Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Quelques sites en France

La Charité-sur-Loire, un monastère dans la ville

Paul Barnoud

Entrées d’index

Index de mots-clés :

monastère

Index géographique :

France/La Charité-sur-Loire
Haut de page

Texte intégral

Un prieuré fossilisé dans le tissu urbain

1Fondé par Cluny en 1059, le prieuré de La Charité se développe dès l’origine sur un plan très ambitieux, dans la lignée de Cluny II. La Charité subira un traumatisme considérable lors des Guerres de Religion. Le monastère et la ville sont incendiés en 1559. Partiellement reconstruit au xviiie siècle, le prieuré ne retrouvera jamais son rayonnement de l’époque médiévale. À la Révolution, les bâtiments conventuels sont vendus par lots.

2En 1837, l’édifice est menacé par l’administration des ponts et chaussées qui projetait de faire passer la route nationale à travers l’église. Mérimée réussit de justesse à sauvegarder l’intégrité du monument et obtient son classement en 1840.

3La perception la plus forte de la ville s’effectue à partir du pont qui franchit la Loire. L’orientation nord-sud du fleuve à hauteur de La Charité permet de découvrir l’église, frontalement dans l’axe du pont, le clocher et le pignon ouest émergeant des toitures. La ville s’est développée sur une forte pente face à une île de la Loire, le site appelait la construction d’un pont.

4L’enceinte du monastère est encore lisible dans ses grandes lignes, mais la ville s’est construite sur l’enceinte elle-même, au point d’en faire disparaître l’implantation exacte le long de la grande rue.

L’église Notre-Dame

5L’église de la Charité-sur-Loire constitue l’un des trois édifices majeurs de la lignée de Cluny III.

6Les recherches archéologiques réalisées depuis 1975 à l’est de Notre-Dame ont permis de connaître l’organisation générale du monastère dans cette zone (fig. 1).

7Après l’incendie de 1559, la nef ne fut reconstruite que sur les trois dernières travées, les premières travées du vaisseau central sont devenues une place publique et des maisons particulières sont venues occuper les collatéraux, le grand portail ouest restant en place.

Fig. 1 – La Charité-sur-Loire, découverte des vestiges en 1975.

Le prieuré

8Il comprend un cloître et deux cours autour desquels s’organisent les bâtiments.

9Quatre époques de construction peuvent être identifiées :

  • les baies murées du grand mur oriental sont romanes,

  • les salles capitulaires et le cellier sont édifiés au xiiie siècle,

  • le logis du prieur et la porterie ont été profondément modifiés aux xve et xvie siècles,

  • les galeries du cloître et les bâtiments situés autour de la cour du prieuré ont été reconstruits aux xviie et xviiie siècles.

La ville et le monastère

10À une époque indéterminée, probablement après la Révolution, un passage public fut créé à travers les bâtiments du prieuré. La ville s’est développée à proximité immédiate du monastère, de multiples passages sous immeubles et des venelles conduisent au prieuré à travers le tissu urbain. La Grande rue s’est construite contre la clôture et les maisons sont venues se greffer dessus, sans que l’emplacement de ce mur puisse être aujourd’hui clairement identifiable.

Fig. 2 – La Charité-sur-Loire, plan des découpages révolutionnaires.

L’intérêt patrimonial de l’ensemble

11L’intérêt principal de La Charité réside dans l’authenticité du site. La ville est restée très proche des grandes aquarelles de relevés du xixe siècle. Nous avons devant nous un monument qui a échappé aux curetages et aux restaurations drastiques, il nous appartient de procéder en finesse pour faire évoluer le bâti sans rompre la poésie des lieux. C’est l’état du xixsiècle, dans son aspect de ruine habitée, qui sert désormais de référence dans l’approche de la restauration.

12À la différence de Cluny, la vente des biens nationaux a permis le maintien des bâtiments prieuraux. Les Charitois, à l’étroit dans la cité intra-muros, se réapproprient le prieuré qui échappe ainsi aux destructions massives. Les salles gothiques abritent une manufacture de faïence fine (1810-1812). Les travées abandonnées des collatéraux deviennent autant de maisons privées.

13Le prieuré sombre dans l’oubli. Prosper Mérimée, lors de son passage à La Charité, n’évoque même pas la présence du prieuré au nord de l’église prieurale. Seule l’église est classée sur la liste de 1840. Pour mémoire, il classe sur cette même liste la totalité de la clôture de Cluny.

