Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Stages

L’église franciscaine de La Cordelle à Vézelay

Denis Cailleaux

Entrées d’index

Index géographique :

France/Vézelay
Haut de page

Texte intégral

1La maison des Frères mineurs de Vézelay passe pour être la plus ancienne des implantations françaises de l’ordre franciscain. Selon une tradition établie depuis longtemps, c’est en 1217 que deux disciples de François d’Assise - Frère Pacifique et son compagnon Frère Louis - auraient jeté les bases de cette fondation. L’établissement franciscain, appelé La Cordelle, était situé hors des murailles de la ville, au nord, près de la porte Sainte-Croix, sur le chemin menant à Asquin. Les Mineurs, ou Cordeliers, occupèrent le couvent du XIIIe siècle à la Révolution française. Vendue comme Bien national en 1791, la Cordelle fut transformée en carrière de pierre au début du XIXe siècle, puis elle devint l’annexe d’une exploitation agricole. Les bâtiments furent alors en grande partie détruits et ceux qui subsistaient furent transformés pour accueillir charrettes et troupeaux. Entré dans le patrimoine de la famille des comtes de Chastellux en 1824, l’ancien couvent retrouva sa vocation religieuse en 1949, lorsque les franciscains y établirent un ermitage. Les Frères mineurs occupent toujours la maison qui abrite une petite communauté permanente et accueille des frères désireux de faire retraite.

2L’histoire de la Cordelle de Vézelay est assez bien connue, en comparaison à celle d’autres maisons franciscaines, grâce à un petit fonds de pièces anciennes déposé aux Archives départementales de l’Yonne, auxquelles s’ajoutent divers documents conservés dans des fonds publiques ou privés. Cette documentation a été exploitée par les Frères Ambroise Négrel et Damien Vorreux, qui ont retracé l’histoire du couvent vézelien dans un texte resté malheureusement confidentiel 1.

3Les informations relatives aux bâtiments sont cependant peu nombreuses et lorsqu’elles existent, elles se rapportent essentiellement aux travaux réalisés à l’Époque moderne. L’aspect du couvent à l’époque médiévale reste inconnu et les éléments architecturaux actuellement visibles datent essentiellement des XVIIe et XVIIIe siècles. Cependant, il est possible que les rares vestiges conservés de l’église franciscaine appartiennent à l’établissement médiéval ou, du-moins, en reprennent les fondements.

4Actuellement, il ne reste de l’ancienne église conventuelle que son emplacement qui se présente comme une aire ouverte gazonnée limitée par des murs de pierres plates. On y accède par un porche couvert, placé en avant de l’accès ouest, qui date du XVIIe siècle. Le porche franchi, on pénètre dans l’espace de l’ancienne nef, bordé à main gauche par la chapelle romane Sainte-Croix, toujours conservée. L’église mesurait environ 25 m de long et 7 m de large. Elle se terminait, à l’est, par un chevet à trois pans. Le muret de clôture actuel conserve cette forme, mais il semble qu’il ait été rebâti il y a quelques décennies par un religieux franciscain. En effet, dans la seconde moitié du XIXe siècle, aucun vestige significatif n’était alors conservé lorsque Max Quantin rédigea une notice sur la Cordelle pour son Répertoire archéologique 2. On notera que Quantin a interprété les vestiges de Sainte-Croix - qu’il désigne sous l’ancien nom de chapelle Saint-Fiacre - comme les restes d’un transept. À la même époque, Victor Petit a publié une brève notice sur la Cordelle, sans signaler d’autres vestiges d’église que ceux de Sainte-Croix 3.

5Si aucune trace de l’église franciscaine de Vézelay n’était visible au XIXe siècle, on peut cependant être assuré que son emplacement correspond effectivement à l’espace délimité par les murets actuels, au nord de la chapelle Sainte-Croix. Deux plans du XVIIIe siècle permettent en effet de connaître la disposition générale des édifices à cette époque et confirment la situation de la chapelle. La question qui se pose à nous est celle de l’ancienneté de ce sanctuaire. S’agissait-il de la construction primitive ou d’une reconstruction postérieure au XIIIe siècle ?

