Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Présentation

Barbara H. Rosenwein : bio-bibliographie

Un parcours d’historienne
Barbara H. Rosenwein

Entrées d’index

Index de mots-clés :

bibliographie
Haut de page

Texte intégral

1Le titre donné à la rencontre organisée par Centre d’études médiévales d’Auxerre (28-29 juin 2012), « De Cluny à Auxerre, par la voie des “émotions” », résume clairement la trajectoire de mes recherches. Mes travaux ont commencé par une étude de la liturgie à Cluny ; ils se sont orientés, à la fin des années 1990 vers l’histoire des « émotions » (une qualification qui pose mille problèmes aux historiens de culture francophone), et je vais poursuivre dans cette voie en 2012 à Auxerre, où j’aurai la possibilité de revenir sur le passé et d’envisager l’avenir. Alors que mes centres d’intérêt peuvent paraître disparates, ils ont en fait la cohérence d’une quête unique : trouver les significations multiples et parfois cachées de la pensée humaine, des comportements et des institutions.

2Alors que j’étais étudiante à l’Université de Chicago, le Professeur Lester K. Little m’a poussée à explorer l’interface entre mouvements religieux et société. À l’étude de la liturgie dans le Cluny du xie siècle, j’ai cherché à comprendre sa place démesurée en relation avec l’arrière-plan guerrier des moines, comme si la prière était une manière de bataille spirituelle, avec comme butin l’âme des hommes (bibliographie, III/56-57).

3Cette première recherche a été le préliminaire à ma thèse de doctorat sur le Cluny du xe siècle, publiée ensuite sous le titre Rhinoceros Bound (1982) (I/7). Dans ce livre, j’ai soutenu que le premier Cluny a réagi aux troubles sociaux du xe siècle dans la promotion d’un modèle monastique qui met en valeur les rites, l’ordre et l’accomplissement de la loi. M’appuyant sur la théorie de l’anomie élaborée par Émile Durkheim et Robert Merton, j’ai avancé la thèse suivant laquelle la fragmentation de l’Empire carolingien et la montée en puissance de seigneurs indépendants ont introduit une disjonction entre les idéaux monarchiques et les aspirations de la classe militaire. La vie monastique d’ordre et de contrôle menée à Cluny a été à la mesure de cette anomie et des antidotes qu’elle génère. En réponse, les moines ont proposé un nouvel idéal à l’homme d’armes : comme un “rhinoceros” tenu par les liens des lois divines – c’est-à-dire par les limites posées par ses tuteurs clunisiens – il devait faire un usage vertueux de la violence, en défendant les pauvres et en s’opposant aux méchants.

4Me tournant ensuite vers les donateurs de terre, j’ai commencé à étudier les chartes de Cluny, bénéficiant de l’aide généreuse de Joachim Wollasch et de son équipe de recherche à l’Université de Münster, spécialement Maria Hillebrandt et Franz Neiske, qui avaient mis au point une base de données des milliers de donateurs, rédacteurs et témoins apparaissant dans les chartes. Ayant recours au « Gruppensuchprogramm », qualifié comme tel par leur informaticien, ils mettaient à jour des groupes de noms récurrents. Équipée de ma propre base de données de noms de lieu, enrichie de la liste des noms lemmatisés fournie par l’équipe de Münster, et stimulée par les recherches alors en cours sur la résolution des conflits dans le haut Moyen Âge, j’ai analysé, dans To Be the Neighbor of Saint Peter (1989) (I/6), le va-et-vient des relations des moines et de leur patron saint Pierre avec la population environnante – pour l’essentiel les laïcs dans le voisinage de Cluny – qui donnaient, vendaient, échangeaient de la terre à/avec Cluny. J’ai ainsi découvert un système de « donner/prendre » dans lequel la terre servait autant de ciment social que d’objet économique.

5Cluny avait des relations importantes non seulement avec ses voisins mais aussi avec la papauté romaine. En 1095, le pape Urbain II délimitait une aire sainte et inviolable autour du monastère de Cluny : le « ban sacré », territoire consacré (sacratus) qui était de façons diverses, porteur du symbolisme de l’autel majeur de Cluny (également consacré par le pape). Quelles étaient les origines de l’« immunité” qu’Urbain II déclarait instituer ? La question m’a amené à explorer, dans Negotiating Space (1999) (I/4), l’histoire de l’immunité et de l’exemption, à partir des privilèges de l’Antiquité tardive, puis des immunités royales et des exemptions épiscopales dans la France mérovingienne. J’ai examiné l’articulation immunité/tuitio – une institution de contrôle plutôt que d’affranchissement – dans les privilèges carolingiens, pour achever avec les développements des xe et xisiècles, époque de nombreuses transformations de l’immunité et d’emplois jusqu’alors inconnus, telle la création du « ban sacré ».

