Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2009-2010

Le quartier épiscopal, campagne 2009, Byllis (Albanie)

Nicolas Beaudry, Pascale Chevalier et Skënder Muçaj
p. 57-60

Entrées d’index

Index de mots-clés :

quartier épiscopal

Index géographique :

Albanie/Byllis
Haut de page

Texte intégral

  • 1 . La composition de l’équipe était la suivante :
  • 2 . Cf. Bulletin du Centre d’études médiévales, 12 (2008), p. 63-68 [http://cem.revues.org/index6512. (...)

1La onzième campagne sur le site de Byllis a occupé cette année quatre semaines, du 4 au 30 mai 2009 1. Ces travaux sont financés à parité par l’EfA et le MAEE, en collaboration avec l’Institut archéologique de Tirana 2.

2Leseul objectif de la campagne 2009, qui doit être suivie par une phase de publication, était la fouille du quartier épiscopal (fig. 1). L’enjeu est pour nous, depuis 2004, de définir le plan, les modifications, le phasage et les activités prenant place dans ce quartier à usage domestique et économique. On a bien sûr poursuivi l’étude du matériel archéologique (céramique, verre, etc.), parallèlement à la consolidation des bassins du chai et du matériel métallique ainsi qu’aux flottations et tris carpologiques. P. Chevalier et M. Wurch-Koželj ont travaillé quelques jours avec T. Koželj aux restitutions 3D des basiliques A, C et D, à la demande du directeur du parc archéologique de Byllis. Enfin, on a reconnu rapidement l’étendue de la carrière ayant alimenté le rempart protobyzantin.

3À la fin du visiècle, le quartier épiscopal se déployait au sud-est de la cathédrale autour du croisement de deux axes perpendiculaires (fig. 1) : d’une part un ancien decumanus hellénistique, qui desservait les annexes liturgiques de la cathédrale et se poursuivait jusqu’au sommet de la colline, débouchant sur le cardo longeant le rempart protobyzantin ; d’autre part, un axe nord-sud situé en contrebas sur ce flanc de coteau calcaire en fort dénivelé vers l’ouest. L’accès au quartier, qui comportait une zone haute et une zone basse, était contrôlé à l’est par un porche double. Au croisement de ces axes, une cour facilitait le transport et le stockage des denrées et des matières premières, puis ceux du produit des industries viticole et oléicole, ainsi que la circulation et l’entretien des bêtes. Cette cour était bordée au nord par un entrepôt et des pièces prolongeant le groupe cathédral vers l’est. Au sud, elle se fermait par un grand bâtiment à étage, dont le rez-de-chaussée alignait cinq pièces, notamment une écurie et un moulin à olives; sur la façade opposée, deux pièces flanquaient une cuisine.

Fig. 1 – Plan schématique de la cathédrale (basilique B) et du quartier épiscopal : implantation des fouilles et nettoyages en 2009 (del. M. Wurch-Koželj).

  • 3 . Cf. Bulletin du Centre d’études médiévales, 12 (2008), n. 2 et 13 (2009), p. 73-80 [http://cem.re (...)

4Pour cette dernière campagne de mission quadriennale, l’exploration des bâtiments N (pièces N2, N3, N4 et N5) et K-P (pièces P4 et P1A), qui bordent la cour L au nord et au sud, s’est poursuivie sous la direction de N. Beaudry. Les pièces N2 et N4-N5, déjà en partie explorées en 2007-2008, composaient un vaste chai, avec entrepôt, aire de foulage et trois bassins à cupule 3. L’entrepôt N2 alignait plusieurs rangées de pithoi intérieurement bitumés, le mode local d’étanchéification des récipients céramique. Outre le bassin sud-est de foulage, au-delà de quatre pithoi alignés contre sa paroi est, la pièce N5 comprenait au nord deux bassins plus grands, étagés dans la pente et dont le contenu s’écoulait au travers de leur paroi commune ; un escalier externe permettait d’y jeter le raisin. La pièce N4 contenait une profonde cuve de vinification à cupule et escalier interne, qu’un couvercle en bois venait obturer et où s’écoulait, au départ, l’ensemble du liquide issu des deux bassins nord de la pièce N5. Le bassin médian a été tardivement désaffecté. Un grand mortier taillé dans un bloc antique inscrit a été recueilli à proximité.

5La fouille de la pièce P4 a atteint le dernier niveau de sol sous l’effondrement de l’étage, confirmant l’existence d’une porte murée dans le mur est, qui indique l’abandon étonnant du rez-de-chaussée de la pièce à la fin du vsiècle – ce qu’assurent aussi les assemblages céramiques. On a poursuivi en 2009 le nettoyage et la fouille de la partie occidentale de la cuisine P1 (P1A) et documenté un nouveau foyer très dégradé au sud-ouest, couvert par un bassin tardif dont le contenu était évacué par la porte sud. Un sondage extérieur, le long du mur sud, a livré un égout extérieur parallèle au mur méridional de la pièce, permettant l’évacuation des eaux usées et pluviales et se dirigeant vers le bas de la pente à l’ouest.

