Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Recherche active

Un classement archivistique au xviiie siècle : Cîteaux et les inventaires de Jean-Baptiste Lemort

Coraline Rey

Résumés

Un classement archivistique au xviiie siècle à l’abbaye de Cîteaux : cette étude a vu le jour suite à l’observation des chartes de l’abbaye, qui portent systématiquement en leur dos les traces d’un classement établi au xviiie siècle – date, analyse du contenu des actes et cote. Une série d’inventaires est venue compléter cette étude. Grâce à des analyses paléographiques et codicologiques, nous sommes capables de reconstituer les inventaires aujourd’hui éparpillés, de comprendre les pratiques de classement et les principes archivistiques retenus, enfin de dater plus précisément cette entreprise de réorganisation du chartrier de l’abbaye de Cîteaux. Cette entreprise est le fruit du travail d’un homme, Jean-Baptiste Lemort, qui s’est aussi révélé être un cartulariste efficace.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

France/Cîteaux, France/Dijon
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ces recherches sont menées dans le cadre d’études doctorales, sous la direction de Daniel Russo et (...)
  • 2  La majorité des documents évoqués dans cet article sont conservés aux Archives départementales de (...)

1Dans le cadre de recherches portant sur le classement des archives à l’abbaye de Cîteaux au Moyen Âge, je me suis interrogée sur le devenir du chartrier pendant les périodes moderne et révolutionnaire 1. Cette réflexion est née en observant les chartes de l’abbaye, qui portent en leur dos les traces d’un classement établi au xviiie siècle. En poussant les recherches, il apparaît que le fonds d’archives est également riche en inventaires de l’époque moderne. Un relevé systématique des notes dorsales et une comparaison poussée entre les différents inventaires – étude paléographique et codicologique, étude du contenu – permettent notamment de comprendre comment l’actuel fonds des archives de Cîteaux, conservé dans sa grande majorité aux Archives départementales de Côte-d’Or, a pu nous parvenir 2 ; et pourquoi certains documents ont survécu à travers les âges, et pas d’autres. La comparaison entre les classements médiévaux et modernes a également permis de mettre à jour l’évolution des techniques archivistiques à l’abbaye. Cet article fait le point sur les caractéristiques d’un classement archivistique entrepris au xviiie siècle.

Des inventaires conservés aux Archives départementales de Côte-d’Or

  • 3  J’ai employé volontairement le mot « volumes » puisque certains d’entre eux sont des recueils fact (...)
  • 4  J. Richard, Répertoire numérique des Archives départementales antérieures à 1790, Côte-d’Or, Archi (...)

2Dans le fonds de l’abbaye de Cîteaux, sous-série 11 H des ADCO, nous comptons dix-sept volumes d’inventaires de chartes ou de registres pour les xviie et xviiie siècles, période révolutionnaire comprise 3. Dans l’inventaire de la sous-série 11 H, rédigé en 1950 par Jean Richard, ces registres portent les cotes 11 H 46 à 11 H 62 4.

  • 5  De la création de ce fonds factice, il nous reste un inventaire des inventaires : ADCO, 22 T 6 b1, (...)
  • 6  Pour connaître la correspondance des cotes indiquées dans cet article, se reporter au tableau 1.

3Aujourd’hui, aux ADCO, il existe un double système de cotation, héritier d’instructions datant du xixe siècle. En 1847, des directives nationales ont obligé les dépôts d’archives départementaux à faire l’inventaire des cartulaires, des inventaires et des terriers afin de réaliser un catalogue général. En Côte-d’Or, ces directives ont été plutôt bien suivies : les cartulaires et les inventaires ont été retirés matériellement de leurs fonds et un fonds factice a été créé 5. Ainsi l’inventaire coté 11 H 46 est-il connu sous l’autre cote « inv. 205 », le 11 H 47 sous l’autre cote « inv. 110 » 6, etc. (tab. 1).

Tab1 – Dijon, Archives départementales de la Côte-d’Or, correspondance des cotes des cartulaires et inventaires cités.

cart. 166

11 H 64

cart. 169

11 H 63

cart. 196

11 H 938

cart. 198, vol. 1

11 H 1035

cart. 198, vol. 2

11 H 87

inv. 118

11 H 56

inv. 148

11 H 49

inv. 149

11 H 50

inv. 150

11 H 51

inv. 207

11 H 52

inv. 208

11 H 53

inv. 209

11 H 54

inv. 210

11 H 55

  • 7  ADCO, inv. 148 (11 H 49), inv. 149 (11 H 50), inv. 150 (11 H 51), inv. 207 (11 H 52), inv. 208 (11 (...)

4De ces dix-sept volumes, une série d’inventaires datés du milieu du xviiie siècle se détache. Ces registres, au nombre de huit 7, présentent les mêmes caractéristiques : ils répertorient des chartes contenues dans des « layettes » portant une numérotation alphabétique, à lettres simples, doubles ou triples. Par exemple, l’inventaire 207 comprend les inventaires des layettes F, G, R, S, V, X, Z, HH, CCC, FFF et GGG. Ces inventaires sont tous écrits de la même main, exception faite de quelques ajouts.

  • 8  Le Miroir, dép. de la Saône-et-Loire, arr. de Louhans, cant. de Cuiseaux.

5C’est en étudiant les fonds d’archives d’autres institutions que j’ai pu donner un nom à l’homme qui a réalisé cet immense travail archivistique : Jean-Baptiste Lemort. En effet, dans le fonds de l’abbaye cistercienne du Miroir 8, conservé aux Archives départementales de Saône-et-Loire, j’ai pu glaner quelques renseignements. Ce fonds comprend un inventaire, réalisé au milieu du xviiie siècle, sous la cote H 114. Cet inventaire est loin d’être complet, mais nous conservons encore ce qui devait être le premier feuillet, qui servait de préface ou d’introduction. Nous pouvons y lire :

  • 9  Archives départementales de Saône-et-Loire, H 114, premier feuillet, non folioté. Les Archives dép (...)

6« Etat sommaire […] de l’Abbaye du Miroir dont les titres et papiez sont distribuez en differentes liasses que renferment plusieurs cartables marqués des lettres alphabetiques comme cy aprez et qui se trouvent par ordre dans les archives de Messieurs du Miroir […]. Lequel ordre a eté commencé par Maitre Jean Baptiste Lemort archiviste de Dijon le 10 juillet 1746 et finy le 18 aoust 1747 9. »

  • 10  En outre, nous le verrons plus loin, le classement archivistique repose sur la même nomenclature.
  • 11  Chalon-sur-Saône, dép. de la Saône-et-Loire, ch.-l. arr.
  • 12  ADSL, Archives de Chalon-sur-Saône, II 1, 1747-1750, inventaire général « des titres, papiers et r (...)
  • 13  ADSL, fonds Bernard de Montessus, 78 J, inventaire non coté.
  • 14  Dijon, ch.-l. du dép. de la Côte-d’Or. Les inventaires de ce classement sont conservés aux Archive (...)
  • 15  Louhans, département de Saône-et-Loire, chef-lieu d’arrondissement. Les archives de la commune de (...)

7Une comparaison entre les inventaires de l’abbaye de Cîteaux et ceux de l’abbaye du Miroir nous permet de conclure que la main qui les a écrites est bien la même 10. Quelques recherches supplémentaires dans les catalogues d’archives des dépôts de Saône-et-Loire et de Côte-d’Or m’ont permis de retrouver cet homme à plusieurs reprises. Après son ordonnancement des archives du Miroir, nous le retrouvons à Chalon-sur-Saône 11 : il y achève, entre le 1er mars et le 15 juin 1750, la rédaction de l’inventaire des archives de la commune 12. Selon le répertoire numérique de la série II, Jean-Baptiste Lemort avait été chargé de ce travail dès 1746. En 1762, nous savons qu’il travaille sur un inventaire d’archives familiales et seigneuriales 13. C’est également Jean-Baptiste Lemort qui débute, en 1765, le classement et l’inventaire des archives de la commune de Dijon 14. Dès 1768, ils seront deux à effectuer cette tâche. Jean-Baptiste Lemort ne termine pas ce classement, laissant à son collègue le soin de l’achever. En 1774, nous le retrouvons à Louhans, où il classe également les archives de la commune 15. Si nous connaissons son travail ainsi que les principales étapes de sa pérégrination, nous savons peu de chose sur cet homme, qui se dit lui-même « archiviste de Dijon », et qui a été employé aussi bien par des institutions laïques qu’ecclésiastiques.

