Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS

L’origine des sites monastiques. Confrontation entre la terminologie des sources textuelles et les données archéologiques

Sébastien Bully

Entrées d’index

Index de mots-clés :

villae, cellae, cellula, locus, monasterium, abbatiola

Index géographique :

France/Baume-les-Messieurs
Haut de page

Texte intégral

En guise d’introduction…

  • 1  Comme pour les années précédentes, ces journées d’études ont été organisées dans le cadre du Proje (...)

1Pour ces quatrièmes Journées d’études monastiques1, nous avons souhaité aborder la question de l’origine des sites monastiques à partir d’une confrontation entre la terminologie des sources textuelles et les données archéologiques. À l’instar des rencontres précédentes, il s’agit d’engager une discussion entre archéologues et historiens des sources écrites, afin, ici, de réfléchir ensemble sur les définitions archéologiques, monumentales, architecturales ou topographiques que recouvrent les différents termes utilisés dans la documentation textuelle pour des périodes – entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge – et/ou des contextes différents de fondations. Sans bien évidemment prétendre à l’exhaustivité, c’est à partir d’un panel de nouveaux programmes de recherches représentatifs, historiques aussi bien qu’archéologiques, en France comme à l’étranger, que nous avons élaboré cette rencontre.

2Cette réflexion doit permettre de formaliser de (souvent) longues discussions engagées entre nous sur différents chantiers et de soumettre à la communauté de nouvelles hypothèses ou, parfois, de simples pressentiments attendant encore d’être nourris…

  • 2  B. Beaujard, Le culte des saints en Gaule. Les premiers temps. D’Hilaire de Potiers à la fin du vi(...)
  • 3  Pour un exposé synthétique de cette question et la bibliographie : E. Destefanis, « La vie quotidi (...)

3La démarche se veut complémentaire de celles engagées, par exemple, par Brigitte Beaujard dans son étude sur le culte des saints en Gaule : selon cette dernière le terme de cella pouvait en effet définir un monument abritant une tombe sainte, et pas seulement un modeste établissement2. Ces aspects sémantiques ont été également déjà bien traités pour l’Italie par Gisella Cantino Wataghin, notamment pour le terme de monasterium, dont elle a démontré toute la polysémie et qui peut indiquer à la fois une communauté ou un établissement d’ermite(s) ou, encore, comme dans les sources ravennates jusqu’au ixe siècle, une simple chapelle ou un oratoire3

  • 4 Communication de J. Raaijmakers « Le réseau de Fulda et la création d’un paysage sacré (2e moitié d (...)
  • 5  A. Chavarria Arnau, « Monasterios, campesinos y villae en la Hispania visigoda : la tragica histor (...)
  • 6  N. Reveyron, « Forma monasterii. Essai sur l’organisation de l’espace monastique comme mise en for (...)
  • 7  R. Alciati, « And the villa became a monastery : Sulpicius Severus’ community of Primuliacum », in(...)

4On sait bien toutes les interrogations que suscitent les villae du haut Moyen Âge mentionnées dans les chartes de fondations ou des Vitae précoces, et dans lesquelles s’installèrent un certain nombre de nos monastères, entre domaine foncier et structures résidentielles. On pensera à la fondation de Fulda qui réutilise au milieu du viiisiècle les structures d’une villa rustica du viie siècle4 . Les dernières recherches menées par Christian Sapin et Anne Baud à Cluny sont d’ores et déjà des plus éclairantes, comme c’est le cas également des travaux de Pascale Chevalier, Arlette Maquet et Sophie Liégard sur la villa de Sylviniacum, qui deviendra le prieuré de Souvigny. C’est malheureusement moins vrai pour la villa de Gigny, domaine de Bernon, dont on ignore encore tout. Et qu’en est-il de ces fondations de l’Antiquité tardive qui s’installent dans des villae antiques, comme à Ligugé où à Vivarium, pour n’en citer que deux parmi les plus célèbres, ou de celles du haut Moyen Âge, comme la fondation primitive de Vézelay dans la villa supposée de Saint-Père ? Loin d’être un « marronnier » de l’historiographie monastique, la question de réutilisation des structures de l’Antiquité par les premiers monastères demeure complexe, riche et surtout peu étudiée pour la Gaule – contrairement à l’Espagne par exemple5 et à l’Italie dans une moindre mesure6. À cet égard, on pensera aux interrogations que suscite l’interprétation de la description de la villa-monastère de Primuliacum de Sulpice Sévère7, qui nous renvoie, finalement, à la question : qu’est-ce qu’un monastère à la fin du ive-ve siècle ? À n’en pas douter, pour la région, des travaux sur les conditions de fondation de Condat/Saint-Claude au ve siècle pourraient nous amener sur ce terrain.

