Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS

Entrées d’index

Index de mots-clés :

monachisme, communauté, liturgie, prédication
Haut de page

Texte intégral

  • 1 P. Bonnerue, « Éléments de topographie dans les règles monastiques occidentales », Studia monastica (...)
  • 2 Vita BHL 8916 § 9, cité et commenté par D. Iogna-Prat, La Maison-Dieu, Paris, 2006, p. 503-504.

1Dans la Règle de saint Benoît, aucun lieu propre n’est indiqué pour la réunion des frères. Le chap. III, « De l’appel des frères en conseil », ne dit pas où doit se tenir ce conseil. Le chapitre n’a donc pas le même privilège d’ancienneté monastique que l’oratoire, le cloître, le réfectoire ou le dortoir 1. Les moines de Gellone semblent s’en être souvenus lorsqu’ils brossèrent, vers 1130, le portrait de leur saint fondateur, supposé carolingien, en bâtisseur : tous les lieux conventuels sont cités dans la Vita de Guillaume, même les annexes utilitaires, mais pas le chapitre 2.

  • 3 P. Schepens, « L’office du chapitre à Prime », Recherches de sciences religieuses, t. 11, 1921, p.  (...)
  • 4 Morgand, « Discipline pénitentielle et officium capituli… ».
  • 5 B. de Gaiffier, « De l’usage et de la lecture du martyrologe : témoignages antérieurs au XIsiècle (...)

2Les spécialistes 3 s’accordent sur le fait que l’apparition de cet espace ne s’explique pas d’abord par les nécessités des délibérations communautaires, ou des coulpes (qui prirent d’abord la forme d’une confession liturgique faite au chœur à la fin de Prime) 4, mais bien par l’émergence d’un nouvel office, annexé à Prime, et précisément désigné comme Officium capituli. Ce n’est pas à Chrodegang de Metz qu’il faut faire remonter la première mention de cet office, car il n’apparaît que dans une recension interpolée de la règle des chanoines datée de la fin du ixe ou du xe siècle 5. En revanche, il est bien présent dans deux textes fondamentaux des années 800, le concile d’Aix de 817 et le Memoriale monachorum. Le célèbre concile de 817, en son canon 69, est parfaitement net :

  • 6 MGH, Capitula, t. I, p. 347.

Ut ad capitulum primitus martyrologium legatur et dicatur versus quo silentium solvatur, deinda regula aut homelia qualibet legatur, novissime Tu autem Dominus dicatur 6.

3Plus disert est le Memoriale, un ordo du début du ixesiècle qui connut une assez large diffusion :

  • 7 Corpus consuetudinum monasticarum t. 1, Siegburg, 1963, p. 234-235. Je conserve la leçon « pariter  (...)

Iterum convenientes ad Primam (…) donent confessiones suas vicissim pariter supplici corde certatim pro se orantes. Hoc expleto, veniant ad capitulum versa facie ad orientem, salutent crucem et ceteris fratribus se undique humilient. Post lectionem vero recitata nomina sanctorum quorum festa crastinus excipiet dies, surgentes pariter dicant versum : ‘pretiosa in conspectu Domini mors sanctorum ejus’ 7.

4Ici, la principale activité de la liturgie capitulaire est la lecture du Martyrologe (les nomina sanctorum), à laquelle est étroitement relié le verset Pretiosa du psaume 115. Tout cela semble bien en place, et dès cette date parfaitement intégré dans l’emploi du temps des réguliers. Amalaire le confirme dans son De ordine antiphonarii :

  • 8  PL 105, col. 1260.

C’est la coutume de notre Église qu’après prime les frères se rassemblent pour la lecture8.