8Cette chronologie laisse peu de place au travail effectué à l’abbaye de Cîteaux. Cette entreprise a été accomplie soit avant la réalisation de l’inventaire des archives du Miroir, commencé le 10 juillet 1746, soit entre 1750 et 1762, dates pour lesquelles je n’ai pas trouvé de traces de son activité. Puisque nous ne possédons pas de renseignements explicites sur la date d’exécution de son travail à Cîteaux, c’est en étudiant les volumes conservés aux ADCO que nous allons pouvoir affiner cette datation.

Le classement des archives de Cîteaux par Jean-Baptiste Lemort

  • 16  ADCO, inv. 205, 1628-1671 ; inv. 110, 1630 ; inv. 249, 1630.

9Les derniers ordonnancements connus des archives de l’abbaye de Cîteaux remontant au xviie siècle 16. Il apparaissait sans doute nécessaire de mettre à jour, voire de réorganiser, au xviiie siècle, le classement du chartrier qui ne cessait de s’accroître.

  • 17  Cet ordre numéral ne montre pas de signes d’un autre classement, par exemple de type chronologique
  • 18  Ouges, dép. de la Côte-d’Or, arr. de Dijon, cant. de Dijon-Sud.
  • 19  ADCO, inv. 205, p. 123-215.
  • 20  Selon la définition du Vocabulaire international de diplomatique, l’inventaire d’archives est une (...)

10Jean-Baptiste Lemort s’est occupé d’inventorier l’ensemble des actes de la pratique de l’abbaye de Cîteaux, du Moyen Âge jusqu’au xviiie siècle. Il a également donné une nouvelle structure au classement des archives. En effet, au xviie siècle, les archives, aussi bien chartes que terriers/censiers, étaient classées par ordre topographique, puis par ordre numéral 17, ce qui avait pour conséquence un engorgement des séries : ainsi l’inventaire des documents concernant la localité d’Ouges 18 comporte-t-il 445 cotes 19, analysées les unes à la suite des autres, sans ordre chronologique. Même la mise en page, à l’origine un paragraphe pour une description de document, était complètement tassée, ne permettant plus à l’œil du lecteur de retrouver ce qu’il cherchait (fig. 1). L’inventaire ayant perdu son aspect pratique et donc sa fonction principale, il devenait alors impossible à consulter 20.

Fig. 1 – Dijon, ADCO, inv. 205, 11 H 46, p. 215, début xviie siècle. Inventaire des titres d’Ouges, cotes 442 à 445.

Fig. 1 – Dijon, ADCO, inv. 205, 11 H 46, p. 215, début xviie siècle. Inventaire des titres d’Ouges, cotes 442 à 445.

La sélection des documents

  • 21  Selon la Commission internationale de diplomatique, « un acte écrit est un écrit où se trouve cons (...)

11Dans les inventaires précédemment cités, ne se trouvent que des actes écrits 21, chartes, actes de la pratique ou pièces de procédure. Le premier travail de Jean-Baptiste Lemort a été de choisir et de trier les documents qu’il allait inventorier. Son travail a porté sur tous les actes des origines jusqu’au milieu du xviiie siècle.

Le classement des documents

12Le travail de classement et d’apposition de mentions au dos des actes s’est fait en plusieurs étapes plus ou moins bien distinctes et imbriquées. Après avoir rassemblé sa documentation, Jean-Baptiste Lemort a sans doute commencé son classement, selon des principes archivistiques définis.

  • 22  Les premières traces d’un classement topographique remontent à ca 1170 avec la rédaction de notice (...)

13Il a choisi de regrouper les actes selon un ordre topographique, présenté dans le tableau 2 (« contenu des layettes »). Depuis le xiie siècle, les archives de l’abbaye de Cîteaux ont été classées selon un ordre topographique, correspondant à la structure économique du patrimoine cistercien reposant sur le système des granges 22. Le classement, dépendant de la structure économique et sociale, a évolué avec elle : morcellement des territoires devenus trop vastes, acquisition de seigneuries, apparition de nouvelles paroisses ou de finages. Déjà, à la fin du xve siècle, le classement par grange n’est plus aussi rigoureux. Cette évolution s’est poursuivie tout au long de l’Ancien Régime. Cependant, le classement topographique est resté la base de tout processus d’inventorisation ou de cartularisation.

14Au sein de ce classement topographique, l’archiviste a ensuite choisi de classer les actes par thème : donations, reconnaissances, baux, cens, procédures, etc. Alors qu’au Moyen Âge les moines avaient tendance à ne conserver que la sentence finale d’un procès, l’une des caractéristiques des fonds d’archives d’Ancien Régime est la conservation de toutes les pièces de procédure : requêtes, mémoires, inventaires de pièces, sentences, etc. Dans les fonds d’archives, ces dossiers de procédure sont parfois constitués de plusieurs dizaines de papiers.

15Enfin, au sein de ces dossiers thématiques, Jean-Baptiste Lemort a mis en ordre les actes de façon chronologique. Ce classement chronologique n’est cependant pas toujours respecté de façon rigoureuse. Jean-Baptiste Lemort résume lui-même les critères archivistiques qu’il a retenus, en tête de l’inventaire de la layette A :

  • 23  ADCO, inv. 148, fol. 3r°.

16« Inventaire des titres et papiers concernant les droits et revenus de Mrs de Cisteaux a St Jean de Losne etant en leurs archives, placés dans des layettes marquées de la lettre alphabétique, ou sont des cartables numerotés qui renferment les dits titres et papiers distribués par des liasses composées de plusieurs pièces mises selon l’ordre chronnologique, autant que la difference des matieres l’a permis, chacune desdittes liasses portant son contre inventaire avec son dossier pour instruire du contenu en icelle, lesdittes piéces revetus au dos ou a la marge de leurs etiquettes et cottes. Le tout ainsy qu’il suit 23. »

  • 24  Selon l’Association des archivistes français, le classement est « l’opération qui consiste dans la (...)

17Si cette citation nous renseigne sur le classement physique et intellectuel des archives 24, elle nous indique aussi que les cotes sont reportées sur les actes eux-mêmes. L’apposition de mentions au dos des actes – ou plus rarement sur le recto de l’acte, dans la marge de gauche – s’est faite dans le même temps que le classement. En effet, pour pouvoir créer les dossiers thématiques, il faut connaître le contenu des actes et des liasses. Le classement a-t-il été réalisé avant les analyses ? Après ? Il est difficile de connaître exactement les étapes de cette mise en ordre, d’autant plus que l’archiviste a pu s’aider des précédents classements – au moins du classement topographique –, et que, tant que les thèmes et l’ordre chronologique n’étaient pas mis en place, il ne pouvait pas inscrire la cote finale. Il a également pu travailler sur brouillons avant d’apposer les mentions dorsales.

18Nous trouvons, au dos des actes, deux sortes de mentions : des analyses et des cotes à proprement parler (fig. 2). Les analyses se composent de deux éléments : une date et une analyse du contenu de l’acte, parfois très détaillée. Ces deux sortes de mention ont parfois été apposées en plusieurs étapes comme le suggèrent les différences de nuances de l’encre. Afin d’affiner son classement, Jean-Baptiste Lemort devait connaître le contenu des actes : si le classement et l’apposition des analyses se sont sans doute faits de manière concomitante, l’apposition des cotes, reflets du classement achevé, s’est faite dans un second temps.

Fig. 2 – Dijon, ADCO, 11 H 290, 1218, janvier (a. st.). Dans la partie supérieure, date, analyse et cote inscrites par Jean-Baptiste Lemort, milieu xviiie siècle.

Fig. 2 – Dijon, ADCO, 11 H 290, 1218, janvier (a. st.). Dans la partie supérieure, date, analyse et cote inscrites par Jean-Baptiste Lemort, milieu xviiie siècle.
25

Fig. 3 – Dijon, ADCO, 11 H 1099, « liasse Lemort » comprenant les actes concernant la localité de Troyes, rangée sous la cote « Layette VVV, 4ème cartable, liasse II ».