14En 1973, M. Jean-Pierre Duthoit mène, à la demande du secrétariat aux affaires culturelles, une étude sur le patrimoine charitois. Il met en avant le prieuré, l’ampleur des vestiges encore présents, la structure du site incluant prieuré, remparts et cité. Il convainc les élus de procéder au rachat systématique du monument au fur et à mesure des opportunités.

15Trente ans plus tard, la commune est propriétaire des 9/10e de la surface au sol de la clôture. En novembre 2000, la Commission supérieure des monuments historiques a donné un avis favorable au classement de la totalité de la clôture.

16Les découvertes archéologiques faites dans le square des Bénédictins interviennent dans ce contexte. Le monument devient progressivement propriété communale, au prix d’efforts budgétaires très importants pour une commune de 5 000 habitants.

Le jardin des Bénédictins

Situation

17Dominant la grande façade est du prieuré et le chevet, d’anciens jardins constituaient le jardin des Bénédictins. À l’emplacement de ces jardins prieuraux, un espace public à été créé au xixsiècle, qui servait de liaison entre quartiers et qui était relié à la ville basse par un extraordinaire passage à travers les bâtiments du prieuré, dénommé « passage Mérimée ».

Fig. 3 – La Charité-sur-Loire, plan d’aménagement des jardins.

Les découvertes archéologiques

18En 1975, lors de travaux de fondations pour un centre social, les vestiges d’un chevet roman sont découverts.

19De 1975 à 1982, un important chantier archéologique est mené par S. Renimel, sur la partie haute du terrain. Il fait apparaître le chevet de l’ancienne église Saint-Laurent et des constructions à proximité de celle-ci, bâtiments d’hostellerie, de cuisines ou d’ateliers. Une petite abside située à l’Est de Saint-Laurent date probablement du XIe siècle, et serait antérieure de quelques années à  l’implantation du prieuré clunisien.

20De 1982 à 1989, il n’y a pratiquement pas de surveillance archéologique du site. Heureusement, de nouvelles directives MH obligent à effectuer avant travaux une étude documentaire préalable, historique et archéologique ; un dossier d’évaluation du potentiel archéologique est réalisé pour la partie ouest du site. Toutefois, toute idée de fouilles programmées est abandonnée, ne seront retenues que les interventions légères accompagnant les travaux de réhabilitation.

21En 1991 et 1992, des fouilles ont lieu au sud-ouest (nécropole), et un important travail d’inventaire des blocs sculptés en vue de l’anastylose du chevet de l’église Saint-Laurent est mené par Chantal Arnaud et Olivier Juffard. Ces recherches, de même que le travail historique (M.-J. Garniche), accompagnent l’étude préalable de Bernard Collette, qui propose de couvrir le chevet de Saint-Laurent et de créer des circulations touristiques dans le site.

22En 1993 et 1994, de nouvelles investigations, sous la direction de Stéphanie Masson puis de Chantal Arnaud, sont menées dans la partie basse du terrain, correspondant à la nef de Saint-Laurent et au passage gothique.

23L’arrêt des recherches laisse le terrain totalement transformé : le relief en terrasses qui précédait les fouilles a laissé la place à un grand talweg qui correspond au dégagement de l’église Saint-Laurent dans l’axe de laquelle le profil naturel du terrain a été retrouvé. Cette église est citée pour la première fois dans un texte de la seconde moitié du xviie siècle, mentionnant que l’évêque Geoffroy de Champallement a été enterré en 1076 dans « l’église de tous les saints, vulgairement dite de Saint-Laurent ». Comparable à la chapelle de la Vierge à Cluny, c’est là que devaient être célébrés les offices des saints et des défunts.

24Le site a été préparé, lors de la construction de l’église, par l’apport de remblais pour niveler certaines surfaces et pour les structurer en terrasses.

25Les sources d’archives corroborent le résultat des recherches archéologiques. Le prieuré a été conçu d’un seul jet lors de la création de 1059. Le seul antécédent serait un petit lieu de culte d’importance secondaire.

26Première intervention de mise en valeur par le service des monuments historiques en 1986-1988.

