Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Recherche active

Moines et monastères en Italie à l’arrivée de Colomban : quelques données entre archéologie et histoire1

Gisella Cantino Wataghin

Texte intégral

  • 1  Cet article reprend le texte de la communication « Monaci e monasteri nell’Italia centro-settentri (...)
  • 2  La bibliographie, désormais copieuse, est comprise dans la bibliographie générale sur le monachism (...)
  • 3  Dial. III, 38, 3, in Grégoire le Grand, Dialogues, éd. A. de Vogüé, Paris, 1980 (Sources chrétienn (...)

1L’image de la destruction du Mont-Cassin, autour de 580, par le duc lombard de Bénévent Zotto, offerte par les sources et emblème du rapport conflictuel des implantations et des institutions tardo-romaines avec les Lombards dans la phase initiale de leur établissement dans la péninsule Italienne, a pesé dans le passé et pèse encore aujourd’hui sur la perception du monachisme en Italie dans l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, notamment au moment de la fondation de Bobbio par Colomban2. Les mots avec lesquels Grégoire le Grand commente l’arrivée de la « effera Langobardorum gens » – « depopulatae urbes, eversa castra, concrematae ecclesiae, destructa sunt monasteria virorum atque feminarum3 » – se retrouvent dans ceux de 1987 de Giorgio Picasso :

  • 4  G. Picasso, « Il monachesimo nell’alto medioevo », in Dall’eremo al cenobio : la civiltà monastica (...)

Nel 568, pochi anni dopo la morte di san Benedetto, anche sul monachesimo italico, fiorente in varie regioni come dimostra la stessa opera del santo legislatore, si abbatté la violenza della conquista longobarda… I monasteri che non avevano ancora raggiunto ampiezza di poteri e capacità difensive, furono travolti facilmente al passaggio dei conquistatori, che mantennero un atteggiamento ostile verso il monachesimo durante i primi anni del loro insediamento4.

  • 5  G. Penco, « Una questione preliminare : monachesimo italico e invasione longobarda », in G. Spinel (...)
  • 6  Pour une synthèse sur l’état actuel du débat sur les invasions/migrations, cf. P. J. Geary, The My (...)
  • 7  T. Leccisotti, « Le conseguenze dell’invasione longobarda per l’antico monachesimo italico. Osserv (...)
  • 8  Entre autres M. De Jong et P. Erhart, « Monachesimo tra I Longobardi e I Carolingi », in C. Bertel (...)

2En 2006, Gregorio Penco insiste encore sur le bouleversement des institutions monastiques provoqué par les Lombards, confirmant ce qu’il avait déjà affirmé en 19615. Cette thèse est aussi largement redevable aux problèmes de l’identité italienne tels qu’ils se posent à partir du xviiie siècle. Par une argumentation que nous reconnaissons simpliste, voire biaisée par l’idéologie, mais qui devient de plus en plus serrée au xixe et dans la première moitié du xxe siècle, on attribue à l’invasion lombarde, fondamentalement dévastatrice – occupation violente des terres, massacre des possessores, ravage des églises –, la rupture dramatique de la société romaine, dans laquelle on identifiait les racines de l’Italie. Les monastères entraient dans ce tableau, comme cibles et victimes des ravages d’une population, à la fois brutale et anti-chrétienne6. Si une partie de la critique niait cette fracture dans l’histoire du monachisme, c’était également à la suite d’une poussée nationaliste, pour ramener à des proportions moins déterminantes l’apport franc et anglo-saxon à sa « renaissance » au viiie siècle, à partir de celle du Mont-Cassin7. De cette polémique sont retenues aujourd’hui les affirmations d’une continuité d’établissements, médiateurs entre les monachismes pré-lombard et carolingien8.

  • 9  J. Biarne, « L’essor du monachisme occidental (430-610) », in J.-M. Mayeur, C. et L. Pietri, A. Va (...)
  • 10  La citation est tirée de P. J. Geary, La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Paris, (...)
  • 11  G. Jenal, Italia ascetica…, op. cit.
  • 12  F. R. Stasolla, « I monasteritra isole e terrafermaall’età di Gregorio Magno », in R. Martorelli, (...)

3La réalité de ces monastères, qui auraient été détruits, reste pourtant dans le vague : en effet, la conviction de leur existence, voire de leur grand nombre et de leur diffusion dans toutes les régions occupées par les Lombards, doit faire face aux limites quantitatives des sources écrites et archéologiques et aux problèmes que pose leur interprétation. L’ambiguïté du vocabulaire des textes et de mots tels que monasterium, monachus, abbas a déjà été relevée ailleurs, inutile d’y revenir9. Le manque de visibilité des structures matérielles des implantations monastiques d’un côté, la difficulté de discerner dans les récits hagiographiques, très souvent tardifs, les mémoires authentiques d’un passé « reformé en fonction du présent » sont également bien connues10. Pour nombre de textes concernant l’Italie, on attend encore une analyse approfondie, attentive notamment au rôle que les écrits de Grégoire le Grand, largement présents dans les bibliothèques monastiques, peuvent avoir joué dans la formation des « traditions » locales concernant le monachisme de l’Antiquité tardive. Si les données archéologiques sont quasiment absentes, la distribution très irrégulière des sources écrites, autant du point de vue chronologique que géographique, laisse dans l’ombre des décennies, voir des siècles, et des régions entières, comme le montre bien le recensement systématique et attentif de George Jenal11. Sa recherche fournit un répertoire exhaustif des attestations – à nouveau reconsidérées dans quelques études récentes12 –, mais une réflexion est encore possible, notamment dans la perspective d’une mise au point de la situation au tournant du visiècle.

  • 13  À remarquer pourtant qu’un recensement systématique des sources pourrait sans doute accroître nos (...)

4Grégoire le Grand avec ses Dialogues et ses lettres joue un rôle décisif dans le contraste qui oppose le nord de l’Italie et la pauvreté d’informations qui le concerne au reste de la Péninsule (fig. 1)13.

Fig. 1 – Communautés et ascètes selon les Dialogues de Grégoire le Grand

Fig. 1 – Communautés et ascètes selon les Dialogues de Grégoire le Grand

Jenal, 1995, Karte IV

  • 14  P. Magdalino, « Church, Empire and Christendom in c. 600 and c. 1975 : The viewfrom the registers (...)

5L’horizon géographique de Grégoire est celui de ses intérêts administratifs et pastoraux, qui privilégient le centre-sud de l’Italie, et d’une perspective essentiellement méditerranéenne : l’Italie, désormais lombarde, en est pratiquement exclue14. Jusqu’à présent, pourtant, à la richesse de ses mentions de monastères ne correspond aucun témoignage direct de leur réalité matérielle ; même leur localisation est parfois incertaine.

Monastères

  • 15  Dial. I, 1-3, in Grégoire le Grand, Dialogues, éd. A. de Vogüé, Paris, 1979 (Sources chrétiennes, (...)
  • 16  Une autre hypothèse situe le monastère à Sperlonga, près de la Grotte de Tibère : B. Borck et D. v (...)
  • 17  D. Mastrorilli, « Il monastero e le fonti documentarie », in N. Cassieri et V. Fiocchi Nicolai (di (...)
  • 18  D. Quadrino, « Il sepolcreto : tipologia e cronologia dell’area funeraria », in N. Cassieri et V. (...)
  • 19  N. Cassieri, « Topografia del sito in età romana », in N. Cassieri et V. Fiocchi Nicolai (dir.), I (...)
  • 20  M. Meo, « I frammenti scultorei altomedievali », in N. Cassieri et V. Fiocchi Nicolai (dir.), Il m (...)
  • 21  C. Palombi, « La chiesa medievale », in N. Cassieri et V. Fiocchi Nicolai (dir.), Il monastero di (...)

6C’est le cas par exemple du monastère que Grégoire nous dit avoir été fondé par Honorat, sans doute dans les premières décennies du ve siècle, « in eo loco qui Fundisdicitur15 ». Nous n’avons que des indices, d’ailleurs assez faibles, pour le localiser, selon la critique16, près de Fondi, en correspondance avec le monastère médiéval de San Magno, dont le document le plus ancien date de 97917. Des fouilles menées en 2006-2008 n’ont pas mis au jour des traces d’occupation de l’Antiquité tardive, excepté des sépultures des vie-viie siècles18, installées dans les substructions d’un édifice romain de fonction imprécise19. Des fragments sculptés témoignent sans doute d’un édifice de culte du ixsiècle20, mais leur provenance est incertaine, étant donné que l’église médiévale – seconde moitié du xie siècle ? – mise au jour par les fouilles au-dessous du bâtiment actuel, du xvisiècle, s’appuie directement sur les structures romaines, en partie remployées21.

  • 22  Ep. IX, 163 et 165 [S. Gregorii Magni, Registrum epistolarum, éd. D. Norberg, Turnhout, 1982 (CCSL(...)
  • 23  L. Muratori, Rerum Italicarum Scriptores, t. 4, Mediolani, 1723, p. 229 ; A. de Vogüe, Dialogues…¸ (...)
  • 24  E. Fentress, C. J. Goodson, M. L. Laird et S. C. Leone (dir.), Walls and Memory. The Abbey of San (...)

7Sur la carte de Jenal n’apparaît pas le monastère que Grégoire dit avoir été fondé sur ses terres, in Campaniae partibus, autour de 533, par le patricius Liberius, qui en confia la responsabilité au diacre Servandus22. En effet, l’identification généralement acceptée de cette fondation avec le monastère de Saint-Sebastien de Alatri, avancé par Muratori au début du xviiie siècle, est largement hypothétique, comme l’a souligné A. de Vogüé23. Les recherches archéologiques récentes sur l’abbaye médiévale n’ont pas apporté des arguments permettant de la confirmer (fig. 2)24.

Fig. 2 – Alatri, Badia de San Sebastiano

Fig. 2 – Alatri, Badia de San Sebastiano
  • 25  Acta Sanctorum, Oct. 3, p. 114-136, ici p. 117 ; Dial., II, 35 (éd. A. de Vogüé, p. 236 sqq.), où (...)
  • 26  C. Scaccia Scarafoni, « Memorie storiche della badia di S. Sebastiano nel territorio alatrino », A (...)
  • 27  C. A. Bruzelius Ibid., p. 314 ; C. Scaccia Scarafoni « Memorie storiche… », ibid., p. 26-28.
  • 28  A. Manfredi, « “Apud Alatrium, Campaniae oppidum” : Giovanni Tortelli and the Abbey under Pope Nic (...)

8Elle repose, tout d’abord, sur une tradition locale, qui apparaît au xiisiècle avec la Vita Placidi, un compagnon de saint Benoît mentionné par Grégoire le Grand, qui aurait été avec lui, quand, le long du chemin vers le Mont-Cassin, il se serait arrêté au monastère de Saint-Sébastien, où il aurait été accueilli par le diacre Servandus25, et, ensuite, sur une dédicace des xiie-xiiisiècles remployée dans l’autel de l’église actuelle, qui rappelle l’intercession martyris et sancti Servandi26. On voit bien les problèmes que pose une « tradition » aussi tardive, qui, d’autre part – et ce n’est sans doute pas du hasard –, apparaît au moment de l’essor d’un monastère, objet de donations au début du xiiisiècle et d’une bulle de confirmation de Grégoire IX aux Clarisses en 123527. Au monastère de Libère et Servandus, ont été attribuées les structures plus anciennes intégrées dans la villa construite au xve siècle, après la suppression du monastère28 (fig. 3).

Fig. 3 – Alatri, Badia de San Sebastiano : plan de la phase I

Fig. 3 – Alatri, Badia de San Sebastiano : plan de la phase I

Fentress, 2005, fig. 4

9Deux bâtiments face à face des deux côtés d’une cour ont été restitués : à l’est, une église, selon l’interprétation des fouilleurs, avec à l’extérieur un triconque hypogée (fig. 4) ; à l’ouest, un édifice rectangulaire, supposé avoir été affecté à une fonction de dortoir au rez-de-chaussée et de réfectoire à l’étage.

Fig. 4 – Alatri, Badia de San Sebastiano : plan et coupe du triconque

Fig. 4 – Alatri, Badia de San Sebastiano : plan et coupe du triconque

Fentress, 2005, fig. 6

  • 29  À propos de la construction d’un monastère à Terracina, Benoît indique aux moines « in quo loco or (...)

10La question du bien-fondé de ces attributions reste ouverte, car, tout d’abord, aucun indice interne précis ne justifie ces fonctions, ensuite, il n’existe pas de parallèles dans ce que l’on connaît de la topographie monastique à travers les sources écrites et, enfin, dans l’ensemble des bâtiments, on ne voit pas de place pour les autres bâtiments nécessaires à la vie de la communauté29. Même l’église pose problème à cause de son plan tout à fait inédit (fig. 5).

Fig. 5 – Alatri, Badia de San Sebastiano : hypothèse Fentress de restitution axonométrique du monastère du visiècle

Fig. 5 – Alatri, Badia de San Sebastiano : hypothèse Fentress de restitution axonométrique du monastère du vie siècle

Fentress, 2005, fig. 12

  • 30  E. Fentress, C. J. Goodson, M. L. Laird, S. C. Leone, Walls and Memory. The Abbey of San Sebastian (...)

