Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Etudes

L’église, lieu d’accueil des vivants et des morts

Fabrice Henrion

Texte intégral

1Si la plupart des opérations archéologiques présentées dans ce volume ont permis de mieux comprendre l’église et ses abords – ses transformations, son évolution, voire même parfois sa naissance, au mieux une parcelle de son histoire –, elles ont également été l’occasion de mettre au jour de nombreuses inhumations, témoins éphémères face à la pelleteuse ou à la pioche des terrassiers des populations qui se sont succédée et de leur mentalité. Lorsqu’il ne s’agit pas de recherches programmées ou préventives organisées en amont et en accompagnement de travaux de restauration, c’est souvent la découverte de sépultures, dont la présence n’est pourtant pas surprenante autour des églises paroissiales, qui incite les intervenants de la restauration à alerter les services de l’archéologie. Encore faut-il qu’elles ne soient pas prises pour de simples ossuaires – ou charniers de la guerre, comme on l’entend encore souvent –, vestiges trop anonymes pour justifier la réorganisation d’un chantier. Mais la découverte fortuite d’un coffrage de pierres ou d’un sarcophage peut être à l’origine d’une récolte d’informations précieuses. Le cas de l’église Saint-Vérain de Bazarnes est à ce titre éloquent. C’est parce que le creusement des tranchées de drainage au pied de l’église a heurté un sol pavé, à l’est, et quelques sarcophages, au nord, qu’une fouille a pu être menée avec le soutien de la municipalité, de l’architecte et de l’entreprise. L’église de Bazarnes est aujourd’hui un des rares sanctuaires mentionnés sous l’épiscopat d’Aunaire dont la haute origine a pu être archéologiquement vérifiée et la fonction funéraire attestée par la présence de sarcophages des vie-viie siècles. Et on a vu, avec Sylvain Aumard, comment ces informations peuvent trouver un écho dans les réflexions plus larges concernant l’émergence des paroisses et l’organisation des campagnes selon une trame toujours d’actualité.

Bazarnes (Yonne), église Saint-Vérain. Sarcophages mérovingiens contre le chevet de l’église du haut Moyen Âge. Fouilles 1993 (cl. F. Henrion).

2La tombe sert aussi souvent de fossile directeur pour une chronologie absolue lorsque des éléments bien datés associés à l’individu le permettent : objets de parure, de fonction, monnaies, etc. Elle s’insère également dans la stratigraphie permettant des déductions de chronologie relative. Par exemple, l’église Saint-Martin de Vassy-sous-Pisy n’apparaît dans les textes qu’au xvsiècle. Et si ses parties les plus anciennes sont contemporaines de la première mention, elles recoupent des inhumations bien orientées, suggérant la présence d’un cimetière antérieur, sans doute déjà associé à un sanctuaire.

3Ainsi, pour ce qui concerne l’archéologie de la mort, à côté des grandes opérations préventives (Ligny-le-Châtel) ou programmées (abbaye Saint-Germain d’Auxerre), terrains essentiels du développement de la recherche et des méthodes, les interventions plus modestes dans l’espace et le temps apportent un éclairage indispensable, même si l’étude des inhumations n’est pas toujours la principale problématique.

4Au cours du haut Moyen Âge, les lieux dévolus aux morts vont subir une profonde réorganisation, liée en particulier à la christianisation des populations et à la mise en place des paroisses. Du lieu possiblement choisi au cours de l’époque mérovingienne – en particulier ad sanctos, auprès des corps saints –, on passera, à partir du ixe siècle, au lieu officiellement imposé avec le cimetière paroissial duquel on dépend juridiquement. Cette lente transformation du cimetière, puis son affirmation, peut être perçue à partir d’informations recueillies en fouille. L’organisation de l’espace funéraire chrétien ne peut donc pas être abordée sans prendre en compte la tombe, le cimetière entourant l’église et l’église elle-même, d’autant que le statut de la majorité des sites présenté dans ce volume est paroissial.

L’église, son cimetière et le village. La Cananéenne (détail), Très Riches Heures du duc de Berry (xvsiècle), fol. 164.

5Bien que le clergé ait tenté, quasiment depuis l’origine, de s’opposer à l’inhumation in ecclesia, l’archéologie montre bien le nombre important d’inhumations à l’intérieur du bâtiment et, avec les sépultures repérées ou fouillées, il faut ajouter les ossements erratiques, vestiges de sépultures plus anciennes perturbées. Pour les périodes plus tardives, les registres paroissiaux témoignent également de cette volonté de la population la plus privilégiée de la communauté – du laboureur au seigneur, en passant par les membres du clergé – d’être inhumé dans l’église plutôt que dans le cimetière, où son souvenir perdure au travers de dalles funéraires, même si la plupart ont été déplacées lors de la réfection des sols. On voit ainsi que s’organisent, au cours du Moyen Âge, les lieux de la mort dans l’église, en privilégiant la proximité de l’autel et des reliques, puis l’édifice lui-même. La répétition des creusements qu’implique l’accumulation des sépultures n’est pas sans conséquence sur la préservation des vestiges les plus anciens. À Accolay, par exemple, le sarcophage à aménagement céphalique, caractéristique de l’époque carolingienne, est parvenu miraculeusement jusqu’à nous parce qu’il était pris dans la fondation du mur nord de la nef. D’autres devaient exister, mais lui seul témoigne de la présence d’inhumations dès le ixe siècle.