5Les prescriptions liturgiques qui viennent d’être citées n’avaient pas vocation à en dire plus long sur ce chapitre où désormais l’on peut aller. Il faut attendre des documents narratifs des précisions plus grandes sur la localisation et l’apparence de la nouvelle salle. Dans ce domaine, les historiens disposent d’une pièce exceptionnelle avec la vie de l’abbé Anségise (823-833) recueillie dans les Gesta abbatum de Fontenelle. Au § 5 de cet éloge particulièrement développé, le biographe célèbre les constructions dues à l’abbé :

  • 9  Les Gestes des abbés de Fontenelle, éd. et trad. P. Pradié, Paris, 1999 (« Les Classiques de l’his (...)

il fit établir à proximité du côté nord contre l’abside de la basilique Saint-Pierre une autre maison (aliam domum) que l’on s’est plu à nommer chapitre (conventus) ou curie (en grec beleutherion) en raison de l’habitude qu’ont les frères de s’y rassembler pour toutes les affaires demandant une délibération ; en ce lieu la lecture de l’Écriture est faite à voix haute sur le pupitre ; on y délibère sur tout ce que l’autorité de la Règle invite à faire ; c’est là encore qu’il fit placer la pierre tombale avec l’inscription portant son nom afin que lorsqu’il atteindrait le terme de la vie présente, il fût déposé là par les siens 9.

  • 10  « Vers la fin du viiie siècle » écrit Morgand à propos de celui-ci, « Discipline pénitentielle et (...)

6Lecture spirituelle, délibérations, et même ces sépultures privilégiées qui vont au Moyen Âge central paver de tombes les salles capitulaires : tous les éléments constitutifs d’un espace et de son utilisation sont fixés dès le début du ixe siècle, comme étaient fixés les détails de l’Officium capituli 10.

  • 11  D’après J.-L. Lemaître, « Liber capituli : le livre du chapitre des origines au xve siècle», Memor (...)

7On peut en synthétiser ainsi le déroulement 11 :

  1. Martyrologe ;

  2. obituaire ;

  3. extrait de la Règle ;

  4. sermon ( ?).

8C’est ce dernier point qui fait débat. On se souvient que le concile d’Aix ne l’imposait pas, prévoyant la lecture de la Règle ou l’homélie. De fait, il est évident que le sermon était souvent absent, surtout aux simples féries. On peut cependant rattacher à l’office du chapitre des homéliaires « liturgiques », au sens où les pièces y sont réparties selon les temps, mais différents dans leur composition et dans leur esprit des recueils d’homélies patristiques à lire au chœur pour Matines. Non seulement on n’y trouve pas les mêmes textes, mais pas non plus les mêmes auteurs. De ce point de vue, un passage de l’Ordo du Latran du milieu du xiie siècle est du plus grand intérêt : il cite les Pères anciens que la liturgie a accueillis dans ses livres, puis il ajoute :

  • 12 P. Gy, « L’influence des chanoines de Lucques sur la liturgie du Latran », Mélanges A. Chavasse = R (...)

Bedae autem dicta vel Aimonis vel aliorum catholicarum patrum, quae romana decreta non nominant, pro utilitate quidem doctrinae legenda recipimus, sed in ecclesia non recitamus 12.

9Les « modernes » ne peuvent se proclamer à l’église, mais on les met en recueils ordonnés : c’est donc qu’on les lisait au chapitre !

10Cela n’excluait pas, toutefois, une prédication personnelle de l’abbé. À vrai dire, ce sont surtout les Cisterciens qui nous feront pénétrer sur ce terrain mal connu. On connaissait chez eux des festa de sermone, non exclusives de projets plus ambitieux. Les sermons sur le Cantique ont été donnés par Bernard, on le sait, au chapitre de Clairvaux. Même si la réécriture a certainement été très forte dans le cas de cette œuvre, et si nous ne lisons pas ce que les frères du Val d’absinthe ont entendu matin après matin, le fait de la prédication ne semble pas pouvoir être mis en doute. Il est d’ailleurs parfaitement attesté pour un des grands abbés de la génération suivante, Aelred, dont le biographe indique les trois lieux où il prêchait ses sermones disertissimos et omni laude dignos :

  1. « nos chapitres » ;

  2. les synodes (où les évêques l’invitaient à instruire leur clergé) ;

    • 13 W. Daniel, Vita Ailredi, Oxford, 1950.

    devant le peuple 13.