11De plus, la datation de ces édifices au visiècle est discutable, en raison précisément de la technique des maçonneries, qui, selon les fouilleurs, devrait l’étayer, comme cela a déjà été souligné plus d’une fois30. Le viiisiècle – voire plus tard (époque carolingienne) – est une date plus vraisemblable pour ce complexe, dont rien n’indique qu’il ait été, dès l’origine, un monastère.

  • 31  J. Biarne, « Le monachisme dans les îles de la Méditerranée occidentale », Rivista di Archeologia (...)
  • 32  Magni Felicis Ennodi, Opera, éd. F. Vogel, MGH, Auctores Antiquissimi, VII, Berolini, 1885, De vit (...)
  • 33  MGH, Diplomatum Karolinorum, III, Lotharii I et Lotharii II diplomata, éd. T. Schieffer, Berolini/ (...)
  • 34  M. C. Magni, Architettura romanica comasca, Milan, 1960, p. 24-27.
  • 35  G. Cantino Wataghin, « Monasteri in Piemonte dalla tarda antichità al medioevo », in L. Mercando e (...)

12Le problème de localisation se pose également pour le monastère de Pinetum, évoqué au début du ve siècle par Rufin d’Aquilée et Paulin de Nole, placé entre Rome et la Campanie ou près de Ravenne31. De même, il est impossible d’ancrer à un lieu précis l’une des rares mentions anciennes de monachisme dans l’Italie du Nord, celle que fournit Ennode de Pavie dans la Vie d’Antoine. Formé à l’école de Séverin, Antoine quitte la Pannonie, sans doute en 488 ; arrivé dans la Valtellina et ayant refusé l’appel d’un presbyter Marius à entrer dans le clergé, il s’établit auprès du sépulcre du martyr Fidelis, à l’extrémité septentrionale du lac de Côme, où il mène une vie de solitaire avant de rejoindre Lérins, dont il devient l’abbé32. Un monasteriolum Sancti Fidelis pertinens ad episcopatum Cumensem apparaît dans un diplôme de 824, lié sans doute à la tombe du saint33. Il est possible que le toponyme « Monastero » d’un habitat du territoire de Samolaco en garde la mémoire, tandis que rien ne confirme l’identification courante du site de la retraite d’Antoine avec l’église médiévale San Fedelino, sur la rive occidentale du lac de Mezzola, jadis uni au lac de Côme34. D’un autre solitaire fait mémoire l’épitaphe fragmentaire d’un Rufinus abbas, daté des vie-viie siècles, qui se trouve remployée dans un mur de l’église médiévale qui lui est dédié à Sarezzano, près de Tortona (fig. 6a et 6b), où son culte est attesté au viiie siècle au plus tard. Le lieu de sa retraite est évidemment à rechercher dans la zone, sans qu’on puisse le préciser35.

Fig. 6a – Sarezzano (Tortona), église Saint-Rufin : fragment d’épitaphe de Rufinus abbas

Fig. 6a – Sarezzano (Tortona), église Saint-Rufin : fragment d’épitaphe de Rufinus abbas

Mennella, 1990, n° 109

Fig. 6b – Sarezzano (Tortona), église Saint-Rufin : fragment d’épitaphe de Rufinus abbas

Fig. 6b – Sarezzano (Tortona), église Saint-Rufin : fragment d’épitaphe de Rufinus abbas

Mennella, 1990, n° 109

  • 36  Cf. Magni Felicis Ennodi, Opera, éd. F. Vogel, p. 189 et éd. G. Hartel, p. 392.
  • 37  J. Biarne, « L’essor du monachisme… », op. cit.
  • 38  Inst., I, 29, 3, in Cassiodori Senatoris, Institutiones, éd. R. A. B. Mynors, Oxford, 1937, p. 74.

13Le choix de vie solitaire d’Antoine n’exclut pas la présence de frères, les « duos senes » qu’il trouve à son arrivée à Samolaco et les fratres qui se sont rassemblés autour de lui et qu’il laisse à son départ : « dimissa fratribus cellula, quos ibidem praedicti amor congregaverat, apud Lirinum improvisus adparuit36 ». C’est une situation fréquente qui montre l’entrelacement entre ces deux formes de monachisme et la difficulté à les séparer nettement37. Le choix personnel des anachorètes peut donner origine à des communautés sans que l’ermite renonce forcément à son isolement. Cette situation est des plus fréquentes dans les Dialogues de Grégoire le Grand ; à Vivarium aussi un espace est prévu pour l’anachorèse : « habetis Montis Castelli secreta suavia ubi velut anachoritae prestante Domino feliciter esse possitis38 ».

  • 39  G. Jenal, Italia ascetica…, op. cit. ; mise à jour des problèmes et de la bibliographie plus récen (...)
  • 40  P. Courcelle, « Le site du monastère de Cassiodore », Mélanges d’archéologie et d’histoire, 55 (19 (...)

14Fondé par Cassiodore dans ses domaines de Calabre, aux environs de Scolacium, quelques années après 555, pour devenir le lieu de sa retraite39, Vivarium est le seul monastère de l’Antiquité tardive dont on connaît quelque peu les structures. En fait, l’accord est unanime (ou presque) pour suivre Pierre Courcelle, qui lui attribue l’église de Saint-Martin de Copanello, près de Squillace (Catanzaro)40, dont les vestiges sont signalés depuis le xvisiècle (fig. 7).

Fig. 7 – Squillace (Catanzaro), S. Martino di Copanello : restes de l’église triconque

Fig. 7 – Squillace (Catanzaro), S. Martino di Copanello : restes de l’église triconque
  • 41  Pour les renvois précis, voir les études citées à la n. 40. Voir également G. Orofino, « Da Montec (...)

15Rien n’est connu archéologiquement du monastère, dont plusieurs installations sont évoquées par Cassiodore et dans les miniatures qui accompagnent les manuscrits des Institutiones41 (fig. 8).

Fig. 8 – Le monastère de Vivarium, dans l’enluminure du codex Bamberg, Staatsbibliothek, Misc. Patr. 61, f. 29v

Fig. 8 – Le monastère de Vivarium, dans l’enluminure du codex Bamberg, Staatsbibliothek, Misc. Patr. 61, f. 29v

Orofino, 2006, fig. 5

  • 42  F. Bougard et G. Noyé, « Squillace (Prov. de Catanzaro) », Mélanges de l’École française de Rome. (...)

16Par contre, un nouveau relevé des vestiges de l’église a confirmé la séquence proposée par Bougard et Noyé en 198642 (fig. 9-10), tout en précisant plusieurs points : à une date, qui peut bien correspondre à l’installation du monastère de Cassiodore, un édifice à nef unique – phase A2 de la séquence de Bougard et Noyé – se développe d’un triconque tardo-antique (A1), sans doute le triclinium d’une villa ou bien un mausolée.

Fig. 9 – S. Martino di Copanello : phases de l’église triconque

Fig. 9 – S. Martino di Copanello : phases de l’église triconque

Bougard et Noyé, 1986, fig. 10

Fig. 10 – S. Martino di Copanello : plan de l’église triconque, d’après Coscarella, Martire et Di Santo

Fig. 10 – S. Martino di Copanello : plan de l’église triconque, d’après Coscarella, Martire et Di Santo

Coscarella, 2012

  • 43  F. Bougard et G. Noyé, « Squillace… », ibid., p. 1202 ; cette destruction est attribuée hypothétiq (...)
  • 44  Le lien proposé avec les martyrs Senator, Viator, Cassiodorus et Dominata a été jugé « fantaisiste (...)

17Il est ensuite agrandi d’un narthex, à l’ouest, et d’une salle latérale sur son côté sud – une salle analogue au nord est probable –, qui s’ouvre à l’est sur une annexe, qu’une sépulture privilégiée vient occuper (phase B). Cet état appartiendrait au viiie siècle, faisant suite à un nivellement qui aurait réparé une destruction violente : aucun élément positif n’indique que les Lombards en aient été responsables43. On ne connaît pas le rôle de cet édifice de culte dans le complexe monastique. La tombe de l’annexe semble avoir été objet d’un culte44 : elle appartient en tout cas à la deuxième phase de l’édifice, qui devait être postérieure au monastère.

Ermitages

18Grégoire le Grand évoque la présence d’ermites, surtout dans la zone de Spolète, notamment sur le Monteluco, où une quinzaine, au moins, est connue (fig. 11).

Fig. 11 – Territoire de Spolète et de la Val Nerina : monastères et ermitages

Fig. 11 – Territoire de Spolète et de la Val Nerina : monastères et ermitages

Pani Ermini, 1994, fig. 27

  • 45  Dial. III, 14, 1-13, éd. A. de Vogüé, t. 2, p. 302-305 : G. Jenal, Italia ascetica…, op. cit., p.  (...)
  • 46  L. Pani Ermini, « Gli insediamenti monastici… », ibid., p. 549 sq.
  • 47  Dial. IV, 11, 1, éd. A. de Vogüé, t. 3, p. 44-49 ; III, 15, éd. A. de Vogüé, t. 2, p. 314-327 ; G. (...)
  • 48  L. Pani Ermini, « All’origine degli insediamenti eremitici… », op. cit., p. 154 sqq. ; synthèse da (...)
  • 49  L. Pani Ermini, « Subiaco all’epoca di S. Benedetto », Benedictina, 28 (1981), p. 68-80, ici p. 74 (...)

19Leurs origines sont liées à la présence, au tournant du vsiècle, d’Isaac, un moine venu de Syrie, dont l’exemple suscita l’émulation de plusieurs. Sa retraite se transforme rapidement en monastère à cause des multi qui « sub eius magisterio in onnipotentis de Domini servitio dederunt »45. Vie érémitique et vie communautaire sont attestées aussi dans la Val Nerina par des récits hagiographiques, auxquels on reconnaît un fond de crédibilité46, et dans la Valle Castoriana, où s’établirent le venerabilis pater nomine Spes et ses disciples Euthicius et Florentius, et où apparurent ensuite de nombreux monastères47. Aucun des sites occupés par ces ermites et les monastères auxquels ils donnèrent origine n’a pu être identifié avec certitude sur le terrain. À signaler, pourtant, l’hypothèse qui relie le monastère d’Isaac au monasterium sancti Juliani, attesté en 559, identifié avec le monastère médiéval associé à l’église Saint-Julien, où quelques fragments de sculpture remontent sans doute à la période des origines48. Dans la zone avoisinante de Subiaco, Benoît eut une expérience érémitique de trois ans dans une grotte sur le flanc du mont Taleo, où il était assisté par un moine d’une communauté voisine. De très nombreux disciples l’ayant rejoint, il organisa le regroupement de douze monastères, parmi lesquels le monastère de Saint-Clément, qui, selon une hypothèse largement partagée, aurait occupé un secteur à fonction thermale de la villa de Néron49 (fig. 12-13).

Fig. 12 – Subiaco, villa de Néron, secteur A

Fig. 12 – Subiaco, villa de Néron, secteur A

Dall’eremo al cenobio, 1987

Fig. 13 – Subiaco, villa de Néron, secteur A : plan

Fig. 13 – Subiaco, villa de Néron, secteur A : plan

www.archeologialazio.it

  • 50  Dial., II, 8, 9-10, éd. A. de Vogüé, t. 2, p. 166-168.

20Le fait en soi est parfaitement plausible, puisque le remploi de bâtiments romains de la part de communautés monastiques était tout à fait normal, assumant parfois une valeur symbolique comme au Mont-Cassin50. Malheureusement, les fouilles menées sur le site ont bien montré une occupation des ve-visiècles, mais sans pouvoir en préciser la nature.

  • 51  Dial. III, 14, 1-13, éd. A. de Vogüé, t. 2, p. 302-305.
  • 52  Pour les vestiges archéologiques d’ermitages sur le Monte San Martino, cf. L. Branciani, « Il mont (...)
  • 53  Cf. G. Penco, « Il monachesimo in Umbria dalle origini al secolo VII incluso », Ricerche sull’Umbr (...)
  • 54  G. P. Brogiolo et M. Ibsen, « Eremitic Settlements and Political and Military Contingencies in the (...)

21« Cum primo de Syriae partibus ad Spoletinam urbem venisset » précise Grégoire en présentant Isaac51. Une tradition médiévale attribue la même origine à Laurent, ermite sur le Mont-Saint-Martin, qui serait le premier fondateur de l’abbaye de Farfa52. Ces présences ont été justifiées par l’exil de moines syriaques provoqué par les persécutions de l’empereur Anastase, une dynamique sur laquelle il serait sans doute nécessaire d’approfondir la réflexion53. D’autre part, le rapport conflictuel de l’anachorétisme syriaque avec l’autorité byzantine suffit à lui seul à mettre en doute l’interprétation « politique » proposée récemment, qui relie les installations d’ermites au visiècle, avec la présence de contingents militaires, et, par conséquent, avec l’autorité byzantine, sans exclure que celle-ci se soit servie des religieux pour contrôler les campagnes : en Ombrie et sur la rive nord-occidentale du lac de Garda, dans le Alto Garda Bresciano54 (fig. 14).

