Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Etudes & travaux

Texts and Identities in early Middle Ages

Laurent Jégou
p. 243-244

Texte intégral

1Le groupe de recherches doctorales Texts and Identities in early Middle Ages s’est réuni, les 17, 18 et 19 octobre 2008 au Centre d’études médiévales d’Auxerre.

2Régine Le Jan ouvre la session en rappelant les motivations qui ont poussé les « mères et pères fondateurs » du programme à mettre sur pied ces colloques annuels, les professeurs Rosamond McKitterick (Cambridge), Mayke de Jong (Utrecht), Ian Wood (Leeds) et Walter Pohl (Vienne). Ce groupe s’est élargi en 2003 aux doctorants de Régine Le Jan (Paris I) et, cette année, à ceux de François Bougard (université Paris-Ouest). L’intention était de proposer régulièrement, à leurs étudiants respectifs, un état d’avancement de leurs travaux, de confronter leur recherche à celle d’autres doctorants et de prendre connaissance des orientations méthodologiques que prend la médiévistique dans les différents pays concernés. Cette expérience internationale leur permet également de bénéficier des remarques d’intervenants à la table ronde qui suit chaque intervention. Participaient à cette table ronde : Dominique Iogna-Prat (Cnrs-Lamop), Sylvie Joye (Reims), Marcelo Candido da Silva (Sao Paulo), Laurent Jégou (Paris I) et Irene van Renswoude (Utrecht).

3Deux orientations majeures guident les communications du programme Texts and Identities : la transmission des textes et leur tradition manuscrite d’une part, la perception des différences sociales, politiques et religieuses qui transparaît dans les textes altimédiévaux d’autre part. Les textes servent alors de stratégies de distinction à ceux qui les composent, les utilisent, les compilent…

4Ces trois journées ont permis d’entendre 21 communications, réparties thématiquement en six sessions. La première porte sur la place de l’écrit dans les conflits. Les textes sont composés et exploités comme un instrument d’affirmation des prétentions des différents protagonistes. C’est le cas des adversaires de Clotaire II, qui forgèrent les preuves destinées à prouver sa bâtardise. De même, l’évêque Rathier a composé des œuvres propres à soutenir sa lutte contre les revendications des chanoines de Vérone.

5Les communications suivantes sont consacrées à la représentation du pouvoir à travers des sources aussi diverses que les actes conciliaires, les lois barbares, les textes hagiographiques ou les règles monastiques.

6Les participants à la troisième session analysent la manière dont les textes permettent de définir les communautés, que ces communautés soient familiales ou spirituelles, mieux connues grâce à la lexicographie menée sur un corpus de textes narratifs ou exégétiques, ou qu’elles soient façonnées par des motivations politiques (autour de Théodulfe d’Orléans).

7Les textes ont également soutenu des revendications matérielles et spirituelles, lorsque les clercs ont composé, compilé et forgé des œuvres hagiographiques propres à défendre les prétentions de leur saint patron sur un territoire. Le pontifical de Sens, qui contient l’un des plus anciens ordines de consécration royale, a lui aussi été composé dans l’objectif de soutenir les prétentions des souverains non-carolingiens, tous consacrés par l’archevêque de Sens au début du Xesiècle.

8Une partie des communications porte sur le public visé par la production écrite. L’œuvre exégétique composée par Hraban Maur a eu de multiples usages, comme la méditation, l’enseignement ou la prédication. De même, les Cambridge songs, singulier florilège composé à la fin du Xesiècle, mêlent latin et vernaculaire, textes littéraires et burlesques, dont le public semble avoir été très large.

9Enfin, la session finale aborde une thématique qui a occupé une place de choix lors des premières réunions de Texts and Identities : l’ethnicité et l’altérité telle qu’elle est présentée dans les textes, et la place de l’écrit dans la définition de cette identité. L’identité propre à l’église bretonne (ou anglaise) est démontrée à travers l’analyse du culte de saint Alban, qui remet en cause l’idée d’une rupture totale entre le paysage religieux de l’Antiquité tardive et l’organisation d’une Église bretonne attribuée à Augustin de Canterbury. D’autre part, les œuvres littéraires donnent l’occasion d’appréhender l’altérité, à travers l’image des Vikings dans l’œuvre d’Hincmar, et celle des Romains dans l’Historia romana de Paul Diacre.

10La participation financière apportée par la Mission historique française en Allemagne (Göttingen), le Centre d’études médiévales (Auxerre), l’École doctorale de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, les universités de Cambridge, Vienne, Leeds, Utrecht, Limoges et Paris Ouest-Nanterre a concouru au succès de cette rencontre, qui s’est déroulée dans des conditions matérielles exceptionnelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Jégou, « Texts and Identities in early Middle Ages », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA, 13 | 2009, 243-244.

Référence électronique

Laurent Jégou, « Texts and Identities in early Middle Ages », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 27 avril 2017. URL : http://cem.revues.org/11129 ; DOI : 10.4000/cem.11129

Haut de page

Auteur

Laurent Jégou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org