Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2005-2006

Travaux du laboratoire d’archéologie du bâti : morphologie des tuiles anciennes et marchés d’ouvrages

Sylvain Aumard, Sonia Rymarczyk et Welleda Muller

Entrées d’index

Index de mots-clés :

tuile, marché d’ouvrage
Haut de page

Texte intégral

1En plus des travaux menés dans la cathédrale Saint-Étienne d’Auxerre et dans les autres sites présentés ci-avant, le laboratoire d’archéologie du bâti du CEM a encadré, à l’occasion de différents stages, des enquêtes sur la morphologie des tuiles anciennes et les marchés d’ouvrages.

L’étude morphologique des tuiles anciennes : approche méthodologique des prises de mesure (Sylvain Aumard et Sonia Rymarczyk)

2Dans le cadre d’un stage de licence en archéologie, il a été proposé de tester une méthode de travail portant sur l’étude de la morphologie des tuiles anciennes. Jusqu’à présent, les éléments de couvertures des cathédrales d’Auxerre et de Sens et de l’église de Noyers-sur-Serein avaient fait l’objet d’une typologie approfondie qui ne tenait compte que des principaux caractères morphologiques tels que les éléments de fixation et de pose, ainsi que le format. Ce dernier, malgré les apparences, s’est avéré être une variable assez difficile à considérer en raison de la grande variation des mesures selon les emplacements choisis : entre les extrémités de la tuile, la mesure de la longueur ou de largeur peut en effet changer sur près de 2 cm ! La question qui se pose alors est de savoir quelle est la façon la plus pertinente d’acquérir ces données afin que celles-ci représentent fidèlement la morphologie de l’objet.

3Les différentes analyses accumulées depuis 2004 ont largement confirmé l’homogénéité des lots de la cathédrale d’Auxerre datés du xive siècle ; ceux-ci offrent désormais la possibilité d’envisager convenablement cette problématique. Jusque-là, un tiers de ces tuiles avait fait l’objet de mesures aux maximum et minimum de leurs longueurs et de leurs largeurs, afin de rendre compte de la variabilité de leurs dimensions. La nécessité d’étendre cette étude des mensurations à l’ensemble de la collection rendait indispensable la nécessité de tester un second procédé plus efficace et fondé sur la prise en compte des médianes des longueurs et des largeurs (selon les axes de la tuile). La méthode de travail adoptée a consisté à vérifier, à l’aide d’indices statistiques, si ces deux manières de mesurer l’objet garantissaient une qualité d’information équivalente, notamment en ce qui concerne la variabilité du format. Pour chaque variable (longueur, largeur), on a comparé les « écarts-types » des moyennes issues des mesures médianes et ceux des mesures minimale et maximale. Ce travail s’appuie sur une population de 300 tuiles, soit au total sur 1800 mesures (deux variables mesurées trois fois).

4La population étudiée se répartie en quatre groupes typologiques, chacun comprenant une bonne soixantaine d’éléments :

  • A1, tuile sans crochet à pureau brut ;

  • A2, tuile sans crochet à pureau glaçuré vert ;

  • B, tuile à crochet à pureau glaçuré vert ;

  • C, tuile à crochet à pureau glaçuré jaune, brun, ou marron-noir.

5La collecte et le traitement de toutes ces données montrent que les deux méthodes fournissent des résultats très comparables. D’une méthode de mesure à l’autre, pour une même variable, les écarts types varient dans des proportions très proches, avec une différence de l’ordre de 0,2 à 0,8 mm, ce qui est très négligeable. L’acquisition des mesures au niveau des médianes de la tuile est donc une approche ne présentant pas de perte d’information sensible et les variations qu’elle permet d’enregistrer sont semblables à celles que fournit la méthode initialement mise en œuvre.

6Si la pertinence de la méthode pouvait paraître a priori un peu prévisible, elle restait encore à démontrer sur des bases objectives. On s’appuiera désormais sur ces acquis pour mener à bien les futures études confiées au Centre.

Représentation graphique de la morphologie des tuiles de la cathédrale d’Auxerre, d’après leurs mesures médianes.

7Bien qu’il s’agisse de travaux d’archives, on peut rattacher au laboratoire d’étude du bâti les enquêtes amorcées sur les marchés d’ouvrages qui renseignent particulièrement bien sur les métiers et sur les matériaux utilisés.