6Alors que je rédigeais ce livre, j’ai été invitée par Sharon Farmer à présider une session d’un colloque de l’American Historical Association sur « La construction sociale de la colère au Moyen Âge ». Ce fut pour moi l’occasion de découvrir un sujet de recherche encore très peu exploré. En matière d’émotions médiévales et modernes, le modèle qui prévalait était tiré du Procès de civilisation de Norbert Elias, écrit dans les années 1930. Sa conception des émotions médiévales – à ses yeux, impulsives, violentes, sans contrôle –était fondée sur une conception “hydraulique” des émotions qui, à l’époque du colloque de l’American Historical Association, était presque universellement rejeté par les psychologues. J’avais toujours été intéressée par la signification sociale des conduites humaines. Les émotions pouvaient-elles être “historisées”, replacées dans des périodes historiques, comme une matière autant sociale qu’intime et personnelle ? Dans Anger’s Past (1998) (I/5), j’ai publié une ensemble d’articles sur le sujet. Après avoir passé en revue la littérature secondaire sur la question, j’ai publié un article « Worrying about Emotions in History » (2002) (III/34), dans lequel j’ai proposé un modèle reposant sur un segment social qualifié de « communautés émotionnelles ». Celles-ci étaient généralement identiques aux groupes sociaux, mais le chercheur amené à s’intéresser à elles devait prendre en considération les buts et les valeurs de chacune de ces communautés et voir, dans cette perspective, les façons dont la communauté en question privilégiait certaines émotions et en rejetaient d’autres, élaborait un “standard” d’expression émotionnelle, et déterminait des composants affectifs des relations entre amis, ennemis, membres du groupe familial et étrangers.

7Dans Emotional Communities in the Early Middle Ages (2006) (I/1), j’ai exploré quelques unes des nombreuses communautés émotionnelles qui ont coexisté dans de nombreux endroits de l’Europe du haut Moyen Âge. Offrant un modèle d’une nouvelle façon d’écrire l’histoire des émotions, le livre rejette la notion de « procès de civilisation », proposant un autre type de dynamique historique. L’argument développé est qu’une histoire des émotions doit analyser les traits saillants d’importantes communautés émotionnelles, montrant comment et pourquoi elles ont pu voir le jour, qu’il s’agisse d’ascendant politique, d’un prestige nouvellement établi, du plaidoyer pour des fins et des valeurs considérées utiles et d’actualité, ou pour toute cause historique contingente s’imposant alors que d’autres voient leur importance changer ou décliner.

8Le plus gros de mon travail depuis 2006 a été consacré à explorer l’histoire des émotions, qu’il s’agisse d’aborder des problèmes de méthode (par exemple, III/3, 7, 9, 14) ou d’étudier des communautés émotionnelles spécifiques (par exemple, III/4, 6, 8). Toutes ces études sont préparatoires à une synthèse plus ample dans laquelle je proposerai une nouvelle approche de l’histoire des émotions propre à dépasser la césure (factice à mes yeux) entre le Moyen Âge et les Temps modernes.

Bibliographie (par catégories et en ordre descendant par date de publication)

Livres

  • Emotional Communities in the Early Middle Ages, Ithaca, Cornell University Press, 2006 [poche, 2007].

  • Édition avec Sharon Farmer, Monks and Nuns, Saints and Outcasts: Religion in Medieval Society. Essays in Honor of Lester K. Little, Ithaca, Cornell University Press, 2000.

  • Édition avec Monique Bourin, L’an mil en 2000, Médiévales, 37 (1999).Negotiating Space: Power, Restraint, and Privileges of Immunity in Early Medieval Europe Ithaca, Cornell University Press, 1999.

  • Édition, Anger's Past: The Social Uses of an Emotion in the Middle Ages, Ithaca, Cornell University Press, 1998.

  • To Be the Neighbor of St. Peter: The Social Meaning of Cluny's Property, 909-1049 Ithaca, Cornell University Press, 1989.

  • Rhinoceros Bound: Cluny in the Tenth Century, Pennsylvania, University of Pennsylvania Press, 1982.

Manuels

  • A Short History of the Middle Ages, Peterborough, Ont., Broadview Press, 2001 [2e éd., 2004 ; 3e éd, University of Toronto Press, 2009].