27Cette intervention a consisté à aménager la partie supérieure du terrain. Une voie d’accès a été créée, qui contournait les vestiges d’une petite abside au sommet du terrain ; un théâtre de plein air a été édifié avec des traverses de bois, des murs romans ont été consolidés et une terrasse bordée d’un garde-corps a été mise en place au Sud, au débouché d’un passage sous immeuble.

Fig. 4 – La Charité-sur-Loire, le site en 1998.

Fig. 5 – La Charité-sur-Loire, le site en 2006.

L’état des lieux après l’intervention des archéologues

28En trente ans, le terrain a été totalement modifié par les fouilles. À l’est du chevet de Saint-Laurent, des arases de murs ont été consolidées et quelques gradins en herbe ont été mis en place, une voie pompier occupe l’extrémité orientale du terrain.

29Les ruines du chevet, seuls vestiges dont les élévations soient significatives, se sont bien conservées grâce à l’installation, dès leur découverte, d’un parapluie provisoire (en place depuis 1975). Les fragments de faux appareil n’ont pas souffert et les pierres sont restées blanches, alors que toutes les maçonneries exposées aux intempéries dans ce secteur ont rapidement viré au gris sombre. Il semble donc que le principe d’un parapluie ouvert à tous les vents soit de nature à assurer une bonne conservation des maçonneries, des enduits et des quelques traces de peinture.

30Les maçonneries situées entre le chevet de Saint-Laurent et l’église Notre-Dame étaient en très mauvais état, murs déstructurés, arases désorganisées, pierres éclatées. Quelques très beaux morceaux de sculptures, colonnettes et chapiteaux, sont restés en place à l’emplacement des portails, de part et d’autre de la nef. Toutes ces maçonneries portent les traces du grand incendie de 1559.

31La Charité devient Grand Site Culturel et Touristique de Bourgogne ; à ce titre, elle bénéficie de subventions importantes, et d’un dispositif d’accompagnement et de contrôle (Comité de Pilotage). Elle est également en mesure de se doter d’un Comité scientifique, géré par M.-J. Garniche.

Les conclusions du comité scientifique 1991-1993

32Il est demandé à ce comité, formé d’institutionnels, d’historiens et d’archéologues ayant tous l’expérience d’aménagements de sites, de s’interroger sur le programme des restaurations de l’Architecte en Chef, et sur les propositions d’aménagement du Square des Bénédictins, faites par la SAEMAN (Société d’Economie mixte d’aménagement de la Nièvre) et la SCET.

33Une des grandes préoccupations du Comité Scientifique, qui s’est réuni cinq fois entre fin 1991 et 1993, était d’installer à la Charité une équipe pluridisciplinaire de recherche sur ce prieuré encore mal connu, en profitant de la concentration de crédits Grand Site, vœu non réalisé.

34Sa contribution aura concerné l’ensemble du site et son inscription dans le tissu urbain :

  • Il prescrit de ne pas faire du prieuré un lieu traversé par la vie urbaine, mais au contraire de conserver sa spécificité de lieu « à part », fermé, et de trouver les moyens matériels de rendre compte de cette caractéristique dans l’aménagement, en remontant le mur de clôture amont, par exemple.

  • Il souhaite en finir avec un verrou qui bloque le cheminement piéton le long du mur sud de la prieurale (boutique à acquérir).

  • Il donne des pistes pour la conservation-restauration de l’église Saint-Laurent : recouvrement par une butte de terre du passage gothique, en attendant son recreusement dans le cadre du projet définitif. Il préconise le gravillonnement de la nef, la restitution des emmarchements, le remontage des murs gouttereaux par deux ou trois assises séparées des vestiges par un rang d’ardoise, et le traitement le plus simple possible des abords (pelouse).

  • Il s’interroge sur la pertinence d’un programme de logements sociaux au chevet de Saint-Laurent, et se prononce nettement contre.

Projet définitif

35Le comité de pilotage a réorienté le projet d’aménagement de l’étude de 1997. Par la suite, les élus et le directeur régional des affaires culturelles, ont contesté l’orientation exclusivement archéologique du projet ; une nouvelle étude a été commandée pour évaluer la possibilité de couvrir le chevet afin de retrouver un grand espace public. L’ancien square qui traversait le terrain a été évoqué comme référence incontournable pour réinvestir ce lieu.