Marchés d’ouvrages (Velléda Muller1)

8Dans le cadre d’un stage de Master 2 au Centre d’études médiévales 2, nous avons recensé et étudié les marchés d’ouvrages auxerrois répertoriés parmi les minutes des notaires publiées par Henri Forestier et Eugène Drot 3. Ces documents présentent l’intérêt de livrer au chercheur une multitude d’informations sur l’histoire de l’artisanat de la fin du Moyen Âge et de l’Ancien Régime : commandes artistiques, chantiers de construction, contexte juridique, social et économique des artisans, lieux d’approvisionnement… autant de données qui intéressent aussi bien les historiens de l’art, les archéologue du bâti, que les historiens de la société ou de l’économie. L’objectif de ce travail était double :

  • d’une part, faciliter l’accès à ces documents dispersés par la mise en œuvre d’un recensement systématique ; ce dernier devait permettre, en outre, de reconnaître dans un premier temps les différentes questions posées par une pareille démarche appelée à se développer à la sollicitation des chercheurs.

  • et, d’autre part, mieux connaître le mécanisme de la commande de travaux et en particulier ceux ayant trait au domaine de l’artisanat du bois (menuiserie, hucherie, sculpture…).

9Dans les inventaires consacrés aux études de Sampic, Jouvin, Letourneau, Coste, Hanne et Guimard, H. Forestier liste indifféremment un large échantillon de minutes : leur sélection ne vise qu’à représenter la diversité des sujets que permettent d’aborder ces documents et ne prétend à aucune exhaustivité. Le recensement systématique de tous les marchés d’ouvrages au sein de ces compilations, se justifiait donc d’autant plus que les index sont malheureusement incomplets. La période concernée va de la fin du Moyen Âge jusqu’au début du xixe siècle (la Révolution étant le plus souvent une date butoir, rarement dépassée). L’ancien directeur des Archives départementales de l’Yonne ne détaille pas ou peu les minutes regroupées dans ces répertoires. La consultation des originaux conservés 4, ne nous a guère plus renseigné sur la nature des ouvrages en jeu.

10E. Drot procède un peu différemment, puisqu’il ne recense que les marchés d’ouvrages, définissant par une courte phrase l’objet de l’acte et retranscrivant ce dernier intégralement. En outre, contrairement à H. Forestier, il a choisi les marchés qu’il a jugés les plus « intéressants » parmi ceux qu’il a trouvés dans les minutes de notaires. Il leur a consacré deux fascicules dans le Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, divisés en deux parties : les marchés d’ouvrages simples, concernant plutôt les travaux de maçonnerie et de charpenterie (donc des chantiers effectués sur des édifices religieux ou laïques) et les marchés d’art et d’artisanat, regroupant les peintures, sculptures ou menuiserie, etc. Étant concerné plus directement par les actes touchant le bois 5, nous avons donc recentré nos recherches principalement sur la charpente dans les premiers et la menuiserie ou la sculpture dans les seconds. Les marchés répertoriés par E. Drot vont du début du xve siècle jusqu’à la fin du xviie siècle.

11Dans une première partie de notre travail, nous avons retranscrit les notices de tous les marchés d’ouvrages rencontrés dans les recueils de H. Forestier et de E. Drot, soit plus de 800 actes. Ensuite, dans la seconde, nous les avons classés en différentes catégories à l’aide d’indices des matières et noms propres 6. Les principaux domaines de l’artisanat rencontrés sont :

  • les travaux d’entretien et de construction des bâtiments (bâti religieux, civil et militaire ; moulins ; ponts ; écluses ; fours ; pressoirs) ;

  • les commandes artistiques (peinture, sculpture, orfèvrerie, vitraux, tapisserie) ;

  • les marchés concernant les transports (charroi, transport par eau, fabrication de bateaux).