  • 14 Possibilité d’une brève allocution du prieur au siècle suivant chez les Dominicains : E. A. Overgau (...)

11Le pluriel des chapitres renvoie à la célébrité d’Aelred et aux invitations fréquentes que lui adressaient, notamment, les maisons de nonnes. Il ne leur parlait pas durant la messe, mais quand elles étaient rassemblées ad capitulum pour entendre le passage quotidien de la règle. C’était donc un véritable cœur liturgique et spirituel du monastère qu’était devenu à l’âge roman le chapitre 14, ce nouveau lieu apparu, comme bien d’autres, à la faveur de la grande mise en ordre carolingienne.

Haut de page

Notes

1 P. Bonnerue, « Éléments de topographie dans les règles monastiques occidentales », Studia monastica t. 37, 1995, p. 57-78.

2 Vita BHL 8916 § 9, cité et commenté par D. Iogna-Prat, La Maison-Dieu, Paris, 2006, p. 503-504.

3 P. Schepens, « L’office du chapitre à Prime », Recherches de sciences religieuses, t. 11, 1921, p. 222-227 ; J. Froger, Les origines de Prime, Rome, 1946 ; C. Morgand, « Discipline pénitentielle et officium capituli d’après le Memoriale qualiter », Revue bénédictine t. 72, 1962, p. 22-60 (fondamental) ; J.-L. Lemaître, « Aux origines de l’office du chapitre et de la salle capitulaire : l’exemple de Fontenelle », La Neustrie, Paris, 1989, t. II, p. 365-369 ; A. Davril & É. Palazzo, La vie des moines au temps des grandes abbayes, Paris, 2000 (« La vie quotidienne »).

4 Morgand, « Discipline pénitentielle et officium capituli… ».

5 B. de Gaiffier, « De l’usage et de la lecture du martyrologe : témoignages antérieurs au XIsiècle », Analecta bollandiana t. 79, 1961, p. 51. Contra : M. Huglo, « L’office de prime au chapitre », L’Église et la mémoire des morts dans la France médiévale, Paris, 1986, p. 11-18.

6 MGH, Capitula, t. I, p. 347.

7 Corpus consuetudinum monasticarum t. 1, Siegburg, 1963, p. 234-235. Je conserve la leçon « pariter », conforme à de nombreux mss, de préférence au « puriter » de l’édition.

8  PL 105, col. 1260.

9  Les Gestes des abbés de Fontenelle, éd. et trad. P. Pradié, Paris, 1999 (« Les Classiques de l’histoire de France au Moyen Âge », 37), p. 170-171.

10  « Vers la fin du viiie siècle » écrit Morgand à propos de celui-ci, « Discipline pénitentielle et officium capituli… » p. 51.

11  D’après J.-L. Lemaître, « Liber capituli : le livre du chapitre des origines au xve siècle», Memoria : der geschichtliche Zeugnisswert des liturgischen Gedenkens im Mittelalter, Munich, 1984, p. 626-648.

12 P. Gy, « L’influence des chanoines de Lucques sur la liturgie du Latran », Mélanges A. Chavasse = Revue des sciences religieuses, t. 58, 1984, p. 37.

13 W. Daniel, Vita Ailredi, Oxford, 1950.

14 Possibilité d’une brève allocution du prieur au siècle suivant chez les Dominicains : E. A. Overgauuw, « L’office du chapitre dans l’Ordre dominicain d’après le prototype et d’autres sources du xiiie siècle », Aux origines de la liturgie dominicaine, Rome, 2004, p. 317.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Rauwel, « Note sur les usages liturgiques du chapitre », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n° 6 | 2013, mis en ligne le 05 mars 2013, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://cem.revues.org/12681 ; DOI : 10.4000/cem.12681

Haut de page

Auteur

Alain Rauwel

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org