Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2008-2009

Le PNRC « Les tuiles des monuments de l’Yonne : conservation et connaissance de la terre cuite architecturale médiévale (1ère année) »

Sylvain Aumard

Entrées d’index

Index de mots-clés :

tuile

Index géographique :

France/Yonne
Haut de page

Texte intégral

1De récentes observations ont montré que les couvertures des monuments médiévaux de l’Yonne avaient conservé, jusqu’à aujourd’hui, une partie de leurs tuiles d’origine. La restauration de ces toitures constitue l’ultime moment où peut être abordée, dans de très bonnes conditions, la problématique mal connue des techniques anciennes de couverture. L’absence d’études de références constitue un obstacle majeur à la mise en place de collectes raisonnées. Les spécificités du matériau posent des questions méthodologiques bien particulières en raison de sa lente évolution au cours du temps et de ses nombreux remplois successifs.

2Plus d’un millier d’éléments supposés anciens ont été collectés sur les sites des cathédrales d’Auxerre et de Sens, de l’abbatiale de Pontigny et de l’église de Vermenton. L’étude d’une petite partie a non seulement confirmé leur datation médiévale, mais également l’intérêt de les soumettre à une approche pluridisciplinaire afin de saisir l’ensemble de leurs caractères : typochronologie, nature et origine des argiles, techniques de fabrication et de mise en œuvre. L’objectif est d’étendre cette recherche à l’ensemble de la collection afin d’aboutir, d’une part, à des référentiels d’étude établis sur un corpus de qualité et, d’autre part, à des protocoles d’échantillonnage et de caractérisation.

3Dans le but de réunir les moyens requis, cette problématique a été proposée en 2006 dans le cadre de l’appel à projet du « Programme national de recherche sur la connaissance et la conservation des matériaux du patrimoine culturel (Pnrcc) » impulsé par la Mission de recherche et de la technologie du ministère de la Culture. Finalement retenu en 2007 pour une durée de deux ans, ce projet regroupe une équipe pluridisciplinaire à l’image de ses ambitions :

4• typologie et synthèse : Sylvain Aumard (Cem-Auxerre/UMR 5594) ;

5• datation par thermoluminescence : Antoine Zink et Elisa Porto (C2rmf-Paris) ;

6• datation par archéomagnétisme  Philippe Lanos et Philippe Dufresne (Iramat-Crpaa Bordeaux III) ;

7• analyses des pâtes et des glaçures (pétrographie, spectrométrie de rayon X, Meb) : Stéphane Büttner (Cem-Auxerre/UMR 5594) ; Ayed Ben Amara et Nadia Cantin (Crpaa Bordeaux III) ;

8• étude des couvertures polychromes : Denis Cailleaux (univ. Bourgogne/UMR 5594) ; Catherine Baradel-Vallet (Cem-Auxerre) ; Gilles Fèvre (Cem-Auxerre).

Fig. 1 – Sens, cathédrale Saint-Étienne : exemple de relevé d’un motif polychrome (CEM, G. Fèvre, 2008).

9Le corpus de la cathédrale de Sens est actuellement celui où les recherches sont les plus avancées. Il a été présenté tout récemment sous la forme d’un poster au dernier colloque du Groupe des méthodes pluridisciplinaires contribuant à l’archéologie (Gmpca) tenu à Montpellier (avril 2009). Déjà soumise à des datations par archéomagnétisme en 2003-2004, la production de cet ensemble a encore pu être précisée dans le temps grâce à la thermoluminescence. En associant les résultats de la dendrochronologie des charpentes, on est en droit de penser que ces tuiles sans crochet et à pureau polychrome ont été produites fin XIIIe-début XIVe siècle. Les analyses de pâtes ont confirmé le caractère homogène de la production et l’emploi de la même argile. L’étude des glaçures montre une très nette distinction dans leur mise en œuvre des fonctions des couleurs : la couverte sombre (noir-vert) est monocouche et obtenue par l’addition de cuivre dans le mélange glaçurant, tandis que la couverte claire (blanc-jaune) est obtenue par l’application d’une glaçure transparente sur une couche d’engobe blanche préalablement séchée. Le relevé systématique des motifs polychromes de chaque tuile confirme l’idée d’une vaste composition à motifs géométriques répétitifs (disques, anneaux, frises) et insiste sur l’existence de représentations animalières. Les faibles dimensions de ces dernières invitent à les voir dans un contexte héraldique, mais leur état trop lacunaire ne permet pas de les identifier.

Fig. 2 – Sens, cathédrale Saint-Étienne : proposition de restitution d’un motif animalier (CEM, G. Fèvre, 2008).

  • 1  Types : A1, sans crochet, fine, pureau brut ; A2, sans crochet, épaisse, pureau glaçuré vert ; typ (...)
  • 2  Types : A7, sans crochet, un trou ; A8 ; sans crochet, deux gros trous ; D4 et D5, tuiles à gros c (...)

10L’étude du corpus d’Auxerre, nettement plus hétérogène, n’est pas complètement achevée, mais les analyses en cours semblent prometteuses. Certaines productions avaient été datées du XIVe siècle grâce à l’archéomagnétisme en 2003-2004 1, mais d’autres – notamment les grands formats 2 – restaient à préciser afin de confirmer les hypothèses formulées à partir de l’observation des remplois dans les maçonneries. Sous réserve de la finalisation des analyses par thermoluminescence, ces types paraissent effectivement élaborés autour des XIIe-XIIIe siècles. Comme l’indique l’étude en cours des pâtes, la diversité des argiles utilisées semble traduire – selon les types considérés – à la fois des provenances différentes et des provenances communes. Bien que la localisation des ateliers de production demeure encore une question fort délicate, il s’agit là d’un progrès déterminant dans l’identification des ressources en matières premières et, de facto, dans la problématique de l’approvisionnement des chantiers de couverture.

11   

Haut de page

Notes

1  Types : A1, sans crochet, fine, pureau brut ; A2, sans crochet, épaisse, pureau glaçuré vert ; type B, tuile à crochet, à pâte claire et pureau glaçuré vert.

2  Types : A7, sans crochet, un trou ; A8 ; sans crochet, deux gros trous ; D4 et D5, tuiles à gros crochet latéral moulé.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Sens, cathédrale Saint-Étienne : exemple de relevé d’un motif polychrome (CEM, G. Fèvre, 2008).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11295/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Légende Fig. 2 – Sens, cathédrale Saint-Étienne : proposition de restitution d’un motif animalier (CEM, G. Fèvre, 2008).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11295/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 695k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Aumard, « Le PNRC « Les tuiles des monuments de l’Yonne : conservation et connaissance de la terre cuite architecturale médiévale (1ère année) » », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 16 septembre 2009, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://cem.revues.org/11295 ; DOI : 10.4000/cem.11295

Haut de page

Auteur

Sylvain Aumard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org