Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Dissertatio

Chanoines réguliers et sociétés méridionales. L’abbaye de Saint-Ruf et ses prieurés dans le Sud-Est de la France (xie-xive siècle).

Thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Nicole Bériou, université Lumière-Lyon 2. Soutenue le 18 mars 2013
Yannick Veyrenche

Texte intégral

  • 1  U. Vones-Liebenstein, Saint-Ruf und Spanien. Studien zur Verbreitung und zum Wirken der Regularkan (...)
  • 2  Archives départementales [AD] de la Drôme, 2 H ; AD Rhône, 2 H ; AD Bouches-du-Rhône, 17G 4/1 ; AD (...)
  • 3  La plupart des privilèges pontificaux et épiscopaux sont conservés dans les archives de l’abbaye v (...)
  • 4  En particulier les consuetudines lues au chapitre général (Avignon, médiathèque Ceccano, ms. 4148, (...)
  • 5  Les éditions de l’École française de Rome (Registres et lettres des papes du xiiie siècle, 32 vol. (...)

1Développée à partir de la cession, en 1039 par l’évêque d’Avignon, à quatre clercs d’une église délabrée au sud de la cité, l’abbaye de Saint-Ruf constitua une des communautés canoniales à partir desquelles la vie commune du clergé fut repensée comme un nouveau modèle de régularité. Saint-Ruf contribua à doter les nouveaux chanoines réguliers d’un corpus apologétique, d’une liturgie particulière et d’une organisation pratique, dans une vaste aire d’influence, dont seule la partie catalane est bien connue 1. À travers l’étude des implantations de Saint-Ruf, de part et d’autre de la moyenne vallée du Rhône, nous avons envisagé la place du projet spirituel des chanoines réguliers dans les transformations de l’Église et ses adaptations, de la « réforme grégorienne » à la papauté avignonnaise. Cette recherche a nécessité de composer avec des fonds d’archives lacunaires, fournissant peu d’actes antérieurs au milieu du xiie siècle – à la différence des fonds des prieurés catalans. Nous disposons néanmoins d’une bonne documentation pour examiner certaines implantations : l’abbaye valentinoise et les prieurés de La Platière (à Lyon), d’Eyguières et de Bonnevaux 2. Le reste du réseau est étudié à travers les privilèges adressés à l’abbé, les fonds provenant de l’abbaye ou des prieurés et les documents recueillis par d’autres institutions 3. Le fonctionnement de la congrégation a en outre pu être appréhendé à travers les coutumiers – peu exploités jusqu’ici 4 – et les lettres pontificales 5.

Un pôle de la réforme canoniale et son influence (xie-milieu du xiie siècle)

2Défendu par les réformateurs grégoriens, le modèle de la vie commune du clergé sine proprio outrepassait les recommandations des réformateurs carolingiens, qui laissaient aux chanoines la possibilité de posséder individuellement des biens. Il s’agit d’abord de comprendre comment, dans la seconde moitié du xie siècle, Saint-Ruf devint l’archétype méridional de cette nouvelle forme de vie religieuse, tout en ne constituant ensuite qu’un réseau transrégional modeste.

  • 6  L’adoption de la vie commune dès la fin du xe siècle et son renforcement au cours du xie siècle ab (...)
  • 7  Voir à ce sujet la première partie de la thèse de F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, f (...)

3Le succès de l’abbaye de Saint-Ruf à partir de 1080 fut un marqueur de l’étoffement des réseaux « grégoriens » dans le Midi de la France actuelle et en Catalogne, mais il eut pour contrepartie l’entrée en concurrence de ce foyer réformateur avec le chapitre cathédral Notre-Dame-des-Doms d’Avignon, ouvert seulement à des réformes « graduelles » 6. Cette rivalité, en jetant le doute sur la sincérité des sources avignonnaises, complique pour l’historien la compréhension du processus suivant lequel la prévôté (devenue abbaye) de Saint-Ruf s’émancipa d’un premier modèle de réforme, promu par les aristocraties locales contrôlant l’épiscopat et fondé sur l’application du modèle carolingien de vie commune du clergé 7. Grâce à l’appui du légat Hugues de Die et de son groupe d’évêques acquis à la réforme « grégorienne », les chanoines de Saint-Ruf prirent en charge des églises. Le contrôle de lieux de culte leur permit de former un réseau de prieurés (fig. 1 et 2). Dans une aire d’influence plus vaste, Saint-Ruf exerçait une influence indirecte, caractérisée par l’adoption de ses coutumes par de nouvelles communautés canoniales (Marbach, Lesterps, Cassan) ou bien par des chapitres cathédraux ou suburbains – Maguelone et plus tard Tortose et Nidaros.