  • Reading the Middle Ages: Sources from Europe, Byzantium, and the Islamic World, Peterborough, Ont., Broadview Press, 2006.

  • En collaboration avec Lynn Hunt et alii, The Making of the West: Peoples and Cultures. A Concise History, Boston, Bedford, 2003 [2e éd., 2006 ; 3e éd., 2009 ; 4e éd., 2013].

  • En collaboration avec Lynn Hunt et alii, The Making of the West: Peoples and Cultures, Boston, Bedford, 2001 [2e éd., 2005 ; 3e éd., 2009 ; 4e éd., 2012].

  • Édition avec Lester K. Little, Debating the Middle Ages: Issues and Readings, Oxford, Blackwell, 1998 [trad. espagnole, La Edad Media a debate, Madrid, Akal, 2003].

Articles

  • « Christianizing Cicero’s Perturbationes », The Origins of Christin Europe. Quaestiones Medii Aevi Novae 17, 2012 (à paraître).

  • En collaboration avec Nicole Eustace, Eugenia Lean, Julie Livingston, Jan Plamper et William M. Reddy, AHR Conversation, « The Historical Study of Emotions », American Historical Review 117/4, 2012, p. 1467-1511.

  • « Theories of Change in the History of Emotions », dans Jonas Liliequist (éd.), Cultural History of Emotions in Premodernity, London, Pickering and Chatto, 2012, p. 7-20.

  • « Transmitting Despair by Manuscript and Print », dans Elina Gertsman (éd.), Crying in the Middle Ages: Tears of History, New York/Oxon, Routledge, 2012, p. 249-260.

  • « Réforme monastique et transformation sociale », BUCEMA 15, 2011, p. 157-168 et http://cem.revues.org/​index11956.html

  • « Les communautés émotionnelles et le corps », Médiévales 61, 2011, p. 55-76.

  • « Thinking Historically about Medieval Emotions », History Compass 8/8, 2010, p. 828-842.

  • « The Mystical Skeleton in the Thomistic Closet: Aquinas’s Impassibility », Journal of Medieval Religious Cultures 36/2, 2010, p. 233-246.

  • « Problems and Methods in the History of Emotions », Passions in Context: Journal of the History and Philosophy of the Emotions 1/1, 2010, en ligne : http://www.passionsincontext.de/​

  • « Circles of Affection in Cluniac Charters », dans D. Boisseuil, P. Chastang, L. Feller, J. Morsel (éds.), Écritures de l'espace social. Mélanges d'histoire médiévale offerts à Monique Bourin par ses élèves et ses amis, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, p. 399-418.

  • « The Political Uses of an Emotional Community: Cluny and Its Neighbors, 833-965 », dans Damien Boquet, Piroska Nagy (éds.), Politiques des émotions au Moyen Âge, Firenze, Edizioni del Galluzzo, SISMEL, Micrologus Library, 2010, p. 205-221.

  • « Construire l’opinion publique: de l’ordre juste de l’amour de saint Thomas d’Aquin », dans Julie Claustre, Olivier Mattéoni, Nicolas Offenstadt (éds.), Un Moyen Âge pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris, Presses Universitaires de France, 2010, p. 380-87.

  • « Love, Passion, Ecstasy, and Pain in Thomas Aquinas », trad. en hébreu d’Yitzak Hen, Historia: Journal of the Historical Society of Israel 24, 2010, p. 23-37.

  • « Emotion Words » dans Damien Boquet, Piroska Nagy (éds.), Le sujet de l'émotion au Moyen Âge, Paris, Beauchesne, 2009, p. 93-106.

  • « Gender als Analysekategorie in der Emotionsforschung », Feministische Studien, 2008, I, Gefühle, p. 92-106.

  • « The Uses of Biology: A Response to J. Carter Wood’s ‘The Limits of Culture?’ », Cultural and Social History 4, 2007, p. 553-558.

  • « Les émotions de la vengeance », dans Dominique Barthélemy, François Bougard, Régine Le Jan (dir.), La vengeance 400-1200, École française de Rome, 2006, p. 237-257.

  • « Histoire de l’émotion : méthodes et approches », La médiévistique au xxsiècle. Bilan et perspectives, Cahiers de civilisation médiévale 29, 2006, p. 33-48.

  • « Y avait-il un « moi » au haut Moyen Âge ? », Revue historique 307, 2005, p. 31-52.

  • « Even the Devil (Sometimes) has Feelings: Emotional Communities in the Early Middle Ages », The Haskins Society Journal 14, 2003, p. 1-14 (parution : 2005).