Fig. 14 – Alto Garda Bresciano : grottes occupées dans le haut Moyen Âge

Fig. 14 – Alto Garda Bresciano : grottes occupées dans le haut Moyen Âge

Brogiolo et Ibsen, fig. 1

  • 55  G. P. Brogiolo et M. Ibsen, « Chiese e insediamenti rupestri altomedievali a Tignale », in G. P. B (...)
  • 56  Un exemple à prendre en compte est celui de la grotte du Monfenera, au nord de Verceil, occupée da (...)
  • 57  Le texte de la Vita, d’après un manuscrit de Padoue, est publié par G. P. Brogiolo et M. Ibsen, «  (...)

22Ici, dans le territoire de Campione del Garda et dans le val San Michele, une dizaine de grottes ont été explorées, dont certaines – San Giorgio in Varolo et deux grottes du val San Michele – montrent des traces d’occupation du haut Moyen Âge55, qui pourtant n’assurent pas celle de l’Antiquité tardive. Elles pourraient, d’autre part, rentrer dans le phénomène du troglodytisme, assez répandu, quoique peu connu, surtout dans l’Italie du Nord56. Les deux grottes de Campione (fig. 15-16) sont liées à la mémoire d’Herculanus, évêque de Brescia, à un moment indéterminé du vie siècle, qui y aurait passé les derniers temps de sa vie en ermite, et d’un disciple, que la Vita dit être quidam iuvenis diaconus, provenant de Constantinople57.

Fig. 15 – Campione, « grotte d’Herculianus »

Fig. 15 – Campione, « grotte d’Herculianus »

Brogiolo et Ibsen, 2007, fig. 5

Fig. 16 – Campione, « grotte du disciple »

Fig. 16 – Campione, « grotte du disciple »

Brogiolo et Ibsen, 2007, fig. 6

  • 58  J.-C. Picard, Le souvenir des évêques. Sépultures, listes épiscopales et culte des évêques en Ital (...)
  • 59  F. Banfi, « Vita di S. Gerardo da Venezia nel codice 1622 della biblioteca universitaria di Padova (...)

23On retrouverait donc dans ces ermitages une présence orientale, qui serait ici liée aux événements du vie siècle, dans le cas supposé qu’Herculanus ait choisi la retraite sur le lac de Garda, en quittant son diocèse pour fuir les Lombards. On voit bien que les hypothèses sont nombreuses, sans doute trop, ainsi que les problèmes dus à la complexité, voire l’ambiguïté de la tradition textuelle. De l’évêque Herculanus, on ne connaît que le nom par un sermon de Rampertus de Brescia, qui, au ixsiècle, l’indique comme le dix-neuvième évêque de la ville. Il devrait avoir siégé vers le milieu du vie siècle. Seule la liste épiscopale, au xivsiècle ou quelque temps avant, précise son lieu de sépulture, in Campilione, corrigé par une main plus récente en in Maderno. En effet, une reconnaissance des reliques d’Herculanus dans l’église de Maderno en 1282 puis en 1486 est attestée sans qu’on puisse préciser le moment et les raisons de leur transfert de Campione, qui, d’autre part, semble avoir son pendant dans la correction de la liste épiscopale58. Pour ce qui concerne la Vita, sa rédaction paraît très stratifiée entre le xiie et le xvsiècle : la possibilité d’y reconnaître un noyau qui remonterait au viisiècle, quoique suggestive, ne pourra être confirmée que par une analyse textuelle approfondie59. Les questions du rôle joué au visiècle dans la chrétienté de l’Italie par les religieux venus ex partibus Greciae, des dynamiques qui déterminent leur arrivée, de la part du « modèle » du monachisme oriental dans ces traditions, sont encore ouvertes.

Monastères insulaires

  • 60  B. Mazzei et F. Severini, « Il fenomeno monastico nelle isole minori del Mar Tirreno dal IV al IX (...)
  • 61  Les fouilles récentes sur l’île de Cabrera [M. RieraRullan, « El monasterio de la isla de Cabrera (...)
  • 62  Jer., Ep. LXXXVII, éd. PL, 22, col. 694 [= LXXVII, 6, in Sancti Eusebii Hieronymi, Epistulae, éd. (...)

24La topographie des ermitages et des monastères des Dialogues de Grégoire est en gros celle de l’Italie Centrale. Par contre, dans ses épîtres, son horizon est plus vaste et l’image fournie du monachisme sans doute plus déterminée par la réalité que par un idéal apologétique et didactique. Le monachisme insulaire, c’est-à-dire celui concernant les îles mineures, notamment de la mer Tyrrhénienne, y joue un rôle de première importance. Cet aspect a retenu récemment l’attention de la critique, dans l’effort de vérifier sur le terrain les nombreuses mentions des sources écrites60. L’installation de moines dans les îles mineures de la mer Ligure, Tyrrhénienne et Adriatique, sous la forme d’ermites, de groupements d’anachorètes, de communautés est évoquée dès la fin du ivsiècle par Jérôme, Ambroise, Orose, Rutile Namatien, sans doute Augustin, à moins qu’il ne s’agisse de l’île de Cabrera dans les Baléares plutôt que de Capraia dans sa lettre adressée à l’abbé Eudoxius qui dirige la communauté de l’insula Caprariam61. Capraia et Gorgona, Montecristo, dont il est question chez Grégoire, et d’autres îles non nommées de l’Etruscum mare62 (fig. 17) sont concernées par ce phénomène, dans lequel on reconnaît l’identification du milieu insulaire avec le « désert » auquel aspire le moine.

Fig. 17 – L’archipel toscan et les îles majeures de la mer Thyrrénienne

Fig. 17 – L’archipel toscan et les îles majeures de la mer Thyrrénienne

Belcari, 2013, fig. 2

  • 63  Vita Martini 6, 5, in Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, éd. J. Fontaine, t. 1, Paris, 1967 (Sou (...)
  • 64  J. Biarne, « Le monachisme dans les îles… », op. cit., p. 355.
  • 65  P. Pergola, « Aux origines d’un sanctuaire de martyr et de deux monastères entre réalités archéolo (...)
  • 66  N. Lamboglia, « Albenga : vestigia dell’alto medio evo all’abbazia della Gallinaria (Albenga) », R (...)
  • 67  G. Mennella et G. Coccoluto, Inscriptiones Christianae Italiae, t. 9 (Regio IX, Liguria reliqua tr (...)
  • 68  F. Salzig, « L’isola Gallinaria presso Albenga », Rivista delle Alpi, 3 (1866), p. 5-11, ici p. 13

25Au-delà des amplifications rhétoriques, il n’y a aucune raison pour mettre en doute ces attestations. Mais il n’y a aucun argument, non plus, pour affirmer la continuité des monastères médiévaux qui existent ou ont existé sur ces îles avec des établissements de l’Antiquité tardive, dont le terrain ne garde aucun souvenir, à moins de forcer l’interprétation des données. Il suffira ici de citer le cas des traces – pour mieux dire, de l’absence de traces – de Martin sur l’île Gallinaria. Il s’agit de l’épisode le plus ancien de monachisme insulaire, rapporté par Sulpice Sévère63. Selon son récit, en 359, Martin, en compagnie d’un presbyter magnarum virtutum, arriva ad insulam, cui Gallinarianomen est, où il s’établit pendant une période assez brève, étant donné qu’en 358 Martin est encore à Milan et qu’en 360 il est déjà à Poitiers. L’île est identifiée avec la Gallinara ou Gallinaria, un îlot au large d’Albenga, mais sans aucune certitude. Comme l’a bien remarqué Jacques Biarne, Sulpice ne donne aucune précision géographique et, d’autre part, dans la zone il n’y a pas de tradition martinienne : la petite église Saint-Martin est une construction du xixe siècle64. Ce n’est que l’érudition moderne qui a fait des traces d’occupation de l’île antérieures à l’abbaye bénédictine du xie siècle des témoignages de la présence de Martin et de la continuité au fil des siècles de la communauté monastique qu’il aurait fondée, un monastère somme toute « évanescent »65. Il s’agit, tout d’abord, d’une petite église, fouillée en 1936 et aussitôt remblayée sans que le plan en fût relevé66, d’où provient un fragment d’épitaphe (fig. 18), aujourd’hui perdu, daté paléographiquement du vie siècle, intégré sans doute avec trop d’assurance grâce au mot abbas, une possibilité parmi d’autres67, et, ensuite, d’une grotte (fig. 19), fouillée en 1994 et 1996, avec une tombe, datée assez largement entre le vie et le viiisiècle, à laquelle seraient liées des traces d’aménagements vus au xixsiècle, qu’on a supposés liturgiques, et dont on a fait la preuve du séjour de Martin dans ladite grotte, qui en porte le nom68, selon une contribution de l’érudition moderne.

Fig. 18 – Île Gallinaria : plan de l’île et de la grotte de « Saint-Martin »

Fig. 18 – Île Gallinaria : plan de l’île et de la grotte de « Saint-Martin »

Massabò, 2004, p. 186

Fig. 19 – Île Gallinaria : fragment d’épitaphe (aujourd’hui perdu) issu d’une couche de remblai du monastère

Fig. 19 – Île Gallinaria : fragment d’épitaphe (aujourd’hui perdu) issu d’une couche de remblai du monastère

Mennella et Coccoluto, 1995, n° 52

  • 69  F. Bulgarelli, P. Dell’Amico, S. Roascio et E. Dellù, « Recenti interventi sull’isola Gallinaria ( (...)

26Des sondages d’ampleur limitée dans l’un des édifices existant au sommet de l’île (2009) ont mis au jour des traces de fréquentation de l’époque romaine et d’activités de la fin du Moyen Âge, sans continuité entre les deux69.

  • 70  N. Lamboglia, I monumenti medioevali della Liguria di Ponente, Turin, 1970, p. 163 sq. ; A. Frondo (...)
  • 71  A. Frondoni, « Chiese rurali… », ibid., p. 134 sqq. ; voir aussi Ead. (dir.), Archeologia all’isol (...)

27La même érudition fait remonter au monachisme des ive-vsiècles l’origine des oratoires datés des ve-vie siècles, avec beaucoup d’approximations et de références aux textes hagiographiques, repérés sur l’île de Bergeggi, en face de Savona70 (fig. 20), et sur les îles du Tino (fig. 21-22) et du Tinetto (fig. 23), au large de Portovenere, aux limites du golfe de La Spezia, là où des monastères sont connus au Moyen Âge71.

Fig. 20 – Île de Bergeggi, relevé A. D’Andrade (fin du xixsiècle)

Fig. 20 – Île de Bergeggi, relevé A. D’Andrade (fin du xixe siècle)

À droite l’église attribuée aux ve-vie siècles.

Frondoni, 1998, n° 11

Fig. 21 – Île du Tino, plan du monastère

Fig. 21 – Île du Tino, plan du monastère

1. abside attribuée aux vie-viie siècles ; 2. abside secondaire ; 3. église romane, xie siècle ; 4. cloître, xie-xiie siècle ; 5. citerne médiévale (?) ; 6. réfectoire ; 7. chapelle olivétaine.

Frondoni, 1998, n° 25

Fig. 22 – Île du Tino : l’abside attribuée aux vie-viie siècles

Fig. 22 – Île du Tino : l’abside attribuée aux vie-viie siècles

Frondoni, 2003, fig. 4

Fig. 23 – Île du Tinetto, plan des édifices

Fig. 23 – Île du Tinetto, plan des édifices

À droite, l’oratoire attribué aux ve-vie siècles.

Frondoni, 2003, fig. 5

  • 72  C. Varaldo, « Il patrimonio terriero dell’abbazia di Sant’Eugenio “De insula Liguriae” », in G. Pi (...)
  • 73  E. M. Vecchi, « Il monastero del Tino attraverso la documentazione scritta e le fonti agiografiche (...)
  • 74  BHL 8532-8534 ; Acta Sanctorum, Sept. IV, p. 115-117 ; pour les translations successives de ses re (...)
  • 75  BHL 7581-7582 : Acta Sanctorum, Mai VI, Vita Sentii, p. 71-73 ; cf. J. Biarne, « Le monachisme dan (...)

28En l’absence de sources écrites incontestables, la tradition hagiographique n’aide pas à combler le vide de données archéologiques. Le saint Eugène, éponyme de Bergeggi, prétendu un Africain en fuite des Vandales, auquel fut dédié le monastère de la fin du xsiècle, est sans doute un double de l’évêque de Carthage mort en 505, bien connu par Grégoire de Tours72. La tradition qui relie aussi saint Venerius au Tino et au Tinetto, quoique sa vénération soit bien ancrée dans la Ligurie, ne peut pas être acceptée à la lettre. Selon sa Vita, écrite entre la seconde moitié du xe et le début du xie siècle, il aurait vécu aux temps de Grégoire le Grand et aurait été ermite sur l’une et ensuite sur l’autre île, où il aurait donné origine à une communauté monastique. Néanmoins, toute attestation d’un monastère plus ancien du milieu du xie siècle manque, alors que celui du Tino est attesté73 et que la notice indiquant que les reliques du saint furent découvertes miraculeusement au Tino quatre-vingt-dix ans après sa mort par l’évêque de Luni qui aurait fait construire un oratoire sur la tombe, est assez éloquente, notamment parce que son ermitage n’a pas eu de suite immédiate74. Le dossier de San Mamiliano, lié à une communauté installée sur l’île de Montecristo, est trop problématique pour être utilisé75.

