Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2005-2006

Saint-Quentin (Aisne), crypte de la collégiale

Christian Sapin

Entrées d’index

Index de mots-clés :

collégiale, crypte

Index géographique :

France/Saint-Quentin
Haut de page

Texte intégral

1A la suite des nombreuses interrogations soulevées par un premier examen du site en 2004, il est apparu nécessaire de réaliser au moins une seconde campagne d’investigation dans la crypte archéologique (xixe-xxe siècles) et dans la crypte historique (xiiie-xxe siècles). Cette campagne avait l’objectif de compléter les relevés des anciennes stratigraphies, des structures découvertes anciennement et de vérifier par l’enlèvement des remblais modernes la chronologie relative de la zone occidentale. Cette attention devait permettre d’attendre les données fournies pour la datation par les analyses en 14C des charbons de bois contenus dans les mortiers de différents horizons de construction. Il en résulte dans la partie ouest la présence (vue mais non étudiée par nos prédécesseurs) de structures maçonnées en très grand appareil, de remploi aux abords de la grande dalle de marbre noire. Le mobilier résiduel dans la couche de nettoyage confirme une présence antique avec de la céramique des ier-iiie siècles mais également de l’Antiquité tardive. Les nouvelles datations de quelques charbons de bois dans les sols de tuileau pour le viie siècle et la présence de sépultures en sarcophages pour les vie-viie siècles conduisent désormais à accepter l’hypothèse d’une continuité d’occupation 1.

2À l’est, nous avons poursuivi l’enlèvement des remblais modernes contre les départs de l’abside et avons commencé la fouille des quelques cm² de niveau en place. Ces travaux ont révélé d’autres maçonneries nord-sud qui contredisent en partie l’hypothèse d’une simple crypte annulaire. Au haut Moyen Âge, l’existence d’un premier chevet de plan carré est probable, mais le processus de transformation de cette partie du chevet —l’insertion d’une crypte à l’époque carolingienne, pour placer les tombeaux de saint Quentin, puis plus tard de saint Cassien et de saint Victorice— est plus complexe qu’on ne l’imagine. Nous rappelons que les travaux du xixe siècle et la destruction de 1917 ont considérablement réduit les indices de la construction d’origine encore en place. Nous devons poursuivre l’examen des vestiges (le mur de l’abside semble indiquer au moins deux ou trois états dans sa réalisation) et la fouille des zones non touchées.

Haut de page

Note de fin

1 Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, Études & travaux, CEM 9 (2004-2005), p. 43-44. 
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Sapin, « Saint-Quentin (Aisne), crypte de la collégiale », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 08 septembre 2006, consulté le 29 juin 2017. URL : http://cem.revues.org/440 ; DOI : 10.4000/cem.440

Haut de page

Auteur

Christian Sapin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org