Navigation – Plan du site
Chronique(s)

CBMA. Chartae Burgundiae Medii Aevi
VI. Les chartes bourguignonnes sous PhiloLogic

Dijon, Maison des sciences de l’homme, 27 janvier 2012
Eliana Magnani et Marie-José Gasse-Grandjean

Texte intégral

1La transformation dans les méthodes et dans les résultats des recherches sur le Moyen Âge, grâce aux milliers de textes aujourd’hui numérisés, était le problème, toujours irrésolu, qui a orienté la journée d’études des CBMA du 27 janvier 2012. Effectivement, si les numérisations ne cessent de s’accumuler depuis trois décennies, y compris les reproductions des manuscrits, leur exploitation demeure encore en deçà des changements potentiels importants qu’on pourrait présager. Ce décalage provient à la fois des questions posées par les historiens à cette documentation, qui n’ont pas elles-mêmes évolué, et, par conséquent, des moyens donnés pour l’interroger. En d’autres termes, c’est la portée des opérations intellectuelles qui conditionnent les opérations techniques. En raisonnant en termes de recherches « indexielles », beaucoup d’outils informatiques – les bases de données par exemple – sont encore conçus et utilisés dans une perspective très proche des dispositifs paratextuels propres aux codices manuscrits ou aux livres imprimés, index et tables, que l’automatisation permet de retrouver (voire de croiser), néanmoins (et seulement), plus vite. Comme l’a rappelé Alain Guerreau lors de son intervention, l’informatisation actuelle n’est pas une simple question de commodité, mais implique une modification de fond de la pratique de l’historien, à condition de s’approprier les outils les plus avancés déjà disponibles et en cours de développement aujourd’hui.

  • 1  Cette évolution a été finalisée pendant l’été 2012. Nous remercions Gérald Foliot et toute l’équip (...)

2Le programme des CBMA, ne se contentant pas d’enrichir continuellement la documentation numérisée mise en ligne, a tenu à proposer l’interrogation avancée des textes déjà réunis, dès l’été 2010, avec l’un de ces outils plus développés, en l’occurrence PhiloLogic, qui permet déjà, et entre autres, la réalisation d’une série de tris, de tables de collocation et d’affichages par mot-clé des résultats. Cette application est accessible depuis le serveur CBMA [www.artehis-cbma.eu], qui sera, à brève échéance, hébergé par le Très Grand Équipement ADONIS à l’IN2P3 de Lyon 1.

3La journée d’études, consacrée au retour d’expériences réalisées avec cette nouvelle ressource, a donné lieu à des présentations contrastées, qui mettaient cependant toutes en avant le potentiel de recherche encore à développer. Elle a été aussi, comme toutes les journées d’études des CBMA, l’occasion de présenter la nouvelle documentation et les outils informatiques disponibles, la recherche étant indissociable de l’approche globale de la documentation et de son traitement.

Recherche

Anthroponymes et toponymes

  • 2  Cette enquête a débuté dans le cadre d’un master à l’université d’Utrecht et se poursuit dans un d (...)
  • 3  J. Richard, Le cartulaire de Marcigny-sur-Loire (1045-1144). Essai de reconstitution d’un manuscri (...)

4Pour reconstituer les réseaux de pouvoir en jeu lors des conflits de biens contestés dans le Brionnais entre 1050 et 1150, Armando Torres Fauaz a pris le cartulaire de Marcigny-sur-Loire comme base d’étude 2. La documentation CBMA et l’outil PhiloLogic lui ont permis de compléter ses relevés de personnages et de déterminer toute une gamme de relations familiales ou de dépendance. L’utilisation de l’option « Recherche floue », en particulier, s’est révélée très utile pour suivre et lier des anthroponymes et toponymes aux orthographes très fluctuantes. Autour des sires de Semur-en-Auxois, défenseurs du monastère de Marcigny, apparaissent ainsi des groupuscules et des entourages d’une grande porosité et mobilité, débordant largement leur aire directe de pouvoir. Les listes élargies de personnages et les généalogies ainsi établies facilitent la compréhension d’une morphologie sociale transrégionale ; elles devraient aussi aider à l’indexation difficile des anthroponymes et toponymes d’une façon plus générale, complétant de premiers indices, comme celui réalisé par Jean Richard dans son édition du cartulaire de Marcigny 3.

