Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Projets de rencontres 2006-2007

Liber, gesta, histoire. Écrire l’histoire des évêques et des papes, de l’Antiquité au xxie siècle. Colloque international

Centre d’études médiévales d’Auxerre, 25-27 juin 2007
Michel Sot

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Depuis bientôt dix ans, un séminaire s’est réuni au Centre d’études médiévales d’Auxerre et à l’université de Paris X-Nanterre pour élaborer l’édition et la traduction des Gestes des évêques d’Auxerre (Gesta pontificum autissiodorensium), dont un volume est paru, le second sous presse et le troisième en préparation. Ce texte est sans doute le plus achevé des textes de gesta episcoporum, tels que l’on en a rédigés dans une vingtaine de cités d’Occident entre la fin du viiie siècle et le xiie siècle. Comme d’autres, il est constitué d’un noyau primitif écrit d’une traite en 875, établissant une suite de notices du premier évêque de l’Église d’Auxerre, à l’évêque qui vient de mourir. On considère à juste titre qu’il est écrit sur le modèle du Liber pontificalis romain. Le texte primitif est ensuite repris et continué, « rénové » dit l’un des auteurs du xie siècle, par l’adjonction de notices des évêques successifs, généralement à la mort de chacun d’eux. Et ce travail est continué jusqu’à l’époque moderne, un chanoine du xviiie siècle ajoutant encore des notices au manuscrit auxerrois de ce texte carolingien, alors que l’abbé Lebeuf donnait ses Mémoires concernant l’histoire civile et ecclésiastique d’Auxerre et de son diocèse (1743), monument de l’histoire érudite qui s’appuie largement sur les Gesta pontificum.

2Au moment de l’achèvement de ce travail d’édition et de traduction, il a paru opportun de proposer une réflexion d’ensemble sur l’écriture de l’histoire épiscopale et pontificale, sur sa permanence, ses inflexions voire ses ruptures, depuis les origines réelles ou construites des Églises, jusqu’au début du xxie siècle, qui a été marqué par la mort d’un pape particulièrement médiatisé.

3Nous souhaitons d’abord faire le point sur le prototype de ces histoires : le Liber Pontificalis romain. Toute l’historiographie est dominée par les travaux de Louis Duchesne et les compléments apportés par Cyrille Vogel à la réédition du Liber. Peut-on continuer à leur faire toute confiance et quels sont les développement récents de la recherche sur ce texte fondateur ? Quels sont les travaux en cours et les directions suggérées. Nous souhaitons également revenir sur sa diffusion et sa réception au Moyen Âge, voire au-delà, jusqu’à la mise au point de Duchesne.

4Nous aborderons aussi les gesta episcoporum au Moyen Âge et, outre un aperçu des travaux menés depuis 25 ans, nous voudrions aborder les textes moins connus, périphériques au genre. Voir comment le schéma de la succession épiscopale ou pontificale a pu être utilisé à diverses fins. Essayer de préciser pourquoi des gesta sont rédigés dans certaines cités et pas dans d’autres, pourquoi en particulier il ne s’en rencontre guère au Sud de la Loire, ni en Angleterre : comment a-t-on dans ces régions écrit l’histoire des évêques ?

5Enfin, l’écriture moderne et contemporaine de l’histoire des évêques et des papes retiendra notre attention. Dans quelle mesure s’inscrit-elle dans la continuité des modèles du Liber pontificalis et des gesta episcoporum. Quel usage fait-elle de ces textes dans l’histoire nourrie de polémique des xvie et xviie siècles, dans l’histoire érudite puis scientifique (d’où la polémique n’est pas non plus absente) dont nous nous réclamons plus ou moins aujourd’hui. Nous voudrions nous demander in fine comment a été écrite la chronique récente des papes et la resituer, pourquoi pas, dans la perspective du Liber Pontificalis et des Gesta pontificum.

6
Programme du colloque

7Lundi 27 juin

8Accueil. Dominique Iogna-Prat

9Introduction. Michel Sot, Vu d’Auxerre : écritures et récritures de l’histoire des pontifes.