Fig. 3 – Dijon, ADCO, 11 H 1099, « liasse Lemort » comprenant les actes concernant la localité de Troyes, rangée sous la cote « Layette VVV, 4ème cartable, liasse II ».
er262728293031

19L’apposition des cotes s’est faite aussi bien sur les documents eux-mêmes que sur les papiers récapitulatifs des liasses, et sans aucun doute sur les layettes et cartables, sortes de chemises ou de boîtes. Comme nous ne possédons plus aucun de ces rangements, nous pouvons seulement affirmer que les layettes étaient plus grandes que les cartables, puisqu’une seule layette contenait plusieurs cartables. La plupart des layettes comportaient deux cartables, mais, par exemple, la layette RR en comportait trois, et la layette J, quatre. En résumé, les actes portent en leur dos ce type d’indication : « layette Z, 1er cartable, liasse 3, cotte 3e ».

  • 32  Pour plus de renseignements sur l’état du chartrier médiéval au xviiie siècle, cf. infra.

20Le classement de Jean-Baptiste Lemort a donc trois critères intellectuels – topographique, thématique et chronologique – et quatre niveaux matériels – layette, cartable, liasse, cote – qui s’adaptent parfaitement à un fonds important par sa taille : près de 4 000 actes médiévaux selon un comptage effectué grâce aux inventaires de l’archiviste. Le tableau 4 présente le comptage des actes médiévaux effectués d’après le contenu des inventaires 32.

  • 33  Cf. note 22.

21Cependant, le classement thématique ne fonctionne pas toujours. Certaines liasses, voire certaines cotes, sont dites « unique ». La différenciation entre baux et cens est aussi discutable puisque certains baux sont en fait des accensements. Il y a également le cas des actes mentionnant plusieurs transactions, ou le cas des actes concernant plusieurs localités. Mais toute mise en ordre présente ses avantages, ses inconvénients et ses points discutables, et Jean-Baptiste Lemort en était pleinement conscient en écrivant « autant que la difference des matieres l’a permis 33 ».

Les inventaires

  • 34  O. Guyotjeannin, J. Pycke et B.-M. Tock, Diplomatique médiévale, Turnhout, 1993 (rééd. 2006), p. 2 (...)

22Les auteurs de la Diplomatique médiévale rappellent que l’inventaire répartit « les documents suivant le lieu de leur classement matériel » et qu’il reflète « l’ordonnance matérielle du locus privilegiorum » 34. La rédaction de l’inventaire intervient, selon toute vraisemblance, après la mise en ordre et l’apposition des cotes. Cette hypothèse est confirmée par l’existence d’un inventaire par layette, preuve que le classement matériel était lui aussi achevé. L’inventaire suit également le classement par cartable, liasse, cote. Jean-Baptiste Lemort a pu commencer la rédaction d’analyses ou de brouillons un peu plus tôt, simultanément au classement. Il n’en reste pas moins que la rédaction des inventaires est le travail finalisant cette entreprise archivistique, une mise au propre.

23Les inventaires de Jean-Baptiste Lemort se composent d’éléments distincts : une page de titre, une page décrivant le contenu de l’inventaire, l’inventaire en lui-même, et enfin une table toponymique.

24Les inventaires que nous conservons aujourd’hui sont presque tous incomplets. Ils ont en effet perdu une ou plusieurs de ces composantes et sont partiellement ou complètement déstructurés. Par exemple, dans l’inventaire 148, nous ne conservons que les pages de titres (fig. 4) et les pages de description (fig. 5) pour les layettes A à E. Les inventaires à proprement parler se trouvent dans un autre volume, l’inventaire 209. La suite du volume, pour les layettes F à &, nous livre les inventaires avec leur page de titre, sans exception. Mais certaines pages de description manquent, pour les layettes F à Q, ainsi que pour la layette T.

Fig. 4 – Dijon, ADCO, inv. 148, 11 H 49, milieu xviiie siècle. Page de titre de la layette A concernant le « château de Saint-Jean-de-Losne ».

Fig. 4 – Dijon, ADCO, inv. 148, 11 H 49, milieu xviiie siècle. Page de titre de la layette A concernant le « château de Saint-Jean-de-Losne ».

Fig. 5 – Dijon, ADCO, inv. 148, 11 H 49, milieu xviiie siècle. Page de description de la layette A « Inventaire des titres et papiers concernant les droits et revenus de Mrs de Cisteaux a St Jean de Losne ».

Fig. 5 – Dijon, ADCO, inv. 148, 11 H 49, milieu xviiie siècle. Page de description de la layette A « Inventaire des titres et papiers concernant les droits et revenus de Mrs de Cisteaux a St Jean de Losne ».
35

25L’inventaire 208 possède encore la table des noms de lieux pour la layette PPP (fig. 6). Cette table, comme l’archiviste le précise, donne le nom des lieux par ordre alphabétique et fait des renvois vers les pages de l’inventaire de la layette. Preuve de la déstructuration de ces inventaires, la table toponymique se situe aujourd’hui avant l’inventaire.

Fig. 6 – Dijon, ADCO, inv. 208, 11 H 53, milieu xviiie siècle. Table toponymique de la layette PPP concernant les localités de Dole, Auxonne et Foucherans.

Fig. 6 – Dijon, ADCO, inv. 208, 11 H 53, milieu xviiie siècle. Table toponymique de la layette PPP concernant les localités de Dole, Auxonne et Foucherans.

26Bien que les inventaires soient incomplets, nous arrivons à reconstituer leur contenu. Les tableaux 2 et 3 récapitulent le contenu selon les descriptifs livrés par les inventaires ou leurs pages de description.

Tab. 2 – Contenu des layettes créées par Jean-Baptiste Lemort au xviiie siècle.

  • 36  Dans ce tableau, la graphie des noms de lieu a été harmonisée et mise à jour. J’ai également préfé (...)

layette 36

contenu

layette

contenu

layette

contenu

A

Saint-Jean-de-Losne, Chaugey, La Maison-Dieu

AA

Villebichot, Argilly, Beaune, Chambolle, Gilly, La Outre, La Loge

AAA

Saule, La Forgeotte, La Bien-Assise

B

Chaugey, La Maison-Dieu, Losne

BB

Villebichot, Gilly

BBB

Exemptions de péages, rouages et droits de rêve

C

Chaugey, La Maison-Dieu, Échenon, Saint-Usage

CC

Nuits-Saint-Georges, Mailly, Comblanchien, Gergueil, Poisot, Grand-Mont, Bourguignon, Beauregard, Quemigny

CCC

Longecourt, Chenôves

D

Saint-Jean-de-Losne, Chaugey, La Maison-Dieu, Losne

DD

Gevrey, Fixin, Fixey, Brochon, Ouges

DDD

Corcelles-les-Bois, Noiron

E

Chaugey, La Maison-Dieu, Losne

EE

Chenôves, Couchey, Fixin, Fixey, Neuilly, Pasques, Plombières, Sombernon, Ancey, Rosey, Baume-la-Roche

EEE

Corcelles-les-Bois

F

Tarsul, Fixin, Saulon, Noiron

FF

Morey, Chambolle, Gilly

FFF

Bessey, La Vouge, La Sanfond

G

Chaudenay, Izeure

GG

Morey, Gilly, Argilly, Chambolle, Gevrey, Brazey, Chenôves, L’Abergement-le-Duc, Quemigny, Bagnot, Volnay

GGG

Magny, Brazey, Aubigny

H

Izeure

HH

Broin, Seurre, Bagnot, L’Abergement-le-Duc

HHH

Salins, Lons-le-Saunier

J

Gilly, Chambolle, Vougeot, Flagey, Vosne, Villebichot, le Moulin Chevalier à Gilly, Épernay, Montbis, Morey, Chambolle, Arbuère

