Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Opérations archéologiques 2008-2009

L’ancien prieuré Saint-Martin de Mesvres (Saône-et-Loire)

Sylvie Balcon-Berry et Walter Berry
p. 27-28

Entrées d’index

Index de mots-clés :

prieuré

Index géographique :

France/Mesvres
Haut de page

Texte intégral

  • 1  A. de Charmasse, « Annales historiques du prieuré de Mesvres », Mémoires de la société Éduenne, t. (...)

1Du prieuré de Mesvres, transformé en exploitation agricole au XIXe siècle, il subsiste une grande partie des bâtiments conventuels ainsi que des vestiges de l’église. Ce complexe monastique a attiré l’attention de plusieurs chercheurs 1, en raison de sa fondation supposée antérieure à 843, date de sa mention dans une charte. Placé sous la dépendance de l’Église d’Autun, mais lié à l’abbaye de Flavigny, le prieuré de Mesvres passe finalement sous obédience clunisienne en 994.

Fig. 1 – Mesvres, ancien prieuré, dessin des parties orientales par l’abbé Devoucoux en 1836. Autun, Bibliothèque de la société Éduenne, carnet 7 (cl. W. Berry).

Fig. 2 – Mesvres, ancien prieuré, plan schématique des parties orientales par l’abbé Devoucoux, 1836. Autun, Bibliothèque de la société Éduenne, carnet 7 (cl. W. Berry).

  • 2  Nous le remercions, ainsi que son épouse, pour leur accueil chaleureux. Merci également aux membre (...)

2À la demande de Monsieur Dominique Labonde, propriétaire des lieux et président de l’association Les amis du prieuré de Mesvres 2, des relevés archéologiques des élévations de l’église ont été entrepris en août 2008 avec des étudiants de licence d’archéologie à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV). Ces relevés ont surtout concerné ce qui subsiste du mur nord de la nef ainsi que sa jonction avec le mur ouest du bras nord du transept.

3On a pu ainsi montrer que la nef unique était montée en petit appareil soigné régulièrement scandé de colonnes engagées sur chaînes de moyen appareil. Ces supports répondaient à des contreforts, dont il subsiste les parties inférieures. Aucune trace d’ouverture n’a été trouvée, ce qui s’explique par le fait qu’elles occupaient la partie sommitale des murs, comme nous l’apprend un document du XVIIe siècle. L’existence de contreforts tend à montrer que la nef était voûtée. Elle remplace vraisemblablement une structure plus ancienne, tout aussi simple.

  • 3  Agathe Foullon, étudiante en Master I à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV), a entrepris cette (...)

4Le lien avec le transept se faisait par l’intermédiaire de passages antérieurs à la reconstruction de la nef ; en témoigne un arc étroit conservé au sein du mur occidental du transept. Le soin apporté à sa réalisation, avec alternance de claveaux de calcaire rectangulaires et de triangles composés de mortier lissé, le tout supporté par des impostes à cartouches, doit être souligné. Un puissant contrefort destiné, avec d’autres, à épauler une haute tour de croisée, connue par un document antérieur à son effondrement en 1836 (fig. 1), est venu s’accoler au montant sud de l’arc. Ce dernier et le contrefort portent des vestiges de décors à faux joints, objet d’une étude en cours 3. Le support de la tour semble, par ailleurs, postérieur à l’arc nord de la croisée, dont il subsiste notamment un gros chapiteau lisse portant des traces de revêtements uniformes. Parallèlement, l’étude de la zone occidentale de l’église a été amorcée, en particulier l’analyse d’un arc qui pourrait appartenir à une avant-nef.

  • 4  C. Sapin, Bourgogne…, op. cit., p. 70-75.

5Il est pour l’heure hasardeux de proposer une chronologie précise des parties étudiées. Toutefois, il est clair que le mur de la nef conservé doit appartenir au milieu du XIe siècle. La tour de croisée serait légèrement antérieure, voire contemporaine, tandis que les autres vestiges du transept relèveraient de phases plus anciennes. Leur datation ne pourra être effective que lorsque la totalité du transept sera soumise à une analyse exhaustive. La recherche future devrait aussi concerner le chœur, fortement repris au XIXe siècle, mais qui abrite vraisemblablement des élévations fort anciennes. Cette zone orientale, extrêmement développée et dotée d’annexes, si l’on en croit un plan sommaire réalisé en 1836 par l’abbé Devoucoux (fig. 2), semble montrer dans ses dispositions d’intéressants liens avec Cluny II en cours d’étude par Christian Sapin et Anne Baud, mais aussi avec Saint-Georges de Couches 4.

6    

Haut de page

Notes

1  A. de Charmasse, « Annales historiques du prieuré de Mesvres », Mémoires de la société Éduenne, t. 4, 1875, p. 1-105 ; C. Sapin, Bourgogne préromane, Paris, 1986, p. 115-118 ; W. Berry, Romanesque Architecture in the rural Autunois and the processes of stylistic change, thèse de doctorat, University of Missouri-Columbia, 1993, catalogue des monuments, notice sur le prieuré de Mesvres.

2  Nous le remercions, ainsi que son épouse, pour leur accueil chaleureux. Merci également aux membres de l’association.

3  Agathe Foullon, étudiante en Master I à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV), a entrepris cette recherche sous notre direction.

4  C. Sapin, Bourgogne…, op. cit., p. 70-75.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Mesvres, ancien prieuré, dessin des parties orientales par l’abbé Devoucoux en 1836. Autun, Bibliothèque de la société Éduenne, carnet 7 (cl. W. Berry).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11176/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 2 – Mesvres, ancien prieuré, plan schématique des parties orientales par l’abbé Devoucoux, 1836. Autun, Bibliothèque de la société Éduenne, carnet 7 (cl. W. Berry).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11176/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Balcon-Berry et Walter Berry, « L’ancien prieuré Saint-Martin de Mesvres (Saône-et-Loire) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA, 13 | 2009, 27-28.

Référence électronique

Sylvie Balcon-Berry et Walter Berry, « L’ancien prieuré Saint-Martin de Mesvres (Saône-et-Loire) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 18 octobre 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cem.revues.org/11176 ; DOI : 10.4000/cem.11176

Haut de page

Auteurs

Sylvie Balcon-Berry

Articles du même auteur

Walter Berry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org