Navigation – Plan du site
Opérations archéologiques 2007-2008

L’église Saint-Benoît d’Aizenay (Vendée)

Fabrice Henrion

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Saint-Benoît d’Aizenay

Index géographique :

France/Aizenay
Haut de page

Texte intégral

1L’étude des vestiges archéologiques1, mis au jour lors des travaux de réfection des sols de la nef de l’église Saint-Benoît d’Aizenay – construite entre 1903 et 1905 –, a permis de caractériser la présence d’une nécropole du haut Moyen Âge, peut être liée à l’église médiévale qui était au sud-est de l’actuelle église.

2Les origines de cette église primitive ne sont pas connues avec certitude et l’idée qu’elle puisse être proche (voire à l’emplacement) de la tombe de saint Benoît ne repose sur aucune réalité archéologique. Une tradition, rapportée manifestement à partir de l’époque carolingienne lors du transfert des reliques à l’abbaye de Quinçay, place le décès d’un certain Benoît, désigné comme chorévêque, près d’Aizenay, au lieu-dit La Pierre Fendue, au milieu du IVe siècle. Son culte restera strictement local et ne sera d’ailleurs pas reconnu par l’Église, même s’il semble que son corps soit bien présent dans le sanctuaire agénisate avant le transfert carolingien, comme le confirmerait un texte plus tardif 2. Un prieuré est mentionné au milieu du XIe siècle ; sans doute modeste, il disparaît au profit de la paroisse au XIVe siècle. Quoi qu’il en soit, il y a bien une importante occupation funéraire dès le haut Moyen Âge, attestée par des découvertes de sarcophages et de mobilier, en particulier lors des travaux du début du XXe siècle. Rien n’empêche que cette occupation puisse être liée à un sanctuaire déjà présent, probablement à l’emplacement de l’ancienne église, favorisant le développement d’inhumations ad sanctos.

3Vingt-trois sarcophages ont pu être étudiés (typologie et pétrographie) et sont datés entre l’extrême fin du VIe et la première moitié du VIIe siècle (MA3/MR1 de la chronologie Legoux, Périn, Vallet 3) par leur typologie et le mobilier associé – en particulier boucles de jarretières et ferret associés à l’individu du sarcophage 028.

4Produits dans trois faciès lithologiques différents, il s’agit d’importations depuis les régions de Fontenay-le-Comte 4 – calcaire micritique, 5 exemplaires – et de Doué-la-Fontaine 5 – falun d’Anjou, 17 exemplaires – ; un exemplaire est taillé dans un calcaire sableux, dont on ignore la provenance. Quatre des cinq sarcophages taillés dans un calcaire micritique présentent un aménagement céphalique encadré de tablettes pour certains.

5Il a, en outre, été possible de montrer les importantes perturbations de la stratigraphie lors de la construction de l’église au début du XXe siècle ; ce constat peut expliquer en particulier l’absence d’inhumations autres qu’en sarcophage, qui, installées moins profondément, ont pu facilement disparaître. La plupart des structures mises au jour sont liées au chantier de construction de l’église et les maçonneries appartenant aux occupations bâties antérieures ont été récupérées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Henrion, « L’église Saint-Benoît d’Aizenay (Vendée) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 15 août 2008, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://cem.revues.org/5902 ; DOI : 10.4000/cem.5902

Haut de page

Auteur

Fabrice Henrion

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org