Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2008-2009

L’église Saint-Pierre-es-Liens de Molinons (Yonne)

Sylvain Aumard, Stéphane Büttner et Xavier D’Aire
p. 39-40

Entrées d’index

Index de mots-clés :

église

Index géographique :

France/Molinons
Haut de page

Texte intégral

1Lors de la restauration du chevet de l’église de Molinons, des modillons en terre cuite à figuration géométrique ou animalière fortement stylisée ont été découverts (janvier 2008). Les différents états chronologiques que laissait apparaître la partie sommitale du mur gouttereau, après piochage des enduits, invitaient à considérer ces éléments comme les vestiges d’une corniche médiévale. Grâce à la compréhension de la Conservation régionale des Monuments historiques (inspection), un relevé archéologique de cette partie a pu être financé avant l’achèvement des enduits.

2Celui-ci a permis de démontrer une première mise en œuvre de ces modillons au cours d’un second état, ainsi que leur remploi dans une troisième phase correspondant à un rehaussement de 40 à 50 cm. Leur mise en place initiale paraît s’accorder avec l’édification romane du chevet – chapiteaux sculptés du XIIe siècle – dont le premier état de la partie sommitale semble traduire un temps de latence dans le déroulement de son chantier, peut-être lié à la construction des voûtes. Dans le second état, les négatifs d’arrachements laissent parfaitement percevoir le rythme régulier des modillons ainsi que l’emprise de leurs entablements, dont on retrouve de nombreux fragments remployés. Le remontage de cette corniche à un niveau supérieur est peut-être lié à la reconstruction de la charpente, vraisemblablement intervenue au XVIIe siècle – d’après un millésime dans la nef – et à une importante reprise des voûtes (traces de ripe). Une couverture posée directement sur ces dernières (sans charpente) est peut-être à l’origine de ces désordres. Bien que le rythme des modillons soit respecté, les nombreux manques ont été palliés par l’introduction de petits corbeaux en pierres ou en briques. Enfin, au XIXe siècle, le mur gouttereau du chevet est une nouvelle fois surélevé, la corniche démontée et les modillons bûchés.

3Cette opération montre à quel point l’histoire mouvementée des toitures a marqué celle des élévations immédiatement à leur contact. Dans l’état actuel des connaissances, ces modillons constituent un des plus rares témoignages de l’époque romane que l’on ne peut comparer qu’avec le proche exemple de Pont-sur-Vanne (XIIe siècle ?).

Fig. 1 – Molinons, Saint-Pierre-es-Liens : exemples de modillons retrouvés lors de la restauration du chevet (CEM, G. Fèvre, 2008).

4    

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Molinons, Saint-Pierre-es-Liens : exemples de modillons retrouvés lors de la restauration du chevet (CEM, G. Fèvre, 2008).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Aumard, Stéphane Büttner et Xavier D’Aire, « L’église Saint-Pierre-es-Liens de Molinons (Yonne) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA, 13 | 2009, 39-40.

Référence électronique

Sylvain Aumard, Stéphane Büttner et Xavier D’Aire, « L’église Saint-Pierre-es-Liens de Molinons (Yonne) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 19 novembre 2009, consulté le 25 avril 2017. URL : http://cem.revues.org/11229 ; DOI : 10.4000/cem.11229

Haut de page

Auteurs

Sylvain Aumard

Articles du même auteur

Stéphane Büttner

Articles du même auteur

Xavier D’Aire

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org