Monastères épiscopaux

  • 76  Ambroise, ep. extra collect. 14, Vercellensi ecclesiae : Ambrosius, Epistularum libri I-VI, éd. M. (...)
  • 77  G. Spinelli, « Ascetismo, monachesimo e cenobitismo ad Aquileia nel IV secolo », in Aquileia nel I (...)
  • 78  S. LXXXVIII, éd. Mutzenbecher, p. 362 ; cf. V. Zangara, « I “mandata” divini nella predicazione di (...)
  • 79  C’est sans doute le cas de Genève : C. Bonnet et A. Peillex, Les fouilles de la cathédrale Saint-P (...)
  • 80  L. Dattrino, « Il cenobio clericale… », op. cit.
  • 81  Hist. VI, 36, in Gregorii episcopi turonensis, Historiarum libri X, éd. B. Krusch et W. Levison, M (...)

29Dans les années où Martin s’installe sur l’île Gallinaria, l’évêque Eusèbe introduit à Verceil la vie monastique pour le clergé qui l’entoure, vraisemblablement avant son exil en Orient commencé en 35576. Son exemple est suivi par Ambroise à Milan, semble-t-il, par Augustin à Hippone et, sans doute, par d’autres évêques. Cependant, toute généralisation, pourtant fréquente, et dont Aquilée est l’un des cas les plus frappants77, est arbitraire, étant donné que Maxime de Turin, au début du ve siècle, distingue clairement le charisme clérical du charisme monastique78. Encore une fois, on ignore tout des structures matérielles de ces monastères et de leur emplacement, qu’on peut quand même supposer raccordés à la cathédrale79. On ne sait pas trop ce que ces monastères épiscopaux deviennent dans le temps : à Verceil, nous avons des informations assez vagues pour le ve siècle80 ; dans un milieu différent, Grégoire de Tours semble y faire allusion à propos de l’évêque Aeterius de Lisieux, qui en 584 avait, nous dit-il, « circa lectum suum multos lectulos clericorum »81 ; mais, pour ce qui concerne l’Italie, il semble bien que ce soit un phénomène assez éphémère, qui paraît en tout cas limité au nord de la Péninsule.

  • 82  Pour une synthèse des fouilles du sanctuaire de Nola, voir C. Ebanista, Et manet in mediis quasi g (...)
  • 83  G. Jenal, Italia ascetica…, ibid., p. 12 sqq., avec références ultérieures.
  • 84  P. Bondioli, Le origini del monastero di Sant’Ambrogio in Milano, Milan, 1928.
  • 85  Les résultats de la fouille de S. Severo ont été présentés au colloque de Luxeuil par Andrea Augen (...)
  • 86  G. Jenal, Italia ascetica…, op. cit., p. 147 sqq. ; cf. G. Ferrari, Early Roman Monasteries. Notes (...)

30Dans cette région, par contre, il n’y a pas d’attestation de monastères suburbains rattachés aux basiliques martyriales, à l’exemple de celui de Paulin à Nole ou de ceux fondés à Rome dès le pontificat de Sixte III, qui, encore une fois, ne sont pas connus dans leurs structures matérielles82. La nature et l’emplacement du monastère foris civitatis murorum de Plaisance, mentionné par Ambroise, ou du « monasterium… extra urbismoenia… sub Ambrosio nutritore », évoqué par Augustin83, restent à établir. En Italie du Nord, en effet, il faut attendre l’époque carolingienne pour que des monastères soient fondés près des basiliques martyriales et/ou funéraires de l’Antiquité tardive : c’est le cas, entre autres, de Saint Ambroise à Milan, où le monastère apparaît en 78484, mais aussi de San Severo de Classe, le seul cas où la succession des phases, de la basilique de l’Antiquité tardive au monastère carolingien, est démontrée par la fouille85. Les monastères urbains sont aussi inconnus, le cas de Rome mis à part86.

Des fondations éphémères

  • 87  La fondation d’Eugippius au castrum Lucullanum près de Naples (cf. G. Jenal, Italia ascetica…, ibi (...)
  • 88  A. Diem, « Inventing the Holy Rule : Some Observations on the History of Monastic Normative Observ (...)
  • 89  Ibid., n. 22.
  • 90  Les sollicitations de Grégoire à revenir à une « vie réglée » sont nombreuses, sans que la regula (...)
  • 91  A. de Vogüé, Les règles monastiques anciennes (400-700), Turnhout, 1985 (Typologie des sources du (...)

31De la plupart des communautés mentionnées par Grégoire ou d’autres sources, il est difficile, voire impossible, d’en mesurer l’évolution. Sauf cas rarissimes et encore sujets à caution87, elles ne semblent pas avoir survécu au tournant du visiècle. Il semble que, tout comme les monastères épiscopaux, même s’il s’agit de temps différents, elles soient des fondations éphémères, comme l’a bien remarqué Albrecht Diem88. D’ailleurs, en Gaule aussi, de nombreuses communautés évoquées par Grégoire de Tours ne sont plus mentionnées par la suite89. Pour ce qui concerne l’Italie – l’arrivée des Lombards mise à part –, une crise interne des communautés insulaires est attestée par Grégoire le Grand quand il cherche à les ramener à la discipline monastique90. Ainsi, la rédaction des premières règles, dès la première moitié du vie siècle – la Regula Magistri, la Regula Pauli et Stefani, la Règle de Benoît, les Institutiones de Cassiodore, mais aussi en Gaule les Règles de Césaire et un peu plus tard d’Aurélien – va dans le sens d’une recherche d’organisation et de stabilité, mises en discussion au moment critique de la succession du fondateur91.

  • 92  Reg. I, 50, in Grégoire Le Grand, Registre des lettres, I, éd. P. Minard, Paris, 1991 (Sources chr (...)
  • 93  Pour les réseaux commerciaux dans lesquels sont intégrées les îles thyrréniennes, cf. R. Belcari, (...)

32Sans doute le monachisme du visiècle ressent-il aussi le problème du rapport des fondations des particuliers face à l’autorité ecclésiastique. Dans la lettre avec laquelle Grégoire demande au defensor Symmaque de chercher en Corse un terrain convenable pour y fonder un monastère, on saisit la volonté du pape d’opposer au monastère fondé par Labinia, d’ailleurs en crise, une communauté plus contrôlée : « ut possimus aliquid firme constituere92 ». Mais ce sont aussi les problèmes économiques qui en marquent les vicissitudes. On sait, aujourd’hui, que le « désert spirituel » des îles tyrrhéniennes est loin d’être un véritable isolement, étant donné qu’elles sont bien insérées dans le réseau des routes commerciales de la Méditerranée93. Le rapport de ces établissements avec les trafics qui parcourent ces chemins reste entièrement à explorer, mais on peut admettre qu’exposés à leurs aléas, ils sont sans doute affectés par des difficultés de communication et de commerce engendrées par les événements des décennies centrales du vie siècle.

  • 94  Une liste plus étendue se trouve dans J. Richards, Consul of God. The Life and Times of Gregory th (...)
  • 95  G. Marconi, Ennodio e la nobiltà gallo-romana nell’Italia ostrogota, Spolète, 2013, p. 55 sq. ; PC (...)
  • 96 Dial. III, 14, 1-13, éd. A. de Vogüé, II, p. 302-305 
  • 97  Dial., II, 22, éd. .de Vogüé, II, p. 200-205 cit. n. 29.
  • 98  G. Jenal, « Grégoire le Grand et la vie monastique dans l’Italie de son temps », in J. Fontaine, R (...)

33Un nombre important de monastères fondés au vie siècle doit son origine à l’action d’aristocrates – Antonina patricia et Decia, l’illustris femina Barbaria, Libère, Labinia religiosa foemina, le patrice Vénance mentionnés entre autres par Grégoire94, Cassiodore, Faustus Niger, le patronus d’Ennode95 –, auxquels, vraisemblablement, les monastères sont redevables des terres sur lesquelles ils sont construits. L’offre de praediade la part de fideles viri et foeminae est évoquée à propos d’Isaac par Grégoire, qui dit que « Currereviri et feminae nobiles et ignobiles pariter coeperunt, certatimque eum in suis rapere domibus conabantur. Alii ad construendum monasterium praedia, alii pecunias, alii subsidia quaeque poterant offerre viro Dei suppliciter volebant »96, ou encore dans l’épisode de la fondation d’un monastère demandée à Benoît par un quodam fideli uiro, qui lui dit « ut in eius praedio iuxta Terracinensem urbem, missis discipulis suis, construere monasterium debuisset »97. Dans ce contexte, le pape a aussi sa place, en tant que fondateur de plusieurs monastères98. Nous devons à Cassiodore une image poétique de ce rapport privilégié des monastères avec les potentes :

  • 99  Ex. Ps. 103.390-395, cité dans J. J. O’Donnell, Cassiodorus, University of California Press, 1979, (...)

Passer enim minuta et cautissima nimis avis est, monachorum significans parvitatem, qui in cedris Libani, id est in patrimonio potentium Christianorum velut in quibusdam ramis monasteria sibi quasi nidos aliquos aedificare monstrantur, eorumque roborum sustentati, velut passeres laudes Domini assidua voce fritinniunt99.

  • 100  G. Jenal, cit. n. 98 ; Id., « In cerca di ordine quando l’apocalisse sembra vicina : Gregorio Magn (...)
  • 101  Pour le témoignage d’Ennode, cf. G. Marconi, Ennodio…, op. cit., p. 99 sqq.

34On parle du terrain pour la construction du monastère, on ne fait pas mention de revenus pour en assurer la gestion. En fait, des lettres de Grégoire, on peut déduire que l’un des problèmes des monastères est leur subsistance, à laquelle pourvoit souvent la charité du pape avec des assignations de terres100. L’absence d’enracinement territorial paraît évidente, d’où une fragilité structurelle, d’autant plus lourde de conséquences que le territoire de la Péninsule a été dévasté par la guerre gréco-ghotique, avant que l’aristocratie soit violemment expropriée par les Lombards. Une aristocratie, qui, dans le Nord, a déjà été frappée par les guerres, qui opposèrent Ostrogoths et Wisigoths pour le contrôle de la Provence, et par leurs conséquences économiques101.

  • 102  Sur le procès d’adhésion des Lombards au christianisme, cf. S. C. Fanning, « Lombard Arianism Reco (...)
  • 103  F. Savio, Gli antichi vescovi d’Italia dalle origini al 1300 descritti per regioni, II (Lombardia) (...)
  • 104  S. Gasparri, « Culture barbariche… », op. cit., p. 7 sq.
  • 105  C. Azzara, L’ideologia del potere regio nel papato altomedievale (secoli VI-VIII), Spolète, 1997, (...)
  • 106  C. Azzara, L’ideologia del potere… ibid., p. 163 sqq. ; Id., Le invasioni barbariche…, op. cit., p (...)

35La violence des Lombards frappe des communautés en crise, d’où, conséquence extrême, leur disparition, que la simple brutalité des envahisseurs ou leur hostilité à l’Église et à ses institutions n’arrivent pas seules à justifier. À ce propos, le débat sur l’identité religieuse des Lombards au moment de leur occupation de l’Italie est ouvert. Encore une fois, l’image qu’en donne Paul Diacre doit être nuancée. L’arianisme de l’élite est une sorte de mythe, ou plutôt un facteur identitaire, et un choix politique qui s’affirme selon les circonstances, alternant avec l’adhésion au catholicisme et le paganisme de la population faisant face aux persistances du paganisme parmi les Romains. On a toutes les raisons de douter du bien-fondé de l’affirmation de Paul qui précise que, dans toutes les villes, il avait deux évêques : l’un catholique, l’autre arien102. De même, l’épisode de la fuite de l’évêque de Milan, qui se réfugie à Gênes pendant des décennies103, n’est pas emblématique de l’attitude générale de la haute hiérarchie ecclésiastique. Si l’évêque de Treviso Félix put demander à Alboïn de confirmer les biens de son Église104 : il s’agit là d’un épisode qui met en évidence l’enjeu économique des relations de l’Église avec les nouveaux dominateurs. Si toute généralisation est simpliste, il faut néanmoins souligner que l’organisation ecclésiastique a été remise en question. Grégoire fait en effet état de plusieurs diocèses dépourvus d’évêque105, probablement le résultat de décennies de troubles et de la crise des villes avant la conquête lombarde. Les Lombards, d’autre part, fondent leur pouvoir sur la tradition ethnique de la gens et ce n’est que lentement, au cours du viisiècle, que le contrôle du territoire, d’abord assuré par celui des centres stratégiques, acquière une dimension spatiale cohérente. C’est dans ce contexte – aussi important que la conversion définitive à la foi catholique en 680 – qu’une nouvelle réalité monastique peut s’intégrer106.

