Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Chantier(s)

Aménagements et cloîtres monastiques. Autour des chantiers et des recherches archéologiques 2012 du Centre d’études médiévales Saint-Germain d’Auxerre

Christian Sapin

Texte intégral

1Les opérations de recherches archéologiques, conduites sous l’égide du Centre d’études médiévales Saint-Germain depuis l’automne 2011, touchent plusieurs sites. L’essentiel de l’avancement de ces chantiers, entre la fin 2011 et au cours de 2012, est présenté ici en attendant la publication développée des résultats dans la prochaine livraison du Bucema.

2Plusieurs de ces travaux archéologiques correspondent à des fouilles programmées comme Cluny et Vézelay (dir. C. Sapin) ou La Charité-sur-Loire (dir. F. Henrion) ; d’autres correspondent à des sondages préalables à de nouveaux programmes (Saint-Philbert-de-Grandlieu, Loire-Atlantique) ou complètent des informations (Gigny, Jura), Saint-Dyé-sur-Loire (Loir-et-Cher). Enfin des interventions préventives à des travaux (souvent de restauration) ont occupé une partie de l’équipe, tel Oudun (Yonne), Châteauneuf-en-Auxois (Côte-d’Or)…

Saint-Quentin (Aisne)

3Parmi les anciennes fouilles programmées décrites jusqu’en 2010, Saint-Quentin prenait une bonne place. Les premiers résultats avec illustrations et restitutions ont été présentés dans le catalogue réalisé à l’occasion de l’exposition, intitulée « Aux origines d’une ville : Saint-Quentin. Entre traditions littéraires et réalités archéologiques », qui s’est tenue au musée Lecuyer de Saint-Quentin, du 16 novembre au 20 février 2012. Après une première partie, consacrée à « L’histoire de saint Quentin entre textes et images », par Michèle Gaillard, Jean-Luc Villette et Claudia Rabel, nous avons pu mettre en évidence sous le titre : « L’archéologie d’un site : les origines de Saint-Quentin révélées », l’apport de l’archéologie avec le passage d’un simple mausolée, établi dès la fin du ive siècle, à l’établissement d’un lieu de culte, plusieurs fois transformé aux ve, vie et ixe siècles, notamment.

Saint-Dyé-sur-Loire (Loir-et-Cher)

4À Saint-Dyé-sur-Loire, dans le cadre des recherches sur les cryptes carolingiennes, une journée d’études, de prospection géophysique et de relevés, a pu infirmer l’hypothèse, jusqu’alors défendue, à la suite des travaux de Jean Martin-Demézil en 1962-1963, de l’existence d’une crypte annulaire carolingienne, comme à Saint-Denis ou à Saint-Quentin, selon les travaux évoqués ci-dessus. Il semble – en attendant un jour des vérifications plus amples sur le terrain – qu’il s’agisse de maçonneries plus tardives pour aménager le tombeau sans organiser une crypte.

Fig. 1 – Saint-Dyé-sur-Loire, prospection géophysique (univ. Paris 6-V. Cachier).

Fig. 1 – Saint-Dyé-sur-Loire, prospection géophysique (univ. Paris 6-V. Cachier).

Cluny (Saône-et-Loire)

  • 1  910 Cluny, le monachisme et la société au premier âge féodal (880-1050), PUR, Rennes, à paraître.

5Une nouvelle fouille programmée s’est ouverte à Cluny pour les années 2011-2013. Toujours dirigée par C. Sapin et l’équipe du Centre d’études médiévales Saint-Germain et en collaboration avec Anne Baud (université de Lyon 2). Il s’agit cette fois d’orienter les recherches sur les origines mêmes du monastère, et en particulier de la villa carolingienne, touchée lors des campagnes précédentes. En reprenant les données réunies par les sondages de K. J. Conant 1 et la découverte lors de la campagne 2011 de plusieurs maçonneries, niveaux et mobilier, on peut commencer à restituer un plan de villa en trois phases, pouvant se situer entre le viiisiècle et l’arrivée des moines au début du xe siècle. En outre, la dernière campagne a permis d’atteindre l’église Sainte-Marie et de reconnaître plusieurs états. Les deux prochaines interventions de septembre-octobre 2012 et 2013, devraient préciser ces deux aspects des origines et premiers temps du monastère.

