Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2007-2008

Le baptistère du Puy-en-Velay (Haute-Loire)

Étude de bâti dans le cadre du PCR sur le baptistère dirigé par Bénédicte Mérel-Brandenburg et de la fouille dirigée par Sophie Liegard1.
Christian Sapin

Entrées d’index

Index de mots-clés :

baptistère

Index géographique :

France/Le Puy-en-Velay
Haut de page

Texte intégral

1Traditionnellement désigné comme baptistère depuis le XIIIe siècle, cet édifice conservé au nord-est de la cathédrale du Puy est daté par la plupart des études antérieures du Xe siècle. En 2006, à partir du plan et des premiers travaux au sol, nous avions suggéré que les vestiges d’un massif quadrangulaire au niveau du sol, contre le mur nord, appartiennent à un rythme originel de piliers et grandes arcades murales, dont pouvaient subsister – selon les premières mesures d’espacement – des éléments en élévation. Cette idée a été confirmée par un examen visuel des mortiers et par l’étude des élévations. Cela constitue l’état n° 1 du monument. À cet état, il convient d’ajouter un arc triomphal plus étroit, avec une grande colonne sur un socle et l’abside. Plusieurs détails dans les reprises des bases de colonnes – avec des effets de retaille – et des tailloirs pourraient laisser entendre que l’état actuel de ce décor – chapiteaux en marbre des Ve-VIe siècles – a été repris selon un principe originel, ce qui expliquerait l’hétérogénéité de l’ensemble du décor et les différences avec les arcatures hautes. À l’ouest, les différences de niveaux des tailloirs conservés – équivalents au niveau des tailloirs de l’abside – et les reprises en parties inférieures militent pour un emmarchement de l’extérieur vers un intérieur plus bas, ce qui reste cohérent avec le terrain connu. Un second état pourrait correspondre à une première tribune, qui aurait été plus étroite et accolée au mur occidental avant sa reprise. Un troisième état correspond à la modification de l’arc triomphal et à un nouveau rythme d’arcades murales. Il est encore difficile de donner une date à ces états qui succèdent aux premières peintures et décors de stucs (Xe siècle ou antérieur ?). Le quatrième état, avec la reprise des murs et des baies, peut aussi correspondre à une phase romane des XIe-XIIe siècles. Un cinquième état, enfin, achève cette reprise avec les arcs et le voûtement gothique.

2L’ensemble de ces éléments, avec un premier état caractérisé par des arcs à claveaux à joints vifs et des éléments de décors visiblement en place, nous conduisent ainsi à nous interroger sur les datations des IXe-Xe siècles proposées jusqu’alors. Même si nous sommes prudents du fait des imitations romanes et des remplois, il semble difficile de placer toutes les campagnes de travaux à cette période et on ne doit donc pas exclure, pour le premier état et dans des investigations futures, une hypothèse plus haute dans l’Antiquité tardive.

3

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Opération archéologique gérée par le CEM/Auxerre.
Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Baptistère du Puy, vestiges de l’état n° 1 visibles à l’ouest du mur nord (CEM, X. d’Aire, 2007).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/5862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Sapin, « Le baptistère du Puy-en-Velay (Haute-Loire) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 03 septembre 2008, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cem.revues.org/5862 ; DOI : 10.4000/cem.5862

Haut de page

Auteur

Christian Sapin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org