Fig. 1 – L’expansion du réseau de Saint-Ruf avant 1154 (source : Yannick Veyrenche, 2009 ; DAO : Emmanuelle Bournay, 2013).

Fig. 1 – L’expansion du réseau de Saint-Ruf avant 1154 (source : Yannick Veyrenche, 2009 ; DAO : Emmanuelle Bournay, 2013).
  • 8  En particulier la lettre au prévôt Otger de Ferrania et l’Expositio super regulam beati Augustini, (...)
  • 9  L’état des lieux proposé invite en particulier à mieux observer l’originalité de l’ordinaire de l’ (...)

4À partir de l’abbaye avignonnaise ont circulé des textes défendant la vie des nouveaux chanoines réguliers, inspirée par la primitiva ecclesia et assimilée à la pratique d’une des règles augustiniennes (le Præceptum8. Leur diffusion fut accompagnée de celle des coutumes de Saint-Ruf, dont nous connaissons en particulier les versions observées à Marbach, en Alsace, et à Santa Cruz de Coïmbra, au Portugal. La mise en résonance des différents états des coutumes permet de comprendre comment l’agrégation et le remaniement de sources variées ont produit ce corpus complexe 9.

5Paradoxalement, le rôle joué par les abbés de Saint-Ruf dans la réforme des églises du Sud-Est de la France et la large influence des coutumes de l’abbaye ne catalysa pas la construction institutionnelle d’un véritable « ordre religieux » : au milieu du xiie siècle, alors que s’organisaient les grandes congrégations à chapitres généraux, une forme de « monarchie abbatiale » continuait de prévaloir à Saint-Ruf. Ce système, qui peut rappeler Cluny, ne concernait qu’une quarantaine de prieurés soumis à l’abbé de Saint-Ruf.

Implantations canoniales et sociétés méridionales (début du xiie-début du xiiie siècle)

6L’étude des implantations de Saint-Ruf, de part et d’autre du Rhône du début du xiie au début du xiiie siècle, permet d’évaluer la réception du projet spirituel des chanoines réguliers par les sociétés méridionales.

  • 10  Ce conflit naît de la concurrence entre les deux institutions ecclésiastiques avignonnaises, avivé (...)
  • 11  Nous nous interrogeons toutefois sur l’activité intellectuelle de ces maîtres dans la seconde moit (...)

7Le transfert de l’abbaye-mère à Valence en 1158 fut favorisé par Adrien IV, ancien abbé de Saint-Ruf, pour éteindre le lancinant conflit entre l’abbaye et le chapitre Notre-Dame-des-Doms 10. Il ne remit pas en cause la domination culturelle de l’abbaye sur ses prieurés : elle conserva le monopole du noviciat et abritait un groupe de maîtres 11. La protection de l’évêque de Valence permit la construction d’une nouvelle abbaye dans un espace aménageable près de la ville et du fleuve, l’île de l’Épervière ; elle permit à la nouvelle abbaye, avec la collaboration de lignages locaux comme les barons de Clérieux, d’acquérir progressivement les nouveaux domaines et les droits indispensables à son déploiement en Valentinois.

8La majorité des églises priorales de la congrégation disposait de paroisses, à la différence de l’abbatiale construite en marge de l’espace urbain. La question de l’incarnation d’un « modèle sacerdotal » par les chanoines réguliers est examinée dans le cadre du réseau transrégional formé par les prieurés de Saint-Ruf, maîtres d’une cinquantaine de paroisses dans le Sud-Est de la France au début du xiiie siècle. Selon l’évêque de Nîmes, transférant des églises à Saint-Ruf en 1106, la charge épiscopale « serait plus légère à supporter » en confiant « à de religieuses personnes le soin et l’encadrement de ces églises ». Dans les prieurés occupés par moins de cinq chanoines, c’est-à-dire la majorité des prieurés, un des chanoines réguliers pouvait recevoir la cura animarum de l’évêque suivant les décisions des conciles et les privilèges particuliers. Pour autant, l’application de cette mesure est peu attestée, peut-être à cause de la distension des liens de l’abbaye avec les évêques au milieu du xiie siècle. Conservant la main sur les petites congrégations locales de chanoines réguliers, qui contribuaient à territorialiser leur autorité, les évêques semblent les avoir préférées à la grande congrégation extra-diocésaine de Saint-Ruf.

