderne (terrasses) ; l’organisation parcellaire ne sera rompue qu’après la Révolution.

8Le mobilier céramique a pu faire l’objet d’une étude relativement poussée, en particulier parce que dans le temps de la fouille nous avons pu mener à bien l’inventaire exhaustif du mobilier selon les normes très précises et très strictes préconisées par le Service régional de l’archéologie 2. Il offre d’ores et déjà un cadre typologique qui manquait malgré tout pour Auxerre et permettra de progresser encore dans la connaissance de la ville. Nous croyons utile de préciser qu’à la lecture des plans généraux et des données acquises, on constate que la stratigraphie est plus importante et mieux conservée à l’est de la parcelle étudiée. Ainsi, un fort potentiel est susceptible d’être préservé sous le secteur est, figé par la rampe d’accès pompiers et surtout dans le secteur de l’ancien cloître et des bâtiments de l’abbaye Saint-Pierre ; les caves du logement de l’instituteur conservent un potentiel important qu’il conviendrait d’étudier encore (sols et élévations), d’autant plus si des travaux de réaménagement sont prévus.

9Enfin, à l’issue de notre intervention, la fouille a été entièrement rebouchée.

Haut de page

Notes

1 Opération archéologique gérée par le CEM/Auxerre. Placée sous ma direction, l’équipe était constituée de Xavier d’Aire, Johnny-Samuele Baldi, Walter Berry, Gilles Fèvre, Vanessa Hontcharenko, Jérôme Mercier et Aurélie Monteil, ainsi que de nombreux stagiaires des universités de Lyon-2, Nantes et Paris-1.
2 L’application de ces règles a nécessité l’emploi d’un poste à plein-temps pendant toute la durée de la phase terrain.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Henrion, « 5 place Saint-Pierre, Auxerre (Yonne) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 02 septembre 2008, consulté le 20 août 2017. URL : http://cem.revues.org/5932 ; DOI : 10.4000/cem.5932

Haut de page

Auteur

Fabrice Henrion

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org