  • « Identity and Emotions in the Early Middle Ages », dans Walter Pohl (dir.), Die Suche nach den Ursprüngen: Von der Bedeutung des frühen Mittelalters, Wien, Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2004, p. 129-137.

  • « In gestis emendatioribus: Gregory the Great and the Gesta martyrum », dans Retour aux sources. Textes, études et documents d’histoire médiévale offerts à Michel Parisse, Paris, Picard, 2004, p. 843-848.

  • « Eros and Clio: Emotional Paradigms in Medieval Historiography », dans Hans-Werner Goetz, Jörg Jarnut (éds.), Mediävistik im 21. Jahrhundert: Stand und Perspektiven der internationalen und interdisziplinären Mittelalterforschung, München, Wilhelm Fink, 2003, p. 427-441.

  • « Pouvoir et passion. Communautés émotionnelles en Francie au viisiècle », Annales HSS 58/6, 2003, p. 1271-1292.

  • « I Sentimenti », dans Daniela Romagnoli (éd.), Il medioevo europeo de Jacques Le Goff, Milano, Silvana Editoriale Spa, 2003, p. 347-353.

  • « Emotions and Material Culture: A ‘Site under Construction’ », dans Gerhard Jaritz (éd.), Emotions and Material Culture, Wien, 2003 (Forschungen des Instituts für Realienkunde des Mittelalters und der frühen Neuzeit. Diskussionen und Materialien, 7), p. 165-172.

  • « Emotional Space », dans C. Stephen Jaeger, Ingrid Kasten (éds.), Codierungen von Emotionen im Mittelalter/ Emotions and Sensibilities in the Middle Ages, Berlin, 2003, p. 287-303.

  • « Visualizing a Dispute Resolution: Peter of Albano’s Protected Zone », dans Conflict in Medieval Europe: Changing Perspectives on Society and Culture, Aldershot, Ashgate, 2003, p. 85-108.

  • « The Places and Spaces of Emotion », dans Uomo e Spazio nell’alto medioevo, Settimane di studio del Centro Italiano di Studi Sull’alto medioevo, 50, Spoleto, 2003, p. 505-36.

  • « Francia and Polynesia: Rethinking Anthropological Approaches », dans Gadi Algazi, Valentin Groebner, Bernhard Jussen (éds.), Negotiating the Gift: Pre-Modern Figurations of Exchange, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2003, p. 361-79.

  • « Writing and Emotions in Gregory of Tours », dans Walter Pohl, Paul Herold (éds.), Vom Nutzen des Schreibens. Soziales Gedächtnis, Herrschaft und Besitz, Wien, 2002 (Forschungen zur Geschichte des Mittelalters 5, Österreichische Akademie der Wissenschaften, philosophisch-historische Klasse, Denkschriften 306), p. 23-32.

  • « Emotions in History » dans Bulletin du Centre d’Études médiévales 6, 2001-2002, p. 87-97.

  • « Inaccessible Cloisters: Gregory of Tours and Episcopal Exemption », dans Kathleen Mitchell, Ian Wood (éds.), The World of Gregory of Tours, Leiden, 2002, p. 181-198.

  • « Worrying about Emotions in History », American Historical Review 107, 2002, p. 21-45.

  • « Émotions en politique. Perspectives de médiévistes », dans Hypothèses 2001. Travaux de l’École doctorale d’Histoire, Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne, Paris, 2002, p. 315-324.

  • « Views from Afar: North American Perspectives on Medieval Monasticism », dans Giancarlo Andenna (dir.), Dove va la storiografia monastica in Europa? Temi e metodi di richerca per lo studio della vita monastica e regolare in età medievale alle soglie del terzo millennio, Milano, 2001, p. 67-84.

  • « One Site, Many Meanings: Saint-Maurice d'Agaune as a Place of Power in the Early Middle Ages », dans Mayke de Jong, Frans Theuws, Carine van Rhijn, Topographies of Power in the Early Middle Ages, Leiden, 2001, p. 271-90.

  • « Writing without Fear about Early Medieval Emotions », Early Medieval Europe 10, 2001, p. 229-234.

  • « “Commentaire” to Eliana Magnani S.-Christen, Le don au Moyen Âge: Pratique sociale et représentations: Perspectives de recherche,” dans Bulletin du Centre d’Études médiévales 4, 2000, p. 75-76.

  • « Property Transfers and the Church, Eighth to Eleventh Centuries: An Overview », dans Régine Le Jan, François Bougard, Cristina La Rocca (dir.), Les transferts patrimoniaux en Europe occidentale viiie-xe siècle, I, Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge 111, 1999, p. 563-575.