12Ce travail sur les marchés d’ouvrages en général et sur les marchés concernant les travaux du bois en particulier, a permis de mieux comprendre l’établissement de certaines commandes et les différentes manières dont elles sont contractées. Ainsi, nous avons pu constater que des marchés spécifiques faisaient l’objet d’une description détaillée de la part du commanditaire : ceux relatifs à l’art étant les premiers concernés, ainsi que certaines constructions et charpentes. En outre, il est précisé quand le commanditaire doit fournir le matériau ; lorsque ce n’est pas le cas, l’ouvrier s’engage à utiliser des fournitures de bonne qualité. Nous avons vu que l’iconographie d’une œuvre fait souvent l’objet d’une demande très détaillée par le ou les commanditaires, qui peuvent être regroupés en confrérie. Même pour une simple huche à poisson, il est fréquent qu’un croquis soit fourni pour aider à une réalisation plus précise et conforme. Si la commande privée pour un usage domestique est la plus fréquente, de nombreux laïcs s’engagent à payer des réparations ou bien à offrir une œuvre d’art à une institution religieuse ; ces dernières ne passant généralement commande que pour de menus travaux (charpente, couverture) ou bien pour des constructions très spécifiques (presbytère). Enfin, il est intéressant de noter qu’E. Drot constate que les sculpteurs des xve-xviie siècles taillaient indifféremment la pierre et le bois. Ils étaient alors appelés « tailleurs d’images » et cette responsabilité était l’apanage des ouvriers ayant le plus d’expérience et de talent. Les menuisiers ou huchiers réalisaient également des meubles simples à usage quotidien (huches à pain, à poisson, tables, chaises, etc.) comme des meubles sculptés et ornementés (stalles de chœur, autels, etc.).

13Bien évidemment cette recherche a été effectuée uniquement sur la base de ces répertoires de minutes de notaires, et les conclusions que nous en avons tirées ne peuvent être définitives ; il serait ainsi intéressant d’étendre ce travail afin de compléter ce corpus déjà très riche. Cette étude peut désormais servir de point de départ pour mener des investigations plus conséquentes et réfléchir à la constitution d’un outil documentaire en réseau accessible à tous via Internet 7.

Haut de page

Note de fin

1 Doctorante à l’Université de Bourgogne (sous la direction de D. Russo) : L’art des huchiers (restreint au mobilier liturgique du chœur : stalles, jubés, retables, autels, groupes statuaires) en pays bourguignon, flamand et rhénaux-mosan, aux xve et xvie siècles.
2 Master d’histoire de l’art de l’Université de Bourgogne. Stage réalisé au cours du mois d’avril 2005 et supervisé à Auxerre par Sylvain Aumard et Jean-Paul Desaive.
3 H. Forestier, Répertoires et inventaires de fonds déposés par les notaires de l’Yonne, Étude de Me P. Coste, notaire à Auxerre, Auxerre, 1936, 153 p. ; Étude de Me R. Sampic (notaire à Seignelay) et de Me L. Jouvin (notaire à Auxerre), Auxerre, 1942, 464 p. ; Extraits analytique des minutes déposées aux Archives de l’Yonne par Me A. Guimard, notaire à Auxerre, 1954, 543 p. ; Extraits analytiques des minutes déposées aux Archives de l’Yonne par Me H. Letourneau, notaire à Auxerre, Auxerre, 1961, 74 p. ; H. Forestier, C. Hohl, Extraits analytiques des minutes déposées aux Archives de l’Yonne par Me M.-P. Hanne, notaire à Coulanges-la-Vineuse, Auxerre, 1977, 360 p. ; E. Drot, « Recueil de documents tirés des anciennes minutes de notaires déposées aux Archives départementales de l’Yonne », in Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 53 (1899), p. 131-335 ; 54 (1900), p. 25-129, 193-234 et 383-453 ; 55 (1901), p. 161-247 et 429-517 ; 56 (1902), p. 97-121.
4 Arch. Dép. Yonne, 3 E 7.
5 Cf. mémoire de Master 2, Le décor sculpté des stalles de l’église de Montréal (Yonne), université de Bourgogne, 2 vol., 2005 et sujet de thèse ci-dessus.
6 L’index des noms propres concerne uniquement le domaine de la menuiserie.
7 Ce mémoire de stage (Les marchés d’ouvrages de l’auxerrois, 2005) est consultable sur demande à Auxerre, au Centre d’études médiévales.
Haut de page

Table des illustrations

Légende Représentation graphique de la morphologie des tuiles de la cathédrale d’Auxerre, d’après leurs mesures médianes.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/473/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Aumard, Sonia Rymarczyk et Welleda Muller, « Travaux du laboratoire d’archéologie du bâti : morphologie des tuiles anciennes et marchés d’ouvrages », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 20 septembre 2006, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cem.revues.org/473 ; DOI : 10.4000/cem.473

Haut de page

Auteurs

Sylvain Aumard

Articles du même auteur

Sonia Rymarczyk

Welleda Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org