101. Le Liber pontificalis et sa tradition : écrire l’histoire des papes.

  • Herman Geertman (Institut néerlandais de Rome), Possibilités d’une nouvelle édition du Liber pontificalis pour les papes du vie siècle.

  • Stéphane Gioani (Université de Paris I), Correspondances et écriture de l’histoire des papes (ve-vie siècle).

  • Rosamond McKitterick (Université de Cambridge), La place du Liber pontificalis dans les genres historiographiques du haut Moyen Âge.

  • Klaus Herbers (Université d’Erlangen), Établir aujourd’hui des régestes de papes à partir du Liber pontificalis.

  • François Bougard (Université de Paris X-Nanterre), Composition, réception et diffusion des parties tardives du Liber pontificalis (viiie-ixe s.).

  • Louis-Marie Gantier (abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire) (sous réserve), Les abréviations du Liber pontificalis au Moyen Âge.

11Mardi 28 juin

  • Guy Lobrichon et Paul Payan (Université d’Avignon), Quelle écriture de l’histoire des papes d’Avignon ?

  • Alain Tallon (Université de Paris IV), L’histoire officielle de la papauté du xve au xviie siècles, les Vitae pontificum romanorum de Platina, Onofrio Panvino et Ciaconius : critique et apologétique.

  • Philippe Boutry (Université de Paris I, EHESS), De Ranke à Pastor, l’histoire des papes au xixe siècle.

  • Philippe Levillain (Institut Universitaire de France, Université de Paris X-Nanterre), Pourquoi fallait-il encore un Dictionnaire de la papauté à la fin du xxe siècle ?

122. Gesta episcoporum : écrire l’histoire des évêques.

  • Reinhold Kaiser (Université de Zurich), Liber pontificalis et gesta episcoporum.

  • Thomas Granier (Université de Montpellier) : Histoire épiscopale et histoire universelle, les Gestes des évêques de Naples (ixe s.).

  • Klaus Krönert (Docteur de l’Université de Paris X-Nanterre), Histoire épiscopale et construction du passé d’une ville : les Gesta Trevirorum (xiie s.).

  • Geneviève Bührer-Thierry (Université de Marne-la-Vallée), Histoire épiscopale et liturgie : le Liber pontificalis d’Eichstätt.

13Mercredi 29 juin

  • Patrick Henriet (Université de Bordeaux III), Écrire l’histoire des évêques en péninsule ibérique, de l’époque wisigothique à la « normalisation » de l’Église (viie-xiie s.).

  • Elisabeth Van Houts (Université de Cambridge), Écrire l’histoire des évêques en Angleterre.

  • Arnaud Hari (Doctorant, Université de Metz), Reprises et continuations modernes des gesta episcoporum médiévaux à Metz.

  • Jean-Marie Le Gall (Université de Paris I), Le recours à l’histoire épiscopale dans la controverse entre protestants et catholiques (xvie s.).

  • Olivier Poncet (École Nationale de Chartes), Comment et pourquoi l’érudition s’empare-t-elle de l’histoire épiscopale ? L’édition définitive de la Gallia Christiana (1660) et ses suites.

  • Jacques-Olivier Boudon (Université de Paris IV), Histoire des évêques et tradition épiscopale au xixe s.

  • Hervé Yannou (Correspondant permanent du Figaro au Vatican, doctorant en histoire), Éphémère et éternité : média et historiographie officielle des papes au début du xxie siècle.

14Conclusions : André Vauchez (membre de l’Institut, Université de Paris X-Nanterre).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Sot, « Liber, gesta, histoire. Écrire l’histoire des évêques et des papes, de l’Antiquité au xxie siècle. Colloque international », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 14 décembre 2006, consulté le 28 juillet 2016. URL : http://cem.revues.org/398 ; DOI : 10.4000/cem.398

Haut de page

Auteur

Michel Sot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org