JJ

Dijon, Fontaine, Chenôves

JJJ

Cîteaux, Gigny, Champigny, le Bois de La Malleroye

K

Gilly, Villers-sous-Vergy, Meuilley, Messanges

KK

Dijon, droits de péages et procédures

KKK

Chalon-sur-Saône

L

Gilly, Flagey, Vosne, Morey, Chambolle, Villebichot

LL

Dijon, Vougeot, Talant, Seurre, Épernay

LLL

Beaune, Aloxe, Gigny

M

Gilly

MM

Dijon

MMM

Beaune, Savigny, Mavilly, Chorey, Échevronnes

N

Vougeot, Vosne, Flagey, Chambolle, Gilly, le Moulin de l'Estrier

NN

Dijon

NNN

Beaune, Meursault, Moisey, Savigny, La Motte-de-Gigny, Aloxe, Pommard

O

Chambolle, Morey, Gilly, Dijon

OO

Rosey, Ancey, Lantenay, Pasques, Neuilly

OOO

Besançon

P

Chambolle, Velle-sous-Gevrey, Morey, Chassey, Gilly, Flagey

PP

Longvic, Rouvre, Varrois, Messigny, Saint-Julien, Arcelot, Marcilly-les-Viteaux, Vesvre-les-Viteaux, Charny, Noidant, Châtillon, Fontaine-Française

PPP

Dole, Auxonne, Foucherans

Q

Quincey, Flagey, Chambolle, Poncey, Agencourt, Gilly, Vougeot, Argilly, Bâlon, Gerland, La Chausselle, Corgoloin, Arcenant

QQ

Ouges, Aizerey, Bessey

QQQ

Paris

R

Meursault, Meloisey, Corcelles-les-Ars

RR

Ouges

RRR

La Cour-Notre-Dame

S

Meursault, Mursanges, Monthélie, Corcelles-les-Ars

SS

Ouges

SSS

La Cour-Notre-Dame

T

La Grange Neuve, Saint-Nicolas, Saint-Bernard

TT

Ouges

TTT

Salins

V

Moisey, Corberon, Marigny

VV

Fénay, Chevigny, Saulon-la-Rue, Barges, Saulon-la-Chapelle, le Moulin-aux-Moines, le Moulin-des-Étangs

VVV

Melun, Poitiers, Sens, Artois, Angers, Bapaume, La Rochelle, Gié, Furnes, Fontenay, La Chassagne, Vitteaux, Joigny, Hainaut, Carcassonne

X

Pommard, Volnay

XX

La Sanfond, Noiron, Saulon-la-Chapelle, Corcelles-les-Bois

XXX

Noiron, Saulon, Crépey, Rosey, Tarsul, Argilly

Y

Velle-sous-Gevrey (ou Saint-Philibert), Crépey

YY

Saulon-la-Chapelle, le Moulin-aux-Moines, La Sanfond, le Moulin-aux-Étangs

YYY

Privilèges et droits de l'abbaye de Cîteaux

Z

Villars-aux-Barres, Latrecey, Orsans, Arconcey, Lucenay, Fangy, Quincey, Prissé, Premeaux

ZZ

Noiron, Saulon-la-Chapelle, Corcelles-les-Bois, Tarsul, Fixin, la Sanfond

&

Brazey, Montot, Pont-Hémery

&&

Épernay, Savouges, Broindon

&&&

Pommard, Fixin, Tontenant

Tab. 3 – Répartition des layettes de Jean-Baptiste Lemort par volume actuellement conservé aux ADCO.

  • 37 Ce tableau présente les inventaires des layettes que nous conservons aujourd'hui. Il ne fait pas me (...)

cotes 37

layettes

11 H 49 – inv. 148

J à Q, T, Y

11 H 50 – inv. 149

AA à GG, JJ à &&

11 H 51 – inv. 150

AAA à EEE, JJJ, OOO, QQQ, VVV à &&&

11 H 52 – inv. 207

F, G, R, S, V, X, Z, HH, CCC, FFF, GGG

11 H 53 – inv. 208

HHH, PPP, RRR à TTT

11 H 54 – inv. 209

A à E

11 H 55 – inv. 210

LLL à NNN

11 H 347

&

27Chaque exemplaire possède sa propre foliotation ou pagination, par exemple dans l’inventaire 207 l’inventaire de la layette Z possède sa propre foliotation, en chiffres arabes, située dans le coin supérieur droit de chaque verso (fig. 7). Les inventaires étaient donc indépendants les uns des autres. Au milieu du xviiie siècle, ces inventaires n’étaient sans doute pas reliés ensemble, et ce jusqu’à la Révolution française. En effet, des notes inscrites en 1793, ou peu après, sur chaque inventaire, nous renseignent sur leur sort ainsi que sur celui des archives :

  • 38  Saint-Jean-de-Losne, dép. de la Côte-d’Or, ch.-l. de cant., arr. de Beaune.
  • 39  ADCO, inv. 148, fol. 2r°. Toutes ces notes sont inscrites sur la page décrivant les layettes.

28« Nota. les titres cy dessus ont été envoyés a St Jean de Losne 38 aux mois de juillet et aoust 1793 par le messager. Nota. les titres ainsi que linventaire sont revenus. Linventaire est dans un carton séparé 39.

  • 40  Lons-le-Saunier, préfecture du département du Jura.
  • 41  Salins-les-Bains, dép. du Jura, arr. de Lons-le-Saunier, ch.-l. de cant. ADCO, inv. 150, p. 159.

29Nota. Cet inventaire et les titres auroient dus etre envoyés au district de Lons le Saulnier 40, les titres ont eté effectivement envoyés mais linventaire est resté et est classé dans un carton separé. Il en est de même pour ce qui est de Salins 41. »

Fig. 7 – Dijon, ADCO, inv. 207, 11 H 52, milieu xviiie siècle. Foliotation dans le coin supérieur droit et pagination dans la marge supérieure.

Fig. 7 – Dijon, ADCO, inv. 207, 11 H 52, milieu xviiie siècle. Foliotation dans le coin supérieur droit et pagination dans la marge supérieure.
4243
  • 44  ADCO, inv. 148, fol. 22r°.

30Certaines notae nous renseignent également sur le sort de ces inventaires. Par exemple, un doute subsiste sur l’existence de l’inventaire de la layette H. Nous ne possédons qu’une page de titre et une note de Jean-Baptiste Lemort qui pourrait indiquer que l’inventaire n’a jamais été dressé, ou était très sommaire : « Cette layette ne contenoit que neuf sacs d’anciennes et diverses procédures dont les affaires paroissent finies, et par conséquent des pièces inutiles 44. »

  • 45  ADCO, inv. 148, fol. 22r°.

31Bien que l’archiviste ait considéré ces pièces comme inutiles, elles n’ont pas été vouées à la destruction puisqu’une note de la période révolutionnaire signale leur existence : « Nota. les neuf sacs de procedures cy dessus ont été envoyés aux mois de juillet et aoust 1793 a St Jean de Losne, par le messager 45. »

  • 46  ADCO, inv. 207, p. 12bis r°.

32Une note post-révolutionnaire, inscrite sur un papier inséré dans l’inventaire 207 explique que l’inventaire de la layette H n’est pas revenu de Saint-Jean-de-Losne : « Il est dit de l’inventaire de la layette H lequel n’est point revenu de St Jean de Losne quelle contenoit seulement 9 sacs de procédures […] 46. »

33Cette note ne nous apporte pas la preuve de l’existence de l’inventaire de la layette H. Elle s’appuie seulement sur le descriptif donné par Jean-Baptiste Lemort sur la page de description – les neuf sacs de procédures – ainsi que sur les diverses notae inscrites sur les autres inventaires.

  • 47  ADCO, inv. 150, p. 183-185.

34Quant à la layette KKK, nous possédons toujours sa page de titre et sa page de description, mais aucune indication ne nous permet de savoir ce qu’est devenu son inventaire 47.

35Ce travail nous permet de voir quels étaient les principes archivistiques retenus et appliqués en ce milieu du xviiie siècle. Il est intéressant de noter que Jean-Baptiste Lemort a appliqué ces mêmes principes pour les autres fonds qu’il a inventoriés, en l’adaptant si besoin. Le chartrier de l’abbaye du Miroir étant quantitativement moins important que celui de Cîteaux, il a abandonné la division en layettes, et ce sont les cartables qui indiquent la division topographique et qui portent la numérotation alphabétique. Par exemple, nous trouvons ce genre d’inscription au dos des actes du Miroir : « 1er cartable M, liasse 3, cotte 1e ».