Formules

5Les clauses finales des actes diplomatiques ont été le point d’observation testé par Sébastien Barret et Dominique Stutzmann, appliqué aux chartes de Cluny antérieures à 1050 et aux chartes du xiie siècle de l’abbaye cistercienne de Fontenay, respectivement. Sébastien Barret a réexaminé le vocabulaire des clauses pénales et comminatoires des actes clunisiens à l’aide de l’outil PhiloLogic avec l’objectif de vérifier la répétitivité des formules dites figées de cette partie du discours diplomatique. Une requête autour du mot componat, par exemple – environ 1 000 occurrences dans 5 500 textes –, montre que toutes les occurrences de ce verbe, commun à première vue, apparaissent dans les clauses pénales et presque exclusivement, montrant le lien du vocabulaire à une partie spécifique du discours diplomatique. D’autres exemples de requête, comme le syntagme si quis, attestent ainsi de l’existence de modèles rédactionnels fermes, dont les scribes semblent avoir pleinement conscience, posant le problème du traitement statistique et sémantique en situation d’extrême répétitivité formulaire.

6Dans le corpus de l’abbaye de Fontenay, Dominique Stutzmann relève de la même façon des formules qui semblent banales car proches de formulaires connus – formulaire pontifical, royal ou autre. Mais celles-ci ressortent finalement très spécifiques dans le détail. L’ajout de totum dans la formule rare et d’origine pontificale quod totum ut ratum habeatur semble, par exemple, assez caractéristique de Fontenay. Elle n’apparaît pas, en tout cas, dans aucun acte des CBMA. On peut suivre ainsi tout un jeu de variations, transpositions, permutations à partir d’un réservoir de termes connu qui peut sembler à première vue banal, mais qui génère des syntagmes identitaires pour ces communautés monastiques.

7L’enquête sur le vocabulaire de l’échange dans un corpus CBMA élargi à la vallée du Rhône et au Sud-Est, mise en regard des différentes catégories de sources publiées dans la Patrologie latine, fait apparaître inévitablement un « effet formulaire », comme l’a nommé Eliana Magnani, les mots co-occurrents faisant souvent partie de formules (diplomatiques ou bibliques). Comment analyser ces indicateurs, cette « stabilité de surface » et rendre compte des transformations ? Peut-on encore penser comme Georges Duby (1953) que « les titres d’archives [de la fin du xe siècle sont] rédigés selon des formules traditionnelles et qui ont peine à exprimer les réalités nouvelles », que « l’enveloppe seule est carolingienne et masque les transformations profondes » ? Comment mettre en relation changement formulaire, changement lexical et changement social ? L’analyse de la fréquence et des cooccurrences des formes et dérivés de commutatio, cambio, permutatio a permis de dégager les tendances générales, qui concernent et articulent entre eux le champ sémantique des transferts – la proximité des mots désignant différents types de transfert –, l’usage et la transformation des formulaires, les niveaux linguistiques, vernaculaire et « technique ». L’enquête pointe ainsi des mutations importantes entre la fin du xe et le début du xie siècle – abandon des formes de commutatio – et au xiiie siècle – diffusion du terme permutatio récupéré du droit romain –, à côté de l’emploi stable des formes vernaculaires issues de cambio associées à la création d’expressions spécialisées – avec l’introduction des notions à la fois génériques et circonscrites, comme terra à la place de res. Les formules et les expressions, qui se dégagent des principales cooccurrences des mots désignant l’échange, apparaissent moins comme des stéréotypes que comme des structures nodales agissantes, où se réalisent les moments et les éléments clés des mutations dans les modes de dire et d’écrire les transferts.

Villa, « héritage carolingien » ?

  • 4  Thèse de doctorat en cours à l’université de Bourgogne, intitulée L’écriture du monde. Perception, (...)

