Navigation – Plan du site
Opérations archéologiques 2008-2009

La crypte de la cathédrale Saint-Étienne, Auxerre (Yonne)

Christian Sapin
p. 11-12

Entrées d’index

Index de mots-clés :

cathédrale, Saint-Etienne d’Auxerre

Index géographique :

France/Auxerre
Haut de page

Texte intégral

1En 2008, la campagne d’études archéologiques de la crypte de la cathédrale a amorcé la fouille prévue et commencée en janvier 2009, de la chapelle d’axe. Les relevés et les analyses des maçonneries ont permis de reconnaître l’homogénéité des structures en moyen appareil du XIe siècle et les reprises en plusieurs endroits des restaurations du XIXe siècle. Le calepinage du sol a préparé la future fouille et l’enlèvement prévu du dallage et de l’autel moderne. Plusieurs traces de limites d’enduits suggèrent des aménagements secondaires dans les arcades murales pour des protections en bois ou la suspension de tissus. Aucun enduit antérieur au décor peint – voir la fresque du Christ à cheval datée par plusieurs auteurs de la fin du XIe siècle – n’a été identifié dans les zones étudiées.

2La campagne archéologique commencée en 2009 a ouvert toute la partie orientale de la chapelle, où les travaux du XIXe siècle avaient cru reconnaître selon M. Quantin :

« La base des colonnes de la chapelle de la Trinité porte ainsi que le fond circulaire de cette chapelle sur une maçonnerie de pierres blanches, parementées et mêlées à des mœllons bruts. Cette bâtisse a 1 m. 50 c. jusqu’à la naissance d’une voûte qui lui sert de base à son tour, du côté sud. Mais cette voûte est abattue et n’offre plus que la naissance de sa courbe formée de mœllons mêlés à beaucoup de mortier. Du côté nord, le mur descend perpendiculairement sans être arrêté par la voûte, et il s’y trouve des pierres taillées de calcaire blanc, jusqu’au plus profond que j’aie pu voir.

La maçonnerie sur laquelle s’élève la crypte actuelle me paraît donc plus ancienne qu’elle, et avoir servi de base à une autre crypte. Elle est liée par du mortier à chaux et sable, tandis que celle de la crypte est faite à chaux et ciment.

De plus, non seulement elle est plus ancienne mais encore elle a été formée de débris de constructions antérieures. La preuve, c’est qu’on y voit des pierres de petit appareil mêlées à des mœllons bruts, et que ces pierres sont colorées en rose comme les murs exposés longtemps à l’air privé de la lumière solaire.

  • 1  M. Quantin, « Restitution par les textes des cathédrales élevées successivement à Auxerre avant le (...)

La distance depuis la naissance de la voûte au socle du XIe siècle est de 2 m. 30 c. On a trouvé dans le terrain du fond qui est comme de la terre noire de jardin, quelques fragments de tuiles à la romaine, et une médaille du bas-empire. Au niveau de la voûte, à 2 m. 20 c. du socle de l’édifice actuel, s’étend sur toute la surface de la chapelle une couche noire et rouge de 4 centimètres d’épaisseur, ce qui dénote les traces d’un incendie. Au-dessus est une autre couche de débris de mœllons et de graviers, indice d’un nouveau travail après l’incendie. Plus haut les couches sont mêlées de sable et de terre rapportée 1. »

3La fouille en cours n’a pour le moment identifié qu’un ressaut de la fondation de la construction du XIe siècle. Cependant, les niveaux brûlés apparus et surtout le mobilier céramique typique de l’Antiquité tardive pourraient indiquer un potentiel d’occupation sans doute contemporain, si ce n’est antérieur aux niveaux et structures découverts lors des campagnes de 2003-2004.

Fig. 1 – Auxerre, cathédrale Saint-Étienne, crypte (CEM, G. Fèvre, 2008).

4  a

Haut de page

Notes

1  M. Quantin, « Restitution par les textes des cathédrales élevées successivement à Auxerre avant le XIIIe siècle », Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 4 (1850), p. 374.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Auxerre, cathédrale Saint-Étienne, crypte (CEM, G. Fèvre, 2008).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11157/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Sapin, « La crypte de la cathédrale Saint-Étienne, Auxerre (Yonne) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA, 13 | 2009, 11-12.

Référence électronique

Christian Sapin, « La crypte de la cathédrale Saint-Étienne, Auxerre (Yonne) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 15 août 2009, consulté le 29 août 2014. URL : http://cem.revues.org/11157 ; DOI : 10.4000/cem.11157

Haut de page

Auteur

Christian Sapin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org