  • « Perennial Prayer at Agaune », dans Barbara H. Rosenwein, Sharon Farmer (éds.), Monks and Nuns, Saints and Outcasts. Essays in Honor of Lester K. Little, Ithaca, Cornell University Press, 2000, p. 37-56.

  • « Cluny's Immunities in the Tenth and Eleventh Centuries: Images and Narratives », dans Giles Constable, Gert Melville, Jörg Oberste (dir.), Die Cluniazenser in ihrem politisch-sozialen Umfeld, Münster, 1998, p. 133-164.

  • « Les bienfaiteurs de Cluny en Provence (940-1050) », dans Saint Mayeul et son temps: Millénaire de la mort de saint Mayeul 4e abbé de Cluny, 994-1994. Actes du Congrès International, Saint Mayeul et son temps (Valensole, 12-14 mai 1994), Digne-les-Bains, 1997, p. 121-36.

  • « Association through Exemption: St. Denis, Salonnes and Metz », dans Hagen Keller, Franz Neiske (éds.), Vom Kloster zum Klosterverband: Das Werkzeug der Schriftlichkeit, München, Wilhelm Fink, 1997, p. 68-87.

  • « L'espace clos : Grégoire et l'exemption épiscopale », dans Nancy Gauthier, Henri Galinié (dir.), Grégoire de Tours et l'espace gaulois, actes du congrès international (Tours, 3-5 novembre 1994), Tours, 1997 (Suppléments à la Revue Archéologique du Centre de la France, 13), p. 251-262.

  • « Friends and Family, Politics and Privilege in the Kingship of Berengar I », dans Samuel K. Cohn Jr., Steven A. Epstein (éds.), Portraits of Medieval and Renaissance Living: Essays in Memory of David Herlihy, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1996, p. 91-106.

  • « The Family Politics of Berengar I (888-924) », Speculum 71, 1996, p. 247-289.

  • « La question de l'immunité clunisienne », Bulletin de la Société des Fouilles archéologiques et des monuments historiques de l'Yonne 12, 1995, p. 1-12.

  • « Le domaine clunisien en Provence (909-1049), dans D. Iogna-Prat, X. Barral i Altet, G. Barruol, Barbara H. Rosenwein, Saint Maïeul, Cluny et la Provence : Expansion d'une abbaye à l'aube du Moyen Âge, Les Alpes de Lumière 115, Mane, 1994, p. 15-31.

  • (avec Thomas Head, Sharon Farmer), « Monks and Their Enemies: a Comparative Approach », Speculum 66, 1991, p. 764-796.

  • « Le lit de Procuste de Guy Bois », Médiévales 21, 1991, p. 11-16.

  • « Cartographic Patterns of Cluniac Monasticism », dans A. B. Creel, V. Narayanan (dir.), Monastic Life in the Christian and Hindu Traditions. A Comparative Study, Lewiston/New York, Edwin Mellen Press, 1990, p. 323-360.

  • « Reformmönchtum und der Aufstieg Clunys. Webers Bedeutung für die Forschung heute », dans Wolfgang Schluchter (éd.), Max Webers Sicht des okzidentalen Christentums, Frankfurt-am-Main, Suhrkamp Verlag, 1989, p. 276-311.

  • « St. Odo's St. Martin: The Uses of a Model », Journal of Medieval History 4, 1978, p. 317-333.

  • « Rules and the Rule at Tenth-Century Cluny », Studia Monastica 19, 1977, p. 307-320.

  • avec Lester K. Little, « Social Meaning in the Monastic and Mendicant Spiritualities », Past and Present 63, 1974, p. 4-32.

  • « Feudal War and Monastic Peace: Cluniac Liturgy as Ritual Aggression », Viator 2, 1971, p. 129-157.

Autres publications

  • Jan Plamper, « Wie schreibt man die Geschichte der Gefühle ? », WerkstattGeschichte 19/1, Heft 54 (2010), p. 39-69.

  • Jan Plamper, « The History of Emotions: An Interview with William Reddy, Barbara Rosenwein, and Peter Stearns », History and Theory 49, 2010, p. 237-265.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Barbara H. Rosenwein, « Barbara H. Rosenwein : bio-bibliographie », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n° 5 | 2013, mis en ligne le 08 janvier 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://cem.revues.org/12557 ; DOI : 10.4000/cem.12557

Haut de page

Auteur

Barbara H. Rosenwein

Loyola University Chicago

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org