8Ayant à sa disposition une documentation de 150 000 chartes – base d’étude d’une thèse de doctorat 4 – et l’outil PhiloLogic, Nicolas Perreaux a essayé de préciser le champ sémantique vaste, obscur et omniprésent de la villa. Dans le corpus bourguignon premièrement et en utilisant une méthode d’analyse en tranches documentaires égales, en paquets, il observe que les mentions du lemme villa sont plutôt stables et élevées jusque vers 1030, puis chutent de façon importante entre 1030 et 1080, en particulier dans les zones connaissant un renouveau vers l’an Mil, comme le Mâconnais, disparaissant ensuite au xiie siècle, alors que s’impose l’encellulement. Géographiquement, le terme semble surreprésenté dans les zones à dynamique ancienne comme Autun, Nevers et Auxerre. À une échelle plus européenne, le lemme est attesté de manière diverse dans le temps et dans l’espace. Il est absent du monde anglo-saxon avant la conquête, de même dans l’Espagne wisigothique, et il est rare en Italie. Et il ne semble pas spécifique des actes carolingiens, mais plutôt du centre ouest français (Beaulieu, Uzerche, Poitiers…), ce qui va à l’encontre de l’historiographie traditionnelle qui voit dans la villa un « héritage carolingien ». Dans les actes, le lemme villa apparaît lié au vocabulaire de la famille, celui de la parenté charnelle et des termes statutaires, et au vocabulaire spatial, celui de l’entité spatiale liée à un groupe social. Au final, villa apparaîtrait plutôt comme une structure ancienne, propre au monde franc, moyennement disséminée dans les aires carolingiennes, associée à des prélèvements anciens et non ecclésiaux, qui n’a pas été perméable au renouveau des alentours de l’an Mil, mais ne l’a pas freiné non plus.

Documentation

Le projet CBMA en 2011

9Les activités 2011 du projet CBMA ont été présentées par Marie-José Gasse-Grandjean. Outre les évolutions du serveur CBMA déjà mentionnées, ont été mis en avant la nouvelle documentation mise à disposition, l’enregistrement des dictionnaires topographiques bourguignons et le blog laetus diaconus.

  • 5  Ces textes sont disponibles sur le site web d’ARTeHIS, sur la page documentaire des CBMA [http://w (...)
  • 6  Chartes et documents de Saint-Bénigne de Dijon : prieurés et dépendances, des origines à 1300, 2 v (...)
  • 7  Dans la collection des Documents publiés par la Société archéologique du Gâtinais, tomes 5 et 6.
  • 8  E. Perard, Recueil de plusieurs pièces curieuses servant à l’histoire de la Bourgogne, Paris, 1644 (...)
  • 9  P. Roverius, Reomaus, seu historia monasterii S. Joannis reomaensis, in tractu lingonensi, primari (...)

10La base des données et le portail de la diplomatique bourguignonne ont été enrichis par la poursuite de la documentation des unités enregistrées, avec l’aide d’étudiants, par l’incorporation de plus de 1 200 nouveaux actes diplomatiques 5 et par l’enregistrement de sept cartulaires originaux en mode image. Parmi les corpus d’actes saisis, on compte l’importante collection de chartes de Saint-Bénigne de Dijon éditées par Chevrier et Chaume (467 actes) 6 ; les 2 volumes du Recueil des chartes de l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire (555 actes) 7, publiés par Prou et Vidier en 1900-1912, dont plusieurs documents sont relatifs à la Bourgogne, ainsi que le cartulaire du prieuré bourguignon de cette abbaye, Perrecy, que Pérard avait édité en 1644 dans son Recueil de plusieurs pièces curieuses servant à l’histoire de la Bourgogne (39 actes) 8 ; les actes publiés par Pierre Rouvier en 1637 dans son histoire du monastère de Saint-Jean-de-Réôme (140 actes) 9 ; enfin, le dossier des chartes cisterciennes a été augmenté des 62 chartes inédites de la seigneurie de Villars, transcrites et documentées par Coraline Rey. Parmi ces ensembles, les éditions de l’époque moderne demandèrent une attention très particulière, à la préparation et à la saisie. Les pages empâtées ou, à l’inverse, mal imprimées, les typographies spécifiques voire exotiques – par exemple : les deux « c » opposés encadrant une barre pour figurer comme un M enroulé, à l’allure onciale –, des mentions de signatures de cahiers et des notes manuscrites ont exigé des solutions adaptées.

Tab. 1 – Dossier documentaire de la seigneurie de Villars en Côte-d’Or, donation à l’abbaye de Cîteaux (mai 1209).

  • 10  Prieuré dépendant du Val-des-Écoliers. Cartulaire conservé aux Archives départementales de la Côte (...)
  • 11  Ou Registrum possessionum porte Cistercii : Archives départementales de la Côte-d’Or, 11 H 69 (Car (...)
  • 12  Archives départementales de la Côte-d’Or, 11 H 68 (Cart. 171).
  • 13  Le quatrième cartulaire de Saint-Étienne de Dijon (xiiisiècle), Archives départementales de la C (...)
  • 14  Archives départementales de la Côte-d’Or, H 53 (cart. 221), 170 folios.
  • 15  http://www.artehis-cnrs.fr//IMG/pdf/CBMA/BonvauxAD21Cart228/bonvaux.html et http://www.artehis-cnr (...)

