Navigation – Plan du site
Opérations archéologiques 2006-2007

La cathédrale Saint-Étienne d’Auxerre (Yonne)

Christian Sapin

Entrées d’index

Index géographique :

France/Auxerre
Haut de page

Texte intégral

1Objet de sollicitations depuis dix ans avec un programme d’archéologie programmée sur la crypte et l’accompagnement des chantiers de restauration, ces cinq dernières années ont donné l’occasion de repenser l’architecture de la cathédrale dans sa globalité. Chaque année nous donnons l’avancée de ces différents travaux ; l’année 2007 va clore un premier grand chapitre sur la connaissance de cet édifice médiéval avec un colloque international (cf. infra) qui présentera une première synthèse des travaux menés sur la crypte comme sur la cathédrale (cf. infra) avec nos différents partenaires.

2La crypte de la cathédrale Saint-Étienne d’Auxerre

3En poursuivant les travaux de relevés du bâti, dans le cadre de la formation universitaire de plusieurs étudiants, nous souhaitions mieux comprendre l’organisation et le rôle du déambulatoire conçu comme une nouveauté après l’an mil. Comme nous l’avions reconnu au sud l’année précédente, l’analyse des maçonneries permet d’établir le fait qu’à partir du XIIe siècle au moins, des autels ou chapelles avec des cloisonnements ont été installés dans l’espace semi-circulaire autour de la salle centrale. Il en reste au nord des traces de fermeture, une niche bouchée et des vestiges de décors peints. De nouveaux relevés analytiques des maçonneries ont également établi que, très probablement, dés l’origine (second quart du XIe siècle) un accès, bouché aujourd’hui, permettait de venir directement dans l’espace de circulation depuis l’extérieur nord, c’est-à-dire depuis l’évêché. Une autre porte a pu être percée dans le même mur plus à l’ouest ; de même qu’à la suite de la reconstruction gothique du chevet, il est possible que l’on ait pu venir directement depuis un couloir occidental reconnu en 1925 et étudié, en partie, en 2003. À ce jour, on s’explique moins l’ouverture construite selon une disposition en biais ou en écharpe entre le déambulatoire nord et la salle centrale. Celle-ci semble, à la lumière de minces vestiges en partie basse, être une restauration du XIXe siècle reposant réellement sur un état originel. Par toutes ces reprises remontant pour la plupart à « l’époque romane », on constate que les constructeurs et utilisateurs de la crypte avaient dès cette période conscience des possibilités qu’offraient une concentration des forces principales du voûtement en pierre dans les piliers grâce à des systèmes de décharge, et inversement du rôle de mur écran facilement transformable pour les parties des simples murs gouttereaux. La notion de mur squelette définie dans l’étude de la construction de l’avant-nef de Saint-Germain pour la même période se précise à nouveau ici. Enfin, un premier relevé du tracé et du profil des voûtes de la partie nord laisse entrevoir un système parfaitement adapté à la pente qu’il conviendra d’approfondir sur l’ensemble de la crypte.

Fig. 1 : Auxerre, cathédrale Saint-Étienne, crypte (dessin G. Fèvre).

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Auxerre, cathédrale Saint-Étienne, crypte (dessin G. Fèvre).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/1572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Sapin, « La cathédrale Saint-Étienne d’Auxerre (Yonne) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 15 août 2007, consulté le 23 avril 2014. URL : http://cem.revues.org/1572 ; DOI : 10.4000/cem.1572

Haut de page

Auteur

Christian Sapin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org