9Tout en incarnant une voie de perfection cléricale, les chanoines de Saint-Ruf s’adressaient à la société laïque. Dans un contexte « post-grégorien », où les papes étaient devenus des partenaires incontournables, le soutien à Saint-Ruf des comtes de Barcelone et des Dauphins ranimait leur vocation princière d’appuis de la réforme ecclésiastique. À l’échelle locale, l’appui de donateurs à l’horizon politique restreint était nécessaire à l’essor de chaque prieuré, qui nécessitait le transfert de droits ecclésiaux, de terres et de cens. Pour consolider les liens spirituels et économiques avec leur environnement de chevaliers, d’alleutiers et de bourgeois, les chanoines de Saint-Ruf s’appuient sur leurs paroisses : des villages, des bourgs, des petites villes comme Bourg-Saint-Andéol, Annonay et Mauguio ou des fronts d’urbanisation comme les quartiers de La Platière à Lyon et de Saint-Martin à Vienne.

Enracinement et pérennisation d’un réseau canonial (xiiie-milieu du xive siècle)

10L’historiographie du mouvement canonial s’étend peu sur les xiiie et xive siècles, postérieurs à la grande période d’expansion des chanoines réguliers et antérieurs aux réformes de la fin du Moyen Âge. Ces siècles sont néanmoins marqués à Saint-Ruf par des adaptations qui permettent à l’abbaye de conserver son statut de communauté de référence apte à accompagner des réformes dans le Sud-Est de la France.

  • 12  L’étude des lettres communes du pontificat de Jean XXII, grâce à leur édition électronique par le (...)

11Pour conforter son autorité sur les prieurés, l’abbaye peut utiliser l’exemption, accordée peu après le premier concile de Lyon (1245) et les décrets du chapitre général tenu le troisième dimanche après Pâques. Au chapitre général de Saint-Ruf, les prieurs des anciennes obédiences de l’abbaye sont rejoints par les représentants des communautés rattachées à l’abbaye au cours du xiiie siècle, comme l’abbaye d’Entremont (en Savoie) et les prieurés issus de petites congrégations canoniales en crise. Au xive siècle, les interventions pontificales pèsent sur le fonctionnement de la congrégation : des cardinaux reçoivent de gros prieurés du Midi en commende à partir de Clément V ; la carrière d’une partie des chanoines est organisée par lettres pontificales 12.

  • 13  En particulier la condamnation de toute possession individuelle de biens par les chanoines, reposa (...)
  • 14  É. Amort, Vetus disciplina canonicorum regularium et sæcularium, Venise, 1747, t. 2, p. 453-491.

12Sans renoncer aux principes qui ont modelé l’économie canoniale 13, l’abbé, le couvent de l’abbaye et les prieurs forains redéfinissent leurs responsabilités économiques en les réglementant. Le couvent se dote d’un sceau et obtient la distinction de la mense conventuelle et de la mense abbatiale. L’accord du chapitre général devient nécessaire pour imposer de nouvelles exigences économiques aux prieurs et sa réunion permet de contrôler financièrement l’activité de chacun des officiers. Le recours systématique aux écrits administratifs (comptes, inventaires) s’inscrit plus globalement dans la promotion des principes de bonne gestion par les conciles régionaux, puis, en mai 1339, par la grande bulle de réforme de Benoît XII, Ad decorem ecclesie 14.

13Pour établir les ressources de l’abbaye et des prieurés, une distance critique est nécessaire à l’égard des terriers, des chartriers et des cartulaires dont nous disposons : cette documentation, façonnée par le triomphe du prélèvement seigneurial et ecclésial au début du xive siècle, minore assurément la part des autres moyens de production de richesse dont ont pu user les ordres monastiques et canoniaux. Pragmatique, l’abbaye de Saint-Ruf ne s’est jamais interdit de prélever des cens avant la multiplication des achats de rentes et des baux emphytéotiques à la fin du xiiie siècle. Néanmoins, nous trouvons des attestations discrètes du faire-valoir direct et d’une importante circulation des troupeaux de l’abbaye entre la plaine de Valence et les monts du Vivarais. L’étude du temporel du prieuré de La Platière, à Lyon, montre que l’espace des paroisses détenues est investi de façon privilégiée. L’économie canoniale combine ainsi les ressources de l’économie ecclésiale – dîmes, droits liés au patronage de la paroisse – et d’autres ressources prélevées dans le même espace, comme les cens ou la production des étangs.