36Deux types de propositions ont été formulées :

  • dans le prolongement des projets antérieurs, la mise en valeur de tous les vestiges,

  • le remblaiement des maçonneries anciennes en partie haute du terrain, pour simplifier la lecture des vestiges archéologiques, avec trois formules de couvrement du chevet, une dalle, un podium surélevé et une couverture légère.

37L’option de couverture légère a été choisie, sans pour autant faire l’unanimité.

Les éléments du choix

Un terrain central, plusieurs mémoires, un lieu d’enjeux

38Le jardin des moines était clos, il a été progressivement réduit. Le terrain considéré constitue probablement la moitié du dernier état du jardin avant la Révolution.

39Le découpage révolutionnaire a conduit à une division arbitraire du terrain en parcelles égales. Cette partition, sans rapport avec la morphologie des lieux, a conduit les propriétaires à construire des murs de soutènement qui tronçonnaient la nef de l’église Saint-Laurent, achevant de détruire ce qui restait de l’ancienne église : l’échelle de la parcelle. L’une de ces parcelles a été aménagée en promenade publique bordée d’arbres qui reliait deux quartiers. Les deux états antérieurs du terrain étant parfaitement contradictoires entre eux.

40Les Charitois gardaient le souvenir du mail de tilleuls, tout à la fois lieu de découverte patrimoniale du chevet de l’église Notre-Dame, lieu de passage entre les écoles, la place du marché et la Grande rue, et lieu de vie, jardin ombragé en plein centre ville. La population, en tout cas pour les plus âgés, souhaitait la recréation de ce mail de tilleuls disparu au cours des interventions archéologiques.

La légitimité de l’archéologie dans un site central

41La destination du terrain comme espace de présentation archéologique n’avait rien d’évident au départ ; cependant, le parallélisme entre l’organisation du prieuré de La Charité et l’abbaye mère de Cluny a conduit à considérer que ces vestiges devaient être non seulement conservés mais mis en valeur.

42Les vestiges archéologiques, placés pendant 25 ans sous un parapluie de tôles rouillées dans un site informe, ont suscité localement un sentiment de rejet. La commune souhaitait que la population trouve un intérêt dans cet aménagement et que cet espace ne soit pas seulement dédié au tourisme et à la compréhension historique du site.

43Un sondage touristique réalisé sur le site en 1998 faisait apparaître très nettement l’effet dissuasif de la « friche archéologique » du square des Bénédictins. Seuls 24 % des visiteurs du site continuaient leur parcours au-delà. Les bâtiments prieuraux restaient donc méconnus de la plupart. Il paraissait essentiel que le circuit de visite retrouve cohérence et logique, tout en permettant la découverte de cette « deuxième église » essentielle pour une bonne compréhension du site de La Charité-sur-Loire et de l’ampleur de l’établissement clunisien.

Critères de gestion

44À partir de l’acceptation, plus implicite qu’explicite, de la transformation du lieu en jardin, la question de la gestion devenait centrale. La commune ne disposant que de peu de moyens, par rapport aux besoins considérables, il était important de ne pas proposer des traitements irréalistes. De ce point de vue, l’idée d’un jardin très travaillé devait être éliminée au profit des traitements les plus simples, herbe, arbres, terre stabilisée.

45La question des flux du public peut paraître paradoxale. Les jardins situés au cœur de la clôture prieurale sont devenus un point de passage obligé. Ils permettent de relier rue commerçante, espaces de stationnement et écoles. Les aménagements du square des Bénédictins doivent trouver un équilibre entre les espaces à vocation archéologique, les circulations locales des habitants, les espaces de découverte patrimoniale pour les touristes.

46Parti de restauration

47Il a fallu choisir, sélectionner, à partir de quatre options. C’était authentiquement un choix politique. Il s’agissait de déterminer le statut de cet espace en cœur de ville.

Les temps forts de la réflexion

481. Un site à vocations multiples.

49Les préconisations du comité scientifique ont été dans l’ensemble suivies, mais certaines ont été abandonnées : l’anastylose du chevet, la différenciation des sols entre l’église et l’extérieur, la mise en valeur de l’ensemble des vestiges présents sur le site. Nous sommes ici devant un conflit d’usage et un conflit de mémoire. La réaction des partenaires non archéologues a été de considérer que le site ne pouvait être exclusivement voué à la mise en valeur des vestiges archéologiques.