L’état du chartrier médiéval au milieu du xviiie siècle

  • 48  Ce comptage n’a pris en compte que les actes médiévaux, des origines à 1500, car il a été réalisé (...)
  • 49  J. Marilier, Chartes et documents concernant l’abbaye de Cîteaux (1098-1182), Rome, 1961. Jean Mar (...)

36Ces inventaires sont également intéressants pour l’historien car ils permettent de connaître l’état du chartrier de l’abbaye de Cîteaux au milieu du xviiie siècle. Nous avons entrepris le comptage des actes médiévaux pour chaque inventaire/layette dans le tableau 4 48. Ce tableau présente le nombre d’actes par inventaire et par demi-siècle. Une ligne a été ajoutée, consacrée aux actes édités par Jean Marilier, car beaucoup de ces actes n’existaient plus au xviiie siècle 49.

Tab. 4 – Comptage des actes médiévaux contenus dans le chartrier de Cîteaux d’après les inventaires de Jean-Baptiste Lemort.

Tab. 4 – Comptage des actes médiévaux contenus dans le chartrier de Cîteaux d’après les inventaires de Jean-Baptiste Lemort.
  • 50  ADCO, cartulaire 166, 11 H 64 ; cartulaire 169, 11 H 63. Cf. tableau 1, présentant la concordance (...)
  • 51  ADCO, cartulaire 169, fol. 4-6.
  • 52  J. Marilier, Chartes et documents…, op. cit., p. 7.

37Jean-Baptiste Lemort a inventorié les actes conservés dans le chartrier, or, il est possible que bon nombre des plus anciennes transactions passées avec Cîteaux n’aient pas donné lieu à des actes écrits. Nous conservons la trace de ces transactions dans des notices ou transcriptions conservées dans deux cartulaires, le cartulaire 166 et le cartulaire 169 50. Le cartulaire 169 comprend trois feuillets d’un ancien registre daté de 1170 environ 51. Sur ces trois feuillets se trouve la transcription de dix-huit notices antérieures à 1165 52. Les cartulaires 166 et 169 ont été compulsés par Jean Marilier pour son édition et livrent les notices de quatre-vingt-trois transactions dont nous n’avons pas traces d’originaux. Au total, 3 835 actes médiévaux ont été inventoriés par Jean-Baptiste Lemort et Jean Marilier, classés dans ce tableau par périodes chronologiques d’un demi-siècle chacune.

  • 53  Cf. note 42.
  • 54  La layette ZZZ n’a jamais existé, bien qu’il y ait une layette &&&. Nous n’avons trouvé traces ni (...)
  • 55  Et ce, même si la confirmation est postérieure à la transaction originale.
  • 56  Sur l’ordonnancement et la mise en registre de ces privilèges pontificaux, se reporter à C. Rey, « (...)

38Cependant, ces inventaires présentent quelques défauts, qui peuvent fausser le comptage des actes. Premièrement, deux inventaires sont manquants, celui de la layette H, dont une note nous indique qu’il n’a pas été rendu après la période révolutionnaire 53, et celui de la layette KKK, dont nous n’avons trace 54. Deuxièmement, l’archiviste a parfois donné une seule cote à plusieurs actes, car il a considéré que c’était des doubles, des copies collationnées à l’original ou des copies informes, des vidimus, voire des confirmations 55. Troisièmement, il existe quelques petites erreurs de datation, voire des oublis de date, même si ce type d’erreurs reste rare. Quatrièmement, les actes indiqués « sans date / s.d. » datent presque tous du xiie siècle, souvent des années 1140 à 1160 ; ils sont donc difficiles à inclure dans des périodes en demi-siècle. Il faut tout de même signaler que nous trouvons des actes sans indication de date pour chaque siècle, même s’ils sont peu nombreux. Enfin, cinquièmement, le comptage implique seulement les actes de la pratique : les bulles pontificales, c’est-à-dire les grands privilèges portants rota, bene valete et signatures cardinalices, étaient conservées différemment et n’ont pas été prises en compte par Jean-Baptiste Lemort 56. Les autres actes pontificaux de type lettres ou brefs étaient néanmoins considérés comme des actes de la pratique et ont donc été inventoriés au sein des layettes topographiques.

  • 57  ADCO, inv. 209, p. 132, et p. 181-182.
  • 58  En admettant que Jean-Baptiste Lemort n’ait pas mené ces deux inventaires parallèlement.

39Le travail de Jean-Baptiste Lemort a permis d’inventorier les actes datant du Moyen Âge jusqu’au milieu du xviiie siècle. Nous pouvons affiner cette datation et déduire une fourchette chronologique pour la réalisation de son travail : dans l’inventaire 209, qui comprend les inventaires des layettes A à E, les actes les plus récents inventoriés dans la layette B datent de 1736, et les actes les plus récents de la layette E datent de 1746 57. Toute mention d’actes postérieurs à 1746 est un ajout d’autres mains. Un travail d’une telle ampleur pourrait effectivement avoir été réalisé sur 10 ans, de 1736 à 1746. De plus, nous pouvons donner le terminus ante quem du 10 juillet 1746, puisque c’est à ce moment que Jean-Baptiste Lemort débuta l’inventaire des archives du Miroir 58. À cette date, Jean-Baptiste Lemort était toujours à l’abbaye de Cîteaux, puisque les archives de l’abbaye du Miroir s’y trouvaient. En effet, l’abbaye du Miroir avait été réunie à l’abbaye de Cîteaux en 1610. À la suite de cette réunification, les archives avaient été transférées à la maison mère, où elles se trouvaient toujours en 1746.

Jean-Baptiste Lemort cartulariste

40Le travail de Jean-Baptiste Lemort ne s’est pas arrêté à l’inventaire des actes de l’abbaye. En 1742, il a dressé un inventaire des terriers, censiers, manuels de tenues de jours, registres d’amodiation et cartulaires. Nous possédons toujours ce registre sous la cote inventaire 118. Ce registre possède un titre et une date, inscrits sur sa couvrure et sur son premier feuillet :

  • 59  ADCO, inv. 118, 2e feuillet, non folioté.

41« Inventaire des terriers, manuels, tenues de jours et de causes, amodiations et cartulaires des seigneuries, domaines, justice et autres biens et revenus de l’abbaye de Cisteaux. Fait le 20 février 1742 59. »

42Suivent des tables thématiques : terriers et manuels, manuels généraux, amodiations, tenues de jours et de causes, cartulaires, addition à la présente table. Dans chaque table, nous trouvons une liste de noms de lieux qui ne sont pas classés par ordre alphabétique mais par ordre d’apparition dans le registre (sauf exception). Ces tables ont donc une fonction pratique assez réduite puisqu’elle présente les entrées dans un ordre souvent identique à celui du registre. Pour chaque registre, l’archiviste a écrit une analyse détaillée du contenu, indiquant des dates et le nombre de feuillets. Tous les volumes ont reçu un numéro d’ordre, alphabétique ou numérique, de A à Z, et de 1 à 177. Par exemple, page 176, nous trouvons la description d’un cartulaire :

  • 60  ADCO, inv. 118, p. 176.

43« Un autre cartulaire d’Izeurres, Bessey, Aizerey, Potangey, Longecour, Echigey, Brasey, Montot, St Jean de Losne, Losne, Vilars aux barres, Bonnencontre, Broin, Auvilars, Glannon, Aubigny, Magny, La Perriere, Morey, Meuley, Brueres. Ce cartulaire contient les titres et actes de donnations, acquisitions, echanges, baux a cens, accords, transactions, sentences et arrestes qui etablissent la proprieté et possession, justice privileges et immunités des seigneuries, domaines et autres biens fonds et revenus appartenants a l’abbaye de Cisteaux ez lieux cy devant désignés. Ledit cartulaire non signé relié en veau jaune et cotté 134 60. »

  • 61  Cf. note 21. Les volumes du « cartulaire de Jean de Cirey » ont été numérisés et sont disponibles (...)

44La même main a ajouté dans la marge « en 315. feuillets ecrits ». Ce cartulaire est aujourd’hui facilement identifiable. Il s’agit du cartulaire 190 (11 H 75), l’un des volumes du cartulaire dit « de Jean de Cirey » 61.

  • 62  ADCO, cartulaire 198, vol. 1, 11 H 1035 ; cartulaire 198, vol. 2, 11 H 87.
  • 63  ADCO, cartulaire 198, vol. 1, 11 H 1035, 1er feuillet écrit, non folioté.