  • 8  G. Moyse, Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon (ve-xe siècle), Paris, 1973 (extr (...)

5Enfin, j’achèverai cette rapide introduction en m’arrêtant au monastère dans lequel nous nous sommes retrouvés, Balma, qui est cité pour la première fois dans un acte de 869 comme une cellula, en opposition ou en complément, dans ce même document, à l’abbatiolia de Château-Chalon. Dans sa confrontation avec les données archéologiques issues des dernières recherches menées sur Baume, la définition de cellula, entendue comme une simple station foncière, doit être fortement nuancée. Tout cela nous ramène à l’interrogation posée par Gérard Moyse il y a quelques années – et à laquelle nous allons essayer de répondre en partie – lorsqu’il écrivait à propos de Baume : « quand saurons-nous exactement le sens d’un mot comme cellula au haut Moyen Âge ?8 ».

Fig. 1 – Communication dans la « salle de l’ancien dortoir des moines » à Baume-les-Messieurs le 5 septembre 2014

Fig. 1 – Communication dans la « salle de l’ancien dortoir des moines » à Baume-les-Messieurs le 5 septembre 2014

Cl. D. Vuillermoz

Haut de page

Notes

1  Comme pour les années précédentes, ces journées d’études ont été organisées dans le cadre du Projet collectif de recherche intitulé « Monastères en Europe occidentale (ve-xe siècle). Topographie et structures des premiers établissements en Franche-Comté et en Bourgogne », sous la codirection de S. Bully et C. Sapin.

2  B. Beaujard, Le culte des saints en Gaule. Les premiers temps. D’Hilaire de Potiers à la fin du vie siècle, Paris, 2000, p. 337-340.

3  Pour un exposé synthétique de cette question et la bibliographie : E. Destefanis, « La vie quotidienne des moines et des moniales en Italie du Nord jusqu’au Xe siècle : état des sources archéologique », in O. Delouis et M. Mossakowska-Gaubert (éd.), La vie quotidienne des moines en Orient et en Occident (ive-xe siècle), t. 1, Le Caire, 2015, p. 387, n. 3.

4 Communication de J. Raaijmakers « Le réseau de Fulda et la création d’un paysage sacré (2e moitié du 9e siècle) » à la table-ronde : Topographie, circulations et hiérarchie au sein des ensembles monastiques dans l’Occident médiéval, sous la direction de Michel Lauwers, Université de Nice, 18-19 avril 2008.

5  A. Chavarria Arnau, « Monasterios, campesinos y villae en la Hispania visigoda : la tragica historia del abad Nancto », in Mélanges d’Antiquité tardive. Studiola in honorem Noël Duval, Turnhout, 2004, p. 113-125.

6  N. Reveyron, « Forma monasterii. Essai sur l’organisation de l’espace monastique comme mise en forme de l’identité ecclésiologique », Hortus artium medievalium, 20/2 (2014), p. 439-447.

7  R. Alciati, « And the villa became a monastery : Sulpicius Severus’ community of Primuliacum », in H. Dey et E. Fentress (éd.), Western monasticism Ante litteram. The space of monastic and the early middle ages, Turnhout, 2011, p. 85-98.

8  G. Moyse, Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon (ve-xe siècle), Paris, 1973 (extraits de la BEC, t. 131), p. 147.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Communication dans la « salle de l’ancien dortoir des moines » à Baume-les-Messieurs le 5 septembre 2014
Crédits Cl. D. Vuillermoz
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/14465/img-1.png
Fichier image/png, 2,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Bully, « L’origine des sites monastiques. Confrontation entre la terminologie des sources textuelles et les données archéologiques », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n° 10 | 2016, mis en ligne le 09 décembre 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://cem.revues.org/14465

Haut de page

Auteur

Sébastien Bully

Chargé de recherche CNRS, UMR ArTeHiS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org