Fig. 2 – Cluny, vue générale du chevet de l’église Sainte-Marie (cl. CEM).

Fig. 2 – Cluny, vue générale du chevet de l’église Sainte-Marie (cl. CEM).

La Charité-sur-Loire (Nièvre)

  • 2  F. Henrion, « Le cloître de l’ancien prieuré Notre-Dame de La Charité-sur-Loire (Nièvre) », Bucema (...)

6À La Charité-sur-Loire, après deux campagnes de sondages et de relevés sur ce prieuré de Cluny 2, Fabrice Henrion a pu proposer qu’une nouvelle étude archéologique programmée soit engagée sur les élévations des bâtiments du cloître. Les relations entre l’aile est, l’église Notre-Dame et l’église Saint-Laurent sont aujourd’hui mieux perçues, en particulier par l’étude des accès au dortoir des moines et à la salle capitulaire. Les plus récents travaux ont porté sur le bâtiment aujourd’hui dénommé « cellier », mais qui doit probablement plutôt correspondre aux hostelleries du prieuré. Daté fin xiiie-début xive siècle, ce grand bâtiment, voûté au rez-de-chaussée (réfectoire et cuisines ?), présentait à l’étage une vaste salle couverte d’une double voûte charpentée lambrissée.

  • 3  S. Bully et C. Sapin, « Les monastères en Europe occidentale (ve-xe siècle)… », Bucema, 15 (2011), (...)

7Une partie des résultats des campagnes de fouilles et d’étude sur ces deux sites clunisiens a été présentée lors des journées d’avril 2012 à Baume-les-Messieurs, consacrées aux Chapelles mariales et salles du chapitre (publication en ligne en cours). Cette rencontre a été organisée dans le cadre du Programme collectif de recherche (PCR) sur Les monastères en Europe occidentale (ve-xe siècle). Topographie et structures des premiers établissements en Franche-Comté et en Bourgogne. Dans le cadre de ce programme se placent également les travaux menés au sein de plusieurs fouilles programmées, en particulier la question des origines du système claustral 3. Dans cette perspective, nous avions proposé de porter un éclairage particulier sur deux monastères fondés ou refondés au même moment vers 880, Vézelay et Gigny. Plus largement, ces travaux de terrain sont l’occasion de mieux connaître la manière dont ces monastères ont résolu l’organisation quotidienne et liturgique des lieux construits, tout en assurant un positionnement politique dans le cadre des grandes réformes souhaitées par le pouvoir impérial carolingien.

Fig. 3 – La Charité-sur-Loire, vue du bâtiment de l’hôtellerie (cl. CEM).

Fig. 3 – La Charité-sur-Loire, vue du bâtiment de l’hôtellerie (cl. CEM).

Vézelay (Yonne)

8C’est ainsi qu’à la suite des sondages de 2010 et 2011, une fouille importante en surface a pu être engagée à Vézelay en mai-juin 2012 sur l’emplacement du cloître. Ont été découvertes à la fois les maçonneries correspondantes au cellier médiéval et la galerie occidentale du cloître dans un double état xiie-xiiisiècles avec les vestiges d’un sol de carreaux glaçurés et un élément de banquette encore en place. Le sol rocheux apparaît en plusieurs endroits. Vers le sud, en direction de la pente, un mètre de mur en opus spicatum antérieur à tous les niveaux et structures en présence, avec un mortier caractéristique, pourrait constituer un premier témoin construit de l’installation carolingienne. Par ailleurs, le dispositif du cloître médiéval commence à pouvoir être reconstitué en appui de la découverte de la galerie, grâce à une large campagne de prospections géophysiques radar assurée par Virginie Cachier et le laboratoire Sisyphe de l’université Pierre et Marie Curie-Paris 6.

Fig. 4 – Vézelay, vue de la galerie ouest du cloître en fin de fouille (cl. CEM).