45Jean-Baptiste Lemort a encore été plus loin dans son travail : il a également transcrit des documents, des actes aussi bien de l’époque médiévale que de l’époque moderne. Nous conservons encore aujourd’hui des transcriptions d’actes au sein de trois registres : les registres cotés 11 H 1035 et 11 H 87 sont, respectivement, les volumes 1 et 2 du cartulaire 198, un cartulaire de justice 62. Ce cartulaire a bien été écrit de la main de Jean-Baptiste Lemort. Il ne porte pas de page de titre ou de préface expliquant les raisons ou les choix pratiqués pour une telle entreprise, mais le feuillet 1 débute avec cet en-tête : « Copies des titres et pieces de l’abbaye de Citeaux, qui se trouvent dans la layette A 63. »

46Nul doute que l’archiviste ait écrit ce cartulaire après avoir inventorié les actes puisqu’il cite les nouvelles cotes. Ce cartulaire comporte essentiellement des sentences obtenues à la suite de procès, à partir du xve siècle. Nous comprenons bien que le but était de regrouper les sentences contenues dans la layette A, mais aucune note ne nous permet de savoir exactement à quoi était destiné un tel registre, d’autant plus que par sa taille (280 x 420 mm), il est difficilement manipulable, les feuillets ne sont pas foliotés, le module d’écriture est grand – 5 à 10 mm selon les feuillets – et la transcription de certains actes s’étale sur plus de dix feuillets.

  • 64  ADCO, cartulaire 196, 11 H 938.
  • 65  Cf. note 17.

47L’autre compilation d’actes émanant du travail de Jean-Baptiste Lemort est le cartulaire 196 64. Il regroupe les transcriptions des titres contenus dans la layette QQ relatifs aux propriétés situées à Ouges 65. Par sa mise en page aérée et ses dimensions (285 x 450 mm), il est à rapprocher des deux volumes précédents. Nous ignorons également le but de ce travail, qui, cette fois, ne regroupe pas des actes selon un thème (la justice), mais selon un critère topographique. Tout comme le cartulaire 198, le cartulaire 196 manque d’aspects pratiques et sa manipulation n’est pas aisée.

48Ces trois volumes sont aujourd’hui incomplets et ne nous livrent guère de renseignements sur les motivations qui ont conduit l’archiviste à transcrire des actes. Nous ignorons également si d’autres actes ou liasses ont été l’objet d’un tel travail.

Conclusion

49Le travail de Jean-Baptiste Lemort, qui aura pris dix années, de 1736 à 1746, est impressionnant par son ampleur. L’archiviste a inventorié des milliers d’actes et de registres. Il a également composé de nouveaux registres de transcriptions d’actes, alors que les derniers connus remontent à la fin du xve siècle. En comparaison, son travail sur le fonds de l’abbaye du Miroir ne lui aura pris qu’une année.

  • 66  Les acquéreurs des Biens nationaux pouvaient réclamer les archives et documents concernant leurs b (...)
  • 67  Pont-Hémery (Le), dép. de la Côte-d’Or, arr. de Beaune, cant. de Saint-Jean-de-Losne, com. de Braz (...)
  • 68  11 H 353, acte daté de 1227, juillet.
  • 69  Il nous reste de ce classement seulement quelques mentions apposées au dos des orignaux ainsi que (...)

50Son travail n’a malheureusement pas eu de postérité, ou si peu. Moins de cinquante années plus tard, la Révolution éclatait. En 1793, les archives de l’abbaye de Cîteaux ont été apportées au chef-lieu de district, Saint-Jean-de-Losne. Les notes apposées sur les inventaires au moment de la confiscation des archives reflètent la désorganisation du fonds et l’éparpillement des documents. Cependant, les inventaires de Jean-Baptiste Lemort ont été des outils précieux pour les personnes chargées de l’inventaire en pleine tourmente révolutionnaire. En effet, ils ont servi à trouver facilement les chartes et documents transmis aux acquéreurs des Biens nationaux 66. Cela n’a pas empêché quelques-uns d’entreprendre un nouveau classement et un nouvel inventaire : nous conservons quelques feuillets témoignant de ce nouveau classement, et certains actes ont même vu leur verso obtenir une nouvelle mention, constituée du nom de l’abbaye, éventuellement de la localité concernée par la transaction et de la date de transaction, d’un numéro d’« article » et d’une cote, par exemple : « Cisteau / Ponthemery 67 / art. 3 / cotte 3 » 68. Ce classement a vite été abandonné 69, soit à cause de la masse documentaire à inventorier et du manque de temps – les archivistes des districts ont vite été submergés par la masse de documents confisqués –, soit parce que l’abbaye de Cîteaux bénéficiait déjà d’un classement efficace. C’est sans doute pour cette raison que tous les inventaires ont reçu des notae. Le fonds de l’abbaye a sans doute très vite rejoint les Archives départementales nouvellement créées.

  • 70  Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 2474 (également disponible en microfilm : MIC 612, MIC 613, MI (...)

51Si nous connaissons les étapes de son travail et ses choix, nous ne savons pas pourquoi Jean-Baptiste Lemort, un archiviste laïque, a été appelé à Cîteaux, une institution ecclésiastique. Nous ne connaissons pas non plus les circonstances ou les motivations qui ont précédé son appel. Car nous savons qu’au xviiie siècle, l’abbaye avait un archiviste. Par exemple, dans les années 1720-1730, il s’agissait de Dom Cotheret, archiviste et bibliothécaire, auteur des Mémoires pour servir à l’histoire de Cîteaux en 1726 70.

52Actuellement, nous ne connaissons de Jean-Baptiste Lemort que son travail, surtout celui qu’il a réalisé pour la commune de Dijon. Mais nous ne savons rien de cet homme, ni son parcours, ni sa vie, ni même pourquoi il se qualifie d’« archiviste de Dijon ». Cet article a pu apporter un nouvel éclairage sur cet homme actif et surtout sur son travail efficace et impressionnant par son ampleur, sa diversité et sa rapidité d’exécution.

Reçu : 19 août 2014 – Accepté : 24 novembre 2014

Haut de page

Notes

1  Ces recherches sont menées dans le cadre d’études doctorales, sous la direction de Daniel Russo et d’Eliana Magnani. Ces recherches portent plus globalement sur les productions scripturaires, sur les pratiques archivistiques et bibliothéconomiques de l’abbaye de Cîteaux : Archives et bibliothèque à Cîteaux, de l’original au « recueil » : scripturalité et visualité dans une entreprise d’écriture au Moyen Âge (xiie siècle-début du xvie siècle. Cet article constitue donc un premier volet de recherches effectuées sur l’archivage et l’archivistique à l’abbaye de Cîteaux au xviiie siècle. Des recherches supplémentaires permettront d’affiner les étapes et de mieux comprendre la méthodologie du classement.

2  La majorité des documents évoqués dans cet article sont conservés aux Archives départementales de Côte-d’Or, désormais abrégées « ADCO ».

3  J’ai employé volontairement le mot « volumes » puisque certains d’entre eux sont des recueils factices et regroupent différents répertoires, datant de diverses périodes. À titre d’exemple, l’inventaire 210 (11 H 55) comprend aux p. 1 à 134 un inventaire des biens situés dans le district de Beaune, établi en 1793 ; aux p. 135 à 174, un inventaire des biens situés à Beaune et aux environs, dressé avant 1750 ; et aux p. 175 à 361 un inventaire des « layettes LLL, MMM, NNN » établi au milieu du xviiie siècle.

4  J. Richard, Répertoire numérique des Archives départementales antérieures à 1790, Côte-d’Or, Archives ecclésiastiques, Série H, Clergé régulier, 11 H, Abbaye de Cîteaux, Dijon, 1950. Ce répertoire a été numérisé. Il est disponible en ligne : http://www.archinoe.net/console/ir_ead_visu.php?PHPSID=32d48efa06bda7d713d5f6db211ac705&ir=1305" \l ".U7-0o7FqVKE (consulté le 19/08/2014).