14Disposer du jus parrochiale ne suffisait pas aux églises de la congrégation pour exercer paisiblement leur prééminence dans l’espace assigné. Bien qu’élaborée au xie siècle autour de l’idée du service des églises, l’identité canoniale débouchait rarement sur l’exercice de la cura animarum, déléguée plus volontiers à des chapelains séculiers cohabitant avec le petit groupe des chanoines du prieuré. Dans les villes et les gros bourgs, le nombre croissant de clercs séculiers et leur organisation et l’émergence des communautés de paroissiens imposent de négocier l’exercice des droits. Les rapports des chanoines de Saint-Ruf avec les religieux mendiants installés dans leurs paroisses furent semble-t-il corrects, à l’exception des carmes de la rue Sainte-Catherine à Lyon. Dans la première moitié du xive siècle, le réseau des prieurés de Saint-Ruf est assez étendu et divers pour agréger des soutiens locaux variés et progressivement renouvelés en Dauphiné, dans l’est du Languedoc jusqu’au Gévaudan, dans les Dombes et, dans une moindre mesure, en Provence. L’étude d’une base de 329 chanoines, repérés dans le corpus des archives antérieures à 1362, confirme cet enracinement régional. Les chanoines profès sont issus des élites des villes et des gros bourgs de la région ou bien de familles aristocratiques installées à proximité des prieurés. Ces liens familiaux ainsi que la protection de certains cardinaux, comme les Bertrand – et Anglic Grimoard après 1362 –, pèsent sur la carrière des prieurs. Cette influence permet aux papes et aux Dauphins de trouver à Saint-Ruf des intermédiaires politiques utiles dans la moyenne vallée du Rhône.

  • 15  Ces informations figureront dans la base « Monastères ». Voir N. Deflou-Leca, « Projet de corpus d (...)

15La thèse est complétée par la transcription d’une copie moderne des consuetudines lues au chapitre général, par l’édition d’une dizaine d’actes inédits antérieurs à 1250, par les regestes des actes de l’abbaye valentinoise et du prieuré lyonnais, par l’identification de tous les lieux de culte détenus par Saint-Ruf dans la région étudiée 15 et par les fiches prosopographiques de 329 chanoines.

16À travers l’étude globale d’un réseau canonial influent, étendue au-delà du xiie siècle, ressortent les modalités méridionales du gouvernement de l’Ecclesia et de sa réforme, du co-gouvernement aristocratique des pagi au gouvernement pontifical par la grâce, en passant par les étapes essentielles de la réorientation de la réforme par la papauté, puis de la réassurance des évêques.

Reçu : 15 septembre 2013 – Accepté : 2 décembre 2013

Haut de page

Notes

1  U. Vones-Liebenstein, Saint-Ruf und Spanien. Studien zur Verbreitung und zum Wirken der Regularkanoniker von Saint-Ruf in Avignon auf der Iberischen Halbinsel (11. und 12. Jahrhundert), Paris/Turnhout, 1996 (Bibliotheca Victorina, 6).

2  Archives départementales [AD] de la Drôme, 2 H ; AD Rhône, 2 H ; AD Bouches-du-Rhône, 17G 4/1 ; AD Gard, H 921.

3  La plupart des privilèges pontificaux et épiscopaux sont conservés dans les archives de l’abbaye valentinoise (AD Drôme, 2H). Outre les dépôts cités dans la note précédente, nous avons examiné les fonds provenant des prieurés aux Archives départementales de l’Ain, de l’Ardèche, de l’Hérault, de l’Isère, du Rhône et du Vaucluse.

4  En particulier les consuetudines lues au chapitre général (Avignon, médiathèque Ceccano, ms. 4148, fol. 329-359) et la reprise de constitutions du xiie siècle dans la Gemma coronæ claustralium (Porto, Bibliotheca publica municipal, ms. Santa Cruz 93).