Fig. 4 – Vézelay, vue de la galerie ouest du cloître en fin de fouille (cl. CEM).

Gigny (Jura)

9À Gigny, un sondage en juillet 2012, a permis de préciser l’emplacement de la galerie sud du cloître dans son dernier état (xiie-xiiie siècles). L’angle d’un lavabo a été également reconnu. La situation de cette galerie, jusqu’alors ignorée du fait de la démolition des bâtiments claustraux, dès les xvie-xviie siècles, comme à Vézelay, démontre l’existence d’un plan conséquent au xiisiècle pour un cloître rectangulaire, et non carré comme on l’avait supposé, incluant un lavabo monumental.

Fig. 5 – Gigny-sur-Suran, vue générale du sondage et de ses abords (cl. CEM).

Fig. 5 – Gigny-sur-Suran, vue générale du sondage et de ses abords (cl. CEM).

Saint-Philbert-de-Grandlieu (Loire-Atlantique)

10Enfin, l’occasion nous a été donnée de faire trois sondages à l’emplacement du cloître disparu de Saint-Philbert-de-Grandlieu. En écho aux questions posées sur les sites bourguignon ou franc-comtois établis bien après le mouvement de la réforme carolingienne, suivant le concile d’Aix-la-Chapelle, le site monastique de Saint-Philbert pourrait être, d’après les sources, déjà établi ou en cours d’aménagement très tôt dans ce siècle (vers 820). Au vu des premiers résultats, le cloître bien attesté au nord au xviiie siècle, ne semble pas avoir eu cet emplacement au début de l’époque médiévale. Les recherches seront à poursuivre prochainement au sud.

11Les différentes interventions de 2012 au sein de la recherche archéologique programmée de terrain et de projets collectifs ont fourni de nouvelles perspectives à partir d’un potentiel désormais assuré. Les chaînons manquant dans la constitution des monastères, en particulier de l’espace claustral à la fin de l’époque carolingienne, commencent progressivement à émerger. Gageons que la suite des fouilles, notamment de Vézelay, étaiera plus encore nos réflexions dans ce domaine.

Fig. 6 – Saint-Philbert-de-Grandlieu, vue générale (cl. CEM).

Fig. 6 – Saint-Philbert-de-Grandlieu, vue générale (cl. CEM).

Reçu : 30 août 2012 – Accepté : 20 novembre 2012

Haut de page

Notes

1  910 Cluny, le monachisme et la société au premier âge féodal (880-1050), PUR, Rennes, à paraître.

2  F. Henrion, « Le cloître de l’ancien prieuré Notre-Dame de La Charité-sur-Loire (Nièvre) », Bucema, 15 (2011), p. 49 [cem.revues.org/11892].

3  S. Bully et C. Sapin, « Les monastères en Europe occidentale (ve-xe siècle)… », Bucema, 15 (2011), p. 119-128 [cem.revues.org/11948].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Saint-Dyé-sur-Loire, prospection géophysique (univ. Paris 6-V. Cachier).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/12468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 2 – Cluny, vue générale du chevet de l’église Sainte-Marie (cl. CEM).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/12468/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Titre Fig. 3 – La Charité-sur-Loire, vue du bâtiment de l’hôtellerie (cl. CEM).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/12468/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Titre Fig. 4 – Vézelay, vue de la galerie ouest du cloître en fin de fouille (cl. CEM).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/12468/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Titre Fig. 5 – Gigny-sur-Suran, vue générale du sondage et de ses abords (cl. CEM).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/12468/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 6 – Saint-Philbert-de-Grandlieu, vue générale (cl. CEM).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/12468/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Sapin, « Aménagements et cloîtres monastiques. Autour des chantiers et des recherches archéologiques 2012 du Centre d’études médiévales Saint-Germain d’Auxerre », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://cem.revues.org/12468 ; DOI : 10.4000/cem.12468

Haut de page

Auteur

Christian Sapin

CNRS / Artehis UMR 6298. Directeur du Centre d’études médiévales d’Auxerre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org