Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2009-2010

La maison des baillis d’Auxois de Flavigny-sur-Ozerain (Côte-d’Or)

Vanessa Hontcharenko
p. 35-37

Entrées d’index

Index de mots-clés :

édifice civil

Index géographique :

France/Flavigny-sur-Ozerain
Haut de page

Texte intégral

1Le séminaire Saint-Curé-d’Ars est propriétaire de bâtiments intégrant la maison dite «des Baillis d’Auxois ». La restauration des façades sud et est sous la conduite de D. Jouffroy, architecte du patrimoine à Dijon, a été l’occasion de procéder à une étude archéologique de ce logis urbain du xiiie siècle, largement entamé par les travaux du xixe siècle. Le bâti a toutefois conservé de précieux indices de son architecture primitive. Outre l’établissement d’un phasage précis de la construction, la lecture archéologique a permis de mettre en évidence une architecture civile de qualité, attribuable stylistiquement au deuxième quart du xiiie siècle, et de poser la question de la fonctionnalité des espaces.

2Cette vaste bâtisse est située à l’ouest du bourg de Flavigny-sur-Ozerain, à l’angle de deux rues marquées par une dénivellation nord-est – sud-ouest. La porte du Val, témoin de l’enceinte du xiiie-xivsiècle du bourg, a été accolée en contrebas de la bâtisse contre le pignon occidental.

3Fondée à même la roche, la construction emploie un moyen appareil de pierres de taille calcaires finement brettelées et liées par un mortier de chaux beige à fine granulométrie. Les joints sont minces, inférieurs à 5 mm. L’angle de certains blocs a été entaillé avant le montage afin d’y insérer les boulins de l’échafaudage.

4La maison se développe sur quatre niveaux, d’une surface d’environ 350 m² chacun. Le sous-sol, accessible depuis une large porte au sud, est doté de simples ouvertures rectangulaires chanfreinées. Il en est de même pour la partie occidentale du rez-de-chaussée, tandis que la partie orientale est simplement desservie à l’est par une porte cintrée, flanquée d’une large ouverture surbaissée.

5Les deux niveaux supérieurs, rendus indépendants par la disposition d’une porte en pignon, arborent des éléments architecturaux de qualité, témoignant de la richesse du commanditaire.Ainsi, chacun de ces deux niveaux est régulièrement percé de baies géminées trilobées à colonnettes, avec chapiteaux feuillagés ou à crochets, en piédroits et en trumeau. Ces ouvertures sont soulignées par un bandeau boudiné courant le long de la maçonnerie et mettant en exergue l’étagement du bâtiment dans de vastes proportions.

6L’accent est mis sur le pignon oriental grâce à l’adjonction autour des ouvertures de moulurations spécifiques accrochant la lumière, accentuant les jeux d’ombre et mettant en exergue les reliefs du pignon. Dans cette optique, des archivoltes moulurées reposant sur des culs-de-lampe viennent en couronnement des baies. La porte d’accès au logis, richement ornée de colonnettes ouvragées, est disposée à un niveau intermédiaire entre le rez-de-chaussée et le premier étage. De cette manière, l’archivolte, qui encadre la porte, vient en continuité du bandeau horizontal, uniformisant l’ensemble. En partie haute, les ouvertures s’organisent symétriquement autour de la cheminée, qui est surmontée de deux oculi quadrilobés. Les organes de la vie professionnelle se voient ainsi presque effacés derrière une telle profusion artistique. L’abattement de l’angle sud-est du rez-de-chaussée et la disposition d’une sculpture en surplomb concourent à réduire l’emprise visuelle du niveau fonctionnel par rapport au luxe du privé.

  • 1 . P. Garrigou Granchamp, Demeures médiévales, cœur de la cité, Paris, 1994, p. 34-35.

7Au-delà des solutions architecturales et artistiques communément mises en œuvre dans le bourg durant les xiiie et xivsiècles, la Maison des Baillis fait figure d’exemple d’un vaste hôtel urbain doté d’un sous-sol peu éclairé, se prêtant au stockage, et d’un rez-de-chaussée réservé aux activités professionnelles, commerciales ou artisanales, surmontés de deux niveaux privés de grande qualité et d’une indéniable richesse. Ainsi les façades illustrent-elles un type de bâtiment répandu au xiiie et au xivsiècle, proche de l’hôtel voire du palais urbain 1, comportant un vaste espace affecté à la vie sociale, tout en préservant d’importants locaux à vocation économique. La différenciation des fonctions se traduit extérieurement par une disparité dans le traitement des façades.

Fig. 1 - Maison des Baillis de Flavigny-sur-Ozerain, façade sud : relevé d’une baie du xiiiesiècle (relevé et DAO V. Hontcharenko, CEM).

Fig. 2 - Maison des Baillis de Flavigny-sur-Ozerain : proposition de restitution des façades sud et est (relevé et DAO V. Hontcharenko, CEM, sur fond de plan D. Jouffroy).

Haut de page

Notes

1 . P. Garrigou Granchamp, Demeures médiévales, cœur de la cité, Paris, 1994, p. 34-35.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Maison des Baillis de Flavigny-sur-Ozerain, façade sud : relevé d’une baie du xiiiesiècle (relevé et DAO V. Hontcharenko, CEM).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11514/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11514/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vanessa Hontcharenko, « La maison des baillis d’Auxois de Flavigny-sur-Ozerain (Côte-d’Or) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA, 14 | -1, 35-37.

Référence électronique

Vanessa Hontcharenko, « La maison des baillis d’Auxois de Flavigny-sur-Ozerain (Côte-d’Or) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 15 octobre 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cem.revues.org/11514 ; DOI : 10.4000/cem.11514

Haut de page

Auteur

Vanessa Hontcharenko

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org