6Le cimetière n’est pas exclu du privilège des lieux. On connaît la volonté d’être inhumé au plus près des murs de l’église, sous le larmier du toit, afin que l’eau de pluie sanctifiée par le contact avec le lieu sanctifie à son tour la tombe. On peut souhaiter reposer également à proximité des accès afin que la tombe soit foulée par le peuple des fidèles. De même, l’archéologie montre que le lieu d’inhumation des enfants peut être organisé : à Jouy, les squelettes d’immatures se concentrent derrière le chevet, alors qu’à Vassy-sous-Pisy, ils se retrouvent sous le porche et à côté des fonds baptismaux. Cette dernière position peut renvoyer par ailleurs aux cas de sanctuaires à répit, ces autels devant lesquels on présentait l’enfant mort-né pour qu’il ressuscite le temps du baptême et puisse être inhumé en terre chrétienne ; si les textes foisonnent de références à ces sanctuaires, au moins dès le xve siècle, leur interprétation archéologique est plus délicate. À Auxerre, plusieurs exemples viennent confirmer l’existence de secteurs du cimetière réservés aux immatures, voire même de cimetières entièrement consacrés aux enfants comme celui de Saint-Pierre-en-Château, mais dans ce cas précis pour des problèmes de surface disponible.

7L’ensemble de ces données participe pleinement à la connaissance du cimetière comme lieu d’accueil des morts géré par les vivants, mais également comme lieu de fixation de la mémoire de la communauté.

8La sépulture, parce qu’elle est le résultat de la prise en charge d’un défunt par le groupe social, renvoie l’image de la population des vivants et de son fonctionnement. On ne saurait aujourd’hui aborder archéologiquement la tombe sans y associer une démarche anthropologique de terrain et de laboratoire, et tenter de reconstituer l’ensemble des gestes de cette prise en charge.

Auxerre (Yonne), 5 place Saint-Pierre. Inhumations carolingiennes au nord-ouest de l’église. Fouilles 2006-2007 (cl. CEM).

9En l’espace d’une vingtaine d’années, cette approche méthodologique a fait de considérables progrès, en particulier grâce aux travaux de Luc Buchet pour l’anthropologie biologique appliquée à l’archéologie et d’Henri Duday pour l’anthropologie de terrain. Même si la plupart des opérations présentées dans ce volume ont eu lieu dans l’urgence, le traitement des inhumations a profité de ces avancées, ne serait-ce que dans les techniques de fouille ou le regard de l’archéologue. Les choix stratégiques dans la fouille et la récolte d’informations sont en effet primordiaux, d’autant plus dans l’urgence d’une fouille préventive.

10On peut ainsi mettre en avant les observations menées sur la gestion topographique du cimetière en fonction de l’âge au décès et du sexe, sur l’état sanitaire des populations, sur les pathologies (affections, traumatismes, etc.) dénonçant ou non la présence d’un thérapeute et de gestes thérapeutiques appropriés. Notre regard sur les conditions de vie, sur les pratiques alimentaires au travers des marques que peuvent laisser certaines carences ou certains abus sur le squelette, s’est considérablement transformé en quelques décennies.

11Dans notre département, c’est aussi dans la connaissance de la typologie des contenants funéraires que la recherche a le plus avancée, notamment par l’intermédiaire de sites comme l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre, qui ont permis d’offrir un cadre de référence, une grille d’analyse transposable ailleurs. C’est bien entendu la connaissance des sarcophages de pierre qui a profité de ces avancés par l’étude des techniques de mise en œuvre et des matériaux – ouvrant des perspectives économiques et culturelles –, mais également celle des coffrages de bois et des cercueils.

12C’est bien toute l’évolution des pratiques funéraires, du comportement de la communauté et de l’individu face à la mort de l’autre et à la mort de soi, qui peut être appréhendée par les restes matériels que ces pratiques produisent.

Haut de page

Bibliographie

Galinié (F.) et Zadora-Rio (É.) (dir.), Archéologie du cimetière chrétien, Tours, 1996 (Revue archéologique du Centre de la France, 11e supplément).

Henrion (F.), « L’enfant dans le cimetière paroissial à travers quelques exemples bourguignons », in L. Buchet (dir.), L'enfant, son corps, son histoire, Valbonne, 1994, p. 25-34.

Henrion (F.), « Inhumer à Saint-Germain », in C. Sapin (dir.), Archéologie et architecture d’un site monastique. 10 ans de recherche à l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre, Paris, 2000, p. 337-373.

Treffort (C.), L'église carolingienne et la mort, Lyon, 1996 (Collection d’histoire et d’archéologie médiévales, 3).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Bazarnes (Yonne), église Saint-Vérain. Sarcophages mérovingiens contre le chevet de l’église du haut Moyen Âge. Fouilles 1993 (cl. F. Henrion).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende L’église, son cimetière et le village. La Cananéenne (détail), Très Riches Heures du duc de Berry (xvsiècle), fol. 164.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11448/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Auxerre (Yonne), 5 place Saint-Pierre. Inhumations carolingiennes au nord-ouest de l’église. Fouilles 2006-2007 (cl. CEM).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11448/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Henrion, « L’église, lieu d’accueil des vivants et des morts », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Archéologie des églises de l'Yonne, mis en ligne le 25 août 2010, consulté le 23 août 2017. URL : http://cem.revues.org/11448

Haut de page

Auteur

Fabrice Henrion

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org