Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2005-2006

Melun (Seine-et-Marne), ancien prieuré Saint-Sauveur (xe-xviiie siècles). Aperçu sur la céramique du prieuré

Fabienne Ravoire

Entrées d’index

Index de mots-clés :

céramique, prieuré, Saint-Sauveur de Melun

Index géographique :

France/Melun
Haut de page

Texte intégral

1Le mobilier céramique mis au jour lors des différentes campagnes de fouilles du site est abondant, en particulier pour l’époque moderne mais toutes les périodes, depuis la construction du prieuré jusqu’à sa transformation en grenier à sel au xviiie siècle sont renseignées, de manière plus ou moins importante 1.

2Les niveaux de fondation ainsi que les premières phases d’occupation ont livré peu de tessons. Les quelques fragments significatifs se rapportent à la fin de la période carolingienne bien que certains soient plus anciens comme une cruche peinte en pâte fine du ixe siècle (fig. 1). En revanche, la zone située à l’avant de l’église prieurale, constituée d’une dizaine de dépotoirs creusés dans des « terres noires » et clos par des remblais de terre à jardin, a fourni une assez grande quantité de céramiques en pâte granuleuse, sableuse et fine. Dans six fosses sur neuf, la pâte sableuse représente plus de 50 % des tessons. Dans ces contextes, les oules à bord en bandeau court sont systématiquement attestées confirmant que ces structures ont été comblées au moment de l’édification du prieuré vers la fin du xe siècle. Le mobilier est cependant extrêmement fragmentaire sauf quelques parties inférieures d’oules ou de cruches carolingiennes retaillées pour servir d’écuelles et une cruche en pâte fine beige avec un décor peint en virgule qui est archéologiquement complète (fig. 2). Typologiquement, cette dernière constitue un exemplaire, à ce jour unique, de transition entre les formes de la période carolingienne et celles du xie siècle 2. Le mobilier céramique des xie au xiiie siècle est erratique. C’est à partir du milieu du xive siècle qu’il devient plus abondant, notamment avec les premières inhumations contenant des vases funéraires. Au total, une quinzaine de récipients datés de la fin xiiie-début du xive siècle (fig. 3), du second quart du xive siècle (fig. 4) à la fin du xve siècle (fig. 5) a été recensée à ce jour. Ce sont tous des pots appartenant à une même forme dénommée « coquemar », forme qui fait partie du répertoire de la vaisselle domestique. Cette pratique qui consistait à utiliser des récipients de la vie quotidienne, en particulier des pots à cuire n’ayant cependant pas été utilisés à cet usage, comme pot à encens est très fréquente au Moyen Âge et perdure parfois jusqu’au xvie siècle. Les récipients non cassés (ceux du xve siècle) contenaient encore des dépôts charbonneux. Quelques céramiques des xive et xve siècle ont également été retrouvés dans le comblement du puits de la crypte ainsi que dans des zones de remblais (cryptes et collatéraux). Les formes rencontrées sont associées à des usages domestiques (pots à cuire, pots à boire) en production locale et en grès du Beauvaisis. Ces récipients ont-ils été utilisés pour la liturgie comme cela a pu l’être évoqué pour l’église Saint-Christophe de Cergy-Pontoise (Val d’Oise) 3. Il est difficile de se prononcer puisqu’ils proviennent de secteurs éloignés des zones d’inhumations.

3Les profondes refontes du prieuré dans les premières décennies du xvie siècle et du xviie siècle ont engendré d’épais remblais, aussi bien dans la crypte que dans la nef, riches en mobilier céramique. Cette vaisselle, en production régionale (Paris et Melun) 4, en grès du Beauvaisis (fig. 6) et en grès de la Puisaye (à partir du xviie siècle) relève du domaine culinaire et de la table. À cet égard, le petit lot provenant du logis du prieur, daté du milieu du xviie siècle, avec ces pichets à décor au cobalt de la Puisaye (fig. 7) et ces assiettes en pâte fine à décor à la corne du Beauvaisis est révélateur d’une certaine aisance à laquelle il n’est guère possible d’associer le mobilier provenant des remblais.

4Au xviiie siècle, de nouveaux remblais également riches en mobilier, sont liés à la transformation de l’église du prieuré en grenier à sel et en espace domestique (la sacristie devenant la cuisine). Cette céramique, essentiellement culinaire, est en grès de la Puisaye, en faïence et en production commune francilienne. La zone au sud du chevet se singularise par un nombre important de vaisselle de table en faïence commune. Quelques pièces de qualité figurent cependant dans ce lot comme un plat polychrome en vert, jaune, bleu foncé à bord chantourné nivernaise (fig. 8). Il est tentant de mettre cet ensemble en relation avec l’auberge, attestée au xixe siècle dans ce secteur, et qui peut-être existait déjà à la fin du xviiie siècle.

5Hormis quelques fosses dépotoirs, la céramique retrouvée sur le site du prieuré provient essentiellement de remblais, ce qui ne nous permet pas de l’associer de manière irréfutable aux occupants du prieuré. En revanche, son étude nous permet d’appréhender la nature des productions en usage à Melun sur la longue durée, du haut Moyen Âge à l’époque moderne, contribuant ainsi à la connaissance de l’histoire de la ville.

6

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Note de fin

1 F. Ravoire, « La céramique » in F. Henrion (dir.), Rapport d’étude archéologique, Fouille programmée bi-annuelle, Melun, DRAC Île-de-France, Service Régional de l’Archéologie, Auxerre, Service Municipal d’Archéologie, Centre d’études médiévales (UMR 5594), vol. 1 : Textes, 2005, p. 74-106.
2 A. Lefévre, N. Mahé, « La céramique du haut Moyen Âge en Île-de-France à travers la fouille des habitats ruraux (vie-xie siècles). État de la question et perspectives de recherches », in Céramiques domestiques et terre cuites architecturales au Moyen Âge, actes des journées d’étude d’Amiens (2001-2002-2003), 2004, p. 10-24. (Revue archéologique de Picardie, n° 3/4).
3 F. Ravoire, « Étude de la céramique », in S. Riou (dir.), Cergy (Val d’Oise). Église Saint-Christophe, DFS de fouille programmée, Auxerre, CEM, Saint-Denis, SRA Ile-de-France, vol. 3 : Les études complémentaires, 2005, p. 129-145.
4 F. Ravoire, A. Bouquillon, « La poterie de terre renaissance en Île-de-France (xve-xvie siècles), Terres cuite de la Renaissance », in Techné, 20 (2004), p. 53-60. Les dessins ont été réalisés par G. Fèvre sauf le n° 1 (O. Maury) et le n° 2 (A. Lefèvre).
Haut de page

Table des illustrations

Légende Céramiques. Melun, ancien prieuré Saint-Sauveur
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Ravoire, « Melun (Seine-et-Marne), ancien prieuré Saint-Sauveur (xe-xviiie siècles). Aperçu sur la céramique du prieuré », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 20 septembre 2006, consulté le 29 juin 2017. URL : http://cem.revues.org/445 ; DOI : 10.4000/cem.445

Haut de page

Auteur

Fabienne Ravoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org