11La numérisation en images des cartulaires manuscrits originaux par les Archives départementales de la Côte-d’Or s’est également poursuivie, avec, notamment, sept nouvelles unités : le cartulaire du prieuré Notre-Dame de Bonvaux (xve siècle) 10, deux des cartulaires de Cîteaux – le cartulaire de l’office de Porte (xivsiècle) 11 et le cartulaire de France (fin xivsiècle) 12 –, trois des cartulaires de Saint-Étienne de Dijon des xiiie, xive et xve siècles 13 et le cartulaire des Dominicains de Dijon de 1286 14. Trois sont d’ores et déjà disponibles sur la page documentaire CBMA 15.

Fig. 1 – Cartulaire de l’abbaye de Cîteaux (xve siècle), Archives départementales de la Côte-d’Or, 11 H 77 (Cart. 192), fol. 74v° [http://www.artehis-cnrs.fr/​/IMG/​pdf/​CBMA/​citeauxAD21_cart192/​citeaux_192b.html]

  • 16  Ceux de la Côte-d’Or par Roserot (1924), de l’Yonne par Quantin (1862), de la Nièvre par de Soultr (...)

12Depuis plusieurs années, le projet CBMA avait repéré le besoin et inscrit dans ces priorités d’avancement l’enregistrement des dictionnaires topographiques bourguignons. L’occasion de le mettre en œuvre de façon plus large et coordonnée par l’éditeur historique de ces volumes, le CTHS, est apparue en 2011. Il s’agit d’un projet national ambitieux de mise en ligne de l’ensemble des dictionnaires topographiques, proposant à terme une interface web d’interrogation et de géo référencement des toponymes et des microtoponymes français. La Bourgogne ayant été retenue pour les premiers tests, Marie-José Gasse-Grandjean s’est occupée de faire enregistrer et de baliser les quatre dictionnaires topographiques bourguignons 16. Cet ensemble offrait l’avantage d’un échantillon assez représentatif à deux titres : les dictionnaires bourguignons s’échelonnent sur toute la période de publication concernée, de 1862 pour la Nièvre à 2008 pour la Saône-et-Loire, et, derrière une apparente uniformité, leurs contenus se présentent de manière assez variée. L’objectif premier était de mettre au point des normes, une DTD (Document Type Definition) en particulier, qui soient les plus efficaces possible pour la saisie de tous les dictionnaires. Toutes les données ont été balisées en XML de façon très fine – balises vedette, définition, typologie, localisation, date, référence, etc. – afin d’être interrogées, croisées et, nous l’espérons à plus long terme, géo-référencées.

13Enfin hébergé sur l’interface Hypothèses du CLEO, le blog « laetusdiaconus.hypotheses.org » est maintenant indexé par ISIDORE, le moteur de recherche du TGE ADONIS. Le rappel est important, car cette nouvelle donne signifie que les blogs et les carnets de recherche sont maintenant reconnus comme de véritables moyens de diffusion de la recherche, propres à fournir des données moissonnables en SHS. Isidore a la particularité de conjoindre l’interrogation dans les différents billets du blog avec celle dans bien d’autres éditeurs de contenus en ligne, comme Revues.org ou les différentes bibliothèques.

Le traitement des textes anciens en série : applications

  • 17  Cette communication a donné lieu, ensuite, à un article : A. Guerreau, « Textes anciens en série. (...)

