Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
À venir

CBMA [Chartae Burgundiae Medii Aevi ] - VII.
Le « vocabulaire courant » en diplomatique : techniques et approches comparées.

Rencontre. Vendredi 25 janvier 2013, Maison des Sciences de l'Homme de Dijon, 10h-17h.
Nicolas Perreaux et Coraline Rey
  • 1 Ce constat avait déjà été réalisé par Robert-Henri Bautier, en 1971 : « Certains aussi concevaient (...)
  • 2 O. Guotjeannin, « "Penuria scriptorum" : le mythe de l’anarchie documentaire dans la France du Nord (...)

Tandis que les bases de données de documents diplomatiques tendent à se multiplier, les chartes bourguignonnes réunies au sein du corpus des CBMA offrent, à ce jour, le schéma d’interrogation en ligne le plus flexible pour une base de cette taille : plus de 13 000 actes, désormais accessibles via un serveur hébergé par le TGE Adonis (http://www.artehis-cbma.eu/). La journée d’étude de janvier 2011 avait permis de souligner l’intérêt de cet outil et de partager des expériences en cours, en insistant sur la prise en main – de plus en plus sensible – du logiciel par les chercheurs. Grâce à cette base et à cet outil émerge la possibilité de réaliser une diplomatique comparée, thème ancien, mais largement délaissé dans les dernières décennies au profit d’études ciblées1. Cette approche, s’appuyant sur une lecture renouvelée du matériau, renforce la mise en cause du « mythe de l’anarchie documentaire »2, en montrant que les usages de termes ou de formules souvent considérés comme allant de soi sont en fait typiques d’un moment, d’un espace, d’une écriture.

  • 3 Sur cette question de l'opacité du vocabulaire médiolatin : A. Guerreau, « Vinea », in M. Goullet e (...)
  • 4 I. H. Witten, E. Frank, M. A. Hall, Data Mining. Practical Machine Learning Tools and Techniques. T (...)

Cette journée d’étude sera consacrée aux expériences dans le domaine des termes ou des formules considérés comme évidents/courants3, c'est-à-dire dont la forte récurrence pourrait faire penser a priori (et peut-être à tort ?) à des habitudes ou à des emplois globalement partagés. Seront notamment envisagés les outils et les techniques employés pour faire ressortir ces spécificités, aussi bien au plan fréquentiel qu’au niveau des cooccurrents (traitements statistiques / data mining4). De la même manière, on s'intéressera à la sémantique de ces termes, justement fortement corrélée à leur présence/absence dans des zones à la structuration sociale sans doute différente. L’objectif est de mettre en lumière quelle part du vocabulaire “commun” répond à ce paradigme d'une écriture s'inscrivant dans un moment mais surtout dans un espace. Les communications pourront porter non seulement sur la base des CBMA, qui offre un champ d'étude très propice à ce type de recherche (l’actuelle Bourgogne étant une entité composite dans le temps et dans l’espace), mais aussi, pour favoriser cette approche comparatiste, sur d’autres bases constituées ou en cours de constitution.

Programme

Matin (10h-12h30)

Introduction 

  • Les CBMA en 2012

  • Didier Panfili – « User du mot dominus dans les scriptoria méridionaux du VIIIe au début du XIIIe siècle »

  • Nicolas Perreaux – « Vocabulaire courant, vocabulaire fréquent, vocabulaire endémique ? Lecture spatiale d’un phénomène fréquentiel »

Après-midi (14h-17h)

  • Alain Guerreau - « L'observation et l'analyse statistique de la fréquence et de la répartition d'un groupe de n tokens »

  • Eliana Magnani – « Le genre d'Ego : la désignation des disposants dans les documents diplomatiques bourguignons »

  • Coraline Rey – « Le vocabulaire de l'écriture et du livre à Cîteaux. Pour une approche comparée : chartes, comptes et catalogue de bibliothèque »

Conclusions

Notes

1 Ce constat avait déjà été réalisé par Robert-Henri Bautier, en 1971 : « Certains aussi concevaient qu'au-delà de l'étude des chancelleries particulières devait naître, ou plutôt renaître, une diplomatique comparative, condition de nouveaux développements de secteurs entiers des sciences historiques », in R.-H. Bautier, « La Commission internationale de diplomatique. Sa genèse. Son organisation. Son programme de travail », BEC n° 129 (1971), p. 421-425, ici p. 421.

2 O. Guotjeannin, « "Penuria scriptorum" : le mythe de l’anarchie documentaire dans la France du Nord (Xe-première moitié du XIe siècle) », BEC n° 155 (1997), p. 11-44.

3 Sur cette question de l'opacité du vocabulaire médiolatin : A. Guerreau, « Vinea », in M. Goullet et M. Parisse (éd.), Les historiens et le latin médiéval. Colloque tenu à la Sorbonne les 9, 10 et 11 septembre 1999, Paris, 2001, p. 67-73.

4 I. H. Witten, E. Frank, M. A. Hall, Data Mining. Practical Machine Learning Tools and Techniques. Third Edition, Burlington, 2011.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org