Navigation – Plan du site
Opérations archéologiques 2002-2003

Auxerre, études archéologiques à l’intérieur de la cathédrale Saint-Étienne

Christian Sapin

Entrées d’index

Index de mots-clés :

cathédrale, Saint-Etienne d’Auxerre

Index géographique :

France/Auxerre
Haut de page

Texte intégral

Élévation mur ouest

1Les recherches archéologiques sur le site de la cathédrale Saint-Étienne d’Auxerre, menées avec la collaboration de Harry Titus, ont porté en 2002 d’une part sur l’emplacement du mur occidental de la cathédrale romane et, d’autre part, sur la question des accès à la crypte. Les recherches sur la position du mur occidental ont été dictées par les résultats de la prospection géophysique de 1998 qui avaient permis de visualiser un secteur précis. En juin 2002, une fouille limitée a reconnu la présence d’un mur de 2,10 m d’épaisseur, avec en plus un ressaut de 0,70 m qui pourrait correspondre à un contrefort encadrant un dispositif d’entrée. Les couches de remblai placées au moment de la fondation comportent du mobilier céramique avec des bords en bandeau des Xe-XIe siècles. Il existe également de la céramique résiduelle du VIe ou IXe siècle. Au plus bas du sondage, la structure reposait en partie sur la démolition d’une autre maçonnerie constituée d’un mortier identique à celui identifié lors des fouilles de l’avant-nef et de la crypte pour la phase carolingienne de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre.

Crypte

2Dans la crypte de la cathédrale, l’examen des maçonneries de l’accès bouché au nord-ouest de la salle centrale a permis de déterminer un état originel (début XIe siècle) correspondant à un système de niche murale identique à celle encore conservée au centre du mur occidental. L’accès se faisait alors latéralement par des ouvertures encore visibles, mais bouchées lors de l’édification du chœur gothique au début du XIIIe siècle. L’étude des mortiers et des techniques de taille de pierre de l’encadrement des ouvertures crées dans les niches à l’ouest indique cependant que celles-ci ont été pratiquées à la fin du XIe siècle ou au début du XIIe siècle pour répondre sans doute à des besoins liturgiques différents. Par ailleurs, un sondage pratiqué dans la partie nord du déambulatoire n’a pas confirmé l’existence d’un accès direct depuis l’évêché dans la crypte, mais a reconnu le ressaut du mur de fondation du déambulatoire crée dans un remblai de terre antérieur et encore en place dans ce secteur.

Auxerre, cathédrale Saint-Étienne, crypte - zone occidentale. Élévation du mur ouest (dessin G. Fèvre - CEM).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Auxerre, cathédrale Saint-Étienne, crypte - zone occidentale. Élévation du mur ouest (dessin G. Fèvre - CEM).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/2932/img-1.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Sapin, « Auxerre, études archéologiques à l’intérieur de la cathédrale Saint-Étienne », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 7 | 2003, mis en ligne le 03 octobre 2007, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://cem.revues.org/2932 ; DOI : 10.4000/cem.2932

Haut de page

Auteur

Christian Sapin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org