6Pendant les premières années de leur présence à Vézelay, les Frères mineurs utilisèrent pour leurs offices la chapelle Sainte-Croix, qui leur avait été concédée par les moines de La Madeleine. L’usage de la chapelle et des bâtiments du prieuré Saint-Fiacre leur fut contesté par l’abbé Guichard, élu en 1230. Un conflit de plusieurs années s’en suivit, s’achevant par un concordat conclu en 1234, qui confirmait aux Franciscains la possession des lieux. Conservant l’ancienne chapelle romane, les Frères mineurs entreprirent peu après la construction d’une église conventuelle plus grande. La première pierre en fut posée vers 1240 et, en 1248, saint Louis, en visite au couvent, pouvait prier dans une église totalement achevée.

7Cet édifice était-il celui indiqué sur les plans du XVIIIe siècle 4 ? C’est peu probable car l’église des Cordeliers connut de nombreuses vicissitudes au cours des temps. Incendiée en 1390 et en 1481, elle fut réparée à la fin du XVe siècle et une nouvelle consécration fut célébrée le 9 octobre 1491 par l’évêque de Bethléem. En 1568, le couvent fut de nouveau détruit lors des guerres de religion, après que les religieux aient été décapités, puis les bâtiments furent restaurés au cours du XVIIe siècle, de 1623 à 1670. Les travaux avaient certainement porté sur l’église, mais il semble qu’elle s’écroula en 1722. De nouveau réparée dans les années suivantes, elle était cependant à l’abandon lorsque survint la Révolution car, en 1787, le seul Cordelier résidant à La Cordelle avait vendu les tuiles de la chapelle, puis les bois de la charpente quelques temps après.

8Malgré les destructions multiples, il est possible que la chapelle de la Cordelle ait toujours été rebâtie sur ses fondations d’origine et que l’enclos contemporain reproduise le plan de la première église du XIIIe siècle 5. En effet, la situation actuelle peut être rapprochée de la description des lieux donnée par le chroniqueur franciscain Salimbene de Adam en 1248 6. Ce religieux, témoin de la visite du roi à La Cordelle, indique en effet que Saint Louis salua le maître-autel et que son frère Charles "faisait de nombreuses génuflexions à l’autel qui était dans le bas-côté de l’église près de l’entrée". On pourrait reconnaître dans cette brève évocation l’église principale, avec son unique autel dans le chevet à trois pans, et la chapelle Sainte-Croix servant de bas-côté. Notons encore que Salimbene insiste sur le caractère de grande pauvreté de la chapelle, précisant que “le roi s’assit à terre, dans la poussière (…) car l’église n’était pas pavée”7.

9L’église des Franciscains de Vézelay et plus généralement l’ensemble du site de La Cordelle mériteraient une étude archéologique approfondie. Malgré les remaniements et les destructions, l’enclos des Cordeliers marque l’emplacement de l’une des plus anciennes fondations des Frères mineurs et son étude serait susceptible d’apporter de précieuses informations sur les premières constructions de l’ordre en France.

Haut de page

Notes

1 A. Negrel et D. Vorreux, Histoire de la Cordelle. Vézelay, polycopié, s.l., s.d [1978 ?].
2 M. Quantin, Répertoire archéologique du département de l’Yonne, Paris, 1868, col. 119.
3 V. Petit, Description des villes et campagnes du département de l’Yonne, Arrondissement d’Avallon, Auxerre, 1870, p. 275.
4 4. V. Petit, op. cit., p. 278.  D’après Negrel et Vorreux, op. cit., p. 48, ce plan daterait de 1707.
5 5. D. Cailleaux, “Les constructions médiévales des Franciscains en Bourgogne du Nord et en Champagne méridionale”, dans Mémoire de Champagne, tome III, Langres, 2000, p. 268-289.
6 6. Extraits de la chronique de Salimbene de Adam traduits et publiés dans M.-Th. Laureilhe, Sur les routes d’Europe au XIIIe siècle, Paris, 1959.
7 7. Sur les routes d’Europe, op. cit., p. 180.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Cailleaux, « L’église franciscaine de La Cordelle à Vézelay », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 7 | 2003, mis en ligne le 22 novembre 2007, consulté le 26 avril 2017. URL : http://cem.revues.org/3452 ; DOI : 10.4000/cem.3452

Haut de page

Auteur

Denis Cailleaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org