  • 107  E. Destefanis, Il monastero di Bobbio in età altomedievale, Florence, 2002 ; Ead., « Dal Penice al (...)
  • 108  L. Schiaparelli, Codice diplomatico longobardo, t. 1, Rome, 1929, doc. 7, p. 16-19 ; G. Cantino Wa (...)

36La fondation du monastère de Bobbio, qui a dès le départ une identité territoriale précise107, devance de quelques décennies ces développements, marquant le tournant qui distingue le monachisme du haut Moyen Âge de celui d’époque tardo-antique. Le décalage entre l’essor des fondations lombardes – la première connue de bonne source est celle de S. Frediano de Lucques en 685108 – et la refondation du Mont-Cassin (718) montre à l’évidence que cet essor n’est pas dû simplement à une volonté de rétablir des monastères détruits (destructa… monasteria) au moment de la conquête. En fait, on a vu que les preuves de cette prétendue destruction font défaut. En revanche, les indices d’une crise en cours dans la seconde moitié du vie siècle sont nombreux, non pas celle du monachisme mais des communautés monastiques. Le succès précoce que le mouvement monastique connut en Italie, avec une série différenciée d’expériences, ne semble pas avoir donné lieu à des institutions assez solides pour surmonter les difficultés des passages générationnels, de l’aggravation de la situation économique, des problèmes politiques visibles dans la guerre gréco-gothique puis dans l’invasion lombarde. Dans ce tableau, bien des points restent à préciser, ce qu’autoriseront une analyse plus poussée des sources textuelles et, sans doute, une approche archéologique des monastères, qui, dépassant les limites des paramètres actuels, permettra de reconnaître sur le terrain une présence monastique peu structurée : aucun n’est disponible aujourd’hui, mais l’évolution de l’archéologie médiévale nous incite à nous appliquer à le découvrir.

Reçu : 30 août 2016 – Accepté : 2 décembre 2016

Haut de page

Notes

1  Cet article reprend le texte de la communication « Monaci e monasteri nell’Italia centro-settentrionale tra la tarda antichità e l’alto medioevo : problemi generali e casi esemplari » présentée au colloque Colomban et son influence. Moines et monastères du haut Moyen Âge en Europe, qui s’est tenu à Luxeuil-les-Bains du 16 au 20 septembre 2015 dans le cadre des colloques de l’année colombaniennes. Je remercie les organisateurs, notamment S. Bully, d’avoir autorisé cette anticipation sur les actes du colloque, qui paraîtront en 2017. Précédemment, j’avais traité le sujet en 2012 lors du séminaire international Bobbio. Archeologia e storia di un monastero europeo (Bobbio 24-25 novembre 2012), inédit.

2  La bibliographie, désormais copieuse, est comprise dans la bibliographie générale sur le monachisme dans l’antiquité tardive et le haut Moyen Âge, rédigée par Albrecht Diem dans le cadre du Network for the Study of Late Antique and Early Medieval Monasticism [http://www.earlymedievalmonasticism.org/bibliographymonasticism.html]. Ajoutons que le monachisme a été le thème de la LXIVe semaine d’étude de Spolète, qui a eu lieu du 31 mars au 6 avril 2016 : Monachesimi d’Oriente e d’Occidente nell’alto medioevo (sous presse). Le sujet, qui nous retient ici, y a été traité par F. R. Stasolla, « Il monachesimo in Italia dalle origini a Gregorio Magno : modalità insediative, architetture, organizzazione topografica e spaziale ».

3  Dial. III, 38, 3, in Grégoire le Grand, Dialogues, éd. A. de Vogüé, Paris, 1980 (Sources chrétiennes, 265), p. 192-193 ; dans cette présentation des événements, on saisit, à côté de son opposition aux Lombards [sur les rapports de Grégoire avec les Lombards, cf. C. Azzara, « Gregorio Magno, i Longobardi e l’Occidente barbarico. Costanti e peculiarità di un rapporto », Bullettino dell’Istituto storico italiano per il Medio Evo e Archivio muratoriano », 97 (1991), p. 1-74], la même intention didactique qui anime sa description de la Rome contemporaine [L. Pani Ermini, « La Roma di Gregorio Magno », in Ead. (éd.), L’Orbis christianus antiquus di Gregorio Magno, Spolète, 2007, p. 19-47]. Voir aussi Paul Diacre, Hist. Lang. IV, 17, in Pauli, Historia langobardorum, éd. L. Bethmann et G. Waitz, MGH, Scriptores rerum Langobardarum et Italicarum, Hanovre, 1978, p. 45-187, ici p. 122.

4  G. Picasso, « Il monachesimo nell’alto medioevo », in Dall’eremo al cenobio : la civiltà monastica in Italia dalle origini all’età di Dante, Milan, 1987, p. 3-63, ici p. 15.

5  G. Penco, « Una questione preliminare : monachesimo italico e invasione longobarda », in G. Spinelli (éd.), Il monachesimo italiano dall’età longobarda all’età ottoniana (secc. VIII-X), Cesena, 2006, p. 1-16 ; Id., Storia del monachesimo in Italia. Dalle origini alla fine del medioevo, Rome, 1961 (nouv. éd. 1995), p. 85 : « l’œuvre de destruction des Lombards, surtout au début, fut quasiment complète ».

6  Pour une synthèse sur l’état actuel du débat sur les invasions/migrations, cf. P. J. Geary, The Myth of Nations. The Medieval Origins of Europe, Princeton University Press, 2002, p. 19 sqq. de l’édition italienne (Il mito delle nazioni. Le origini medievali dell’Europa, Rome, 2009) ; C. Azzara, Le invasioni barbariche, Bologne, 1999, p. 151 sqq. ; S. Gasparri et C. La Rocca, Tempi barbarici. L’Europa occidentale tra antichità e medioevo (300-900), Rome, 2012, p. 79 sqq. ; cf. aussi W. Pohl, Le origini etniche dell’Europa, Rome, 2000, p. 1 sqq.

7  T. Leccisotti, « Le conseguenze dell’invasione longobarda per l’antico monachesimo italico. Osservazioni e critiche a proposito di alcune conclusioni storiche », Atti del I congresso Internazionale di Studi Longobardi, Spoleto 27-30 settembre 1951, Spolète, 1952, p. 269-376 ; Id., « Aspetti e problemi del monachesimo in Italia », in Il monachesimo nell’alto medioevo e la formazione della civiltà occidentale, Spolète, 1957, p. 311-337 : cf. G. Penco, « Una questione preliminare… », op. cit., p. 3 sqq.

8  Entre autres M. De Jong et P. Erhart, « Monachesimo tra I Longobardi e I Carolingi », in C. Bertelli et G. P. Brogiolo (dir.), Il futuro dei Longobardi. L’Italia e la costruzione dell’Europa di Carlo Magno, Milan, 2000, p. 105-114, ici p. 106.

9  J. Biarne, « L’essor du monachisme occidental (430-610) », in J.-M. Mayeur, C. et L. Pietri, A. Vauchez et M. Venard (dir.), Histoire du christianisme, t. 3 (Les Églises d’Orient et d’Occident, 432-610), Paris, 1998, p. 917-958, ici p. 933 sq. ; voir aussi L. Pietri, « Les abbés de basilique dans la Gaule du vie siècle », Revue de l’histoire de l’Église en France, 69 (1983), p. 5-28 ; plus récemment S. Bully et C. Sapin (éd.), L’origine des sites monastiques : confrontation entre la terminologie des sources textuelles et les données archéologiques, éd. Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, hors-série n° 10 (2016) [en ligne : http://cem.revues.org/14463], notamment les contributions de N. Deflou-Leca et M. Gaillard quant à abbatissa, ce titre correspondant à un choix de vie ascétique consacrée, ainsi que virgo sacra ou sacrata [cf. G. Jenal, Italia ascetica atque monastica. Das Asketen- und Mönchtum in Italien von den Anfängen bis zurZeit der Langobarden (ca. 150/250-604), Stuttgart, 1995], qui persistent dans les siècles, mais qui reste aux marges de l’histoire du monachisme, sans pourtant être négligeable parce qu’il montre que l’idéal ascétique, qui en est une composante prioritaire, est pénétré largement dans la société et donc dans la culture, à tous les niveaux [G. Cantino Wataghin, « Concluding Remarks », in H. Dey et E. Fentress (éd.), Western Monasticism ante litteram. The Spaces of Monastic Observance in Late Antiquity and the Early Middle Ages, Turnhout, 2011, p. 355-377, ici p. 359]. À l’horizon monastique, appartiennent latu sensu les ascètes vivant en communauté, dont les cas plus connus sont Sulpice Sévère et les aristocrates de Rome, attestés par Jérôme et Ambroise (G. Jenal, Italia ascetica…, ibid., p. 28 sq.) ; ce type de communauté ne semble pas avoir survécu à la mort de leur initiateur/initiatrice. Voir aussi S. Bully et C. Sapin (éd.), L’origine des sites monastiques…, ibid.

10  La citation est tirée de P. J. Geary, La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Paris, 1996, p. 25, qui est la référence fondamentale sur cette question.

11  G. Jenal, Italia ascetica…, op. cit.

12  F. R. Stasolla, « I monasteritra isole e terrafermaall’età di Gregorio Magno », in R. Martorelli, A. Piras et P. G. Spanu (dir.), Isole e terrafermanel primo cristianesimo. Identità locale e interscambiculturali, religiosi e produttivi, Cagliari, 2015, p. 631-644 ; M. C. Somma, « Sviluppo e prime manifestazioni del monachesimo tra terraferma e isole : il contesto italiano », in R. Martorelli et al., Isole e terrafermanel…, ibid., p. 615-630.

13  À remarquer pourtant qu’un recensement systématique des sources pourrait sans doute accroître nos connaissances ; parmi les pistes à suivre, les attestations d’une formation monastique de quelques évêques, tel Datius de Milan : PCBE, 1, « Datius », p. 532-534.

14  P. Magdalino, « Church, Empire and Christendom in c. 600 and c. 1975 : The viewfrom the registers of Popes Gregory I and Gregory VII », Cristianità d’Occidente e cristianità d’Oriente (secoli VI-XI), Spolète, 2004, p. 9-30 ; sur les intérêts administratifs de Grégoire, cf. S. Boesch Gajano, Gregorio Magno. Alle origini del Medioevo, Rome, 2004, p. 62 sqq. et sur sa perspective « méditerranéenne » voir S. Gasparri, « Gregorio Magno e l’Italia meridionale », in Gregorio Magno e il suo tempo, Rome, 1991, p. 77-101 ; L. Cracco Ruggini, « Gregorio Magno e il mondo mediterraneo », in Gregorio Magno nel XIV centenario della morte, Rome, 2003, p. 11-51.

15  Dial. I, 1-3, in Grégoire le Grand, Dialogues, éd. A. de Vogüé, Paris, 1979 (Sources chrétiennes, 260), p. 18-37 ; pour la chronologie de la fondation, cf. V. Fiocchi Nicolai, « Il culto di San Magno a Fondi e le origini del monastero », in N. Cassieri et V. Fiocchi Nicolai (dir.), Il monastero di San Magno a Fondi, I, Storia e archeologia, Tivoli, 2013, p. 21-37, ici p. 32 ; PCBE, 2, 1, « Honoratus 8 », p. 1008-1009 ; voir aussi PCBE, 2, « Venantius 4 », p. 2253.

16  Une autre hypothèse situe le monastère à Sperlonga, près de la Grotte de Tibère : B. Borck et D. von der Nahmer, « Das Kloster der Honoratus von Fundi und das Praetorium Speluncae », Studi medievali, 36 (1995), p. 617-656 ; cf. les remarques critiques dans V. Fiocchi Nicolai, « Il culto di San Magno… », ibid., p. 31, n. 43.

17  D. Mastrorilli, « Il monastero e le fonti documentarie », in N. Cassieri et V. Fiocchi Nicolai (dir.), Il monastero di San Magno…, op. cit., p. 39-50 ; pour une attestation possible en 973, cf. ibid., p. 39-40.

18  D. Quadrino, « Il sepolcreto : tipologia e cronologia dell’area funeraria », in N. Cassieri et V. Fiocchi Nicolai (dir.), Il monastero di San Magno…, ibid., p. 51-68.

19  N. Cassieri, « Topografia del sito in età romana », in N. Cassieri et V. Fiocchi Nicolai (dir.), Il monastero di San Magno…, ibid., p. 9-19, ici p. 13 sqq. ; E. Frizzi, « I materiali epigrafici di epoca romana », in N. Cassieri et V. Fiocchi Nicolai (dir.), Il monastero di San Magno…, ibid., p. 105-123.

20  M. Meo, « I frammenti scultorei altomedievali », in N. Cassieri et V. Fiocchi Nicolai (dir.), Il monastero di San Magno…, ibid., p. 125-132.