502. Sélectionner, ne pas tout montrer.

51Le critère retenu a été ce qui est immédiatement compréhensible sans explication. Une délimitation a été réalisée pour retenir ce qui était suffisamment explicite, l’église Saint-Laurent, le passage gothique et l’absidiole supérieure. Le reste a été remblayé.

523. Vestiges découverts ou ruine.

53Alors qu’une ruine est l’expression d’un état d’un bâtiment qui a résisté au temps dans des conditions difficiles, un vestige archéologique est généralement une maçonnerie fragile qui correspond à l’état conjoncturel dû aux conditions de sa démolition et de sa fouille. Ici, il s’agissait de transformer des vestiges informes et fragiles en une ruine qui puisse résister aux intempéries.

54Il faut établir une distinction fondamentale entre les vestiges qui resteront découverts et ceux qui seront protégés. Les vestiges découverts consistent, pour l’essentiel, en des murs de soutènement en très mauvais état qui ont été reconstruits aux deux tiers. Au contraire, les absidioles, bien conservées et immédiatement protégées après découverte, sont restées dans un exceptionnel état d’authenticité.

554. Protéger, abriter.

56Un parapluie en tubes d’échafaudage et tôles a été mis en place dès que les vestiges ont été découverts. Il a permis leur conservation dans de très bonnes conditions, les pierres sont restées blanches, les quelques traces de faux joints n’ont pas été altérées. Le plus grand danger, en terme de conservation, provient du vandalisme ordinaire. Les adolescents avaient fait de ces absides un lieu de réunion.

57La mémoire de la découverte, de la fouille et des dispositifs d’urgence mis en place, a joué un rôle essentiel dans le projet final. Les solutions efficaces en terme de conservation sont pérennisées sous une autre forme, le parapluie est devenu auvent. L’histoire de la conservation devient un élément marquant du site. Le projet a consisté à cristalliser une solution d’urgence.

58L’auvent a été dessiné avec une sous-face lisse pour ne pas capter l’attention, il est le plus mince possible avec une couverture en zinc.

595. Les limites - murs portes.

60La logique urbaine a été exprimée à partir d’éléments en place ou reconstruits : murs de clôture inscrits dans la trame orthogonale du prieuré, portes et passages sous immeuble. Le clos du jardin doit probablement correspondre à la moitié du jardin du xviiie siècle, il est beaucoup plus petit que le clos originel.

616. Passages.

62Un seul portail sur la rue du Champ baratté manifeste une entrée évidente, les autres passages sont des ouvertures secondaires, on se glisse dans des interstices, il n’y a pas de logique monumentale forte, mais des usages, des possibilités. Cet état de fait n’est pas sans poser quelques difficultés d’orientation pour les touristes, il y a un réel problème de visibilité. Comment indiquer sans imposer ? Comment conserver le labyrinthe des venelles ? Le passage Mérimée et la rue du Champ baratté sont apparus au cours de l’étude comme des éléments de patrimoine qu’il fallait conserver en l’état, comme des traces intéressantes de l’évolution du monastère dans la ville.

637. Pente et terrasse, nature et artifice.

64La ville s’est construite sur des terrasses portées par des murs de soutènement successifs. Dans l’ensemble du jardin, il importait qu’une forte horizontale serve de repère pour apprécier la pente générale du terrain et marquer la singularité du chevet de Saint-Laurent. La terrasse et l’auvent assurent ce rôle de repère dans la pente générale du site.

Fig. 6 – La Charité-sur-Loire, la terrasse supérieure permettant de découvrir les vestiges par le haut.

658. L’archéologie en projet, une forme identifiable.

66Quelle forme donner à ces vestiges peu caractérisés ? Comment construire l’archéologie ?

67Il nous paraissait indispensable de recréer la découverte des vestiges par le haut, comme ils apparaissent sur les premières photographies de 1975. Le mur de soutènement en moellons qui encadre les absidioles est un mur du xixe siècle reconstitué, il signifie la limite du site archéologique, là où la ville moderne a repris ses droits ; le mur en béton entourant les vestiges montre, par sa matière, son caractère récent, exprime l’intervention présente autour de l’archéologie. Les absidioles sont ainsi mises en évidence par leur cadre et par leur couverture.

  • Les vestiges se détachent sur un fond végétal, et le redoublement de la forme par le cadre géométrique des terrasses donne une lisibilité à l’ensemble. À l’exception du mur de soutènement autour des absidioles, les murs latéraux ont été absorbés par les talus en herbe.