5  De la création de ce fonds factice, il nous reste un inventaire des inventaires : ADCO, 22 T 6 b1, 1847.

6  Pour connaître la correspondance des cotes indiquées dans cet article, se reporter au tableau 1.

7  ADCO, inv. 148 (11 H 49), inv. 149 (11 H 50), inv. 150 (11 H 51), inv. 207 (11 H 52), inv. 208 (11 H 53), inv. 209 (11 H 54), inv. 210 (11 H 55) et 11 H 347. Le tableau 1 donnant la correspondance des cotes, à présent, je ne citerai plus la cote en « 11 H » de ces inventaires.

8  Le Miroir, dép. de la Saône-et-Loire, arr. de Louhans, cant. de Cuiseaux.

9  Archives départementales de Saône-et-Loire, H 114, premier feuillet, non folioté. Les Archives départementales de Saône-et-Loire seront désormais abrégées « ADSL ».

10  En outre, nous le verrons plus loin, le classement archivistique repose sur la même nomenclature.

11  Chalon-sur-Saône, dép. de la Saône-et-Loire, ch.-l. arr.

12  ADSL, Archives de Chalon-sur-Saône, II 1, 1747-1750, inventaire général « des titres, papiers et registres des archives de la ville de Chalon-sur-Saône ». Une partie des répertoires numériques des fonds d’archives a été mise en ligne sur le site des ADSL : http://www.archives71.fr/arkotheque/inventaires/ead_ir_consult.php?fam=1&ref=FRAD071_EtatFonds (consulté le 19/08/2014).

13  ADSL, fonds Bernard de Montessus, 78 J, inventaire non coté.

14  Dijon, ch.-l. du dép. de la Côte-d’Or. Les inventaires de ce classement sont conservés aux Archives municipales de Dijon sous les cotes B 434 à B 447. Plusieurs chercheurs et archivistes ont étudié le classement des archives de la commune de Dijon, notamment Julie Lauvernier, dans sa thèse de doctorat soutenue en 2012 à l’université de Bourgogne : J. Lauvernier, Classer et inventorier au xixe siècle. Administration des fonds et écriture de l’histoire locale dijonnaise par l’archiviste Joseph-François Garnier, 1815-1903, dir. Philippe Poirrier, Dijon, 2012, notamment p. 291-292 ; thèse disponible en ligne : http://nuxeo.u-bourgogne.fr/nuxeo/site/esupversions/e1711816-cac4-452e-a84e-6cbd6d3f0cbb, consulté le 19/08/2014. Pour des détails concernant les volumes d’inventaires, nous nous reporterons à l’ouvrage F. Claudon, Répertoire critique des anciens inventaires de la Côte-d’Or, Dijon, 1934, p. 152-166.

15  Louhans, département de Saône-et-Loire, chef-lieu d’arrondissement. Les archives de la commune de Louhans ont été déposées aux ADSL dans la sous-série E dépôt. L’inventaire de Jean-Baptiste Lemort est classé sous la cote II-4. Également au sein du fonds d’archives de la commune de Louhans se trouve un registre de comptes, coté CC 102 : il fait mention d’une somme de 1 304 livres payées à Jean-Baptiste Lemort pour ses travaux de classement et d’inventaire exécutés en 1774 ; L. Michon, Ville de Louhans, inventaire sommaire des archives antérieures à 1792 déposées aux Archives départementales, 1876, dactylographié par B. Jeguerime, 2000, p. 47 et 74.

16  ADCO, inv. 205, 1628-1671 ; inv. 110, 1630 ; inv. 249, 1630.

17  Cet ordre numéral ne montre pas de signes d’un autre classement, par exemple de type chronologique.

18  Ouges, dép. de la Côte-d’Or, arr. de Dijon, cant. de Dijon-Sud.

19  ADCO, inv. 205, p. 123-215.

20  Selon la définition du Vocabulaire international de diplomatique, l’inventaire d’archives est une « description plus ou moins détaillée du contenu des séries, des fonds ou des documents, destinée à retrouver les documents » (Vocabulaire international de diplomatique, éd. Maria Milagros Carcel Ortí, Valence, 1994). Il a donc une fonction pratique avant tout.

21  Selon la Commission internationale de diplomatique, « un acte écrit est un écrit où se trouve consigné, soit l’accomplissement d’un acte juridique, soit l’existence d’un fait juridique, soit encore éventuellement un fait quelconque dès lors que l’écrit est rédigé dans une certaine forme propre à lui donner validité » (Vocabulaire international de diplomatique…, ibid.).

22  Les premières traces d’un classement topographique remontent à ca 1170 avec la rédaction de notices. Pour plus de renseignements sur les principes archivistiques médiévaux, se reporter à C. Rey, « L’entreprise archivistique de Jean de Cirey, abbé de Cîteaux (1476-1501). Le dossier documentaire de la seigneurie de Villars en Côte-d’Or », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, 14 (2010), en ligne : http://cem.revues.org/11638 (consulté le 19/08/2014) ; ou encore C. Rey, « Cartularisation et inventorisation. Les registres de copies d’actes à Cîteaux (xiie siècle- xve siècle) », in A. Mailloux et L. Verdon (dir.), L’enquête en questions. De la réalité à la « vérité » dans les modes de gouvernement (Moyen Âge - Temps modernes), Paris, 2014.

23  ADCO, inv. 148, fol. 3r°.

24  Selon l’Association des archivistes français, le classement est « l’opération qui consiste dans la mise en ordre intellectuelle et physique des dossiers constitués en articles à l’intérieur d’un fonds ou d’une partie d’un fonds […] et des documents d’archives à l’intérieur des dossiers » (Association des archivistes français, Abrégé d’archivistique, Angers, 2007, p. 113). En parlant du tri et du classement, nous avons abordé la mise en ordre intellectuelle ; en évoquant l’apposition des mentions et la mise en liasses/cartables/layettes, nous avons observé la mise en ordre physique ou matérielle.

25  ADCO, inv. 148, fol. 3r°.

26  La Grange-Neuve, dép. de la Côte-d’Or, cant. de Nuits-Saint-Georges, com. de Saint-Nicolas-lez-Cîteaux.

27  Saint-Nicolas-lez-Cîteaux, dép. de la Côte-d’Or, cant. de Nuits-Saint-Georges.

28  Saint-Bernard, dép. de la Côte-d’Or, cant. de Nuits-Saint-Georges.

29  Longecourt-en-Plaine, dép. de la Côte-d’Or, cant. de Genlis.

30  Chenôves, dép. de la Côte-d’Or, cant. de Dijon-Sud.

31  Le tableau 3 donne le contenu des inventaires tels qu’ils se composent aujourd’hui.

32  Pour plus de renseignements sur l’état du chartrier médiéval au xviiie siècle, cf. infra.

33  Cf. note 22.

34  O. Guyotjeannin, J. Pycke et B.-M. Tock, Diplomatique médiévale, Turnhout, 1993 (rééd. 2006), p. 296.

35  ADCO, inv. 148 (11 H 49), fol. 1r°.

36  Dans ce tableau, la graphie des noms de lieu a été harmonisée et mise à jour. J’ai également préféré utiliser la lettre « J » plutôt que la lettre « I », qui peut être confondue avec un « L » minuscule ou avec le chiffre « 1 ». Jean-Baptiste Lemort hésite lui-même entre « J » et « I ». Par contre, il n’hésite jamais entre « U » et « V », optant toujours pour le « V ». La plupart des lieux contenus dans ce tableau se trouvent aujourd’hui dans le département de la Côte-d’Or, mais certaines layettes sont réservées à des possessions plus lointaines, par exemple Paris, Troyes ou Lons-le-Saunier. La majorité de ces lieux ont été identifiés dans le Dictionnaire topographique de la Côte-d’Or (J. Roserot), disponible en ligne : http://cths.fr/dico-topo (consulté le 11/07/2014). Les lieux non identifiés correspondent à des micro-toponymes, comme les noms de moulins, d’étangs ou de bois.

37 Ce tableau présente les inventaires des layettes que nous conservons aujourd'hui. Il ne fait pas mention des pages de titre, des pages de description ou des tables toponymiques. À cause de la déstructuration des inventaires, ces différents éléments sont parfois conservés dans d'autres registres. À titre d'exemple, les pages de titre et de description des layettes A à E se trouvent dans l'inventaire 148, alors que les inventaires des layettes sont conservés dans l'inventaire 209.