21  C. Palombi, « La chiesa medievale », in N. Cassieri et V. Fiocchi Nicolai (dir.), Il monastero di San Magno…, ibid., p. 69-91.

22  Ep. IX, 163 et 165 [S. Gregorii Magni, Registrum epistolarum, éd. D. Norberg, Turnhout, 1982 (CCSL, 140-140A), t. 2, p. 721-722 et 723] : cf. PCBE, 2, 2, « Servandus 3 », p. 2038-2039 ; l’abbé Theodosius évoqué dans les lettres est sans doute à identifier avec l’abbé du monastère Saint-Martin, objet des lettres III, 23 (éd. D. Norberg, t. 1, p. 169), V, 35 (ibid., p. 300-301), V, 50 (ibid., p. 344) : PCBE, 2,2, « Theodosius 4 », p. 2182-20183 et « Theodosius 5 », p. 2183. La dédicace à saint Martin est tout à fait plausible, étant donné le long séjour de Libère en Gaule en tant que préfet au nom des souverains Goths (PCBE, 2, 2, « Liberius 4 », p. 1298-1301). Néanmoins, on peut douter qu’elle remonte au moment de la fondation, car elle n’est évoquée qu’en relation avec l’abbé contemporain de Grégoire. Sur l’importance du modèle monastique et ascétique martinien chez Grégoire et, en général, dans l’Italie du vie siècle, cf. B. Judic, « Les modèles martiniens dans le christianisme des ve-viie siècles », in M. Gaillard (dir.), L’empreinte chrétienne en Gaule du ive au ixe siècle, Turnhout, 2014, p. 91-109, p. 98 sq., pour le monastère de Liberius. Voir aussi A. Coscarella, « Il monastero vivariense sive castellensee l’edificiotriconco di Staletti (CZ) : da Pierre Courcelle a oggi », in A. Coscarella et P. de Santis (éd.), Martiri santi patroni : per una archeologia della devozione, Arcavata di Rende (Cs), 2012, p. 299-315, ici p. 301 et n. 24.

23  L. Muratori, Rerum Italicarum Scriptores, t. 4, Mediolani, 1723, p. 229 ; A. de Vogüe, Dialogues…¸ op. cit., t. 2, p. 236 sq., n. 1 ; voir aussi G. Jenal, Italia ascetica…, op. cit., p. 285. L’identification est acceptée encore, entre autres, par Bowes [K. Bowes, « Inventing Ascetic Space : Houses, Monasteries and the “Archaeology of Monasticism” », in H. Dey et E. Fentress (éd.), Western Monasticism…, op. cit., p. 315-351, ici p. 324], Marazzi [F. Marazzi, La città dei monaci. Storia degli spazi che avvicinano a Dio, Milan, 2015, p. 68-70] et Augenti [A. Augenti, Archeologia dell’Italia medievale, Rome/Bari, 2016, p. 105-106].

24  E. Fentress, C. J. Goodson, M. L. Laird et S. C. Leone (dir.), Walls and Memory. The Abbey of San Sebastiano at Alatri (Lazio) from Late Roman Monastery to Renaissance Villa and Beyond, Turnhout, 2015.

25  Acta Sanctorum, Oct. 3, p. 114-136, ici p. 117 ; Dial., II, 35 (éd. A. de Vogüé, p. 236 sqq.), où l’événement en question n’est pas mentionné.

26  C. Scaccia Scarafoni, « Memorie storiche della badia di S. Sebastiano nel territorio alatrino », Archivio della R. Società Romana di Storia Patria, 39 (1916), p. 5-52 ; C. A. Bruzelius et C. J. Goodson, « The Abbey in the Middle Ages. The Building », in E. Fentress et al., Walls and Memory…, op. cit., p. 96 sqq.

27  C. A. Bruzelius Ibid., p. 314 ; C. Scaccia Scarafoni « Memorie storiche… », ibid., p. 26-28.

28  A. Manfredi, « “Apud Alatrium, Campaniae oppidum” : Giovanni Tortelli and the Abbey under Pope Nicolas V », in E. Fentress et al., Walls and Memory…, op. cit., p. 155-184 ; à remarquer qu’aucun niveau romain, sauf une citerne, n’est présent sur le site.

29  À propos de la construction d’un monastère à Terracina, Benoît indique aux moines « in quo loco oratorium, in quo refectorium fratrum, in quo susceptionem hospitum uel quaeque sunt necessaria aedificare debetis » (Dial., II, 22, éd. A. de Vogüé, t. 2, p. 200-205) ; ici, comme dans la suite (« loca singula, ubi quid aedificari debuisset, subtiliter designavit »), la référence n’est pas à un plan « canonique » mais à la situation spécifique ; pour l’articulation des bâtiments monastiques prévue dans les règles de l’antiquité tardive, cf. P. Bonnerue, « Éléments de topographie historique dans les règles monastiques occidentales », Studia Monastica, 37 (1995), p. 57-77 ; S. Uggè, « Lieux, espaces et topographie des monastères de l’antiquité tardive et du haut Moyen Âge : réflexions à propos des règles monastiques », in M. Lauwers (dir.), Monastères et espace social. Genèse et transformation d’un système de lieux dans l’Occident médiéval, Turnhout, 2014, p. 15-42.

30  E. Fentress, C. J. Goodson, M. L. Laird, S. C. Leone, Walls and Memory. The Abbey of San Sebastiano at Alatri (Lazio) from Late Roman Monastery to Renaissance Villa and Beyond. Disciplina Monastica 2. Turnhout: 200 Voir les comptes rendus du volume par H. Dey, Bryn Mawr Classical Review 2006.09.10 ; N. Christie, Early Medieval Europe, 14 (2006), p. 507-509 ; R. Hodges, « Making Memory into History ? A Re-interpretation of San Sebastiano at Alatri », Journal of Roman Archaeology, 20 (2007), p. 705-711.

31  J. Biarne, « Le monachisme dans les îles de la Méditerranée occidentale », Rivista di Archeologia Cristiana, 76 (2000), p. 351-374, ici p. 358 sqq.

32  Magni Felicis Ennodi, Opera, éd. F. Vogel, MGH, Auctores Antiquissimi, VII, Berolini, 1885, De vita Beati Antoni, p. 185-190, ici p. 187 = éd. G. Hartel, Vienne, 1882 (CSEL, 6), p. 383-393, ici p. 387 sq. ; cf. G. Jenal, Italia ascetica…, op. cit., p. 20 sqq. ; pour cette vie, cf. S. Gioanni, « Une figure suspecte de la sainteté lérinienne. D’après la Vie du bienheureux Antoine d’Ennode de Pavie », Recherches augustiniennes et patristiques, 35 (2007), p. 133-187.

33  MGH, Diplomatum Karolinorum, III, Lotharii I et Lotharii II diplomata, éd. T. Schieffer, Berolini/Turici, 1966, p. 59, n. 3.

34  M. C. Magni, Architettura romanica comasca, Milan, 1960, p. 24-27.

35  G. Cantino Wataghin, « Monasteri in Piemonte dalla tarda antichità al medioevo », in L. Mercando et E. Micheletto (dir.), Archeologia in Piemonte. Il Medioevo, Turin, 1988, p. 161-185, ici p. 168 sq. ; R. Tione, « Tarda antichità e alto medioevo nel Tortonese : primirisultati di unaricerca in corso », in G. P. Brogiolo, A. Chavarrίa Arnau et M. Valenti (dir.), Dopo la fine delle ville : le campagne dal VI al IX secolo, Mantoue, 2005, p. 105-130, ici p. 114 sqq.

36  Cf. Magni Felicis Ennodi, Opera, éd. F. Vogel, p. 189 et éd. G. Hartel, p. 392.

37  J. Biarne, « L’essor du monachisme… », op. cit.

38  Inst., I, 29, 3, in Cassiodori Senatoris, Institutiones, éd. R. A. B. Mynors, Oxford, 1937, p. 74.

39  G. Jenal, Italia ascetica…, op. cit. ; mise à jour des problèmes et de la bibliographie plus récente : PCBE, 1, « Fl. Magnus Aurelius Cassiodorus Senator 2 », p. 403-409.

40  P. Courcelle, « Le site du monastère de Cassiodore », Mélanges d’archéologie et d’histoire, 55 (1938), p. 259-307 ; Id., « Nouvelles recherches sur le monastère de Cassiodore », in Actes du Ve Congrès international d’archéologie chrétienne, Aix-en-Provence, 1954, Cité du Vatican/Paris, 1957, p. 511-528 ; pour la dédicace cf. B. Judic, « Les modèles martiniens… », op. cit., p. 99.

41  Pour les renvois précis, voir les études citées à la n. 40. Voir également G. Orofino, « Da Montecassino a Nonantola. La tradizione illustrativa delle Institutiones di Cassiodoro », in G. Spinelli (éd.), Il monachesimo italiano…, op. cit., p. 551-607.

42  F. Bougard et G. Noyé, « Squillace (Prov. de Catanzaro) », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 98 (1986), p. 1195-1212 ; A. Coscarella, « Il monastero vivariense… », op. cit.

43  F. Bougard et G. Noyé, « Squillace… », ibid., p. 1202 ; cette destruction est attribuée hypothétiquement aux invasions lombardes de la fin du vie-début du viie siècle ; à remarquer que les faits historiques connus jouent un rôle déterminant dans l’interprétation des données du terrain et dans les propositions chronologiques des auteurs.

44  Le lien proposé avec les martyrs Senator, Viator, Cassiodorus et Dominata a été jugé « fantaisiste » par H. Delehaye, Saint Cassiodore, Mélanges Paul Fabre. Étude d’histoire du Moyen Âge, Paris, 1902, p. 40-50 ; son opinion reste valable, malgré l’effort de revalorisation de l’hypothèse par F. Burgarella, « A proposito della passione di San Senatore e compagni », Rivista di studi bizantini e neoellenici, 36 (2000), p. 47-73.

45  Dial. III, 14, 1-13, éd. A. de Vogüé, t. 2, p. 302-305 : G. Jenal, Italia ascetica…, op. cit., p. 209-211 ; sur ce thème, cf. L. Pani Ermini, « Gli insediamenti monastici nel ducato di Spoleto fino al secolo IX », Il ducato di Spoleto, Spolète, 1983, p. 541-577, ici p. 547 sq. ; Ead., « All’origine degli insediamenti eremitici e monastici sul Monteluco », in Monteluco e i monti sacri, Spolète, 1994, p. 149-169, ici p. 160 ; les études plus récentes n’apportent pas de nouveautés importantes.

46  L. Pani Ermini, « Gli insediamenti monastici… », ibid., p. 549 sq.

47  Dial. IV, 11, 1, éd. A. de Vogüé, t. 3, p. 44-49 ; III, 15, éd. A. de Vogüé, t. 2, p. 314-327 ; G. Jenal, Italia ascetica…, op. cit., p. 211 sq.

48  L. Pani Ermini, « All’origine degli insediamenti eremitici… », op. cit., p. 154 sqq. ; synthèse dans G. Jenal, Italia ascetica…, ibid., p. 155 ; par contre, il n’y a aucun rapport évident avec l’ensemble de grottes dites de S. Isacco, une dénomination moderne, où les traces d’occupation ne sont pas antérieures au Moyen Âge (G. Jenal, Italia ascetica…, ibid., p. 160 sq.).

49  L. Pani Ermini, « Subiaco all’epoca di S. Benedetto », Benedictina, 28 (1981), p. 68-80, ici p. 74 sq. ; M. G. Fiore Cavaliere, Z. Mari et A. Luttazzi, « La villa di Nerone a Subiaco e la fondazione del monastero benedettino di S. Clemente », in Z. Mari, M. T. Petrara et M. Sperandio (éd.), Il Lazio tra antichità e medioevo. Studi in memoria di Jean Coste, Rome, 1999, p. 341-367.

50  Dial., II, 8, 9-10, éd. A. de Vogüé, t. 2, p. 166-168.

51  Dial. III, 14, 1-13, éd. A. de Vogüé, t. 2, p. 302-305.

52  Pour les vestiges archéologiques d’ermitages sur le Monte San Martino, cf. L. Branciani, « Il monte San Martino in Sabina. Siti archeologici e storia », in Eremitismo a Farfa : origine e storia. Per una ricostruzione archeologico-ambientale del complesso eremitico del Monte S. Martino in Sabina, Farfa, 1999-2000, p. 39-103.

53  Cf. G. Penco, « Il monachesimo in Umbria dalle origini al secolo VII incluso », Ricerche sull’Umbria tardoantica e preromanica, Pérouse, 1965, p. 257-276 ; L. Pani Ermini, « All’origine degli insediamenti eremitici… », op. cit., p. 151 ; sur le culte de saints orientaux, cf. R. Grégoire, « L’agiografia spoletina antica : tra storia e tipologia », Il ducato di Spoleto…, op. cit., p. 349 sqq. ; pour la persécution de l’empereur Anastasius, cf. B. Flusin, « L’essor du monachisme oriental », in J.-M. Mayeur et al., Histoire du christianisme, t. 3, op. cit., p. 545-608, ici p. 578 sqq.