14En faisant état des applications utiles pour les recherches sémantiques, Alain Guerreau a montré aussi bien les différentes étapes du traitement des textes anciens en série – récupération, indexation des textes et des mots (pos-tagging, lemmatisation), et pos-traitements statistiques – que les logiciels libres et open source, des plus simples aux plus complets, permettant déjà de le réaliser : Recoll, Philologic, TXM ou Textométrie 17. Recoll (dernière version 1.16.2 [http://www.recoll.org/​]) est un logiciel de recherche textuelle pour Unix et Linux, libre et gratuit, dont le code source est disponible sous licence GPL (General Public License). Il est basé sur le puissant moteur d’indexation Xapian, peut être installé facilement et traite tout type de fichiers courants (doc, pdf, zip…). Il dispose de fonctions de recherche puissantes – opérateurs booléens, contexte de phrases, recherche de proximité, joker, filtres… –, de nombreuses possibilités de configuration et d’options. Il présente un seul inconvénient : il ne sait pas repérer les occurrences multiples dans une même unité documentaire. PhiloLogic [http://sites.google.com/site/philologic3/] est un outil compilé plus difficile à installer et à adapter. Produit par l’université de Chicago (M. Olsen) pour la recherche plein texte dans des bases de données de littérature française, les médiévistes essaient de l’utiliser pour les textes latins. À la recherche habituelle par troncature, opérateurs booléens, proximité, filtres ou concordances kwic, PhiloLogic ajoute les expressions régulières et une option de recherche floue. Il indexe cependant les textes et non les mots. Il peut être lié à un wiki. TXM ou Textométrie [http://textometrie.ens-lyon.fr/​] est une plate-forme logicielle modulaire et open source pour l’analyse de grands corpus de textes, élaborée par l’ENS de Lyon (S. Heiden). Sa version 0.4 a été livrée en novembre 2011. Elle est diffusée sous forme d’une application logicielle Windows, Linux ou Mac. Elle indexe les textes et chaque mot. Les textes peuvent être préparés préalablement. Une possibilité d’exportation sous R, logiciel de référence pour les statistiques lexicales, est intégrée. En phase de développement, et ouverte aux suggestions logicielles, TXM présage d’un potentiel colossal.

Archives de chercheur

15En forme de diffusion d’informations, la journée s’est clôturée par la présentation par Alain Rauwel et Nicolas Perreaux de la redécouverte de plusieurs cartons d’archives de Maurice Chaume (1888-1946), historien de la Bourgogne, à la bibliothèque municipale de Dijon. On y trouve des dossiers topo-bibliographiques des seigneuries bourguignonnes, une correspondance du chanoine, de très riches fichiers prosopographiques, des annotations préliminaires d’articles et communications publiées ou inédites, des notes sur des chartriers, des travaux préparatoires au troisième volume de l’édition des chartes de l’abbaye Saint-Bénigne de Dijon, le tout parsemé par de très nombreuses et précieuses généalogies. Ces documents, désormais cotés, sont consultables à la bibliothèque.

16Au total, cette première journée de partage d’expériences avec les CBMA sous PhiloLogic, qui sera réitérée en 2013, a permis de parcourir des nouveaux chantiers et d’interroger à nouveaux frais des dossiers bien établis, en montrant que la mise en place des méthodes de recherche est une démarche connexe à la conception et à l’utilisation des ressources informatiques adaptées à l’investigation lexicale.

17Rappel du programme :

  • Marie-José Gasse-Grandjean (ingénieure de recherche CNRS, UMR ARTeHIS, Dijon), Actualités du projet CBMA

  • Armando Torres Fauaz (doctorant, UMR ARTeHIS, Dijon), L’outil de recherche de la base CBMA et la reconstruction d’un réseau social de pouvoir : l’exemple de la seigneurie de Semur-en-Brionnais

  • Alain Guerreau (directeur de recherche CNRS, Centre de recherches historiques, Paris), Les outils disponibles pour traiter les textes médiévaux

  • Sébastien Barret (chargé de recherche CNRS, IRHT, Orléans) et Dominique Stutzmann (chargé de recherche CNRS, IRHT, Paris), La banalité révélatrice : les clauses finales des actes au miroir de Philologic

  • Nicolas Perreaux (doctorant, UMR ARTeHIS, Dijon), Les CBMA au format Philologic, avec et sans Philologic. Formalisations, expériences.

  • Eliana Magnani (chargée de recherche CNRS, UMR ARTeHIS, Auxerre), Autour de la désignation de l’échange

  • Alain Rauwel (PRAG, université de Bourgogne, Dijon) et Nicolas Perreaux, Les archives retrouvées de Maurice Chaume. Note d’information

Reçu : 4 octobre 2012 – Accepté : 23 octobre 2012

Haut de page

Notes

1  Cette évolution a été finalisée pendant l’été 2012. Nous remercions Gérald Foliot et toute l’équipe du TGE ADONIS, ainsi que Nicolas Perreaux pour ce travail. Dans une deuxième étape de cette collaboration, il est prévu de stocker sur la grille ADONIS toute la documentation (textes et images) des CBMA.

2  Cette enquête a débuté dans le cadre d’un master à l’université d’Utrecht et se poursuit dans un doctorat en cours à l’université de Bourgogne, intitulé La généralisation des enquêtes et la construction du pouvoir princier dans le duché de Bourgogne
(
xiie-xiiisiècles).

