Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Etudes & travaux

Rencontre autour de Romainmôtier.
Les apports de l’archéologie, des Pères du Jura
aux clunisiens

Saint-Claude, le 26 mars 2009
Sébastien Bully
p. 147-148

Entrées d’index

Index géographique :

Suisse/Romainmôtier
Haut de page

Texte intégral

1C'est à la suite de la proposition de Jean Terrier – archéologue cantonal de Genève – et à la demande de Peter Eggenberger et Philippe Jatton – Atelier d’archéologie médiévale de Moudon –, que nous avons organisé une journée de travail le 26 mars 2009 sur le thème des fouilles archéologiques menées à Romainmôtier. La rencontre s’est tenue à Saint-Claude (Jura), ancienne abbaye de Condat, à l’origine du monastère vaudois d’après la tradition. À l’occasion de cette journée, Peter Eggenberger souhaitait présenter les principaux résultats archéologiques en prévision de leur publication. Les collègues suisses et français sollicités à participer à la discussion étaient Alessandra Antonini, Jacques Bujard, Morana Čaušević-Bully, Pascale Chevalier, Guido Faccani, Laurent Fiocchi, Emmet Marron (Irlande) et Christian Sapin.

2 La première partie de la matinée a été consacrée à la visite des vestiges archéologiques mis en valeur dans le nouveau musée de l’abbaye de Saint-Claude. Peter Eggenberger nous a ensuite longuement exposé le dossier des recherches archéologiques, qui ont débuté en 1971 dans l’église Saint-Pierre, avant de s’étendre sur une grande partie du monastère entre 1985 et 1996. Les fouilles succédaient à des premiers travaux menés dans l’église et le cloître entre 1899 et 1915. La somme des résultats obtenus permet aux archéologues de décliner l’histoire du site en dix phases à travers son évolution monumentale et topographique. Ces dix phases s’inscrivent dans une fourchette chronologique comprise entre une première occupation gallo-romaine des ier-iiisiècles et la sécularisation du monastère lors de l’adoption de la Réforme protestante en 1537. On retiendra ici, de cette riche présentation, seulement quelques aspects, dont l’apport scientifique est important pour la connaissance des établissements monastiques du premier millénaire en Occident et qui ont donné lieu à discussions ou à des demandes de précisions.

3 Romainmôtier, considéré comme le plus ancien monastère de Suisse, aurait été fondé par les frères Romain et Lupicin dans le milieu du vsiècle. L’archéologie confirme bien une occupation monastique antérieure à la « refondation » – connue par les textes et attestée par l’archéologie – par les moines de Luxeuil dans la première moitié du viisiècle, même si elle n’en précise pas la datation. L’un des apports majeurs est le constat d’une occupation antérieure aux premiers moines (comme à Condat), mais surtout de la réutilisation partielle d’au moins deux bâtiments gallo-romains dans le nouveau complexe monastique, formé également par deux bâtiments sur poteaux disposés en équerre, au sud-ouest de l’église. L’archéologie démontre que la localisation des maisons à colombages du domaine (artisanal ?) antique, réinvesties par les premiers moines, va fixer le développement de la topographie du monastère jusqu’à sa reprise par les clunisiens au xsiècle. La première église, découverte lors des fouilles de 1905-1907, serait désormais à placer dans le vie-viisiècle et non plus contemporaine d’une fondation présumée au milieu du ve siècle. Les maisons antiques furent remplacées, dès le viisiècle, par un bâtiment aux évolutions complexes, mais qui se caractérise par la présence de bains élaborés, laissant planer le doute sur sa fonction : infirmeries, palais laïc… ? Dans le même temps, à la construction en bois succède désormais la pierre ; la première église (connue) est reconstruite selon un plan identique, mais plus grand, datée des viie-viiisiècles. Cette église abbatiale, déjà reconnue par les fouilles anciennes et souvent publiée, se voit désormais dotée d’un massif occidental. Elle est doublée au sud par un second édifice cultuel à chœur quadrangulaire, qui sera remplacé à la fin du xe siècle par une chapelle mémorielle cruciforme coiffée d’une tourelle (Sainte-Marie). Le monastère du haut Moyen Âge se présentait donc comme un ensemble formé de deux églises parallèles et de bâtiments conventuels disposés en équerre et encadrant une cour quadrangulaire, prémisses d’un futur cloître. Durant le xie siècle s’ordonne progressivement le monastère autour d’un cloître à portiques, accompagné de la reconstruction de l’abbatiale – achevée dans le premier tiers du xisiècle – et des bâtiments conventuels. Les recherches archéologiques démontrent bien l’impact de la réforme clunisienne sur le développement architectural de l’ancien monastère, en faisant table rase des dispositifs hérités de la fondation de l’Antiquité et du haut Moyen Âge.

4 Ainsi, à travers une étude attentive de vestiges parfois ténus, mais toujours complexes, nos collègues suisses nous ont présenté une des rares genèses de topographie monastique permettant de comprendre le lent processus de mise en place d’un dispositif claustral. Le site de Romainmôtier est d’autant plus exemplaire qu’il synthétise, en quelque sorte, une histoire du monachisme occidental, avec une fondation, présumée de l’Antiquité tardive, par des moines tournés vers l’Orient, avant d’être repris par les colombaniens puis par les clunisiens. Cette rencontre fut également l’occasion de rappeler la nécessité de recherches programmées s’inscrivant sur le long terme, permettant d’appréhender des sites complexes et de prendre le recul nécessaire à leur compréhension.

5 À l’initiative de Peter Eggenberger, la rencontre de Saint-Claude fut poursuivie le 7 mai 2010 à Romainmôtier par une présentation du travail de restitution en trois dimensions des différentes phases déterminées par l’étude archéologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Bully, « Rencontre autour de Romainmôtier.
Les apports de l’archéologie, des Pères du Jura
aux clunisiens », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA, 14 | -1, 147-148.

Référence électronique

Sébastien Bully, « Rencontre autour de Romainmôtier.
Les apports de l’archéologie, des Pères du Jura
aux clunisiens », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 14 | 2010, mis en ligne le 14 octobre 2010, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://cem.revues.org/11494 ; DOI : 10.4000/cem.11494

Haut de page

Auteur

Sébastien Bully

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org