54  G. P. Brogiolo et M. Ibsen, « Eremitic Settlements and Political and Military Contingencies in the Sixth Century : The Case of the Alto Garda bresciano (Lake Garda, N. Italy) », in H. Dey et E. Fentress (éd.), Western Monasticism…, op. cit., p. 201-237 ; G. P. Brogiolo, « Dall’Archeologia dell’architettura all’Archeologia della complessità », Pirenae, 38 (2007), p. 7-38, ici p. 13.

55  G. P. Brogiolo et M. Ibsen, « Chiese e insediamenti rupestri altomedievali a Tignale », in G. P. Brogiolo, M. Ibsen, V. Gheroldi et A. Colecchia (dir.), Chiese dell’alto Garda bresciano. Vescovi, eremiti, monasteri, territorio tra tardoantico e romanico, Padoue, 2003, p. 133-171 ; G. P. Brogiolo, « Dall’Archeologia… », ibid., p. 12 sq.

56  Un exemple à prendre en compte est celui de la grotte du Monfenera, au nord de Verceil, occupée dans la préhistoire et puis à nouveau au vie siècle, par un groupe bien organisé, fourni de mobilier diversifié et pratiquant une activité métallurgique ; là aussi, on avait d’abord pensé à un ermitage, cf. G. Cantino Wataghin, « Monasteri in Piemonte… », op. cit., p. 170 sq.

57  Le texte de la Vita, d’après un manuscrit de Padoue, est publié par G. P. Brogiolo et M. Ibsen, « Chiese e insediamenti rupestri… », op. cit., p. 167-171 ; cf. aussi ibid., 152 sq.

58  J.-C. Picard, Le souvenir des évêques. Sépultures, listes épiscopales et culte des évêques en Italie du Nord des origines au xe siècle¸ Rome, 1988, p. 234 et 433 sqq.

59  F. Banfi, « Vita di S. Gerardo da Venezia nel codice 1622 della biblioteca universitaria di Padova », Benedictina, 2 (1948), p. 262-330.

60  B. Mazzei et F. Severini, « Il fenomeno monastico nelle isole minori del Mar Tirreno dal IV al IX secolo. Fonti letterarie ed evidenze archeologiche », Rivista di Archeologia Cristiana, 76 (2000), p. 621-650 ; P. Pergola, B. Mazzei et F. Severini, « L’implantation chrétienne dans les îles mineures des archipels toscan et ligure », in M. Pasqualini, P. Arnaud et C. Varaldo (dir.), Des îles côte à côte. Histoire du peuplement des îles de l’Antiquité au Moyen Âge (Provence, Alpes-Maritimes, Ligurie, Toscane), Aix-en-Provence/Bordighera, 2003 (éd. Bulletin archéologique de Provence, Suppl. 1), p. 193-204 ; D. Istria et P. Pergola « Le phénomène monastique dans les îles de la mer Tyrrhénienne (Corse, Sardaigne, archipel toscan et archipel ligure) », Hortus Artium Medievalium, 19 (2013), p. 73-78 ; R. Belcari, « Monachesimo insulare tirrenico : fonti documentarie e attestazioni materiali a Montecristo e nelle altre isole dell’arcipelago toscano », Hortus Artium Medievalium, 19 (2013), p. 79-97 ; S. Gioanni, « Les “retraites insulaires” en Dalmatie du ive au visiècle. Idéal ascétique, monastères et diplomatie pontificale », Hortus Artium Medievalium, 19 (2013), p. 99-112 ; M. C. Somma, « Sviluppo e prime manifestazioni del monachesimo tra terraferma e isole : il contesto italiano », in R. Martorelli, A. Piras et P. G. Spanu (dir.), Isole e terrafermanel…, op. cit., p. 615-630 ; cf. aussi S. P. P. Scalfati, « Per la storia dell’eremitismo nelle isole del Tirreno », Bollettino Storico Pisano, 60 (1991), p. 283-297. Le travail de référence est toujours J. Biarne, « Le monachisme dans les îles de la Méditerranée nord-occidentale », Rivista di Archeologia Cristiana, 76 (2000), p. 351-374.

61  Les fouilles récentes sur l’île de Cabrera [M. RieraRullan, « El monasterio de la isla de Cabrera (Islas Baleares. Siglos V-VIII D.C.) Testimonios arqueoloigicos de los monjes reprobados por el papa Gregorio Magno », Hortus Artium Medievalium, 19 (2013), p. 47-62] n’ont pas apporté d’éléments en faveur de cette hypothèse (à propos de laquelle voir J. Biarne, J. Biarne, « Le monachisme dans les îles… », ibid., p. 355 et 357). Pour l’ensemble des sources, évidemment prises en compte dans toutes les études sur le monachisme insulaire, cf. G. Jenal, Italia ascetica…, op. cit., p. 129 sqq.

62  Jer., Ep. LXXXVII, éd. PL, 22, col. 694 [= LXXVII, 6, in Sancti Eusebii Hieronymi, Epistulae, éd. I. Hilberg, Vienne/Leipzig, 1910 (CSEL, 55), p. 44].

63  Vita Martini 6, 5, in Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, éd. J. Fontaine, t. 1, Paris, 1967 (Sources chrétiennes, 133), p. 266-267.

64  J. Biarne, « Le monachisme dans les îles… », op. cit., p. 355.

65  P. Pergola, « Aux origines d’un sanctuaire de martyr et de deux monastères entre réalités archéologiques et échafaudages théoriques. Le cas de saint Calocerus à Albenga (Ligurie) et à Civate (Lombardie) », in Marmoribus vestita. Miscellanea in onore di Federico Guidobaldi, Cité du Vatican, 2011, p. 1089-1131, ici p. 1113-1116, notamment p. 1112 ; pour la perspective traditionelle, voir surtout G. Penco, Storia del monachesimo…, op. cit., p. 43 (éd. 1995) et, dernièrement, B. Massabò, Albingaunum, Gênes, 2004, p. 186-190.

66  N. Lamboglia, « Albenga : vestigia dell’alto medio evo all’abbazia della Gallinaria (Albenga) », Rivista Ingauna e Intemelia, 3 (1937), p. 62-66.

67  G. Mennella et G. Coccoluto, Inscriptiones Christianae Italiae, t. 9 (Regio IX, Liguria reliqua trans et cis Appenninum), Bari, 1995, n° 52, p. 111-112.

68  F. Salzig, « L’isola Gallinaria presso Albenga », Rivista delle Alpi, 3 (1866), p. 5-11, ici p. 13.

69  F. Bulgarelli, P. Dell’Amico, S. Roascio et E. Dellù, « Recenti interventi sull’isola Gallinaria (Albenga). Stratigrafie dal cenobio benedettino all’occupazione “laica” dell’isola », in VI Congresso Nazionale di Archeologia Medievale, L’Aquila, 12-15 settembre 2012, Florence, 2012, p. 228-232.

70  N. Lamboglia, I monumenti medioevali della Liguria di Ponente, Turin, 1970, p. 163 sq. ; A. Frondoni, « Chiese rurali fra V e VI secolo in LIguria », in G. P. Brogiolo (éd.), Chiese e insediamenti nelle campagnetra V e VI secolo, Mantoue, 2003, p. 131-171, ici p. 148 sq. ; synthèse critique de la question dans M. Martignoni, « La cristianizzazione della Liguria alla luce dei dati archeologici » Intemelion, 13 (2007), p. 25-59, ici p. 38 sq. ; pour le monastère, voir F. Noberasco, « L’isola di Liguria e la Badia di S. Eugenio », Atti della Società Savonese di Storia Patria, 12 (1930), p. 149-164.

71  A. Frondoni, « Chiese rurali… », ibid., p. 134 sqq. ; voir aussi Ead. (dir.), Archeologia all’isoladel Tino. Il monastero di San Venerio, Gênes, 1995. M. Martignoni (« La cristianizzazione della Liguria… », ibid., p. 40 sqq.) admet la possibilité que l’oratoire du Tinetto soit lié à une présence érémitique, sans doute lié au monastère du Portus Veneris, qui est l’objet de deux lettres de Grégoire le Grand à l’évêque de Luni Venance (Ep. V, 17 et 18, éd. G. Hartel, p. 284 et 286) ; ce monastère est couramment identifié avec le monastère de San Pietro, où pourtant on ne connaît pas de niveaux précédent le Moyen Âge (« La cristianizzazione della Liguria… », ibid., p. 44, n. 81).

72  C. Varaldo, « Il patrimonio terriero dell’abbazia di Sant’Eugenio “De insula Liguriae” », in G. Pistarino et V. Polonio Felloni (dir.), Liguria monastica, Cesena, 1979, p. 301-326, ici p. 303 sq.

73  E. M. Vecchi, « Il monastero del Tino attraverso la documentazione scritta e le fonti agiografiche », in Frondoni (dir.), Archeologia all’isola del Tino…, op. cit., p. 79-100.

74  BHL 8532-8534 ; Acta Sanctorum, Sept. IV, p. 115-117 ; pour les translations successives de ses reliques à Sarzana et, de là, sans doute au début du xie siècle, à Reggio Emilia, cf. P. Golinelli, Culto dei santi e vita cittadina a Reggio Emilia (secoli IX-XII), Modène, 1980, p. 85 sqq. ; G. Pistarino, « San Venerio : un problema agiografico », in San Venerio del Tino : vita religiosa e civile tra isole e terraferma in età medievale, Sarzana, 1986, p. 47-75.

75  BHL 7581-7582 : Acta Sanctorum, Mai VI, Vita Sentii, p. 71-73 ; cf. J. Biarne, « Le monachisme dans les îles… », op. cit., p. 360 ; la dispersion de ses reliques entre les îles d’Elba et Giglio, Sovana, Roma, Palermo et Civitavecchia (R. Belcari, « Monachesimo insulare tirrenico… », op. cit., p. 84 sqq.) montre bien la complexité de son histoire et de son culte.

76  Ambroise, ep. extra collect. 14, Vercellensi ecclesiae : Ambrosius, Epistularum libri I-VI, éd. M. Zelzer, Vienne, 1968 (CSEL, 82), p. 235-297, ici p. 270 (= 63, éd. PL, 16, col. 1233) ; voir aussi le sermon, sans doute de la fin du ive siècle, S. VII (56), ad sancti Eusebii martyris laudem, éd. A. Mutzenbecher, Turnhout, 1962 (CCSL, 23), p. 24-26 ; cf. G. Jenal, Italia ascetica…, op. cit., p. 12 sqq. ; G. Cantino Wataghin, « Fonti archeologiche per la storia della Chiesa vercellese », in E. dal Covolo, R. Uglione et G. M. Vian (éd.), Eusebio di Vercelli e il suo tempo, Rome, 1997, p. 23-61, ici p. 38 ; L. Dattrino, « Il cenobio clericale di Eusebio », in E. dal Covolo et al., Eusebio di Vercelli…, ibid., p. 339-345.

77  G. Spinelli, « Ascetismo, monachesimo e cenobitismo ad Aquileia nel IV secolo », in Aquileia nel IV secolo, Udine, 1981, p. 273-300. G. Jenal, Italia ascetica…, ibid., p. 25 sqq. ; M. Dissaderi, « Sul monachesimo “prebenedettino” aquileiese (IV-VII secolo) », in S. Tavano, G. Bergamini et S. Cavazza (éd.), Aquileia e il suo patriarcato, Udine, 2000, p. 151-164, ici p. 155 ; G. Cantino Wataghin, « Istituzioni monastiche nel Friuli altomedievale : un’indagine archeologica », Paolo Diacono e il Friuli altomedievale (secoli VI-X), Spolète, 2001, p. 281-319, ici p. 289 sqq.

78  S. LXXXVIII, éd. Mutzenbecher, p. 362 ; cf. V. Zangara, « I “mandata” divini nella predicazione di Massimo di Torino », Annali di Storia dell’Esegesi, 9 (1992), p. 493-518, ici p. 506 ; de même Jérome : « alia, ut ante perstrinxi, monachorum est causa, alia clericorum » (ep. XIV, éd. PL, 22, col. 352).

79  C’est sans doute le cas de Genève : C. Bonnet et A. Peillex, Les fouilles de la cathédrale Saint-Pierre de Genève. Les édifices chrétiens et le groupe épiscopal, Genève, 2012, p. 42 sqq.

80  L. Dattrino, « Il cenobio clericale… », op. cit.

81  Hist. VI, 36, in Gregorii episcopi turonensis, Historiarum libri X, éd. B. Krusch et W. Levison, MGH, Scriptores rerum merovingicarum¸ 1, 1, Hanovre, 1961, p. 307 ; cf. J. Biarne, « L’espace du monachisme gaulois au temps de Grégoire de Tours », in N. Gauthier et H. Galinié (éd.), Grégoire de Tours et l’espace gaulois, Tours, 1997 (éd. Revue archéologique du Centre de la France, suppl. 13), p. 115-137, ici p. 129 sq.