3  J. Richard, Le cartulaire de Marcigny-sur-Loire (1045-1144). Essai de reconstitution d’un manuscrit disparu, Dijon, 1957.

4  Thèse de doctorat en cours à l’université de Bourgogne, intitulée L’écriture du monde. Perception, catégorisation et appropriation de l’environnement dans les sources numérisées du Moyen Âge (viie-xiisiècle).

5  Ces textes sont disponibles sur le site web d’ARTeHIS, sur la page documentaire des CBMA [http://www.artehis-cnrs.fr/page-documentaire-CBMA].

6  Chartes et documents de Saint-Bénigne de Dijon : prieurés et dépendances, des origines à 1300, 2 vol. Le tome 2, publié en 1943, réunit des actes des années 990-1124 ; le tome 1, qui regroupe les actes les plus anciens (vie-xe siècle), a été publié en 1986 (Dijon, Analecta Burgundica). Ces actes édités ont été mis en ligne grâce à l’autorisation des ayants droit de Robert Folz.

7  Dans la collection des Documents publiés par la Société archéologique du Gâtinais, tomes 5 et 6.

8  E. Perard, Recueil de plusieurs pièces curieuses servant à l’histoire de la Bourgogne, Paris, 1644, p. 22-46.

9  P. Roverius, Reomaus, seu historia monasterii S. Joannis reomaensis, in tractu lingonensi, primariae inter gallica coenobia antiquitatis, ab anno Christi CCCCXXV, Paris, 1637.

10  Prieuré dépendant du Val-des-Écoliers. Cartulaire conservé aux Archives départementales de la Côte-d’Or sous la cote 27 H (Cart. 228), 68 folios, 109 actes (1211-1356).

11  Ou Registrum possessionum porte Cistercii : Archives départementales de la Côte-d’Or, 11 H 69 (Cart. 172), 115 folios, 90 actes (1209-1394).

12  Archives départementales de la Côte-d’Or, 11 H 68 (Cart. 171).

13  Le quatrième cartulaire de Saint-Étienne de Dijon (xiiisiècle), Archives départementales de la Côte-d’Or, G 128 (Cart. 36), 31 folios ; le cartulaire de Saint-Étienne de Dijon (xivsiècle), Archives départementales de la Côte-d’Or, G 137 (Cart. 24), 31 folios ; le second cartulaire de Saint-Étienne de Dijon (xvsiècle), Archives départementales de la Côte-d’Or, G 126 (Cart. 22), 110 folios.

14  Archives départementales de la Côte-d’Or, H 53 (cart. 221), 170 folios.

15  http://www.artehis-cnrs.fr//IMG/pdf/CBMA/BonvauxAD21Cart228/bonvaux.html et http://www.artehis-cnrs.fr/cartulaire-general-de-Citeaux-dit?var_mode=calcul.

16  Ceux de la Côte-d’Or par Roserot (1924), de l’Yonne par Quantin (1862), de la Nièvre par de Soultrait (1865) et de la Saône-et-Loire par Rigaud (2008).

17  Cette communication a donné lieu, ensuite, à un article : A. Guerreau, « Textes anciens en série. Outils informatiques d’organisation et de manipulation de bases de données textuelles », Bucema. Collection CBMA. Les outils, mis en ligne le 1er mars 2012, consulté le 6 septembre 2012 [http://cem.revues.org/index12177.html].

Haut de page

Table des illustrations

Légende Tab. 1 – Dossier documentaire de la seigneurie de Villars en Côte-d’Or, donation à l’abbaye de Cîteaux (mai 1209).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/12312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Fig. 1 – Cartulaire de l’abbaye de Cîteaux (xve siècle), Archives départementales de la Côte-d’Or, 11 H 77 (Cart. 192), fol. 74v° [http://www.artehis-cnrs.fr/​/IMG/​pdf/​CBMA/​citeauxAD21_cart192/​citeaux_192b.html]
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/12312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/12312/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/12312/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eliana Magnani et Marie-José Gasse-Grandjean, « CBMA. Chartae Burgundiae Medii Aevi
VI. Les chartes bourguignonnes sous PhiloLogic », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 25 septembre 2012, consulté le 27 novembre 2014. URL : http://cem.revues.org/12312 ; DOI : 10.4000/cem.12312

Haut de page

Auteurs

Eliana Magnani

Articles du même auteur

Marie-José Gasse-Grandjean

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org