Navigation – Plan du site
Opérations archéologiques 2008-2009

Autun : étude sur l’enceinte réduite

Sylvie Balcon-Berry
p. 7-9

Entrées d’index

Index de mots-clés :

enceinte

Index géographique :

France/Autun
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les résultats de cette recherche paraîtront dans un supplément de la Revue archéologique de l’Est, (...)

1Une recherche portant plus globalement sur le développement des monuments religieux de la ville haute d’Autun a conduit à reprendre le dossier relatif au castrum 1. Cette enceinte réduite, qui barrait au nord la pointe méridionale de la cité antique cernée de murs aménagés à partir de la fin du Ier siècle avant J.-C., a connu plusieurs phases de restructurations. C’est essentiellement à l’emplacement de l’évêché, dont les bâtiments de diverses périodes se sont accolés au tronçon oriental de cette muraille, que les données les plus pertinentes sur ses premiers aménagements ont pu être recueillies.

  • 2  Sur ces travaux, voir le rapport de Y. Labaune, A. Tisserand, avec la collaboration sur le terrain (...)

2Ainsi, la reprise de la documentation ancienne afférente à la résidence épiscopale, des observations récentes réalisées lors de réhabilitations des réseaux de canalisation dans les jardins de cette demeure et des relevés d’élévations conservées dans les caves septentrionales du même bâtiment permettent de proposer des hypothèses sur la date de création du castrum ainsi que sur son tracé 2.

  • 3  Sur la datation traditionnelle de l’Antiquité tardive, voir notamment H. de Fontenay, Autun et ses (...)

3Une première phase postérieure à des niveaux d’occupation du Haut-Empire, et que l’on fait remonter à l’Antiquité tardive, a été mise en évidence, confirmant de la sorte la datation traditionnellement proposée pour la création de l’enceinte réduite 3. Cette phase initiale est caractérisée par une maçonnerie en petit appareil allongé assez régulier. Le mur de courtine était ponctué de tours polygonales. L’une d’elles avait été découverte en 1885 au sud de l’évêché, tandis que les relevés archéologiques effectués dans les caves nord de cette même résidence ont permis de mettre en évidence le départ d’une autre tour. Au-delà de ces caves, le tracé de l’enceinte réduite marque une nette inflexion vers l’ouest, mais devait reprendre son chemin vers le nord pour rejoindre de façon quasi perpendiculaire le tronçon septentrional du castrum.

4L’observation des maçonneries conservées dans les caves du palais épiscopal montre aussi que cette fortification a été grandement remaniée au haut Moyen Âge, avec le remplacement des tours polygonales par des tours quadrangulaires montées en grand appareil de remploi. Il serait à présent souhaitable de réaliser des sondages archéologiques dans les caves de l’évêché pour étayer la chronologie proposée.

Haut de page

Notes

1  Les résultats de cette recherche paraîtront dans un supplément de la Revue archéologique de l’Est, qui accueillera prochainement les actes des journées de l’Ateg des 20 et 21 novembre 2008 organisées à l’instigation de A. Burgevin, M. Kasprzyk et G. Kuhnle. Je remercie ces derniers de m’avoir conviée à cette manifestation.

2  Sur ces travaux, voir le rapport de Y. Labaune, A. Tisserand, avec la collaboration sur le terrain de S. Balcon, Jardins de l’évêché. Travaux de réhabilitation des réseaux, Parcelle AI n° 115 (1984), Service archéologique de la ville d’Autun, novembre 2008. Merci à Y. Labaune de m’avoir permis de suivre ces travaux et d’avoir par ailleurs participé à la réalisation des relevés des caves de l’évêché, avec la collaboration d’A. Tisserand.

3  Sur la datation traditionnelle de l’Antiquité tardive, voir notamment H. de Fontenay, Autun et ses monuments, Autun, 1889, p. 24-25 et J. Berthollet, L’évêché d’Autun, Autun, 1947, p. 28 ; datation défendue récemment par M. Kasprzyk, Les cités des Éduens et de Chalon durant l’Antiquité tardive (v. 260-530 env.), thèse de doctorat sous la dir. de G. Sauron, université de Bourgogne, Dijon, 2005, t. I/A, p. 114-117. En se fondant sur l’analyse des sources, un aménagement tardif de l’enceinte réduite a été proposé dans J.-C. Picard et C. Sapin, « Le “castrum” ou l’enceinte réduite d’Autun », Autun-Augustodunum, capitale des Éduens, catalogue d’exposition, Autun, 1987, p. 351-352 ; voir aussi les réflexions de C. Piétri et J.-C. Picard, « Autun », in N. Gauthier et J.-C. Picard (dir.), Province ecclésiastique de Lyon (Lugdunensis prima), Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, t. 4, Paris, 1986, p. 41. On doit, par ailleurs, mentionner l’hypothèse d’A. Rebourg, « L’urbanisme d’Augustodunum (Autun, Saône-et-Loire) », Gallia, 55 (1999), p. 171, qui envisageait, non sans précaution, la création, dès le Ier siècle, d’un ample mur de soutènement dont le tracé aurait été repris par l’enceinte réduite.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Balcon-Berry, « Autun : étude sur l’enceinte réduite », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA, 13 | 2009, 7-9.

Référence électronique

Sylvie Balcon-Berry, « Autun : étude sur l’enceinte réduite », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 15 août 2009, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://cem.revues.org/11123 ; DOI : 10.4000/cem.11123

Haut de page

Auteur

Sylvie Balcon-Berry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org