82  Pour une synthèse des fouilles du sanctuaire de Nola, voir C. Ebanista, Et manet in mediis quasi gemma intersitatectis. La basilica di S. Felice a Cimitile Storia degli scavi Fasi edilizie Reperti, Naples, 2003 ; pour Rome, voir G. Jenal, Italia ascetica…, op. cit., p. 91 sq. ; l’évidence archéologique à Saint-Sébastien n’est pas antérieure aux viiie-ixsiècles, cf. A. Milella, « Brevi riflessioni sui monasteri annessi alle basiliche titolari romane », in F. de Rubeis et F. Marazzi (éd.), Monasteri in Europa occidentale (secoli VIII-XI) : topografia e strutture, Rome, 2008, p. 135-145.

83  G. Jenal, Italia ascetica…, ibid., p. 12 sqq., avec références ultérieures.

84  P. Bondioli, Le origini del monastero di Sant’Ambrogio in Milano, Milan, 1928.

85  Les résultats de la fouille de S. Severo ont été présentés au colloque de Luxeuil par Andrea Augenti. Pour l’hypothèse d’un monastère associé à la basilique du Fondo Tullio d’Aquilée dès le début du vie siècle, cf. M. Buora, « Per la storia della Beligna e dell’abbazia di S. Martino », Aquileia Nostra, 50 (1979), col. 445-496.

86  G. Jenal, Italia ascetica…, op. cit., p. 147 sqq. ; cf. G. Ferrari, Early Roman Monasteries. Notes for the History of Monasteries and Convents at Rome from the Vth trough the Xth Century, Cité du Vatican, 1957 ; L. Pani Ermini, « Testimonianze archeologiche di monasteri a Roma nell’alto medioevo », Archivio della Società Romana di Storia Patria, 104 (1981), p. 25-45 ; A. M. Giuntella, « Contributo ad una carta topografica dei monasteri d’Italianell’età di Gregorio Magno : il caso di Roma », in L. Pani Ermini (éd.), L’orbis christianus antiquus…, op. cit., p. 87-104.

87  La fondation d’Eugippius au castrum Lucullanum près de Naples (cf. G. Jenal, Italia ascetica…, ibid., p. 158 sqq.) devrait avoir une continuité dans le monastère de S. Severino, transféré du site primitif de Castel dell’Ovo au début du xie siècle : L. Carriero, « Il “castrum Lucullanum” : da “oppidum” a cittadella commerciale (secoli X-XII) », Verbum. Analecta Neolatina, 12 (2010), p. 279-286. Des indices d’une continuité de la vie monastique existent pour l’île de Gorgona (R. Belcari, « Monachesimo insulare tirrenico… », op. cit., p. 82) ; pour Vivarium, a été avancée l’hypothèse de survie sous la forme d’un petit monastère basilien, dont pourtant on n’a pas des traces (cf. F. Bougard et G. Noyé, « Squillace… », op. cit., p. 1196).

88  A. Diem, « Inventing the Holy Rule : Some Observations on the History of Monastic Normative Observance in the Early Medieval West », in H. Dey et E. Fentress (éd.), Western Monasticism…, op. cit., p. 57.

89  Ibid., n. 22.

90  Les sollicitations de Grégoire à revenir à une « vie réglée » sont nombreuses, sans que la regula monasterii ou monachica ou encore monachorum dont il est question fasse allusion à un texte normatif précis, cf. A. de Vogüé, Histoire littéraire du mouvement monastique dans l’Antiquité, t. 10, Paris, 2006, p. 123, avec citations ponctuelles.

91  A. de Vogüé, Les règles monastiques anciennes (400-700), Turnhout, 1985 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 46) ; A. Diem, « Inventing the Holy Rule… », op. cit. ; F. Marazzi, La città dei monaci…, op. cit., p. 83 sqq.

92  Reg. I, 50, in Grégoire Le Grand, Registre des lettres, I, éd. P. Minard, Paris, 1991 (Sources chrétiennes, 370), p. 238-241 ; P. Pergola, « Christianisation, monastères et territoire en Sardaigne et en Corse », Rivista di Archeologia Cristiana, 84 (2008), p. 365-376.

93  Pour les réseaux commerciaux dans lesquels sont intégrées les îles thyrréniennes, cf. R. Belcari, « Monachesimo insulare tirrenico… », op. cit. ; voir aussi F. Bulgarelli, « Ritrovamenti di età romana nell’isola di Bergeggi », in M. Pasqualini et al., Des îles côte à côte…, op. cit., p. 211-219 ; de même, la zone de Samolaco est parcourue par une voie qui relie le Milanais à la Rhétie par le pas du Maloia.

94  Une liste plus étendue se trouve dans J. Richards, Consul of God. The Life and Times of Gregory the Great, Londres, 1980, p. 256 et p. 289, n. 16 ; voir aussi G. Jenal, Italia ascetica…, op. cit.

95  G. Marconi, Ennodio e la nobiltà gallo-romana nell’Italia ostrogota, Spolète, 2013, p. 55 sq. ; PCBE, 2, 1, « Anicius Probus FAUSTUS Iunior Niger », p. 756-759.

96 Dial. III, 14, 1-13, éd. A. de Vogüé, II, p. 302-305 

97  Dial., II, 22, éd. .de Vogüé, II, p. 200-205 cit. n. 29.

98  G. Jenal, « Grégoire le Grand et la vie monastique dans l’Italie de son temps », in J. Fontaine, R. Gillet et S. Pellistrandi (éd.), Grégoire le Grand, Paris, 1986, p. 147-155, ici p. 149.

99  Ex. Ps. 103.390-395, cité dans J. J. O’Donnell, Cassiodorus, University of California Press, 1979, Postprint, 1995, chap. 6, n. 20.

100  G. Jenal, cit. n. 98 ; Id., « In cerca di ordine quando l’apocalisse sembra vicina : Gregorio Magno e il monachesimo del suo tempo in Italia », in Gregorio Magno nel XIV centenario della morte…, op. cit., p. 221-246, ici, p. 225.

101  Pour le témoignage d’Ennode, cf. G. Marconi, Ennodio…, op. cit., p. 99 sqq.

102  Sur le procès d’adhésion des Lombards au christianisme, cf. S. C. Fanning, « Lombard Arianism Reconsidered », Speculum, 56 (1981), p. 241-258 ; R. A. Flechter, The Barbarian Conversion : From Paganism to Christianity, New York, 1998 ; W. Pohl, « Deliberate Ambiguity : The Lombards and Christianity », in G. Armstrong et I. N. Wood (dir.), Christianising Peoples and Converting Individuals, Leeds, 2002, p. 47-58 ; S. Gasparri, « Culture barbariche, modelli ecclesiastici, tradizione romana nell’Italia longobarda e franca », Reti Medievali Rivista, 6 (2005), p. 7 sqq. [en ligne : http://rm.univr.it/rivista/dwnl/Gasparri.pdf] ; T. S. Brown, « Lombard Religious Policy in the Late Sixth and Seventh Centuris : The Roman Dimension », in G. Ausenda, P. Delogu et C. Wickham (dir.), The Langobards before the Frankish Conquest : an Ethnographic Perspective, Woodbridge, 2009, p. 289-308 ; P. Majocchi, « Arrianorum abolevit heresem : the Lombards and the Ghost or Arianism », in G. M. Berndt et R. Steinacher (dir.), Arianism : Roman Heresy and Barbarian Creed, Ashgate, 2014, p. 231-238.

103  F. Savio, Gli antichi vescovi d’Italia dalle origini al 1300 descritti per regioni, II (Lombardia), 1 (Milano), Florence, 1913, p. 245 sqq.

104  S. Gasparri, « Culture barbariche… », op. cit., p. 7 sq.

105  C. Azzara, L’ideologia del potere regio nel papato altomedievale (secoli VI-VIII), Spolète, 1997, p. 105 sq.

106  C. Azzara, L’ideologia del potere… ibid., p. 163 sqq. ; Id., Le invasioni barbariche…, op. cit., p. 90 sq. et 104 sqq. ; W. Pohl, « Deliberate Ambiguity… », op. cit.

107  E. Destefanis, Il monastero di Bobbio in età altomedievale, Florence, 2002 ; Ead., « Dal Penice al Po : il “territorio” del monastero di Bobbio nell’Oltrepò pavese-piacentino in età altomedievale », in S. Lusuardi Siena (éd.), Dalla curtis alla pieve fra archeologia e storia. Territori a confronto : l’Oltrepò Pavese e la Pianura Veronese, Mantoue, 2009, p. 71-100.

108  L. Schiaparelli, Codice diplomatico longobardo, t. 1, Rome, 1929, doc. 7, p. 16-19 ; G. Cantino Wataghin, « Monasteri di età longobarda : spunti per una ricerca », in Ravenna e l’Italia fra Goti e Longobardi, Ravenne, 1989, p. 73-100.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Communautés et ascètes selon les Dialogues de Grégoire le Grand
Crédits Jenal, 1995, Karte IV
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 2 – Alatri, Badia de San Sebastiano
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 3 – Alatri, Badia de San Sebastiano : plan de la phase I
Crédits Fentress, 2005, fig. 4
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 4 – Alatri, Badia de San Sebastiano : plan et coupe du triconque
Crédits Fentress, 2005, fig. 6
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-4.png
Fichier image/png, 378k
Titre Fig. 5 – Alatri, Badia de San Sebastiano : hypothèse Fentress de restitution axonométrique du monastère du visiècle
Crédits Fentress, 2005, fig. 12
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-5.png
Fichier image/png, 339k
Titre Fig. 6a – Sarezzano (Tortona), église Saint-Rufin : fragment d’épitaphe de Rufinus abbas
Crédits Mennella, 1990, n° 109
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Fig. 6b – Sarezzano (Tortona), église Saint-Rufin : fragment d’épitaphe de Rufinus abbas
Crédits Mennella, 1990, n° 109
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 7 – Squillace (Catanzaro), S. Martino di Copanello : restes de l’église triconque
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 8 – Le monastère de Vivarium, dans l’enluminure du codex Bamberg, Staatsbibliothek, Misc. Patr. 61, f. 29v
Crédits Orofino, 2006, fig. 5
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Fig. 9 – S. Martino di Copanello : phases de l’église triconque
Crédits Bougard et Noyé, 1986, fig. 10
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-10.png
Fichier image/png, 217k
Titre Fig. 10 – S. Martino di Copanello : plan de l’église triconque, d’après Coscarella, Martire et Di Santo
Crédits Coscarella, 2012
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 11 – Territoire de Spolète et de la Val Nerina : monastères et ermitages
Crédits Pani Ermini, 1994, fig. 27
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-12.png
Fichier image/png, 886k
Titre Fig. 12 – Subiaco, villa de Néron, secteur A
Crédits Dall’eremo al cenobio, 1987
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 13 – Subiaco, villa de Néron, secteur A : plan
Crédits www.archeologialazio.it
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 14 – Alto Garda Bresciano : grottes occupées dans le haut Moyen Âge
Crédits Brogiolo et Ibsen, fig. 1
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-15.png
Fichier image/png, 348k
Titre Fig. 15 – Campione, « grotte d’Herculianus »
Crédits Brogiolo et Ibsen, 2007, fig. 5
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 16 – Campione, « grotte du disciple »
Crédits Brogiolo et Ibsen, 2007, fig. 6
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 17 – L’archipel toscan et les îles majeures de la mer Thyrrénienne
Crédits Belcari, 2013, fig. 2
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Fig. 18 – Île Gallinaria : plan de l’île et de la grotte de « Saint-Martin »
Crédits Massabò, 2004, p. 186
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-19.png
Fichier image/png, 244k
Titre Fig. 19 – Île Gallinaria : fragment d’épitaphe (aujourd’hui perdu) issu d’une couche de remblai du monastère
Crédits Mennella et Coccoluto, 1995, n° 52
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 20 – Île de Bergeggi, relevé A. D’Andrade (fin du xixsiècle)
Légende À droite l’église attribuée aux ve-vie siècles.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-21.png
Fichier image/png, 762k
Titre Fig. 21 – Île du Tino, plan du monastère
Légende 1. abside attribuée aux vie-viie siècles ; 2. abside secondaire ; 3. église romane, xie siècle ; 4. cloître, xie-xiie siècle ; 5. citerne médiévale (?) ; 6. réfectoire ; 7. chapelle olivétaine.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 22 – Île du Tino : l’abside attribuée aux vie-viie siècles
Crédits Frondoni, 2003, fig. 4
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 23 – Île du Tinetto, plan des édifices
Légende À droite, l’oratoire attribué aux ve-vie siècles.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14521/img-24.png
Fichier image/png, 723k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gisella Cantino Wataghin, « Moines et monastères en Italie à l’arrivée de Colomban : quelques données entre archéologie et histoire », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 20.2 | 2016, mis en ligne le 06 mars 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://cem.revues.org/14521 ; DOI : 10.4000/cem.14521

Haut de page

Auteur

Gisella Cantino Wataghin

Professeur honoraire, université du Piémont oriental

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org