38  Saint-Jean-de-Losne, dép. de la Côte-d’Or, ch.-l. de cant., arr. de Beaune.

39  ADCO, inv. 148, fol. 2r°. Toutes ces notes sont inscrites sur la page décrivant les layettes.

40  Lons-le-Saunier, préfecture du département du Jura.

41  Salins-les-Bains, dép. du Jura, arr. de Lons-le-Saunier, ch.-l. de cant. ADCO, inv. 150, p. 159.

42  Les inventaires de Jean-Baptiste Lemort, composés de leurs quatre éléments (page de titre, page de description, inventaire et table) n’étaient sans doute pas reliés tous ensemble. Chaque inventaire était probablement rangé avec les layettes auquel il se rapportait. Si la Révolution a bien séparé les inventaires des archives, le démembrement puis le remembrement des inventaires ont sans doute eu lieu postérieurement, au sein même du service d’Archives départementales.

43  Certains de ces volumes ont aussi été reliés avec d’autres inventaires du xviiie siècle : l’inv. 52 contient, aux p. 52 à 103, l’inventaire révolutionnaire des actes concernant la localité d’Izeure (dép. de Côte-d’Or, arr. de Dijon, cant. de Genlis) ; l’inv. 210 contient l’inventaire révolutionnaire des biens concernant Beaune aux p. 1 à 134, ainsi qu’un inventaire des biens situés à Beaune et dans les environs datant d’avant 1750, aux p. 135 à 174. Cf. tableau 3.

44  ADCO, inv. 148, fol. 22r°.

45  ADCO, inv. 148, fol. 22r°.

46  ADCO, inv. 207, p. 12bis r°.

47  ADCO, inv. 150, p. 183-185.

48  Ce comptage n’a pris en compte que les actes médiévaux, des origines à 1500, car il a été réalisé dans le cadre de mes travaux de doctorat qui portent notamment sur l’archivistique à Cîteaux au Moyen Âge. Une partie de mes recherches en cours comprend l’inventaire des actes médiévaux au sein d’une base de données. Les chiffres donnés par ce tableau sont donc amenés à évoluer. Cependant, le nombre de 3 835, donné par le tableau 4, doit être relativement proche de la réalité.

49  J. Marilier, Chartes et documents concernant l’abbaye de Cîteaux (1098-1182), Rome, 1961. Jean Marilier a édité bon nombre d’actes d’après leur copie dans les cartulaires, puisque les originaux n’existent plus, ou n’ont jamais existé. La question reste posée.

50  ADCO, cartulaire 166, 11 H 64 ; cartulaire 169, 11 H 63. Cf. tableau 1, présentant la concordance des cotes.

51  ADCO, cartulaire 169, fol. 4-6.

52  J. Marilier, Chartes et documents…, op. cit., p. 7.

53  Cf. note 42.

54  La layette ZZZ n’a jamais existé, bien qu’il y ait une layette &&&. Nous n’avons trouvé traces ni d’un inventaire, ni de l’existence d’une cote commençant par « layette ZZZ » au dos des actes. Et devant la quantité d’archives conservées – le fonds de Cîteaux aux ADCO comporte 1181 cotes (liasses et registres) tous documents et toutes époques confondues –, il est fort peu probable que tous les documents de l’éventuelle layette ZZZ aient été perdus.

55  Et ce, même si la confirmation est postérieure à la transaction originale.

56  Sur l’ordonnancement et la mise en registre de ces privilèges pontificaux, se reporter à C. Rey, « La conservation des documents pontificaux et les pratiques scripturaires à Cîteaux au Moyen Âge », in Conservation et réception des documents pontificaux par les Ordres religieux (xie-xve siècle), colloque international organisé par le Centre de médiévistique Jean-Schneider (CNRS-Université de Lorraine), Nancy, 12-13 décembre 2013, à paraître.

57  ADCO, inv. 209, p. 132, et p. 181-182.

58  En admettant que Jean-Baptiste Lemort n’ait pas mené ces deux inventaires parallèlement.

59  ADCO, inv. 118, 2e feuillet, non folioté.

60  ADCO, inv. 118, p. 176.

61  Cf. note 21. Les volumes du « cartulaire de Jean de Cirey » ont été numérisés et sont disponibles en ligne : http://www.cbma-project.eu/21-accueil/43-cartulaire-g%C3%A9n%C3%A9ral-de-c%C3%BBteaux-dit-de-jean-de-cirey.html (consulté le 19/08/2014).

62  ADCO, cartulaire 198, vol. 1, 11 H 1035 ; cartulaire 198, vol. 2, 11 H 87.

63  ADCO, cartulaire 198, vol. 1, 11 H 1035, 1er feuillet écrit, non folioté.

64  ADCO, cartulaire 196, 11 H 938.

65  Cf. note 17.

66  Les acquéreurs des Biens nationaux pouvaient réclamer les archives et documents concernant leurs biens. Certaines liasses créées par Jean-Baptiste Lemort ont été alors ouvertes et certains documents ont été extraits. Mais les archivistes (ou administrateurs) révolutionnaires ont pris soin de refermer les liasses. Cette action a laissé quelques traces : des trous supplémentaires ont été percés. En effet il est plus facile de créer de nouveaux trous pour lier les liasses, plutôt que de repasser dans les anciens trous, en général très petits et serrés pour le parchemin, ou fragilisés pour le papier.

67  Pont-Hémery (Le), dép. de la Côte-d’Or, arr. de Beaune, cant. de Saint-Jean-de-Losne, com. de Brazey-en-Plaine.

68  11 H 353, acte daté de 1227, juillet.

69  Il nous reste de ce classement seulement quelques mentions apposées au dos des orignaux ainsi que quelques feuillets d’inventaires. Au moins deux archivistes se sont attelés à ce classement, en ne suivant pas tout à fait les mêmes critères. Si le principe d’organisation topographique reste à la base de ce classement révolutionnaire, les mentions dorsales indiquent en général le nom de l’abbaye et soit une cote se composant de deux éléments, le mot « article » abrégé en « art. » et un numéro d’ordre, soit le mot « cotte » suivi d’un numéro d’ordre. À ces notes est parfois ajoutée la date de l’acte. L’inventaire 193 (11 H 57) garde la trace de ces deux classements.

70  Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 2474 (également disponible en microfilm : MIC 612, MIC 613, MIC M 498 ou encore MIC M 499).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Dijon, ADCO, inv. 205, 11 H 46, p. 215, début xviie siècle. Inventaire des titres d’Ouges, cotes 442 à 445.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/13491/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 2 – Dijon, ADCO, 11 H 290, 1218, janvier (a. st.). Dans la partie supérieure, date, analyse et cote inscrites par Jean-Baptiste Lemort, milieu xviiie siècle.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/13491/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 3 – Dijon, ADCO, 11 H 1099, « liasse Lemort » comprenant les actes concernant la localité de Troyes, rangée sous la cote « Layette VVV, 4ème cartable, liasse II ».
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/13491/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 4 – Dijon, ADCO, inv. 148, 11 H 49, milieu xviiie siècle. Page de titre de la layette A concernant le « château de Saint-Jean-de-Losne ».
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/13491/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 5 – Dijon, ADCO, inv. 148, 11 H 49, milieu xviiie siècle. Page de description de la layette A « Inventaire des titres et papiers concernant les droits et revenus de Mrs de Cisteaux a St Jean de Losne ».
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/13491/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 6 – Dijon, ADCO, inv. 208, 11 H 53, milieu xviiie siècle. Table toponymique de la layette PPP concernant les localités de Dole, Auxonne et Foucherans.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/13491/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 7 – Dijon, ADCO, inv. 207, 11 H 52, milieu xviiie siècle. Foliotation dans le coin supérieur droit et pagination dans la marge supérieure.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/13491/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tab. 4 – Comptage des actes médiévaux contenus dans le chartrier de Cîteaux d’après les inventaires de Jean-Baptiste Lemort.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/13491/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coraline Rey, « Un classement archivistique au xviiie siècle : Cîteaux et les inventaires de Jean-Baptiste Lemort », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 18.2 | 2014, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://cem.revues.org/13491 ; DOI : 10.4000/cem.13491

Haut de page

Auteur

Coraline Rey

Université de Bourgogne - ARTeHIS UMR 6298

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org