5  Les éditions de l’École française de Rome (Registres et lettres des papes du xiiie siècle, 32 vol., Rome, 1883- ; Registres et lettres des papes du xive siècle, Rome, 48 vol., 1899-) sont désormais accessibles dans une édition électronique en ligne : Ut per litteras Apostolicas Online, Brepolis, 2013. Leur dépouillement a été complété par l’exploitation des rubriques De beneficiis regularibus et De religionis ingressu des registres de Clément VI et d’Innocent VI (Archivio Segreto vaticano, Reg. Vat. 155, 157, 160, 167, 168, 173, 180, 183, 186, 190, 194, 197, 199, 200, 205, 208 et Reg. Vat., 222, 224, 226, 232, 233, 243).

6  L’adoption de la vie commune dès la fin du xe siècle et son renforcement au cours du xie siècle aboutissent au renoncement des chanoines du chapitre Notre-Dame-des-Doms à toute possession personnelle ou prébende. Mais cette dernière décision, consacrée par le privilège de 1095, ne s’applique qu’à une partie d’entre eux. Les prébendes sont alors intégrées progressivement à la mense commune, à la mort ou au départ de leurs détenteurs.

7  Voir à ce sujet la première partie de la thèse de F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin xe-début xive siècle. L’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, Paris, 2002.

8  En particulier la lettre au prévôt Otger de Ferrania et l’Expositio super regulam beati Augustini, deux textes attribués à l’abbé Lietbert (†  1110), cf. Patrologia latina, t. 157, col. 715-719 et t. 176, col. 925-952.

9  L’état des lieux proposé invite en particulier à mieux observer l’originalité de l’ordinaire de l’abbé Lietbert, caractérisé par la justification de certains usages, ainsi que le commentaire du Præceptum diffusé à partir de Saint-Ruf (probablement dû au même Lietbert).

10  Ce conflit naît de la concurrence entre les deux institutions ecclésiastiques avignonnaises, avivée sous le pontificat de Grégoire VII. La seule source précise à son sujet est la notice insérée par les chanoines du chapitre cathédral dans leur cartulaire, le Liber SorgiæCartulaire du chapitre de Notre-Dame-des-Doms. I. 1060 à 1263, éd. E. Duprat, Avignon, 1932, n° 43. Les liens particuliers noués par les abbés Ollegar et Nicolas Braekspear avec la maison de Barcelone ont contribué à dégrader la position des Ruffins dans une région plutôt hostile aux princes catalans. Voir U. Vones-Liebenstein, Saint-Ruf und Spanien…, op. cit.

11  Nous nous interrogeons toutefois sur l’activité intellectuelle de ces maîtres dans la seconde moitié du xiie siècle : l’attribution à leur « école » de sommes acclimatant le droit romain aux sociétés méridionales est discutable ; seul le théologien porrétain Adémar, sacriste puis prieur de l’abbaye, peut encore être gratifié d’écrits conservés.

12  L’étude des lettres communes du pontificat de Jean XXII, grâce à leur édition électronique par le Centre pontifical d’Avignon, permet de repérer une cinquantaine de chanoines de Saint-Ruf concernés par les interventions administratives de la curie. La plupart circulent entre des prieurés ou des offices de la congrégation, mais quelques-uns obtiennent la direction de communautés canoniales lointaines puis d’évêchés, ce qui démontre le maintien du prestige spirituel de l’abbaye.

13  En particulier la condamnation de toute possession individuelle de biens par les chanoines, reposant sur l’unité du patrimoine de la primitiva ecclesia.

14  É. Amort, Vetus disciplina canonicorum regularium et sæcularium, Venise, 1747, t. 2, p. 453-491.

15  Ces informations figureront dans la base « Monastères ». Voir N. Deflou-Leca, « Projet de corpus des monastères français », Bucema, 12 (2008), p. 309-313 [http://cem.revues.org/7292].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – L’expansion du réseau de Saint-Ruf avant 1154 (source : Yannick Veyrenche, 2009 ; DAO : Emmanuelle Bournay, 2013).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/13284/img-1.png
Fichier image/png, 582k
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/13284/img-2.png
Fichier image/png, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Veyrenche, « Chanoines réguliers et sociétés méridionales. L’abbaye de Saint-Ruf et ses prieurés dans le Sud-Est de la France (xie-xive siècle). », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 17.2 | 2013, mis en ligne le 14 janvier 2014, consulté le 22 mars 2017. URL : http://cem.revues.org/13284 ; DOI : 10.4000/cem.13284

Haut de page

Auteur

Yannick Veyrenche

CIHAM-UMR 5648

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org