6Au sud-est du bâtiment KP, un passage P2 est fermé par un mur nord-est sud-ouest, écrêté en 2002, qui associe gros parpaings et moellons. Ce mur fait un coude vers l’ouest à la hauteur de l’angle extérieur de P3 et contourne le bâtiment en ménageant un espace de circulation. Son tracé pourrait laisser croire qu’il s’agit d’un mur de clôture délimitant au sud le domaine épiscopal, à condition toutefois qu’il en soit contemporain. Une tranchée a donc été ouverte en face de la porte sud de la pièce P3. Au sud de l’emmarchement de la porte, la fouille s’est interrompue dans la couche de destruction. Celle-ci est coupée par une tranchée le long du mur coudé, particulièrement lisible dans la paroi occidentale du sondage. S’il s’agit d’une tranchée de fondation, le mur coudé serait donc postérieur à la destruction du bâtiment K-P, qui paraît fonctionner jusqu’à la fin du visiècle – date officielle de l’abandon de la ville…

Fig. 2 – Installation viticole dans N5 et N3A, vers le nord : au fond et à droite, bassin nord-est de N5 partiellement remonté ; au centre, second bassin, couvert ; à gauche, bassin N3A ; à droite, muret de protection des pithoi (N. Beaudry).

Haut de page

Notes

1 . La composition de l’équipe était la suivante :

• du côté albanais: Skënder Muçaj, chef de mission (Institut d’études albanologiques, Institut archéologique de Tirana, section Antiquité tardive/Moyen Âge, université de Tirana) ; Skënder Bushi, dessinateur et étudiant (IAT, université de Tirana) ; Syela Xhyeri, archéologue et étudiante (IAT, université de Tirana) ; Ornela Durmishaj, archéologue au Parc archéologique de Byllis et étudiante (Shkodra) ; Berijan Premto, Klodian Velo, Brunilda Pregu, Dritan Nano, Era Xhaferaj, Besmira Shkurti et Mariglen Meshini, étudiants (université de Tirana) ;

• restaurations et consolidations: Agron Islami, restaurateur de mosaïques (Institut des monuments culturels de Tirana), Eduard Bitri, restaurateur d’objets (Galerie nationale d’art, Tirana) ;

• du côté franco-canadien: Pascale Chevalier, chef de mission (université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand 2, UMR 5594-ARTeHIS/CNRS) ; Nicolas Beaudry, professeur d’histoire médiévale, responsable de l’étude du quartier épiscopal (université du Québec à Rimouski, Canada) ; Michel Bonifay, céramologue, chercheur à l’UMR 6573/CNRS; Tony Koželj, architecte de l’École française d’Athènes; Manuela WurchKoželj, architecte de l’EfA; Catherine Dupont, étudiante (universités du Québec à Montréal, Canada, et de Lille 3) ; Julie Viriot, étudiante (université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand 2) ; Julien Bruyère, Sylvain Grosfilley et Nadia Saint-Luc, étudiants (université de Saint-Étienne) ; Marc Desrosiers, Chantal Gagné et Gabrielle Goulet, étudiants (UQAR, Canada) ;

• en outre, diverses analyses ont été réalisées en France et au Canada, par: Stéphane Büttner, géoarchéologue (Centre d’études médiévales, UMR 5594/CNRS) ; Manon Savard et Chantal Gagné, carpologues (UQAR, Canada) ; Christine Oberlin (CRDC, UMR 5138/CNRS, Villeurbanne) ;

• enfin, P. Chevalier et M.-P. Raynaud, avec la collaboration de M. Wurch-Koželj et celle plus ponctuelle de Jean-Pierre Sodini et de Skënder Muçaj, ont revu une dernière fois le manuscrit et les illustrations du volume Byllis I, dont le manuscrit a été remis à l’EfA le 29 septembre 2008.

2 . Cf. Bulletin du Centre d’études médiévales, 12 (2008), p. 63-68 [http://cem.revues.org/index6512.html].

3 . Cf. Bulletin du Centre d’études médiévales, 12 (2008), n. 2 et 13 (2009), p. 73-80 [http://cem.revues.org/index11233.html].

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan schématique de la cathédrale (basilique B) et du quartier épiscopal : implantation des fouilles et nettoyages en 2009 (del. M. Wurch-Koželj).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11539/img-1.png
Fichier image/png, 27k
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11539/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Beaudry, Pascale Chevalier et Skënder Muçaj, « Le quartier épiscopal, campagne 2009, Byllis (Albanie) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA, 14 | -1, 57-60.

Référence électronique

Nicolas Beaudry, Pascale Chevalier et Skënder Muçaj, « Le quartier épiscopal, campagne 2009, Byllis (Albanie) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 20 octobre 2010, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://cem.revues.org/11539

Haut de page

Auteurs

Nicolas Beaudry

Articles du même auteur

Pascale Chevalier

Articles du même auteur

Skënder Muçaj

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org