Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS

Texte intégral

1Par une curieuse évolution, qui n’était pas inscrite dans la geste des origines évangéliques, la personne du fidèle chrétien en est venue au cours du Moyen Âge à se confondre avec la personne de l’Église, la « foi » qui fait le « fidèle » ne se concevant plus que comme la « foi de l’Église » ou, ce qui revient au même, comme la « foi dans l’Église ». Une pareille évolution a été possible parce que la communauté des premiers disciples du Christ, la primitive « communion » chrétienne, s’est progressivement muée en proto-institution gestionnaire du divin sur terre.

2Ce pouvoir médiateur tient à la place de l’Église, dans le système d’ensemble du christianisme, comme instance « économique ». Au sens ancien, grec, du terme, l’économie (oikonomia) est ce qui fixe les « règles » (nomoi) de bonne gestion de la « maison » (oikos), la Cité n’étant qu’une extension de la maison. Chez saint Paul, principal acteur de l’hellénisation du christianisme, « économie » est le terme qui s’impose pour parler du salut des chrétiens. L’oikonomia, c’est l’économie du Plérôme (la Plénitude) ; la saisie de la divinité dans la plénitude de sa perfection (Ephes. 1, 10) relève de « l’économie de la grâce » (3, 2), de « l’économie du mystère » (3, 9), en un mot de « l’économie de Dieu » (Col. 1, 25). Comme y a insisté Giorgio Agamben dans Le règne et la gloire, la distinction entre « l’être de Dieu » et ses « activités » relève de sphères intimement articulées – la théologie et l’économie –, lesquelles permettent de rendre compte de la « triple oikonomia » d’un Dieu trinitaire qui n’en reste pas moins, sur la plan ontologique, une puissance monadique. C’est la logique de l’accomplissement du plan de Dieu, en quelque sorte la « glorification » de son « règne », qui justifie l’existence de l’Église, qui n’est rien d’autre que l’économie de Dieu, l’espace de ses manifestations. D’où la « substance » dont est dotée l’Église – une « substance » ambiguë, référée à la fois au Dieu fait homme et à la « subsistance » nécessaire à la vie de l’institution ; d’où aussi et surtout sa visibilité ici-bas, propre à faire de l’enracinement ecclésial dans la vie des hommes une puissance territoriale, voire une matrice des formes « politiques » de spatialisation nécessaires pour contrôler les fidèles et structurer la société. Mais cette instance médiatrice, gestionnaire de l’entre-deux peut aussi bien revendiquer une part d’« invisible », sensible autant dans l’ecclésiologie prophétique de nombreux « spirituels » que dans la distinction courante à la fin du Moyen Âge entre l’Église « militante » – visible, tangible, souvent monumentale, hiérarchique, mais humaine, souffrante, pesante de son juridisme d’institution tatillonne – et l’Église « triomphante » – immatérielle, intangible, éthérée et glorieuse dans la fraternité de l’au-delà.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« L’Église comme « économie » du divin », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n° 7 | 2013, mis en ligne le 29 juillet 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cem.revues.org/12892 ; DOI : 10.4000/cem.12892

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org