  • La reconstruction des murs d’arase de la nef et du passage gothique a été réalisée en privilégiant l’expression d’arases horizontales pour retrouver un lecture cohérente de l’implantation. Les absides bien conservées ont été laissées en l’état.

  • L’auvent est devenu un élément de cadrage sur la façade est du prieuré et de l’église Notre-Dame. Le grand chevet de l’abbatiale est redevenu le centre focal du lieu.

Fig. 7 – La Charité-sur-Loire, l’ancien chevet protégé par un auvent.

Fig. 8 – La Charité-sur-Loire, les poteaux de l’auvent sur les maçonneries.

689. Les nouveaux usages.

69Les usages pressentis, de passage pour les Charitois et de circuit de visite pour les touristes, se sont immédiatement mis en place. Un éclairage nocturne a été mis en œuvre avec la volonté de rester assez sombre en éclairant les cheminements, les arbres, les absidioles et le chevet de Notre-Dame. Les éclairages indirects par réflexion sur le sol ont été privilégiés autour du chevet de Saint-Laurent. Le site est devenu un lieu privilégié pour l’organisation de manifestations. Lors du festival de piano, une scène est installée devant les absidioles, sous l’auvent qui sert de conque de résonance, face au public installé dans la nef.

70En conclusion, nous pouvons tenter de cerner les spécificités du jardin des Bénédictins.

71Nous ne sommes pas ici devant un état complètement recouvert par d’autres constructions, répondant à un autre parcellaire (de type trame romaine sous une trame médiévale), mais devant des vestiges dégagés qui sont cohérents avec l’ensemble monumental du prieuré ; ils le complètent, ils lui donnent un nouveau relief, en particulier par la correspondance entre le passage gothique et la chapelle d’axe. L’archéologie est assimilée au paysage urbain, les éléments dégagés viennent renforcer la lecture des bâtiments conservés.

72Le traitement de l’archéologie dans la ville constitue un acte de restauration particulier. Par rapport à la restauration d’un édifice cohérent qui demande technicité et sensibilité, la mise en valeur de vestiges archéologiques nécessite un programme : que montrer ? Comment ? En relation avec quoi ? Les choix de restauration et de mise en valeur sont très ouverts. Nous pouvons dire que la cathédrale de Chartres dicte sa loi au restaurateur qui l’approche, alors que la mise en valeur de vestiges archéologiques peut faire l’objet de propositions très diverses.  

Fig. 9 – La Charité-sur-Loire, l’entrée latérale de l’ancienne nef et du passage gothique.

73La qualité d’un aménagement archéologique dépendra de l’intervention de plusieurs acteurs, au premier rang, un archéologue convaincu qu’il y a quelque chose à montrer et à transmettre au public, une collectivité ou un maître d’ouvrage qui porte le projet, qui l’assume, qui en prévoit le mode de gestion, enfin un architecte à qui on a confié une mission précise, à partir d’un programme. Bien sûr, le programme s’élabore dans une concertation large entre les différents partenaires et avec des allers et retours, mais, une fois fixé, il doit être suivi de très près pour devenir un parti d’architecture.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – La Charité-sur-Loire, découverte des vestiges en 1975.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11369/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 2 – La Charité-sur-Loire, plan des découpages révolutionnaires.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11369/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 3 – La Charité-sur-Loire, plan d’aménagement des jardins.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11369/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 4 – La Charité-sur-Loire, le site en 1998.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11369/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 5 – La Charité-sur-Loire, le site en 2006.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11369/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 6 – La Charité-sur-Loire, la terrasse supérieure permettant de découvrir les vestiges par le haut.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11369/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 7 – La Charité-sur-Loire, l’ancien chevet protégé par un auvent.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11369/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 8 – La Charité-sur-Loire, les poteaux de l’auvent sur les maçonneries.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11369/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 9 – La Charité-sur-Loire, l’entrée latérale de l’ancienne nef et du passage gothique.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11369/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11369/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Barnoud, « La Charité-sur-Loire, un monastère dans la ville », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n° 3 | 2010, mis en ligne le 15 mars 2010, consulté le 26 avril 2017. URL : http://cem.revues.org/11369 ; DOI : 10.4000/cem.11369

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org