Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2010-2011

La place des Véens à Auxerre (Yonne)

Jérôme Mercier
p. 25

Entrées d’index

Index de mots-clés :

place

Index géographique :

France/Auxerre
Haut de page

Texte intégral

1L’ensemble des résultats d’analyses et d’études de mobiliers n’étant pas disponible à l’heure où nous rédigeons cette notice, nous nous bornerons, ici, à présenter les principaux acquis, avant de présenter un article plus complet dans le prochain bulletin.

2La fouille menée sur l’îlot concerné par un projet immobilier situé place des Véens à Auxerre a permis d’aborder les questions liées aux origines de l’occupation urbaine de ce secteur de la ville. Les premières traces de cette occupation peuvent être placées au cours du iiie siècle de notre ère. Il s’agit d’une zone artisanale entièrement dédiée à la fabrication de la chaux, d’une ampleur quasiment industrielle. Elle se développe sur une grande partie de l’emprise de la parcelle, pendant une période relativement brève, puisqu’à la fin de l’Antiquité l’ensemble des structures de cuisson est abandonné. Les derniers fours encore visibles sont détruits et l’intégralité de la surface du secteur est remaniée afin de la niveler et de retrouver un plan plus régulier. Il semble que la mise en place du castrum, entre la fin du iiie et le début du ive siècle, puis la densification progressive de son occupation entraînent de nouveaux besoins, notamment en matière d’assainissement. Un fossé-canal, large et profond, est creusé plusieurs siècles après. Son tracé coupe le secteur en deux, à partir de la fin du xie siècle ou le début du xiie siècle, et le traverse d’ouest en est, probablement selon un axe « castrum-Yonne ». Il est utilisé comme canal de ruissellement des eaux de pluie et comme égout à ciel ouvert. Ce fossé est régulièrement entretenu, car il paraît répondre à des besoins collectifs, voire d’ordre public. Son usage se transforme rapidement au cours du Moyen Âge : aux xiie-xiiie siècles, il est vraisemblablement colmaté en aval, mais sa surface est augmentée sur le secteur et se transforme alors en marigot ; aux xiiie-xive siècles, il ne sert plus que de réceptacle au rejet des déchets des différentes activités artisanales qui se sont installées à ses abords – transformation de la viande animale et cultures variées (vignes…).

3Son extension maximale vers le sud coïncide avec la limite nord d’un cimetière. Celui-ci correspond vraisemblablement au lieu d’inhumation de la maladrerie Sainte-Catherine-aux-Aulx. Quatre-vingt-dix sépultures ont été recensées, fouillées et étudiées. Marigot et zone funéraire cessent tous deux d’être utilisés au cours des xve et xvie siècles. Des occupations bâties, jusque-là limitées à la partie nord-ouest du secteur, font leur apparition en périphérie de la zone étudiée. L’intérieur de l’îlot restera un espace ouvert, libre de toute construction jusqu’à l’implantation du projet immobilier à l’origine de cette fouille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Mercier, « La place des Véens à Auxerre (Yonne) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA, 15 | -1, 25.

Référence électronique

Jérôme Mercier, « La place des Véens à Auxerre (Yonne) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 19 août 2011, consulté le 19 août 2017. URL : http://cem.revues.org/11867 ; DOI : 10.4000/cem.11867

Haut de page

Auteur

Jérôme Mercier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org